La Tribune

Grèce : S&P relève sa note de six crans

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  307  mots
Pour la première fois depuis 2010, l'agence de notation financière Standard & Poor's a remonté la note de la Grèce, qui passe de "défaut sélectif" (SD) à "B-".

Une première. Depuis 2010 en tout cas. L'agence de notation financière Standard and Poor's a annoncé mardi avoir remonté de six crans la note de la Grèce. Le pays passe de la catégorie "défaut sélectif" (SD) à "spéculative" (B-), qui rassemble les émetteurs de dette qui risquent de ne pas honorer leurs échéances. Depuis le déclenchement de la crise de la dette en 2010, qui a plongé le pays dans une spirale de récession et de rigueur, la Grèce n'avait en effet cessé de voir sa note être dégradée.

Cette révision à la hausse fait suite à la conclusion de l'opération de rachat par la Grèce d'une partie de sa dette au tiers de son prix, explique l'agence de notation dans un communiqué.

A un cran du défaut de paiement

Mais en plaçant le 5 décembre le pays en situation de "défaillance partielle", à un cran seulement du défaut de paiement, l'agence avait bien précisé qu'il s'agissait d'une mesure provisoire. Le temps que le pays opère le rachat de dette convenu avec ses bailleurs de fonds en préalable à la reprise de sa perfusion financière.

Objectif atteint

Or Athènes a mené à bien cette opération, en recevant la semaine dernière des offres de rachat pour un montant de 31,9 milliards d'euros de la part de ses prêteurs privés. Ce qui a conduit l'Union européenne à donner son feu vert au déblocage d'une tranche de 34,3 milliards d'euros de prêt gelée depuis juin.

Enfin, pour expliquer sa décision, outre la "forte détermination" européenne à garder le pays dans la zone euro, l'agence de notation invoque également "l'engagement du gouvernement à mener à bien l'ajustement budgétaire et structurel" requis par les bailleurs de fonds du pays.
 

Réagir

Commentaires

arcesilas  a écrit le 19/12/2012 à 14:13 :

Entre les réformes entamées par l'Etat grec, la supervision de la Troïka, la réduction des dépenses sociales, le rachat à bon compte d'une part de la dette publique, la liquidation d'une large part des dettes dues aux banques privées, les vagues promesses de suppression de la dette due aux créancier publics européens après les élections allemandes, la solidité de l'appareil policier grec, l'apolitisme de l'armée, ... oui, c'était justifié.

hectopascal  a écrit le 19/12/2012 à 13:48 :

Ca prouve bien que l'effort paye meme si c'est tres dur a supporter pour le peuple grec.L'engagement et les reformes avancees semble credibles pour cette agence de notation. Bravo.

Mouhahahahahah !!!!!  a écrit le 19/12/2012 à 6:53 :

C´est noel avant l´heure LoL, mouhahahahaha!!! quelle blague !!!!

Lol  a écrit le 18/12/2012 à 23:09 :

Un poisson d'avril avant Noël, je n'avais jamais vu ça ! :)

Britannicus  a écrit le 18/12/2012 à 21:34 :

Et donc, les grandes banques européennes qui vendent actuellement leur filiales locales en Grèce n'auraient rien compris ? Amusant...

krok  a écrit le 18/12/2012 à 21:32 :

C'est une blague ! M.Draghi a due demander à ses copains de S&P d'adoucir la notation histoire que ces amis de G.S puisse spéculer un peu sur la dette grecque avant de rafler une fois de plus la mise.