Après l'Allemagne, Moody's place la note du FESF sous perspective négative

 |   |  308  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Conséquence de l'abaissement des perspectives des notes de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg, Moody's a annoncé ce mercredi placer le fonds de secours européen FESF sous perspective négative. Un abaissement de la note du fonds dans les 12 à 18 mois est à envisager.

Moody's a annoncé mercredi l'abaissement à "négative" de la perspective de la note de crédit "Aaa" du Fonds européen de stabilité financière ( FESF ). Cette modification, explique l'agence de notation financière, est la conséquence de l'abaissement lundi de la perspective des notes de crédit de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg, de "stable à négative", en raison de "l'incertitude croissante" dans la zone euro et de la "forte probabilité" que des nouvelles aides aux pays en difficulté s'avèrent nécessaires. L'Allemagne, rappelle Moody's, contribue au FESF à hauteur de 29,1%, contre 6,1% pour les Pays-Bas et 0,3% pour le Luxembourg.

Abaissement de la note "de plus en plus probable"

Dans son communiqué mardi, l'agence a indiqué qu'elle maintenait pour le moment son triple A au FESF, la meilleure note possible, estimant que le Fonds continuait de bénéficier de "la garantie pleine et entière" des Etats économiquement solides de la zone euro. Mais elle a toutefois prévenu qu'un abaissement de la note du Fonds était de "plus en plus probable" dans les 12 à 18 prochains mois, notamment si ses principaux contributeurs, dont la France, se voyaient retirer leur triple A.

Mis en place en 2010 en pleine crise de la dette, le FESF lève de l'argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro proportionnellement à leur participation dans le capital de la Banque centrale européenne. Empruntant à des taux très avantageux, il peut ensuite reverser les sommes collectées aux pays en difficultés à des taux moindres que ceux qu'ils devraient payer sur les marchés. Le 17 juillet, le FESF a pour la première fois émis des titres de dette à un taux négatif, pour des obligations à six mois, signe de la confiance que lui portent des investisseurs en quête de placements sûrs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2012 à 18:23 :
pourquoi ne pas tout simplement baisser la TVA sur les produits FRANCAIS, Peugeot est plus méritante que Renault qui fabrique hors de France "en partie"; TVA 5.5% pour un véhicule français et 30% pour un véhicule qui arrive d'ailleurs. M.Montebour fait bien du bruit mais que des mesurettes qui ne nous sortirons pas de la mouisse
Réponse de le 26/07/2012 à 9:04 :
Bonne idée, sauf que l'Europe refusera...
a écrit le 25/07/2012 à 18:23 :
pourquoi ne pas tout simplement baisser la TVA sur les produits FRANCAIS, Peugeot est plus méritante que Renault qui fabrique hors de France "en partie"; TVA 5.5% pour un véhicule français et 30% pour un véhicule qui arrive d'ailleurs. M.Montebour fait bien du bruit mais que des mesurettes qui ne nous sortirons pas de la mouisse
a écrit le 25/07/2012 à 16:01 :
La descente aux enfers va donc commencer avec des dizaines de millions de personnes sur le carreau. C'est l'Europe du malheur et du désespoir (sauf pour notre armada d'élus qui votent les augmentations d'impôts pour les autres mais pas pour eux grâce aux indemnités non-imposables).
a écrit le 25/07/2012 à 15:27 :
que cherchent t'ils...a couler l'europe pour s'en mettre encore plus dans les poches mais quand ils seront morts ils en feront quoi de leur pognon ils se le mettront dans le cul.....si cela continue il va falloir leur faire la peau, leur mettre la tete au bout d'une pique....c'est tout ce que merite ce monde pourri de la finance...
a écrit le 25/07/2012 à 11:18 :
En apprenant les nouvelles de Moody's, on a l'impression que les financiers américains veulent la chute de l'Euro:
d'abord la Grèce, puis la France, puis l'Espagne, le Portugal (en filigrane), l'Italie et maintenant l'Allemagne et les Pays-Bas!!!!
N'avez-vous pas l'impression que des spéculateurs ont misés sur la chute de l'Euro au profit d'une autre monnaie, et qu'ils ont des millions, voire plus en suspens sur cette opération?
Car qui dirige Moody's?
Peut-on croire à l'impartialité de cette agence de notation?
A suivre....
a écrit le 25/07/2012 à 10:59 :
est-on sûr de l'impartialité de cette "entreprise" privée?
a écrit le 25/07/2012 à 10:40 :
L'argent, l'argent ne vaut rien si non le Bangladesh en fabriquerait et serait riche. Il faut que la monnaie soit soutenue par une économie qui par sa santé lui donne sa valeur. Et que font nos élites, ceux-là mêmes qui nous ont prédit grâce à l'Euro le bonheur et qui nous ont menti, et agi contre l'avis du peuple. Puis qui affirment sans l'expliquer que la sortie de l'euro serait catastrophique. Cette sortie pourtant ne changerait pas nos capacités de production et nous éviterait beaucoup de gaspillage.
a écrit le 25/07/2012 à 10:24 :
Ne vous inquiétez pas pour l'argent il y en aura toujours il suffit d'une ligne d'écriture et pof en v'là, c'est fastoche. Mais quand il n'y a plus d'usines, plus de rentabilité tous ces cols blancs qui nous ont ruinés depuis 40 ans que font ils sauf essayer jusqu'au bout de conserver leurs privilèges de la noblesse. Sont comme des poules devant un dentier. Il y en a même en France qui continuent à distribuer les dernière cacahuètes.
a écrit le 25/07/2012 à 10:20 :
La roue de secours Européenne à son tour prise dans la spirale infernale ! Une idéologie libérale à bout de souffle, cacophonie et manque de confiance des décideurs, risque très sérieux de sortie de la Grèce, une Espagne dont on pressent le danger imminent et absolu, l'Italie qui suit derrière....mais qu'attendent-ils donc pour avouer leurs échecs ? Doivent-ils attendre obstinés comme Bachar-Al-Assad d'être confrontés à la réalité ? Que de dictateurs, des plus sanguinaires aux plus courtois, se partagent un monde qu'ils mettent délibérément en furie ! Cela suffit !
a écrit le 25/07/2012 à 9:45 :
Juste de la cohérence ! Si le plus gros contributeur au FESF est placé sous perspective négative, tous les fonds qu'il abonde (généreusement) le seront par voie de conséquence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :