La Tribune

L'Espagne s'impose un plan de rigueur colossal

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Julien Bonnet (avec agences)  |   -  478  mots
Madrid prévoit désormais d'économiser 102 milliards d'euros d'ici à la fin 2014, un montant qui inclut le plan de rigueur de 65 milliards d'euros déjà annoncé en juillet. Ces mesures doivent permettre à l'Espagne de respecter ses objectifs de déficit imposés par Bruxelles et jugés ambitieux : 6,3% du PIB en 2012 puis 4,5% en 2013 avant de le ramener sous les 3% en 2014.

C'est un plan de rigueur historique qu'a adopté ce vendredi le gouvernement espagnol. Madrid prévoit désormais d'économiser au total 102 milliards d'euros d'ici à la fin 2014. Une cure d'austérité sans précédent qui inclut le plan de rigueur de 65 milliards déjà annoncé en juillet. Face à la pression des marchés et de l'Europe, le gouvernement de Mariano Rajoy est donc bien décidé à imposer une série de mesures impopulaires. Entre coupes dans la fonction publique ainsi que dans les budgets régionaux de la santé et l'éducation, hausses d'impôt dont la TVA qui sera relevée à partir du 1er septembre, les Espagnols vont devoir se serrer la ceinture. Cependant, pris à la gorge par ses créanciers, Mariano Rajoy devra sans doute faire appel à une aide de l'Europe, un scénario qu'il n'exclut plus.

Championne d'Europe de la rigueur

Car après le dérapage du déficit public à 8,9% du PIB en 2011, Madrid fait face à des objectifs ambitieux de réduction de son train de vie: 6,3% de déficit en 2012 puis 4,5% en 2013. Le retour sous les 3% des critères de Maastricht est prévu pour 2014 avec un déficit public de 2,8% du PIB. L'Espagne avait ainsi bénéficié d'un délai supplémentaire de la Commission européenne pour rentrer dans les clous de Bruxelles et devait, en contrepartie, "muscler" son plan de rigueur. C'est désormais chose faite avec ces nouvelles économies à réaliser en trois ans. Dans le détail, le gouvernement prévoit 13,118 milliards d'euros d'économies supplémentaires pour 2012, puis 38,956 milliards en 2013 et 50,075 milliards en 2014, soit un total de 102,149 milliards d'euros. Un plan colossal au niveau européen: à titre de comparaison, l'Italie prévoit "seulement" 26 milliards d'euros de réductions des dépenses publiques sur la même période

Message reçu à Bruxelles

Du côté de Bruxelles, on se félicite de ce nouvel effort budgétaire. "La Commission salue l'adoption en Espagne du plan pluriannuel et va l'analyser dans le détail", a indiqué Antoine Colombani, un porte-parole de la Commission européenne, après avoir confirmé que le document avait bien été reçu.  

Les taux se détendent

Les marchés devraient également apprécier ce nouveau tour de vis. Vendredi, les taux espagnols se sont déjà nettement détendus, notamment les échéances à court et moyen terme. Après la déception de jeudi suite à une interprétation rapide des investisseurs sur l'immobilisme de la BCE, le marché obligataire s'est en effet ressaisi. Les intervenants se sont concentrés sur les propos positifs du président de la BCE Mario Draghi et "ont retenu que l'institution de Francfort a bel et bien l'intention d'agir pour apaiser les tensions et va acheter des titres de dette à court terme des pays en difficultés", explique Nordine Naam, stratégiste obligataire chez Natixis.

Réagir

Commentaires

Kévin  a écrit le 07/08/2012 à 20:35 :

On lit dans la presse que la population est à bout. On note une révolte de la Catalogne et de l'Andalousie. En Andalousie les retraités campent pour que leurs enfants puissent avoir du travail, enfin une vie normale. 50% au chômage, ces sociétés d'Europe sont iniques et immorales. La responsabilité incombe au PSOE qui conduit à l'éclatement des sociétés. On sème le chaos et la dévastation, c'est aux sociétés de se défendre de ces agressions proprement malfaisantes. L'Europe est un malade depuis des années!

@kevin  a répondu le 08/08/2012 à 10:09:

Au lieu de construire des milliers d'immeubles touristiques avec l'argent de l'Europe, l'Espagne aurait pu créer d'autres emplois dans l'agriculture ou l'industrie, au lieu de tout mettre dans le tourisme. Le peuple était d'accord pour mettre du tourisme partout, ça n'a pas marché...

@@kevin  a répondu le 08/08/2012 à 10:35:

mais ou avez vous que les immeubles ont été construits avec les fonds européens ????
ce sont des entreprises bien privées financées par des banques privées qui ont financé ces projets. dans un pays à l'époque en plein boum économique et ou tous les anglais et allemands voulaient aller passer leur retraite dorée....

Je vous conseille un podcast intéressant sur "l'économie en question" sur l'Espagne. Les économistes démontrent comment le Nord de l'Europe a aussi favorisé en partie la bulle immobilière en Espagne.

bref Rien à voir avec l'Europe ou même le gouvernement espagnol.

Comment peut on empêcher une hausse des prix d'un actif dans un marché libre ? sachant par ailleurs que la politique monétaire qui détermine les taux d'intérêt est gérée à Frankfort.

Je vous laisse répondre

Maths BAC+5  a écrit le 06/08/2012 à 2:59 :

Médias + propagande = obscurantisme

À croire que les chômeurs, les fraudeurs, les immigrés, les syndicats, et les retraités ont tous decidé en 1973 d'emprunter à des banques commerciales... La bonne blague ;)

Capitalisme = création de dettes & interets + émettre de la monnaie = bizness

Austérité = baisse de la consommation des ménages = baisse de la croissance= baisse des investissements = baisse des dettes = FIN DU MODÈLE ÉCONOMIQUE * X

X est l'inconnue, variable temporelle que vous aurez peu être l'occasion de résoudre le jour oú vous aurez compris que rien n'est immuable.

Maths bac + 5  a répondu le 06/08/2012 à 3:14:

Nos vies d'européens appartiennent à ces banques commerciales, ainsi que les zéros qui se suivent sur vos relevés de comptes...nous n'avons à vrai dire...rien.

Cavaliere  a écrit le 05/08/2012 à 14:37 :

http://www.leparisien.fr/reactions/societe/ils-ont-tout-plaque-pour-vieillir-au-soleil-30-07-2012-2107337.php

Vive les retraités !!

Henri  a répondu le 05/08/2012 à 19:40:

Super le site.

SOSLENSI  a écrit le 05/08/2012 à 13:23 :

La solidarité de nos élus, elle est là : http://www.dailymotion.com/video/x329rf_elus-le-r%C3%A9gime-sp%C3%A9cial

HENRI  a écrit le 05/08/2012 à 13:12 :

Nos élus aussi : http://www.dailymotion.com/video/x329rf_elus-le-r%C3%A9gime-sp%C3%A9cial

Vérité libérale  a écrit le 04/08/2012 à 18:15 :

Cette crise gravissime de l'espagne vient:
1.De l'euro: monaie trop chère etartificielle.
2.D'un système fiscal innadapté(comme en France) ou le gain est taxé et non la possession.Ce qui favorise le mal-investissement et réduit l'investissement à long terme par le mécanisme d'amortissement.
3.D'un fort social-conservatisme surlequel repose l'état-providence et l'organisation productive( professions protégées , organisation de la protection sociale légale sur une base exclusivement professionnelle ect...).
4.D'un système banquaire à réserve fractionnaire donc instable.
5.De l'absence d'un système monétaire sain n'étant pas manipulée par les états ou l'oligarchie.Seul l''or et l'argent peuvent remplir ce rôle.
6.De la réduction trop forte des dépenses publique sur un court terme , du gaspillage, de la bureaucratie et enfin de la corruption .
Partant de là:
1.Il faut impérativement arrêter l'euro en tant que monnaie unique et revenir à une monnaie commune.
2.Supprimer les impôts frappant le revenu ( IRPP;IS ;droits de succession etc...) et replacement par un impôt sur la valeur nette du patrimoine et une taxe sur les matières premières en plus de la TVA.
3.Organiser la protection sociale sur une base universelle et non sur une base corporatiste.
4.Réformer le système banquaire sur la base d'un système de réserve intégrale (100 % money) tel que prôné par Irving Fisher;Milton Friedman;Maurice Allais ; Luwing van Mises etc..
5.Le retour à étalon-or ou argent comme assurance des échanges internationaux.
6.Libéraliser les professions protégées , diminuer massivement la bureaucratie , etc...Et limiter l' augmentation des dépenses publiques nationales et locales ( hors protection sociale) au taux d?accroissement de la population active.

Re  a répondu le 04/08/2012 à 18:35:

Que ce soit l euro, le franc, ça ne change rien, les problèmes restent les mêmes. Donc tout faux.

Albatros  a répondu le 04/08/2012 à 18:43:

Pour une fois qu'on a des propositions et non pas des imprécations, vos commentaires sont intéressants. par contre, je ne pense pas que ces propositions découlent seulement d'une vérité libérale mais peut être repris par un gouvernement de centre gauche ou de centre droit. Pas d'accord, par contre sur votre proposition N°2 car l'impôt progressif est un gage de cohésion sociale.

Zakla  a répondu le 05/08/2012 à 16:14:

@, Re. L'euro n'est pas le seul problème mais s'en est quand même un. tant que les économies, les infrastructures, les politiques budgétaires et autre, la fiscalité seront différentes, l'euro ne pourra pas être une monnaie unique.

@Zakla  a répondu le 05/08/2012 à 16:36:

Et vous pensez que les économies, les infrastructures, les politiques budgétaires et autres, la fiscalité entre l'Alsace et la Lorraine sont pareilles ?

@Zakla  a répondu le 05/08/2012 à 17:51:

Pardon je voulais dire entre l'Alsace et l'Auvergne.

zalka  a répondu le 05/08/2012 à 19:37:

Je pense, que la fiscalité, économie, et autre son bien plus proche que les même paramètres, entre la finlande ou la grêce et l'allemagne et l'espagne..... sans oublier que l'on est dans un système d?impôt qui repermet la redistribution des richesses a travers l'ensemble des territoires français.... alors que le budget euripeen, ne représente que 1% du PIB. et que l'allemagne, vient de dire stop a une politique fédéraliste et de redistribution des richesses.... sinon je vous invite a lire le blog d'olivier berruyer ou jaques sapir

@zalka  a répondu le 08/08/2012 à 10:42:

@ zakla

et vous pensez que les impots entre le Delaware (aucune TVA) et New York jsute à cote (10% TVA) sont les mêmes ? ou entre le Dakota ou il n'y a pas d'impot sur le revenu et la Floride ?

tous les grands états fédéraux possédent des différences en leur sein. la Californie est en faillite de fait. Est ce que le dollar chute ? non .. pourquoi ?! car l'Etat Central joue son role

L'Europe doit trouver une organisation qui permette de compenser ces différences qui d'ailleurs changent au cours des années...L'Allemagne il y a 15 ans était au bord du gouffre et aujourd'hui surfe sur ces succès économiques. La roue tourne

Vulcan78  a écrit le 04/08/2012 à 17:56 :

Et si on parlait de la dette des USA pour changer !?..

EcoLib  a écrit le 04/08/2012 à 17:44 :

En parlant de l'Espagne, Rodrigo Rato le patron de la trop fameuse banque espagnole "Bankia" a été ancien ministre des Finances et, ancien directeur général du FMI. Suite à des indélicatesses de ses dirigeants les 400.000 actionnaires de "Bankia"ont pratiquement tout perdu. Rodrigo Rato est mis en examen pour "escroquerie".
Le contribuable espagnole doit payer les pots cassés suite à la nationalisation à hauteur de 45% de cette banque.

Hugues  a écrit le 04/08/2012 à 17:35 :

On doit surtout dire que les pays éclatent sous les coups des socialistes qui veulent asservir les populations et répandre la misère. Que les populations se révoltent c'est norm, qu'on les punisse.

le mur  a écrit le 04/08/2012 à 16:20 :

a force de demander aux peuples de ce serrer la ceinture alors que les banquiers et politiques vivent comme des rois nous allons vers un soulevement general des peuples

Illusion  a répondu le 04/08/2012 à 17:10:

Le soulèvement général des peuples, c'est une illusion. Quelques groupes réduits font les révolutions, jamais les peuples qui sont toujours victimes des révolutions.

rat des villes  a écrit le 04/08/2012 à 15:37 :

c'est pas chez nous en France que cette situation arrivera, on a des politiques qui sont bien trop malins!!!.

dédé  a répondu le 04/08/2012 à 20:08:

et les français sont malins aussi,puisqu'ils ont choisi ces politiques malins

Maillon faible  a écrit le 04/08/2012 à 15:02 :

L'Espagne fait des efforts, l'Italie également, l'Allemagne c'est déjà fait... Il n'y a plus que la France qui refuse obstinément de baisser massivement ses dépenses publiques inutiles. La France est le maillon faible de l'Europe.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 15:17:

Oui on le sait tous mais ça ne changera rien : les USA, Euroland, UK et le Japon sont endettés à plus de 200 points de PIB en cumul privé + public alors ce n'est pas en diminuant les dépenses publiques (= pour ceux qui n'ont pas compris, baisser les retraites et supprimer des millions de postes publics) que ça permettra de sortir de la récession (qui va finir par se transformer en depression si tout le monde fait la même chose que l'Espagne) !
Le défaut est inéluctable et vous y laisserez une partie de vos économies, moi idem !

Le défaut n'est pas inéluctable  a répondu le 04/08/2012 à 15:59:

Les dettes privées sont à relativiser par rapport au potentiel de création de richesses, puisque le secteur privé produit à lui seul toutes les richesses. Par contre, les dettes publiques sont au coeur de la crise car le secteur public est incapable de produire la moindre richesse supplémentaire. C'est donc en réduisant massivement les dépenses publiques qu'on sortira de la crise des Etats providentiels dépensiers. L'argent est là et ne demande qu'à être investi dans la création de valeur plutôt que d'être jeté par les fenêtres en dépenses publiques vaines. Le défaut n'est évidemment pas inéluctable : le retour à une saine gestion est toujours possible. Pour la France, 200 milliards sont nécessaires (moins de 10% du PIB) pour équilibrer les comptes et rembourser toutes les dettes en moins de 20 ans. Ces 200 milliards sont à trouver dans les 1100 milliards des dépenses publiques (Etat, allocations sociales, collectivités locales, sécu, retraites).

Le défaut n'est pas inéluctable vs ouedd  a répondu le 05/08/2012 à 1:14:

faux les dettes privé comme publique sont aussi important de plus la dette au entreprise aussi !!

La dette Française  a répondu le 05/08/2012 à 14:55:

Si la France fait comme cela on va droit dans le mur, tous le monde sait que dans les moments de crise c'est bien l?État qui doit prendre le relais avec des dépenses public pour rénover et moderniser les infrastructures, nouvelles technologie etc. qui est le seul moyen pour créer de l?emploi si le privée ce trouve en berne, c'est bien le seul moyen pour les gens puisse dépenser l'argent est faire redémarrer l?économie. Ce qui à été fait au USA dans les année 1930 par Roosevelt qui mit en ?uvre le New Deal
Faire le contraire, couper les emplois dans le public c'est du suicide collectif, parce que il aura toujours moins de personne qui pourrons dépenser pour refaire redémarrer l?économie.
Relire l'histoire ferais un grand bien aux décideurs de la France,

@La dette  a répondu le 05/08/2012 à 18:06:

Certains pensent que le New Deal fut une bonne chose. C'est faux. On ne peut pas faire de la croissance avec des nationalisations et des subventions publiques. Le New deal fut une catastrophe, il a crée des déficits publics énormes, l'inflation et de nombreux chômeurs.

