La Tribune

Chypre pourrait demander l'aide de la Russie et de la zone euro

Copyright AFP
Copyright AFP
Romaric Godin  |   -  316  mots
Nicosie demanderait, selon les informations du Handelsblatt, une aide de la Russie et, pour ses banques, du FESF et du MES.

Chypre va sans doute la semaine prochaine demander l'aide de l'Union européenne... et de la Russie. Selon le site Internet du quotidien allemand Handelsblatt, la république insulaire devrait déposer "dans la semaine qui vient" une demande d'aide bancaire auprès du FESF ou du MES et, parallèlement, obtenir un crédit de la Russie de 3 à 5 milliards d'euros.

Moscou intéressé

Moscou avait déjà accordé une aide de 2,5 milliards d'euros à Chypre l'an passé à des conditions avantageuses. Chypre a en effet une importance considérable pour l'économie russe et pour celles de l'ex-URSS, car elle est la plate-forme financière utilisée par les oligarques locaux. Un effondrement du système financier chypriote aurait des conséquences très sérieuses sur l'économie de ces pays. D'où l'intérêt de la Russie dans cette affaire.

Eviter les conditions

En décidant de diviser son aide entre Bruxelles et Moscou, Nicosie entend éviter de passer sous les fourches caudines des conditions de la Troïka. La grande peur des Chypriotes, c'est qu'on leur impose non seulement une austérité drastique (le gouvernement est dirigé par une alliance entre communistes et centristes), mais surtout une augmentation de son taux d'imposition avantageux qui fait la richesse de son système financier. Nicosie pourrait donc s'inspirer de Madrid en ne demandant qu'une aide bancaire qui ne soumet pas aux conditions d'une aide classique (mais dont les conditions restent cependant à définir).

Un système financier très éprouvé

Les banques chypriotes ont été durement touchées par leur exposition en Grèce. La banque populaire chypriote, connu sous le nom de Marfin, doit absolument trouver 1,8 milliard d'euros avant la fin juin pour satisfaire aux règles de solvabilité de l'Union européenne. Mais les autres banques ne sont guère plus vaillantes après les coupes réalisées dans leur portefeuille d'obligations grecques.

Réagir

Commentaires

gege71  a écrit le 21/06/2012 à 12:05 :

Si je comprend bien Chypre est aussi un paradis fiscal
Comment peux t-on faire l'europe avec autant de disparité dans les systèmes fiscaux.
Concurrencer les autres pays de la zone euro, puis demander de l'aide pour couvrir ses besoins. Ce n'est pas acceptable
Je comprends pourquoi les armateurs grecs menacent de se délocaliser à Chypre
Laissons Chypre se débrouiller avec ses problèmes et proposons en parallèle une harmonisation des systèmes fiscaux. Ceux qui refusent sortent de la zone euro