Hollande et Merkel adressent un message de fermeté à Athènes

 |   |  562  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
François Hollande et Angela Merkel sont réunis jeudi soir à Berlin pour discuter de la Grèce. Ils appellent le pays à poursuivre ses efforts, mais ne semblent pas prêts à accorder au Premier ministre grec le sursis de deux ans qu'il sollicite pour mener à bien ses réformes.

Pour François Hollande et Angela Merkel, la Grèce était au menu des discussions eudi soir. Avant d'aller dîner ensemble, les dirigeants des deux plus grandes économies européennes ont tenu à Berlin une conférence de presse, évoquant les principaux sujets de l'Union, au premier rang desquels figurent la question de la dette grecque. Leurs premières déclarations montrent une certaine fermeté vis-à-vis d'Athènes.

La chancelière allemande a ainsi invité la Grèce à poursuivre ses réformes, et a expliqué qu'elle attend le rapport de la Troika pour pouvoir apprécier l'efficacité des mesures de rigueur mises en place en Grèce. "Nous voulons, je veux que la Grèce soit dans la zone euro, c'est une volonté que nous avons exprimée depuis le début de la crise", a, de son côté déclaré François Hollande."Il appartient aux Grecs de faire les efforts indispensables pour que nous puissions atteindre cet objectif", a-t-il ajouté. Angela Merkel lui a fait écho. "Nous sommes très attachés à ce que chacun respecte ses engagements", a-t-elle dit.

Le délai sollicité par le pays, en récession pour la cinquième année consécutive, semble donc loin d'être acquis. Pour réaliser son objectif de réduction des déficits publics à 3% du PIB,  "tout ce que nous voulons, c'est un peu d'air pour respirer, pour remettre l'économie en route et accroître les revenus de l'Etat", a expliqué Antonis Samaras, dans un entretien au quotidien populaire allemand Bild, mercredi.

Désaccords franco-allemands

Pour l'heure, Athènes attend en outre le versement d'une tranche d'aide supplémentaire de 31,5 milliards d'euros. Mais celle-ci est conditionnée au rapport de la Troïka (UE-BCE-FMI). Un rapport qui pourrait également conditionner la renégociation plus globale du plan d'aide demandé par Antonis Samaras. En effet, Angela Merkel a fait savoir qu'elle refusait de prendre une décision avant la publication de ce rapport en septembre. Une position également défendue par le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker. Outre la question de la renégociation du plan déjà accordée, la division entre Paris et Berlin pourrait porter sur un éventuel troisième plan d'aide à Athènes. 

Discuter d'une position commune

Le Premier ministre grec doit d'ailleurs rencontrer la chancelière allemande vendredi, puis le président français samedi. Un calendrier loin d'être anodin, selon Claire Demesmay, chercheuse pour l'Institut allemand des relations étrangères DGAP, interrogée par l'AFP. "L'objectif pour François Hollande et Angela Merkel, c'est de discuter flexibilité contre garanties. Chacun doit se repositionner après le calme estival sur une ligne commune, avant l'arrivée du Premier ministre grec", explique-t-elle.

Les discussions diplomatiques se sont particulièrement intensifiées cette semaine. Mardi soir, le président français s'est ainsi entretenu avec le Premier ministre britannique David Cameron. A l'issue de leur conversation téléphonique, ils ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la Grèce à "stabiliser sa propre économie".

Samaras tente d'infléchir Berlin

De son côté, le chef du gouvernement grec tente d'infléchir la position allemande. Il a multiplié les interventions dans la presse du pays cette semaine. Dans une interview à paraître ce jeudi dans le quotidien Süddeutche Zeitung, il promet ainsi aux Allemands que son pays remboursera ses dettes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2012 à 8:18 :
notre "moi président" a pris sa petite leçon de (réelle politique en bon français) Mde Merkel
n'est pas une girouette et les décisions prisent sont appliquées ,a si nous avions un président et un gouvernement aussi efficace cela marcherai un peu mieux chez nous
Réponse de le 24/08/2012 à 17:49 :
Tout à fait d'accord!
a écrit le 24/08/2012 à 7:12 :
attention au double langage de FH qui en est un grand spécialiste !!!
Je dit, tout en me ménageant le fait de ne l'avoir pas dit...
a écrit le 24/08/2012 à 7:10 :
Nous devrions tous sortir de l'Europe des banquiers et reconstruire une Europe du Peuple!
Quelle trahison de nos dirigeants de nous avoir menés dans cette unions construite pour nous asservir aux puissants...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :