Pourquoi le SPD allemand veut bloquer l'aide à Chypre

 |   |  767  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les 17,5 milliards d'euros qu'a demandé Chypre au MES pourraient échouer au Bundestag. Les Sociaux-démocrates allemands ne veulent pas payer pour les banques chypriotes. Or, sans eux, Angela Merkel ne dispose pas de majorité pour faire adopter cette aide.

C'est un nouveau casse-tête pour Angela Merkel... et pour l'Europe. Selon le quotidien munichois Süddeutsche Zeitung, le parti social-démocrate SPD refuserait de voter en faveur d'une quelconque aide européenne à Chypre. «Je ne peux pas m'imaginer que les contribuables allemands sauvent les banques chypriotes dont le modèle est fondé sur l'évasion fiscale», a martelé le secrétaire général du SPD Sigmar Gabriel. Un peu plus tôt, les Verts avaient également émis des réserves sur l'aide à Nicosie.

17,5 milliards d'euros d'aide pour Chypre

Chypre a demandé une aide européenne de 17,5 milliards d'euros, soit l'équivalent de son PIB, l'an passé. Après plusieurs mois de longues et difficiles négociations, Nicosie a adopté en fin d'année un plan d'austérité qui se soumet aux exigences de l'UE pour pouvoir prétendre recevoir cette aide du MES. Ces fonds sont nécessaires en raison de la situation des banques chypriotes, rudement touchées par la crise grecque et les restructurations de la dette hellénique. Sur les 17,5 milliards d'euros de l'aide, 12 milliards d'euros devront aller renflouer les banques chypriotes.

Chypre, plate-forme financière

La critique de Sigmar Gabriel n'est pas entièrement fausse. Chypre est une plate-forme financière qui a attiré au cours des dernières décennies l'argent grec, moyen-oriental et ex-soviétique grâce à des taux d'imposition faible. C'est aussi la première étape pour la construction de montages «d'optimisation fiscale» dans d'autres paradis fiscaux. Les oligarques de l'ex-URSS ont été les plus friands de ce type de montages et grâce aux banques, Chypre est officiellement le premier investisseur en Ukraine et en Russie. Mais c'est argent est en réalité de l'argent russe et ukrainien qui revient au pays, via Chypre. Du reste, Moscou avait accordé en 2011 un prêt de 2,5 milliards d'euros pour tenter de maintenir Nicosie à flot. Mais cette fois, la Russie ne semble plus décidée à mettre la main à la poche.

L'obligation d'en passer par le Bundestag

Comme le prévoient les décisions de la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe, le représentant allemand au conseil d'administration du Mécanisme européen de Stabilité (MES) ne peut se prononcer sur le déblocage d'une nouvelle aide sans l'accord du Bundestag. Or, sans l'accord du représentant allemand (qui pèse 29% des droits de vote), la majorité qualifiée nécessaire (73,9% des droits de vote) ne peut être atteinte. Autrement dit, sans l'accord du Bundestag, pas de feu vert à l'aide à Chypre.

Pas de majorité pour Merkel

L'ennui, c'est qu'Angela Merkel ne peut compter sur sa propre majorité pour adopter cette aide au Bundestag. Depuis 2010, chaque accord du parlement sur les sujets européens a été obtenu grâce à l'adhésion du centre-gauche, Verts et Sociaux-démocrates. Lors du dernier vote en novembre 2012 sur les nouvelles mesures de soutien à la Grèce, il manquait ainsi 14 voix à la majorité libérale-conservatrice de la chancelière. Autrement dit, sans les voix du centre-gauche, l'aide à Chypre devrait s'arrêter sur le bureau du Bundestag. Or, certains membres de la coalition comme le chef du groupe de la CSU bavaroise Markus Ferber a réclamé une garantie que «nous n'aiderons pas les oligarques russes, mais bien les citoyens chypriotes.»

Espoirs d'un accord

Quelle peuvent être les conséquences d'un tel refus du Bundestag? Il n'est, d'abord, pas acquis. En théorie, l'aide à Chypre doit être validée par les ministres des Finances de la zone euro le 10 février prochain. Angela Merkel va sans doute s'employer entre-temps à durcir les conditions imposées à Nicosie et à ses banques et à bâtir un compromis avec l'opposition. Certes, en période de campagne électorale, le SPD n'a pas l'intention de céder trop avant. Mais il ne doit pas insulter l'avenir qui pourrait bien prendre la forme d'une «grande coalition» avec la CDU en septembre prochain... Bref, la possibilité d'un vote favorable du Bundestag n'est donc pas à écarter.

Danger pour l'Europe

Mais si le SPD tenait bon, la situation pourrait prendre un tour plus difficile. Chypre n'aurait pas d'autres moyens pour sauver ses banques que de sortir en catastrophe de la zone euro et d'émettre de la dette en nouvelles livres chypriotes. Ou bien de laisser ses banques faire faillite. Mais ce serait la ruine pour la petite république qui, outre le tourisme, est très dépendante de son secteur financier. Dans tous les cas, ce serait un échec pour l'Europe et un dangereux précédent qui ne manquerait pas de relancer les doutes sur la cohésion générale de la zone euro.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2013 à 17:51 :
La vérité est que le SPD veut se refaire une beauté auprès des contribuables allemands qui en ont assez de payer pour les autres (le fait qu'en fait ce sont les Allemands qui profitent le plus de l'Euro ne les intéresse pas et ils ne veulent pas le savoir). Il faut tenir compte du fait qu'il y aura des élections en Allemagne d'ici peu. Merkel, pour éviter une catastrophe, se sent obligé de dire oui, le SPD qui n'est pas au gouvernement fera porter le chapeau à Merkel et joue au défenseurs du riche contribuable allemand (Paradoxe en somme). Somme toutes, Kasperle Theater, comme diraient nos amis d'outre Rhin, qui en fait ne sont pas du tout nos amis et ne l'on jamais été, ils ont seulement fait semblant de l'être. Leur religion, qu'ils soient de droite ou de gauche, a toujours été et sera toujours : à nous la bonne soupe!
a écrit le 10/01/2013 à 9:51 :
Deutscher Michel a entieremenet raison ! ( rire !!)
Depuis 2010 ( oui je répète 2010 ) l´année ou l´Allemagne a terminé de payer à la France sa dernière traite de réparation pour le 1ere guerre mondiale ( pour les plus jeunes c´etait de 1914 a 1918 ), ´Allemagne n´arrête pas de reconquir l´Europe par sa force économique . C´est un pays de gros capitaistes qui exploite les peuples.
La quasi totalité de la classe ouvrière travaille pour des salaires entre 400 eur /mois pour les plus qualitfiés ( ingenieurs etc. ) et un Euro mois pour les gens normaux.
Bien sûr les caisses de retraites ne sont que théoriques et réservées à la classe des seigneurs. Il n y a que les 10 % de richzes qui roulent en Mercides, les autres vont en velos en vielle DACIA pourrie .. Bref l´Allemagne est un cataclysme poiur le reste de l´Europe !
Deutscher Michel : einverstanden ??


a écrit le 10/01/2013 à 6:28 :
En tant qu'allemand et fonctionnaire je me dis que pour le moment, grâce a nôtre excédent de la balance commerciale de 16 Milliards PAR MOIS en moyenne et ceci depuis plus de 10 ans. Nous profitons plus que quiconque de l'UE et de l'Union Monétaire, ceci aux dépens des pays moins favorisés que nous. Les quelques petits milliards que l'Allemagne doit verser à Bruxelles tous les ans ne sont rien par rapport à l'excèdent commercial que nous réalisons grâce à cette petite cotisation. Excèdent commercial énorme qui nous permet d'exporter nôtre chômage vers les pays de l'union monétaire économiquement plus faibles et qui, a cause des traités imposés à l'UE et surtout à l'Union Monétaire par l'axe franco-allemand, ne peuvent ni empêcher ni taxer l'avalanche de produits Made in Germany, Made in China, Made in Korea, etc., etc., qui étouffe et empêche leurs propres économies de se développer. Les bénéfices ainsi réalisés dans les pays sur-endettés, y compris la Grèce et la France étant souvent réinvestis par nos grandes entreprises hors de la Zone Euro, souvent dans les pays de l'ancien bloc soviétiques que nous sommes en train de coloniser d'ailleurs en rachetant tout ce qui est privatisé, ce qui va nous donner le contrôle économique sur ces pays. Que la Grèce, l'Espagne, le Portugal et autres affichent un chômage des jeunes qui dépasse déjà les 50% n'intéresse ni M Weidmann, ni M Sarrazin, ni ma pomme, et Merkel s'en balance, en fait cela nous arrange, nous récupérons ainsi l'élite de ces pays, puisque nous manquons de jeunes hautement qualifiés. Quand à M Klaus Regling, qui se dit inquiet pour l'Italie (production industrielle en baisse de plus de 25% depuis 2007), croyez moi, c'est bien le dernier des soucis des Allemands. L'Italie est destinée à faire partie du tiers monde à plus ou moins brève échéance, la France également mais à très long terme. Les accords UE ne garantissent pas une qualité de vie similaires dans les pays de l'Union Monétaire, le fait que les pays pauvres deviennent toujours plus pauvres et les pays riches toujours plus riches le prouve. Une sorte de néocolonialisme en somme. Et qui nous empêchera de quitter ce cirque qu'est l'UE, une fois que nous aurons reconquis en en prenant le contrôle économique, les « Ostgebiete » perdus après la deuxième guerre mondiale? Déjà une bonne partie de ces territoires est au main du gros capital allemand.
Réponse de le 10/01/2013 à 7:42 :
Il nous faut trouver une solution qui conviendrait à la majorité des 17 pays membres à part égale de l'Union Monétaire et oublier un peu la France et l'Allemagne. D'autres membres de l'Union Monétaire ont encore plus de problèmes que nous. En fait les problèmes de l'Union Monétaire proviennent du fait que les décisions ont presque toujours été prises dans l?intérêt de et par l'axe franco-allemand
Le système du chacun pour soi actuel avantage forcement les plus forts. Le plus fort, du à différents facteurs, entre autres naturels donc immuables, le plus fort je disais est l'Allemagne. - - Ainsi les accords, voulus, décidés, imposés aux autres membres par l'axe franco-allemand (Mitterrand doit bien le regretter dans sa tombe mais la France à l'époque avait aussi un excédent de la balance commerciale) ces accords doivent être modifiés de façon à arriver à une convergence économique au sein de l'Union Monétaire si nous voulons sauver celle-ci.
Le dumping social et le dumping des salaires imposés par Merkel et Sarkozy n'est pas la bonne solution, comme nous pouvons le constater, puisque il aboutit à un chômage des jeunes de plus de 50% dans plusieurs pays de l'Union et à l'exode et le brain drain vers d'autres continents.
Une TVA différentielle est la solution qui me semble la plus adéquate, il y a peut-être mieux. Mais tenez cependant compte que nous sommes 17 et non pas 2 (France et Allemagne), il faut donc trouver une solution favorable au 17 pays, une solution qui aurait pour but la convergence économique vers le haut dans l'Union.
a écrit le 09/01/2013 à 19:56 :
C'est sur que nous (toute l'europe) aurions jamais du entériner un accord d'entrée au club sans avoir au préalable effectué une batterie de test ... Mais, ce n'est pas en regardant dans le rétroviseur que l'Europe va continuer.
Pour le bien de tous, arrétons de voir le mal partout, mais plutot rédigeons et appliquons des lois Européennes très strictes, afin de ne plus avoir à revivre un cauchemard pareil, malgré que certains l'ont provoqué.
Pour ma part Chypre devrait assainir ses comptes, comme l'Italie avec le Vatican, après nous trouverons bien un moyen afin de retrouver notre aide financière. Comme l'a remarqué Paulo, ce Pays possède des ressources de gaz et pétrole si nous le laissons à la Russie, nous nous en sortirons jamais...
L'investissement constitue un risque de départ mais peut rapporter énormément si des prérogatives sont prises dans ce sens là !
a écrit le 09/01/2013 à 19:53 :
Intéressants tous ces commentaires... Je rappelle que la création de l'union économique européenne étant sensée répandre douceur, paix et félicité dans les nations ravagées par la guerre alors que nous étions en paix depuis 50 ans, que l'économie se portait bien et que les peuples des nations étaient libres. A vous lire, il faut livrer Chypre aux turcs, se défaire des grecs, virer les anglais et faire payer les allemands tandis que nous sommes tous quasiment ruinés et dépossédés de notre souveraineté. Je vous laisse en tirer les conclusions qui me semblent s'imposer ...
Réponse de le 09/01/2013 à 21:34 :
@ Bastien,
toujours aussi intelligent, heureusement que vous étes la, en somme.
Deutschland über Alles ou alles?
a écrit le 09/01/2013 à 17:47 :
C'est étonnant de la part d'un parti socialiste qui devrait faire preuve de solidarité de faire preuve d'autant d'égoisme, s'il s'était agi d'un pays ayant le plus fort taux de fonctionnaires ils auraient dit oui sans coup férir, c'est aussi cela l'Europe se sacrifier pour les autres et matraquer les contribuables pour aller payer les banques à Chypre, ben voyons ! Les socialistes deviendraient-ils égoistes ?
Réponse de le 09/01/2013 à 18:12 :
@ Tombiker,
tu ne m'as pas lu?
La vérité est que le SPD veut se refaire une beauté auprès des contribuables allemands qui en ont assez de payer pour les autres (le fait qu'en fait ce sont les Allemands qui profitent le plus de l'Euro ne les intéresse pas et ils ne veulent pas le savoir). Il faut tenir compte du fait qu'il y aura des élections en Allemagne d'ici peu. Merkel, pour éviter une catastrophe, se sent obligé de dire oui, le SPD qui n'est pas au gouvernement fera porter le chapeau à Merkel et joue au défenseurs du riche contribuable allemand (Paradoxe en somme). Somme toutes, Kasperle Theater, comme diraient nos amis d'outre Rhin, qui en fait ne sont pas du tout nos amis et ne l'on jamais été, ils ont seulement fait semblant de l'être. Leur religion, qu'ils soient de droite ou de gauche, a toujours été et sera toujours : à nous la bonne soupe!
a écrit le 09/01/2013 à 16:12 :
La vérité est que le SPD veut se refaire une beauté auprès des contribuables allemands qui en ont assez de payer pour les autres (le fait qu'en fait ce sont les Allemands qui profitent le plus de l'Euro ne les intéresse pas et ils ne veulent pas le savoir).
Il faut tenir compte du fait qu'il y aura des élections en Allemagne d'ici peu.
Merkel, pour éviter une catastrophe, se sent obligé de dire oui, le SPD qui n'est pas au gouvernement fera porter le chapeau à Merkel et joue au défenseurs du riche contribuable allemand (Paradoxe en somme).
Somme toutes, Kasperle Theater, comme diraient nos amis d'outre Rhin, qui en fait ne sont pas du tout nos amis et ne l'on jamais été, ils ont seulement fait semblant de l'être. Leur religion, qu'ils soient de droite ou de gauche, a toujours été et sera toujours : à nous la bonne soupe!