Henri  a répondu le 05/08/2012 à 18:26:

La seconde guerre mondiale a règlé tout ça...

aka  a écrit le 04/08/2012 à 14:53 :

On remarquera que se "plan de rigueur colossal" ne permet pas à l'Espagne de commencer a rembourser sa dette ni même de revenir a l'équilibre. Seulement de contenir le déficit à 3% et encore si tout se passe bien. C'est dire si la situation est bonne...
Je vais voir ma banque et je vais lui dire que je suis au top!!! : je fait un déficit de 3% chaque années!!
J'ais un doute sur le fait quelle me garde comme client.
Après l'Espagne et l'Italie il y aura fatalement la France, a moins que la BCE est abattue de cartes d'ici là.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 15:07:

La dette a atteint un tel niveau qu'elle n'est pas remboursable : je ne suis pas matheux mais j'ai compris ça !

EcoLib  a écrit le 04/08/2012 à 14:34 :

Pour y voir plus clair sur ces crises systémiques, un petit coup d'oeil sur l'histoire de la finance de 1970 à nos jours.

un monde s'écroule devant nous  a écrit le 04/08/2012 à 14:08 :

Bientôt MSF et les autres ONG devront intervenir en Europe pour soigner les gens et leur filer à bouffer.

liveandletdie  a répondu le 04/08/2012 à 17:19:

Qui les financera?
Jusqu'a present c'est nous qui leur permettons de donner

Chich  a écrit le 04/08/2012 à 12:54 :

Vous êtes quand même tous une belle bande d'économistes en carton. Toujours prêt à donner des leçons bien caché derrière son écran. C'est tout de même marrant de voir que tout le monde essaye de faire croire qu'il y connait quelquechoe alors tous ça nous (moi, vous) dépasse largement. Il faut arreter avec votre vision manichéenne du monde. Tout n'est pas noir ou blanc. C'est la manque de nuance dans les propos comme dans les actes qui nous a mené là ou nous sommes aujourd'hui.

gg  a répondu le 04/08/2012 à 13:53:

@ Chich,
Ou en sommes nous aujourd hui ????
Parlez vous de l europe trop vite et trop etendue a n importe quel pays ?? ou parlez vous des finances des pays comme l espagne ou la grece ?? Soyons net, c est vivre au dessus des moyens qui est a l origine de la dette des pays, c est la lachete politique du vote pour moi et je te donnerai une allocation (financee par la dette) !!

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 13:54:

+1 mais vous n'êtes pas mal non plus ...

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 14:05:

@ gg : une allocation ou une petite nichounette fiscale comme la TVA à taux réduit pour les gargotiers ...

Chich  a répondu le 04/08/2012 à 15:15:

@Henri : j'en conviens^^

GG vs ouedd  a répondu le 05/08/2012 à 1:20:

la dette francaise comme toutes les dettes des pays on commencaient en 1973 quand les pays en emprunté au banque et non a eux meme ! si tu regardes le montant de la dette qui est a plus ou moins 1800 milliards, lmes interet depuis 1973 represente 1650 milliard, donc non les francais comme les autres ne vivent pas au dessus de leurs moyen! mais faire croire ca permet de vendre les bijoux de famille que le peuple paye depuis 50 ans ( gaz de france, suez, autoroute etc... ) ps/ stop regarder TF1 et lis un peu

La dette Francaise  a répondu le 05/08/2012 à 11:24:

Parfaitement d'accord, la dette d'un pays n'ai pas la faute de la populations mes bien des politiciens corrompus par les banquiers qui nous fait croire avec les média servile que c'est notre faute et que on doit payer pour sauver les actionnaires des banques en faillite parce que ils jouer avec notre épargne au casino de la spéculation.
La première réponse c'est de faire une coupure nette entre la banque d'affaire et la banque de dépôt comme promis par Hollande, il faux voir s'il à les couilles pour le faire vraiment au de là des promesse électorale.

La dette Francaise  a répondu le 05/08/2012 à 11:56:

Bien-sur que la dette d'un pays est la faute de la population, car ce sont les français qui sous Balladur et Raffarin et encore pire Fillon, ont voulu créer des emplois en embauchant un maximum de fonctionnaires. Les banquiers font leur boulot, ils prêtent. Si une famille est endettée, c est la faute de la famille qui vit au dessus de ses moyens, pas du banquier. C est une politique de la droite de monter les dettes pour aider leurs amis banquiers.

La dette Française  a répondu le 05/08/2012 à 12:49:

Pas de gros effort de copier mon nom et répondre à ma place, Merci

Se que vous affirmer est complétement faux mais bien sure une réponse d'un banquier qui ne crache pas dans la soupe.
Vous dévier seulement le sujet avec votre analyse de pacotille, la faute droite/gauche
Pour les lecteurs, pour comprendre mieux lire ici sur la dette Française.http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/07/31/21711686.html

HENRI  a répondu le 05/08/2012 à 13:14:

Désolé, je m'y perds à prendre à changer de pseudo tout le temps

ouedd  a répondu le 05/08/2012 à 13:25:

le vrai dette française je suis en accord avec toi, c'est justement avec une bonne dose de manipulation sur la population, qu'ils font croire que la faute et au fonctionnaire etc... si tu as des bases en économie tu sais que la France a tenu et tiens le coup grâce ou a cause du modèle avec une grande participation a l?économie de l'etat,

en plus le faux dette française ne connait rien de rien en économie ( je suis sur qu'il ne connait pas les courants économique ou encore les deregularisation dans les années 80 qui on permit se que l'on vie maintenant .

rigole bien avec cette video
http://www.youtube.com/watch?v=QNbCAzzXw14

explication de la dette publique
http://www.youtube.com/watch?v=re-H5iXeqDo

notre seul économiste français qui a avoir reçu le prix nobel
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1520

Henri  a répondu le 05/08/2012 à 14:31:

L'authentique et brillant "Henri" avec un H majuscule et le reste en minuscules, publie toujours ses interventions depuis un iPhone, jamais sur un vulgaire PC.
Méfiez-vous des pâles imitateurs qui ne possèdent pas de surcroît son style de génie des Carpathes et des Yvelines réunis, ni sa modestie légendaire...

La dette Française  a répondu le 05/08/2012 à 15:05:

J'ai compris Henri tu fait maintenant de la pub pour iPhone, ç?a paye combien? mois j'ai un simple cellulaire de 20 euro qui n?a pas de GPS pour me tracer est je utilise un vulgaire ordi.
Désolé de te décevoir.

La dette Française  a répondu le 05/08/2012 à 15:13:

Merci ouedd cela peu bien aider les lecteurs à comprendre tous simplement ce qui arrive en ce moment.
Le vieux dogme romain, Diviser pour bien régne, c'est bien cela que il faut éviter à tous prix, ce donner la faute aux autres parce que ils sont fonctionnaires ou militaires ou autres n'est pas la bonne solutions aux problèmes qui sont structurels de l'Etat.

Henri  a répondu le 05/08/2012 à 16:43:

Quand je vous lis, j'ai plutôt envie de faire la promotion du Bescherelle...

Casa  a répondu le 05/08/2012 à 17:02:

Oh purée, ça casse ça !

xavier-marc  a écrit le 04/08/2012 à 12:50 :

Ce niveau d'austérité fait penser à la saignée que pratiquaient les médecins dans le temps, bien qu'en général cela tuait le patient, mais la logique doctrinale de ces époque passait avant les résultats. La doctrine moderne assimile les états à des entreprises( ce qui est idiot en passant), sans prendre en compte ni la taille ni son rapport monopolistique ni son essence( l'état est l'émanation de ses citoyen, il n'est pas contre eux, et il n'appartient pas plus à certains qu'à d'autres).
On a l'impression de revivre ce qu'a vécu l'URSS, tout allant vers les privatisations.
Qui a fait la révolution française ? les bourgeois détenteurs de la dette de l'état, lesquels ont eu peur du défaut sur sa dette à cause des nobles qui empêchaient les réformes.
Nous revivons le même scénario avec les fonctionnaires en petits nobles, et les détenteurs de la dette qui veulent des réformes délirantes pour espérer sauver leurs obligations d'état.
Mais pourquoi ont-ils donc prêté aux états qui étaient mal géré ou dépendant d'une économie qui n'était pas saine ? les prêteurs ont mal géré, ils doivent payer pour cette mauvaise allocation de leurs actifs, ce ne doit pas être aux citoyens de payer.

Etat minimal régalien  a répondu le 04/08/2012 à 15:45:

L'Etat serait véritablement l'émanation de ses citoyens si les institutions démocratiques n'étaient pas dévoyées par la combinaison du clientélisme électoral et des facilités de paiement utilisées pour acheter les votes (inflation monétaire ou endettement). En l'occurrence, l'Etat immoral, dévoyé par le socialisme providentiel et le collectivisme obtus, agit contre les populations pour les assujettir, en réduisant la liberté, en s'attaquant non seulement à la propriété privée (violences fiscales et réglementaires) mais également à la vie (guerres, violences civiles). Seul l'Etat minimal, réduit à ses fonctions régaliennes (police, justice, armée), peut prétendre être l'émanation effective des citoyens. Il est tout à fait exact de dire que l'Etat n'est pas une entreprise. C'est bien pourquoi il faut lui interdire d'agir comme un acteur économique qu'il n'est pas, qu'il ne pourra jamais être, et le contenir fermement à ses missions régaliennes d'arbitrage et de production de sécurité. Enfin, distinguer les prêteurs des citoyens est une logique inopérante car les prêteurs sont les citoyens. L'exemple de la faillite de l'Argentine le démontre très bien : les principales victimes de leur Etat immoral sont d'abord les Argentins eux-mêmes.

JB38  a écrit le 04/08/2012 à 12:07 :

Comme toute potion, l'austérité au-delà d'une certaine dose risque de tuer les malades. Avec le paradoxe que les malades de la dette sont plutôt bien portant physiquement, et on peut supposer qu'ils ne se laisseront pas indéfiniment administrer une médication qui pourrait finir par nuire à leur santé.Nous devrions voir bientôt dans les rues l'expression du rejet de cette potion amère.

austérité pour les fonctionnaires  a répondu le 04/08/2012 à 12:27:

C'est faux, l?austérité c'est d'abord une réduction du train de vie de l'état et du nombre de fonctionnaires. On a vu le résultat en Grèce, les fonctionnaires sont allés manifester car les premiers touchés.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 13:55:

Et les baisses de retraite ? Oublié ? Et les baisses de salaires ? Oups ! Oublié aussi !

Rien oublié du tout.  a répondu le 04/08/2012 à 14:31:

Rien oublié du tout. Ces mesures sont archi connues. Et bientôt ça sera l'Espagne, l'Italie et la France et toute l'Europe, l'Allemagne aussi.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 15:08:

Ah bon ! Ouf... Y en a un qui suit !

papy framboise  a répondu le 05/08/2012 à 11:42:

@Henri
Henri arrête de lire la tribune et de poster, va travailler pour me payer ma retraite de 3830 Euros mensuelle.

Henri  a répondu le 05/08/2012 à 14:45:

3.800 boules, vraiment pas de quoi se vanter !
Je suis sûr qu'il n'a même pas de Rolex en plus ...

papy framboise  a répondu le 05/08/2012 à 20:41:

non, pas de Rolex!, mais j'ai une Timex qui marche impeccable depuis 43 ans!.
Qui dit mieux?.

RPR  a écrit le 04/08/2012 à 11:30 :

Tout ceci n'arriverai pas si les amis des rentiers actuellement au pouvoir dans les pays européens ne forcaient pas les citoyens à sauver des banques privées.

Albatros  a répondu le 04/08/2012 à 11:52:

Sauf que si les états ne sauvent pas les banques, ce sont vos économies que vous perdez ! C'est précisément, le talon d'Achille du libéralisme qui ne veut aucune intervention de l'état ! La séparation totale des banques de dépôts et des banques de spéculation serait une meilleure solution avec garantie de l'état aux seules banques de dépôts ( + surveillance étroite de leurs investissements car l'irresponsabilité peut aussi se voir dans le secteur public :cf Crédit Lyonnais).

whocare  a répondu le 04/08/2012 à 12:20:

@Albatros « ce sont vos économies que vous perdez «  n'es-ce pas déjà le cas aujourd'hui ?

gambetta  a écrit le 04/08/2012 à 11:00 :

En 1936 les gens sentaient tourner le vent avec la crise économique, aujourd'hui l'histoire se répète.
"Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."
Winston Churchill

fred  a écrit le 04/08/2012 à 10:13 :

les Espagnols ne le supporteront pas..!!! on va droit dans une guerre civile en Espagne..!!!
mais attention notre tour arrive...et je suppose que les Français ne sont pas prêt a un tel sacrifice..!!
Et Pourtant cette année ils ont eu le choix...entre une poliitique Mondialiste Europeiste et une politique Souverainiste nationaliste..!!! maintenant Fermer là et commencer a vous préparez parce que les efforts qui vont être demander aux Français sont tout aussi colossaux..!!! vous l'a voulez votre Europe dictatrice et bien vous allez l'avoir..!!!

A fred  a répondu le 04/08/2012 à 10:45:

Je ne vois pas contre qui les espagnols entreraient en guerre civile. Révolution politique, peut être. Cependant, je ne suis pas sur qu'ils choisissent la droite nationaliste (voyez en Grèce où l'extrème gauche a failli avoir le pouvoir). Que les français soient bientôt soumis à un plus gros effort budgétaire, j'en suis aussi persuadé mais la sortie de l'euro pronée par la droite nationaliste et la gauche Mélanchon ne resoudra pas tous les problèmes.

dav77  a répondu le 04/08/2012 à 11:36:

@ A Fred : ce n'est pas la peine d'intervenir sur des forums pour dire de telles aneries ; je comprends que la France ne risque pas de s'en sortir avec des gens qui ne comprennent rien , qui font juste se faire bourrer le crâne sans réflexion par eux-mêmes !

JL Mélanchon n'a jamais prôner la sortie de l'Euro ! Le front de gauche , est comme le parti Siriza en Grèce :
ils veulent une autre Europe !
Ne plus laisser l'Europe dans les mains de ces dictateurs financiers , mais construire une Europe pour les peuples , et non contre eux , comme actuellement ........où il ferait bien bon vivre !

A dav77  a répondu le 04/08/2012 à 12:05:

Reçu 5/5 votre protestation : cependant, je ne vois pas comment effectuer le programme de Siriza ou Melanchon en restant dans l'euro. Quitter l'euro n'est d'ailleurs pas un gros mot; ceci est préconisé par le FN et également par des économistes de gauche radicale (Attac, Jacques Sapir etc...); Ne soyez pas trop idéaliste car la réalité est parfois trompeuse. On devait avoir une société où il ferait bon vivre avec le communisme et on a vu ce que cela a donné (Pol Pot, Staline, Mao, Kim Jong etc...)

dav77  a répondu le 04/08/2012 à 12:32:

Oui , bien sur , c'est bien connu que le FN a des économistes réalistes :(

Non , l'Europe peut être bien si elle est faite pour les peuples et pas pour les dictateurs financiers , et non contre ce peuple européen .

Quand au communisme , il y en a de plusieurs types , et ils sont différents en fonction de l'époque . L'ump d'aujourd'hui n'est pas le rpr d'hier .

Suffit de voir : les communistes grecs ne font pas partis de siriza et prônent la sortie de l'Europe ; alors qu'en France , le PC a rejoint le front de gauche et ces communistes ne demandent pas la sortie de l'Europe .

Alors critiquez les communistes comme si c'était les vilaines bêtes ....ahah surtout quand on prône le rejet des autres comme le FN .....

Si les communistes n'étaient pas là , vous n'auriez certainement pas la qualité de vie que vous avez depuis que vous êtes sur terre .

Chich  a répondu le 04/08/2012 à 13:01:

@dav77 : fred caricature beaucoup mais dans le fond il n'a pas tout à fait tort. La monté du nationalisme s'est toujours faites sur le terrau fertile d'une crise économique. Je ne vous ferez pas l'affront de vous rappeler dans quel contexte les nazis sont arrivés au pouvoir. Et ne pensait pas qu'on ne refera pas la même erreur : regardez l'évolution de la popularité de l'extrème droite en Europe depuis 10 ans... Et il suffit de lire les commentaires des articles de la Tribune : ça crache un venin rempli de bile et de haine sur les fonctionaires, les immigrés, les syndicats,...

France aussi  a répondu le 04/08/2012 à 13:10:

La France vit depuis 35 ans au dessus de ces moyens. L?Espagne l'a compris maintenant, à quand la France.
De telles reformes feront un grand bien à la France en dégonflant fortement l'administration inefficace et beaucoup trop cher.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 14:06:

Et en supprimant les rentes !

Gilles.  a écrit le 04/08/2012 à 9:56 :

La souffrance et les difficultés économiques des peuples européens de la ceinture Méditerranéenne vient du fait qu'il faut intégrer sur nos sols des millions de réfugiés des pays du Maghreb; ceux ci viennent grossir le rang des sans emploi et augmente de ce fait la charge sociale déja conséquente pour une Europe en crise économique.

A Gilles  a répondu le 04/08/2012 à 10:36:

Sans affirmer que cela ne soitt pas un problème, mettre tout sur leur dos est très excessif ! Les dettes ne sont pas uniquement de leur fait (santé, retraites, aide aux entreprises, 35 h etc...), les délocalisations et la surévaluation de l'euro non plus. Le patronat les utilise pour faire baisser le coût du travail. Après les émigrés, ce sera le tour des retraités (on a déjà vu des attaques haineuses écrites dans ces commentaires de la part de jeunes vis à vis des retraités).

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 10:40:

Quand ce ne sont pas les grecs, ce sont les maghrébins, c'est pratique les boucs émissaires ...

@Gilles  a répondu le 04/08/2012 à 12:31:

Arrêtez de chercher des boucs émissaires, l'origine des dettes publiques, en Grèce, en Espagne, en France, ce sont les dépenses de l'état et le nombre de fonctionnaires. Bien-sur, on peut accuser les immigrés, les banques, les retraites, etc. Mais c'est un gros mensonge habituel.

Bucy  a répondu le 04/08/2012 à 13:10:

Je ne suis pas fonctionnaire mais je voudrais bien qu'on cesse de les stigmatiser a longueur d'article comme vous le faites,Quand on voit la situation actuelle de la Fonction Publique : Hôpitaux ,(j'ai payé très cher pour le savoir)Police, Poste,entretien des routes etc etc j'espère pour vous que vous n'aurez jamais à regretter votre opinion actuelle '. Merci

@Bucy  a répondu le 04/08/2012 à 14:41:

Ce n'est pas de la stigmatisation. On se retrouve avec des dettes importantes, il faut le résoudre. Le problème ne vient pas des fonctionnaires eux-mêmes, mais de leur nombre et des excès des dépenses. Une solution serait de privatiser, ce que je pense, mais ce n'est pas la seule.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 15:10:

25 points de PIB pour les retraites et la sécu : en effet les pauvres cotisants ne peuvent plus payer davantage !

Bucy  a répondu le 04/08/2012 à 17:25:

Henri ! Je vous souhaite une longue vie en bonne santé .Mais un jour vous serez retraite et bien heureux d'avoir une sécurité sociale pour vous soigner et une retraite pour vivre! La vieillesse ce n'est pas seulement pour les autres. Merci

Iphone  a répondu le 04/08/2012 à 17:43:

Lol ! Henri a tout fait, tout connu, ne vieillit pas, mourra plus jeune qu'il est né et déteste les vieux. Pourquoi pas ? C'est un genre comme un autre. Mais par pitié, qu'il arrête de me tripoter ! Personne ne veut adopter un iphone torturé ?

Henri  a répondu le 05/08/2012 à 1:50:

Rien que pour vous, je continue...

Tommy  a écrit le 04/08/2012 à 9:53 :

Concernant la situation espagnole, cet énième plan de rigueur, imposé par la commission européenne augure très mal de la reprise dans la Zone euro. On court tout droit à la catastrophe. En effet, ces économies annoncées sont infaisables, tous les économistes les savent, et ne feront qu'empirer la situation catastrophique que connaît ce pays. Pour l'Espagne, il faut retrouver des relais de croissance en finançant l'investissement à moyen long terme, baissant le coût du travail afin qu'elle devienne compétitive. Ce pays doit obtenir de l'aide de l'Europe pour retrouver la croissance (seule possibilité de s'en sortir) avec des investissements massifs et à forte valeur ajoutée. Bref ce qui est fait est tout le contraire de ce qu'il faudrait faire. Sa crise est surtout immobilière (bulle ayant explosée) et la faute à un système bancaire trop laxiste (plus de 80% des Espagnols sont propriétaires !). Les Ibères n'ont pas de tissus industriels compétitifs et diversifiés, car ils ont misés en grande partie sur le développement pharaonique de leurs programmes immobiliers, complètement dément.
La gestion du timing de la crise qui frappe l'Europe, est toujours aussi nulle de la part des dirigeants européens qui prennent vraiment le problème à l'envers. Quelle incompétence économique ! L'influence de Madame Merkel sur la politique de rigueur et d'austérité n'a pas eue de résultat positif. Enfin,

manquepasdair  a écrit le 04/08/2012 à 9:36 :

bien sur qu ils le supporterons a grand coups de pied aux c.....

fred  a répondu le 04/08/2012 à 10:15:

ne soyez pas jaloux vous aussi vous allez en prendre des coups de pied dans le C...!!!
les Français sont toujours forts dès lors que tout ce passe hors de France mais vous allez voir lorsque la situation sera la même en France..on va bien rigoler.!!! j'espère que ceux qui votent pour ce système Pourri (UMP et PS) en ont conscience...qu'est ce que j'aimerais que ce soit EUX qui payent l'addition après tout Je vote pas pour les mondialistes pour ma part...!!!!

mondialistes  a répondu le 04/08/2012 à 13:18:

Ça ne veut rien dire mondialiste, c'est une invention de l?extrême droite pour désigner des boucs émissaires à la crise : immigrés, banquiers, etc. Mais devinez d'où viennent les dettes publiques ?
Les nationalistes veulent nationaliser les entreprises : ça va augmenter les dettes publiques et ça va transformer tous les Français en fonctionnaires, comme en URSS. Ils sont pires que les socialistes.

ToutUnFoin  a écrit le 04/08/2012 à 8:48 :

Les Espagnols le supporteront ils. La crise se résume par l'incompétence (comme en France) des politiques et c'est toujours le peuple qui trinque. La bonne gestion prévisionnelle et budgétaire font parties de leurs attributions. S'ils sont incompétents, il faut qu'ils soient sanctionnés. Ils doivent rendre des comptes et une non réélection n'est certainement pas suffisant comme sanction. Ils devraient pouvoir être viré en cours de mandat pour insuffisance professionnelle comme pourrait l'être n'importe quel employé, car le peuple est leur employeur.

Gilles1  a répondu le 04/08/2012 à 9:20:

Face à une caste très solidaire (ENA), le peuple n'a rien à dire.

ouedd  a écrit le 04/08/2012 à 8:46 :


Pour Jacques Sapir, avec l?euro, c?est comme « si l?Allemagne obtenait un accès libre aux marchés de ses voisins, elle leur offrait la possibilité de s?endetter à bon compte? pour acheter des produits allemands ». La crise actuelle a boulversé ce compromis puisque les voisins de l?Allemagne ont vu leurs taux d?intérêt s?envoler, alors que « l?Allemagne, elle, bénéficie toujours de l?accès aux marchés de ses voisins ». Bref, il y a une rupture asymétrique des conditions du contrat initial.

Pour lui, « il y a bien une dimension pathologique, une dimension folle dans ce projet. C?est ce que l?on retrouve à chaque fois que l?on est confronté à la théorie néoclassique et à ses fantasmes glaçants d?homogénéité des agents et des situations (?). Parce que l?on croit détenir un savoir d?une essence supérieure, on veut à tout prix que la réalité s?y conforme ». Certains ont voulu montrer que l?euro allait créer les conditions de son fonctionnement (Aglietta, Orléan).

Pour lui, l?euro était vicié depuis le début car il nécessite une forte solidarité, mais « vouloir constituer ce sentiment d?appartenance collective par ce système et par ses crises probables revenait à mettre la charrue avant les b?ufs ». Le saut quantique nécessaire (un décuplement a minima des sommes actuellement versées à l?Union Européenne), est totalement hors de question pour les pays qui seraient les créditeurs de ce système, et en premier lieu l?Allemagne.

Le mur de la réalité
Jacques Sapir montre qu?au contraire, l?euro a accentué la divergence des pays européens au lieu de permettre la convergence nécessaire, sur l?inflation, mais aussi la croissance, qui outre le fait de diverger au sein de la zone euro, baisse plus qu?ailleurs ! Il fait également un sort au mythe de l?euro protecteur, soulignant qu?il ne protège ni notre croissance ni de la spéculation? Je peux ajouter que la divergence d?une zone monétaire a été montrée par Paul Krugman.

Il souligne également le rôle de la politique néolibérale promue par l?Europe dans la crise que nous avons traversée. Cette déréglementation financière a créé les courroies de transmission de la crise venue des Etats-Unis à l?Europe et a également provoqué les énormes bulles immobilières espagnole et irlandaise. Il souligne le paradoxe de cette libéralisation extrême qui a abouti à rendre les Etats complètement dépendants de ces marchés à qui on a retirés toute entrave.

Enfin, il souligne qu?une monnaie unique pose de gros problèmes pour les échanges commerciaux. Il suffit en effet d?étudier l?évolution des balances commerciales depuis 10 ans pour constater que cette évolution n?était pas durable. Sapir dénonce également « l?impasse tragique de l?austérité et de la déflation », en soulignant que la récession induite, outre le fait d?être cumulative à l?échelle du continent, alourdit plus encore le poids de la dette, comme on le voit en Grèce.

L'impasse actuelle
Du même auteur

Les mauvaises mesures du président Hollande
Jacques Sapir, l'euro et ses travers 1/2
Etats-Unis: profits records pour patrons radins

Jacques Sapir revient sur quelques sommets pour en démonter les décisions qui ne font que renforcer l?impasse dans laquelle nous sommes. Il souligne que l?Allemagne est tout sauf un modèle, entre son krach démographique, sa très faible croissance depuis dix ans et le fait que sa réussite commerciale repose sur le fait que les autres pays ne suivent pas sa politique? Il s?oppose fermement à la camisole budgétaire que Nicolas Sarkozy, puis François Hollande, ont acceptée.

Il ne croit pas aux euros obligations, soulignant qu?en l?état, la note globale serait mauvaise et tendrait plutôt à renchérir les coûts d?emprunts de l?Allemagne et la France sans soulager suffisamment l?Espagne et l?Italie... Il souligne également que les « plans de sauvetage » de la Grèce sont bien plus coûteux qu?estimés, chiffrant à 345 milliards d?euros les besoins du pays de 2012 à 2019, une fois et demi son PIB, et conclut qu?une sortie serait moins chère.

Pour lui, le coût d?une aide aux banques frappées par le défaut de la Grèce serait largement inférieur, entre 110 et 160 milliards. Mais surtout, une sortie de l?euro, une dévaluation et un défaut permettraient à la Grèce de relancer son économie et de réduire le niveau du chômage. Il plaide pour une transformation de l?euro en une monnaie commune, une politique de réindustrialisation, allant de pair avec des mesures protectionnistes et enfin des mesures de justice sociale.

Jacques Sapir conclut son livre en prenant les exemples de l?Argentine, la Malaisie et la Russie pour montrer qu?il y a une issue à l?impasse actuelle et souligne que l?euro est dans sa crise terminale. Malheureusement, sa capacité de résilience est assez incroyable, même si l?issue semble déjà écrite.

Laurent Pinsolle

Gilles1  a écrit le 04/08/2012 à 8:32 :

Patience : ce sera bientôt le tour du voisin au-delà des Pyrénées.

oui  a répondu le 04/08/2012 à 8:37:

Tant mieux.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 8:47:

Les deux vieux du Muppet Show...

Pierro  a répondu le 04/08/2012 à 9:01:

@ oui, je ne crois pas que ça soit une bonne chose. en tout cas sous la forme actuelle. regarder ce qui se passe dans ces pays: un cercle vicieux est en train de se mettre en place: déficite : pas assez de rentré d'argent dans les caisses de l'états ==> austérité ==> chomage et diminution du pouvoir d'achat ==> augmentation du travail au noir et des rentré d'impot ==> toujours autant de déficit ==> austérité etc etc. Ceux qui ont les moyens de payer seront les premiers a partir, alors que ce sont eux qui en ont le plus profité des dysfonctionnement de notre systéme, exactement ce qui c'est passer en grèce ( 200mds ==> suisse) ou en Espagne. Après ont est tout a fait d'accord qu'il y a de grosses et nombreuses réformes structurelles a faire. mais juste appauvrir les peuples et les états, pour remboursé les banques.... je pense que c'est la pire solution et que ça pourrait devenir saignant au sens littérale du terme

@Pierro  a répondu le 04/08/2012 à 9:14:

La seule solution, c'est pas l austérité, mais tout privatiser. Faut pas chercher midi quatorze heures, y a pas d'autre solution qui fonctionne.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 9:30:

C'est cela, oui : transformer des monopoles publics en monopoles privés ...le libéralisme à la Ballamou et ses noyaux durs dirigés par la même caste ...

Pierro  a répondu le 04/08/2012 à 10:12:

Et une fois que tout est privatisé, un gouvernement, ça sert a quoi??? plus d'armée, plus de police, plus de soin, plus d'administration? les peuples seront esclave d'un minorité de patrons... génail

@Pierro  a répondu le 04/08/2012 à 12:43:

Un gouvernement, ça sert à représenter le peuple et donner des directions, mais pas employer les gens. Un gouvernement, ça ne sert pas à éduquer les gens, ni à les soigner, ni à les protéger. Il y a des professionnels pour cela.
Sinon, autant devenir tous fonctionnaires et communistes, comme en URSS, ça sera moins hypocrite.

&Jean  a répondu le 05/08/2012 à 15:30:

Mais bravo tu à tous compris de l?Économie, on va payer les impôts pour que tous soit privatiser, les écoles, les hôpitaux, l'armée, de quel professionnel tu parle?
Tu fait quoi de la solidarité d'une société qui est la base de ça propre survivance?
Cela c'est quelque chose qui doit t'échapper,

Pierro  a répondu le 05/08/2012 à 16:11:

En faite ton point de vue relevé exactement du problème français, qui date de la fin des année 1990, qui croit que le privé en France, vie, se développe, existe pour la France... ce qui est totalement faux aujourd?hui a l'heure de la mondialisation, et des paradis fiscaux.... De même décider c'est bien... mais quand il n'y a personne pour faire appliquer, on fait comment? ça devient la loi de la jungle.... regardez l'état des US, les inégalités présentes, et leur endettement ( toute dettes comprises, publique et privée, à 380% du PIB)... Et puis, protéger, ahahaha, c'est sur on va donner la dissuasion nucléaire a des privés, les contrôles policiers a des mercenaires... regarde ce qu'a fait black water en Afghanistan... et oui malheureusement, certain postes ne peuvent pas et ne doivent pas être rentable comme la santé. Combien de personne en France pourrait se payer en entier, une chimio ou encore une opération a c?ur ouvert...

@Pierro  a répondu le 05/08/2012 à 18:17:

Mais quand c'est pas rentable, qui paye les frais ? Toujours les mêmes ! Tu penses que la classe moyenne ou les riches ont envie de payer encore plus d'impôts ? Ils en ont marre et se barrent ailleurs. Alors ton système social qui prend aux riches pour donner aux pauvres ne marche pas et ne marchera jamais, sauf dans une dictature fasciste ou communiste.

Pierro  a répondu le 05/08/2012 à 19:17:

Non, c'est ce qui se passe en suède, et dans une moindre mesure dans les pays scandinaves, ou la taxation des riches est la plus hautes, (49%) mais c'est aussi la ou il y a l'un des meilleur niveau de vie au monde et des inégalités les plus basses. Sauf que la bas c'est une fierté de payé des impôts. D'ailleurs, sais tu que en France, la VRAIE, taxation des riches ( salaire sup a 10k?) et inférieur a 40%, alors que le haut de la classe moyenne, paye 47%d?impot sur leur salaire?? vive les niches fiscales...... Après, il y a de nombreuses dérives du système, entre le train de vie des politiques, les fraudes, la gratuité des soins non vitaux, pour les étrangers, les doublons départements/régions, les régimes spéciaux, les cadeaux fiscaux etc, etc. Ce que j'essaye juste de défendre c'est le modèle sociale Français, qui dans son idée première est loin d'être le pire.

@Pierro  a répondu le 06/08/2012 à 15:14:

Comme vous le constatez, la mentalité française est responsable, mais comment voulez-vous rendre les Français solidaires et sociaux ?
C'est mission impossible, car on copie actuellement, avec l'aide des médias et journalistes français, le modèle américain libéral, individualiste et anti-socialiste.

Pierro  a répondu le 06/08/2012 à 16:56:

Nous sommes tout a fait d'accord que les mentalités dans les pays nordiques et celle de la France est tout a fait différent. Suffi de parler avec les gens, ou lire les commentaires sur les articles... personne n'aime personne.... A ce demander encore si on est une vrai nation

popo  a écrit le 04/08/2012 à 6:58 :

oué ben vive la bourse des traders "la 3 guerre économique est en marche":*) .

Mandos  a écrit le 04/08/2012 à 6:55 :

L'Espagne ne s'est rien imposé du tout. Ce serait peut-être pas mal de se rappeler que l?austérité, ce n'est pas un choix, c'est seulement ce qui arrive quand on a dépensé beaucoup plus de richesses qu'on n'en a créée, hein. C'est tout de même fascinant tous ces gens qui croient qu'il suffit d'imprimer des billets pour que la richesse existe et soit disponible pour tous.

Soyons clairs, les petites économies de l'Espagne, ce n'est qu'un début. Elle devra faire encore plus. Et si ses courageux Indignés et ce qui gravite autour entendent tout casser pour protester, ils n'auront bientôt plus que leurs yeux pour pleurer, et du papier fraîchement imprimé par la BCE pour manger.

HC9  a répondu le 04/08/2012 à 8:55:

Vous avez raison,mais les français sont tellement nul en économie,et les hommes politiques tellement lâches que l'on préfère trouver des boucs émissaires.depuis 40 ans,la France
dépense plus qu'elle ne gagne!!!!!!!!Et nous en avons tous profité.

40 ans au-dessus de leurs moyens  a répondu le 04/08/2012 à 9:13:

La France comme l'Espagne ont vécu 40 ans au-dessus de leurs moyens, avec trop de fonctionnaires et trop de dépenses publiques.
Les responsables sont les peuples, car ils ont dit d'accord pour dépenser plus et avoir toujours plus de fonctionnaires.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 9:32:

Et mettre en place un état providence à crédit qui nous coûte 14 points de PIB pour les retraites et 11 points de PIB pour la santé !
Merci les soixanthuitards !

Ni droite réac, ni gauche laxiste  a répondu le 04/08/2012 à 9:53:

Arrêtez de taper sur les fonctionnaires sans rien voir à côté ! La baisse systématique des impôts préconisée par les libéraux n'a provoqué aucune relance, les aides publiques de l'état aux entreprises n'a empéché aucune délocalisation (plus de 10 milliards pour les 35 h), l'euro qui nous plombe notre compétitivité etc.... .

P@n@sonic  a répondu le 04/08/2012 à 11:14:

Lol ni droite ni reac tout ça pense que 57% du PIB en dépense publique c'est soutenable et compétitif en économie de marché, l'état centralise et donc gère plus de la moitié de la richesse produite dans ce pays.. y'a pas un souci???

dédé  a écrit le 04/08/2012 à 6:45 :

on parie qu'ils vont continuer a s'offrir les footeux les plus chers,qu'ils vont continuer a construire et que les hommes politiques détourneront tout l'argent pour leurs copains et les syndicats?

Martin  a écrit le 04/08/2012 à 6:43 :

En France la rigueur devrait commencer par tailler dans les effectifs de ceux qui nous ont mis dans le pétrin : les élus responsables. Diviser par 3 au moins le nombre des sénateurs (les USA n'ont que 100 sénateurs) et des députés (quand on pense qu'il il a 11 députés qui représentent les expatriés et qui ne servent absolument à rien).

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 8:30:

Si ils servent à deux choses : primo vous donner l'illusion de la démocratie, secundo à caser les copains.

Gilles1  a répondu le 04/08/2012 à 8:33:

Députés pour les expatriés : de superbes planques pour les copains. Népotismes et clientélisme sont les deux mamelles du système français. c'est cela qui devrait figurer sur les frontons des bâtiments publics.

Et pourtant  a répondu le 04/08/2012 à 8:51:

@Martin : Et pourtant vous vous précipitez à chaque élection pour les élire.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 9:22:

Les électeurs sont souvent cocus et ils payent la chambre en plus !

Linux35  a écrit le 04/08/2012 à 2:44 :

Voilà qui augure d'une récession tout aussi massive

Jean  a écrit le 04/08/2012 à 0:42 :

Si justement,si jamais on pouvait appeler George, non pas Washington, mais Bush, en souvenir de La Fayette, can you free this? On est en élections américaines. So Sam when you come back? Is poverty the aim?

Vulcan78  a répondu le 04/08/2012 à 1:46:

Non! L'argent prime sur la condition humaine. Et ce n'est pas avec Romney que les choses vont changer..

à genoux devant les rentiers !!!!  a écrit le 04/08/2012 à 0:10 :

c'est pas avec ça que la croissance va repartir !!! on fait le bonheur des rentiers mais le malheurs des entrepreneurs !

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 8:19:

Il n'y aura bientôt plus assez d'actifs en Espagne. Les créanciers vont prendre leurs pertes.

Pie  a écrit le 04/08/2012 à 0:07 :

Taratata; Rajoy, el matador est un grand homme!

perséides  a écrit le 03/08/2012 à 23:14 :

maintenant c' est le temps du pédalo ... La tweet sous le parasol .

Squer  a écrit le 03/08/2012 à 22:46 :

On est sur le meme chemin et l'hypo president ( oui celui qui fait le pitre en vacances, qui glande au jo etc...) nous y conduit tout droit par son inaction..

hugo  a écrit le 03/08/2012 à 22:43 :

Le matador a retourné le taureau, mais le coq qui joue à la grenouille qui se voulait plus grosse que le boeuf, lui court toujours... comment supporter qu'avec bac+5 on soit au salaire minimum et que le syndicaliste touche 4 fois plus. C'est ça la démocratie? Au moins aux JO on dit que le meilleur gagne... Alors qui ira au travail tant que ça durera... 5000 net pour 15h de travail chez les dokers de Marseille. Lequel des salariés accepte un tel scandale?

marcel66  a répondu le 03/08/2012 à 23:30:

avez vous remarqué que tous nos elus sortent tous des grandes ecoles !!! pas un seul n a jamais connu le travail !!!l la france est dirigée par des enarques ensuite viennent les fonctionaires ( je n ai rien contre eux mais trop nombreux ! ) et pour finir les syndicats qui ne representent qu eux memes ( moins de 8 pour cent de salaries ) achetes par le patronat et le gouvernement ( 9 milliards par an ) une armée de fonctionaires s ( syndiqués ) qui pompent toutes les forces vives de ce pays !!!ajoutez a cela aucun controle de l argent public les emplois fictifs ( prefet hors cadre . inspecteur general a l education nationale dont vous pouvez verifier sur le web )et l on peut aisement comprendre que nous sommes tres mal barrés !!! seul un DE GAULLE NOUS AURAIT SORTIS DE CE MERDIER !!!!!

Bill  a répondu le 03/08/2012 à 23:39:

L'Espagne est un pays que j'adore et je peux vous dire que Rajoy fait du bon travail! Vyez les chevaux andalous à Jerez! Vive les JO! Vive l'Homme!

re-bill  a répondu le 04/08/2012 à 0:28:

D'accord pour dire aucun contrôle de la Société sur l'eta. Maintenant demain peut-être demain nous serons un saine démocratie.. et sauve! Engagez-vous.

marcel66  a écrit le 03/08/2012 à 22:23 :

ils n y arriveront pas !!!on prolonge l agonie despeuples pour rien mais les banques elles se porterons mieux c est sur !!! nous sommes comme dans une cordee et l europe du sud dont nous memes entraineront tous les autres etats dans la chute de l europe !!! beau merdier en perspective !!! je m en fout car je vis en autarcie en montagne alors la crise je la verrais de haut !!! bon courage !!!

ber075  a écrit le 03/08/2012 à 22:21 :

"Les marchés devraient également apprécier ce nouveau tour de vis": eh non c'est tout faux.
Car les chef economistes des agences de notation sont allés en fac d'économie, où l'on apprend ce qu'on ne connait apparemment pas au gouvernement Espagnol ou à la comission européenne: une reduction de la dépense ou une augmentation de l'impot, diminue la croissance en déplaise au nouveaux pèeres la rigueur de réduction de la dette..

@ber075  a répondu le 03/08/2012 à 23:03:

Une réduction des dépenses publiques, à condition qu'elle soit accompagnée d'une baisse des impôts qui chargent les producteurs privés, alimente la croissance, puisque l'argent reste dans les mains de ceux qui font toute la croissance. Cela a été vérifié dans tous les pays qui ont accepté l'unique solution pour sortir de la crise.

gg  a répondu le 03/08/2012 à 23:05:

c est l augmentation des impots pour les entreprises qui est source de probleme ! Car il y a bien longtemps que les espagnols, italiens, francais et autres n achete que du made in china. Pour les particulier, seul demeure la grogne de la baisse du pouvoir d achat ! et donc de leur plaisir de consommation de e phone, console etc....

vido  a répondu le 04/08/2012 à 9:20:

D'accord avec Ber075. Une austérité démesurée ne fait que créer un cercle vicieux. Les gens consomment moins (ils paient plus d'impôts et doivent payer pour les services dont l'Etat de désengage: université, frais de santé....), les entreprises produisent moins et licencient, les recettes de l'Etat baissent, nouveau plan d'austérité, les gens consomment encore moins....

Les seuls cas de l'histoire économique moderne où l'austérité "brutale" a marché sont le Canada qui disposait d'une croissance tirée par ses matières premières et la Finlande qui pouvait dévaluer sa monnaie.

churchill  a écrit le 03/08/2012 à 21:34 :

ok, la premiere partie est bien avancee, maintenant il ft qu'ils fassent venir les boites chez eux, et ca va repartir ........ sinon ils ne vont pas tenir ... d'ailleurs ca tombe bien, la france met les boites dehors a tours de bras ...

pitre  a répondu le 04/08/2012 à 7:43:

Les Espagnols vont mourir, mais guéris.

patre  a répondu le 04/08/2012 à 8:38:

Ils vont travailler ?

pitre  a répondu le 04/08/2012 à 9:06:

Ils voudraient bien travailler, mais pas de boulot : 24 % de chômeurs dont 50 % chez les jeunes.
Explosion sociale à venir inévitable. C'est ce que veulent les marionettistes de Bruxelles?

patre  a répondu le 04/08/2012 à 9:17:

Du boulot y en a : dans la maçonnerie, dans le balayage, le nettoyage, le soin a domicile des vieux, les maisons de retraite, dans le ramassage des fruits, le ramassage des légumes, dans le ramassage des poubelles, etc.
Mais personne ne veut faire les emplois pénibles.
Du boulot y en a , mais personne ne veut faire les boulots difficiles.

pitre  a répondu le 04/08/2012 à 9:34:

Patre: je te parle des espagnols, pas des français...

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 10:43:

@ patre : marrant, que des emplois au service des rentiers et des vieux... Et de très haute technologie en plus !! Mouaarrrfff !

P@n@sonic  a répondu le 04/08/2012 à 11:16:

Il a pourtant raison y'a du boulot sur le marché intérieur, le pourvoir ça permettrait aussi de remettre l'argent des pensions de ces mêmes vieux en circulation plutôt qu'à dormir sur de l'épargne à vue..

@Henri  a répondu le 04/08/2012 à 13:21:

Vous pensez qu'il y a assez d'emplois pour les millions de bac+5 qui sortent en France et en Espagne ? Impossible, mais pourquoi est-ce une honte pour eux de faire les emplois difficiles ? D'ailleurs y a trop de bac+5, depuis que leur niveau est devenu nul, ces diplômes ne valent plus rien, le bac non plus. Il faudrait arrêter de se prendre pour des dieux et prendre le boulot existant.

Henri  a répondu le 04/08/2012 à 14:02:

Je vous faisais juste remarquer que ce qui a fait plonger l'espagne, ce sont les deux bulles étroitement liées : immo et infrastructures touristiques à Gogo pour les vieux d'Europe du nord !
Or vous citez précisément les emplois dans le bâtiment et pour s'occuper des vieux, je trouve juste que c'est cocasse !

@Henri  a répondu le 04/08/2012 à 14:44:

Dans le bâtiment, y aura toujours du travail, rien que pour rénover par exemple. Et s'occuper des vieux, avec le papy boom européen, y aurait de quoi occuper toute la jeunesse européenne, mais les jeunes semblent le refuser et préfèrent des boulots plus "bourgeois". Ça devient snob.

Henri  a répondu le 05/08/2012 à 1:54:

Disons qu' on pourrait arrêter de leur bourrer le mou avec des études qui ne servent à rien ...