Pour Merkel et Cameron il faut aller plus loin que le pacte budgétaire

 |   |  356  mots
David Cameron et Angela Merkel - Copyright AFP
David Cameron et Angela Merkel - Copyright AFP (Crédits : AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron ont tous deux souligné jeudi à Berlin que le pacte budgétaire mis sur les rails par 25 des 27 pays de l'Union européen ne suffirait pas à résoudre la crise.

"Le pacte budgétaire peut être un élément important, mais il ne suffira pas", a déclaré David Cameron lors d'une conférence de presse commune des deux chefs de gouvernement. Il est "une condition nécessaire mais pas suffisante" au rétablissement de la zone euro en crise, a renchéri Angela Merkel.

Parmi les éléments supplémentaires qui devront venir compléter ce pacte, le premier ministre britannique a mentionné "des éléments d'une union bancaire", expliquant qu'il  "[comprenait] pourquoi les pays de la zone euro [voulaient] examiner (le projet) d'une union bancaire".

La Grande-Bretagne plaide pour des actions "décisives"

Le Royaume-Uni, non membre de la zone euro, est l'un des deux pays de l'UE qui ne veulent pas ratifier le pacte budgétaire qui engage ses signataires à plus de discipline et de contrôle des finances publiques. Mais David Cameron a tenu à souligner l'intérêt qu'avait son pays à ce que la zone euro vienne à bout de la crise de la dette "afin que nous puissions tous avoir à nouveau une croissance saine en Europe".

Le Premier ministre britannique a déjà appelé à plusieurs reprises les dirigeants de la zone euro à prendre des "actions décisives" pour résoudre cette crise, en s'inquiétant notamment d'un "ouragan" qui pourrait atteindre de plein fouet l'économie britannique, ainsi que son système bancaire. Comme lors d'un entretien avec le président américain Barack Obama, mercredi, à la suite duquel, les deux dirigeants avaient appelé la zone euro à formuler "un plan immédiat" pour sortir de la crise.

Angela Merkel pour une "union politique" en Europe

La chancelière allemande a, elle, préféré proposer jeudi matin lors d'un entretien télévisé des solutions de long-terme, faisant campagne pour "une union politique" en Europe, au besoin à deux vitesses. Elle a estimé que, pour ce qui concernait le court-terme, la zone euro avait mis en place les "instruments de solidarité" nécessaires, la possibilité de recapitaliser les banques, les pare-feu que sont les fonds de sauvetage FESF (Fonds européen de stabilité financière) et MES (Mécanisme européen de stabilité).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2012 à 12:15 :
Pour qu'il y ait union politique,il faudrait deja que l'on puisse elire democratiquement les technocrates de bruxelles et qu'il yait une harmonisation par le haut de, l'economie, du social, de l'environnement et une harmonisation fiscale egalement.Sinon ca ne sera qu'un president fantoche et l'ue finira comme l'urss,elle eclatera. A l'heure actuelle nous sommes en u(e)rss version neo liberal
a écrit le 08/06/2012 à 12:01 :
Vite une Europe politique avec des dirigeants élus par les peuples. Un chef ( démocratiquement élu) est indispensable pour diriger notre continent. Sinon c'est le détricotage des institutions qui commence, et en premier lieu l'éclatement de l'euro. Ensuite retour à la situation de 1945, et plus vraisemblablement à celle qu'a connu l'Europe dans les années 30. On connait la suite.
a écrit le 08/06/2012 à 2:38 :
Apres Merkosy, Merkameron.....Il semble que Merkel a bien compri que Merkollande ne marche pas, il va chercher ailleurs
a écrit le 07/06/2012 à 22:23 :
M Cameron est il le mieux placé pour conseiller d'aller plus loin que le pacte budgétaire ? Really ?
Oui Mme Merkel pour une intégration politique européenne : élaborons ensemble un calendrier !
a écrit le 07/06/2012 à 18:19 :
Mme Merkel ne cherche qu'à gagner du temps depuis le début de la crise. Un bien triste attitude pour l'ex"homme malade" de l'Europe qui fut bien heureux en son temps, pour le financement de la réunification, de profiter de largesses qu'il refuse aujourd'hui à d'autre.
a écrit le 07/06/2012 à 18:17 :
Y en a marre de voir des dirigeants faire l'Europe par petits pas. Peut-on demander à des dirigeants réellement de perdre leur pouvoir au profit de l'étage supérieur ? Pour le coup, suis d'accord avec Noëlle Lenoir quand elle dit qu'il faut faire l'Europe des citoyens:
http://www.ceuropeens.org/article/leurope-politique-deux-vitesses-quel-enjeu
a écrit le 07/06/2012 à 18:01 :
les anglais ne veulent pas de l'euro mais critiquent constamment la politique europenne.ils devraient commencer a balayer devant leur porte.
Réponse de le 07/06/2012 à 18:16 :
depuis des siècles l'Angleterre est passé maitresse dans l'art de semer la zizanie sur ce qu'ils appellent un peu dédaigneusement "the continent" afin de protéger au mieux leur propre intérêt.
a écrit le 07/06/2012 à 17:59 :
Quel duo pro -européen! Merkel ne joue plus seule: bonne nouvelle, mais je doute du sentiment britannique pour les Européens!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :