La Tribune

Le président du Parlement européen contre une "orgie d'austérité"

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  326  mots
Le président du Parlement européen, Martin Schultz, s'est prononcé en faveur d'un délai supplémentaire accordé à la Grèce et à l'Espagne dans la remise en ordre de leurs finances publiques.

Le président du Parlement européen, le social démocrate allemand Martin Schultz est contre "une orgie d'austérité" et veut "donner plus de temps à la Grèce et à l'Espagne" pour remettre en ordre leurs finances publiques. Pour Martin Schultz, ces deux pays ont surtout besoin "d'un engagement envers l'euro, d'investissements stratégiques, de lutte contre le chômage des jeunes et... d'espoir".

Pas de l'intérêt des pays riches que l'UE s'effondre

Il en a profité pour lancer un message à l'adresse de ceux, comme les allemands de la CDU, qui se montrent très critiques à l'égard de ces deux pays en rappelant qu'il était aussi de l'intérêt des riches pays de l'Union européenne (UE), comme l'Allemagne, "de ne pas voir s'effondrer leurs marchés à l'exportation".

Un budget pour la zone euro "est pensable"

Dans le débat en cours sur la prise en compte au sein de l'UE d'un budget propre aux seuls pays membres de la zone euro, le président du Parlement européen s'y est montré plutôt favorable: "Un budget spécial pour les 17 pays de la zone euro est pensable", a-t-il indiqué jeudi soir au cours d'un débat avec des responsables syndicaux autrichiens.

Les co-responsables de la crise ne peuvent échapper à leurs responsabilités

Par ailleurs, au cours d'une conférence de presse, il s'est félicité de l'instauration par onze pays européens d'une taxe sur les transactions financières car "il n'est quand même pas possible que ceux qui sont au moins co-responsables de la crise échappent à leurs responsabilités".

Pour "un gouvernement européen"

Enfin, dans une interview au quotidien autrichien Standard à paraître vendredi, Martin Schulz s'est prononcé pour "un gouvernement européen", avec comme mission de gérer "les compétences attribuées à l'Union européenne". Un "gouvernement européen responsable devant le Parlement européen, qui nomme ce gouvernement et le révoque si nécessaire".

Réagir

Commentaires

6784azertyuiop  a écrit le 18/11/2012 à 21:58 :

c pas schultz c schulz

MDR  a écrit le 12/10/2012 à 16:25 :

Les pays d'Europe du Sud, dont la France, sont out bonnement insolvables et ne pourront jamais honorer leurs dettes. Ah non: C'est vrai ! On m'a dit que ce n'était pas vrai ! (Au demeurant ce sont ceux qui ont mené le pays droit dans le mur qui me le prétendent....)

Gunzerker  a écrit le 12/10/2012 à 16:18 :

Vive la Norvège!

ber075  a écrit le 12/10/2012 à 14:38 :

Pour la ''zone euro'', avec un taux d'endettement de 85 %, en 2010
et une croissance moyenne en volume de la zone de l'ordre de 1 % au cours de la période 2000-2010
il faudra pour la zone euro un déficit budgétaire moyen limité en 2013 à 1,24 %
pour respecter l'article 4 du pacte. Car 84,25%=1,24%+(85,5%/1,03).
Or depuis 2009, dans la zone euro prise dans son ensemble, pour 1% de réduction du déficit budgétaire,
la croissance est diminuée en moyenne de 1,25% (blog New Tork Times prix nobel éco Paul Krugman)
Pour arriver au niveau moyen de déficit budgétaire de 1,24%, on ne peut pas viser une réduction du déficit budgétaire
moyen de plus de 1/1,25=0,8%, sans mettre la zone en récession, ce qui est déjà le cas depuis 2012
A partir de cette impulsion budgétaire moyenne négative, le déficit budgétaire annuel sera réduit
de 0,8%*-0,55*1%= 0,25%, où 0,55 est le coefficient d'élasticité budgétaire.
Le déficit budgétaire moyen de la zone euro étant de 4,1% en 2011, on peut estimer que la zone euro respectera en moyenne l'article 4,
en 2024, car il faut gagner en moyenne 2,86% de déficit budgétaire, pour le faire passer aux environs de 1,24 %,
à un rythme de réduction annuel difficilement supérieur à 0,25%.
Cette -- période transitoire d'ajustement-- rendra cependant la zone très vulnérable à des chocs économiques externes,
car elle suppose une croissance réelle moyenne nulle, pendant une durée de 11 ans.
Si le coefficient d'élasticité budgétaire moyen est supérieur, cela repousserait davantage l'échéance...

hulk  a répondu le 12/10/2012 à 21:17:

On a déjà fait les mêmes raisonnements avec maastricht et nous en sommes au même point aujourd'hui. Les Etats et surtout la France ne respectent jamais leurs engagements. La question est pourquoi ?

bartg  a écrit le 12/10/2012 à 12:58 :

Il a peur pour sa paye et ses avantages...il faut etouffer le peuple juste ce qu il faut pour qu il s endorme , si trop il se debat et pourrait ebranler le systeme et quand on est en haut....

qui connaît Martin Schulz ?  a écrit le 12/10/2012 à 12:54 :

encore un type de l'Europe inutile car personne ne le connaît

QUICK  a écrit le 12/10/2012 à 11:50 :

Le nouveau leitmotiv de nos penseurs étaler les tortures et autres prélèvements pour que les peuples soumis ne crient pas trop fort. Et s'ils pouvaient rester en vie.ce serait toujours plus rentable non!

STONE1  a écrit le 12/10/2012 à 11:48 :

Une orgie avec en fin de compte des Européens deshabillés parce que trop pauvres pour s'habiller? Je suis pour !

paspourrire  a écrit le 12/10/2012 à 11:40 :

La sollidarité pour tout le monde , aussi pour tout les reprensentents de l'europe à Bruxelle et Strabourg
présidents , députés , fonctionnaires de tout rang et fonctionnement des locaux , une baisse de vos traitements et primes , s'impose aussi à vous tous .
Il n'est pas normale que l'ont demande à tous les éfforts et que des privilègiers eux mêmes n'en fasse pas .