Réponse de le 09/01/2013 à 16:55 :
Vous êtes persuadé que "ce sont les Allemands qui profitent le plus de l'Euro" ! Ce n'est pas si simple à démontrer.
Réponse de le 09/01/2013 à 18:10 :
Pour être exact il faudrait dire l'industrie allemande profite le plus de l'Euro.
La production industrielle italienne a baissé de 25% depuis 2007, principalement parce-que les dévaluations périodiques de la lire qui permettaient à l'industrie italienne de rester compétitive ne sont plus possibles, en moindre mesure c'est aussi le problème de la France. L'excédent de la balance commerciale allemande a été toujours excédentaire ces dix dernières années, et pas juste un peu excédentaire, en moyenne de 16 Milliards par mois, encore une fois: par mois 16 Milliards.
Ce qui a permis à l'Allemagne d'exporter son chômage vers les autre pays de l'Union monétaire. L'Euro avantage les plus forts, et les Allemands (industrie) sont les plus forts de l'Union Monétaire.
Les dettes des pays du sud de l'Europe et de la France c'est bien principalement en Allemagne qu'elles sont allées. Vous ne croyez pas? Pire encore, les bénéfices que les allemands (firmes) ont fait ont souvent été réinvesti dans des pays qui ne sont pas dans l'Union Monétaire et qui donc peuvent dévaluer (ce que nous ne pouvons plus faire) et qui sont maintenant aussi nos concurrents (surtout de l'Italie).
On s'est fait avoir, en somme!
a écrit le 09/01/2013 à 14:21 :
Franchement, si ce petit cailloux sec, paradis fiscal pour financiers mafieux et riches grecs, point de blocage vis à vis la Turquie est capable de nuire à ce point à l'Europe, il faut l'ejecter le plus rapidement possible et le laisser avec ses amis grecs.
Réponse de le 09/01/2013 à 16:39 :
Ah bon ? Selon vous il faut intégrer les turcs à l'Europe ? Les Turcs qui bafouent les droits de l'homme, sont responsables de génocides et ont honteusement spolié les chypriotes ?
Les chypriotes sont chypriotes, ils n'ont rien à voir avec les grecs. Merci de ne pas faire l'amalgame. Et le "caillou sec" regorge de richesses et d'attraits pour les autres civilisations depuis des millénaires. Révisez votre histoire !
a écrit le 09/01/2013 à 14:21 :
Ah bon !
pour consolider l'europe il faut favoriser les magouilles financières ?
a écrit le 09/01/2013 à 14:09 :
On va ruiner les contribuables pour sauver tous ces mafieux politico banquiers qui possedent des dossiers sur l autre moitie des politiques...arretons le massacre au nom du oui mais on ne sait pas ce qui va se passer... c est vrai l autre decision est une certitude la ruine du contribuable europeen...
a écrit le 09/01/2013 à 14:04 :
laissons les banques chypriotes faires faillites. ce n'est tout de même pas aux contribuables de sauver les avoirs et biens des évadés, tricheurs et autres optimisés fiscaux!
a écrit le 09/01/2013 à 13:59 :
je ne suis pas raciste mais je dis HALTE LA .on n est pas des vaches a lait pour tous les pays du sud alors je ne peux que dire que je soutiens a fond le SPD ALLEMAND car on a assez donné et que l on doit penser a nous avant les autres .car la fumisterie a assez durée..
a écrit le 09/01/2013 à 13:44 :
Il faut rendre Chypre aux Turcs et tant qu a faire mettre la Grèce dans le même panier !
Les bond et dociles contribualbes de l´Ouest ne sont pas là pour sauver de telles structures mafieuses !
Réponse de le 09/01/2013 à 14:03 :
Quelle drole d'idée ... Vous ne savez probablement pas que la Grèce regorge de pétrole et de gaz, que Chypre en a aussi et que si on renvoi tout cela aux turcs alors qui va nous rembourser ?
Réponse de le 09/01/2013 à 22:39 :
..................Grèce regorge de pétrole et de gaz .................. Une bonne blague !
Pour le moment c´est l´Iran le seul pays a bien vouloir dépanner et livrer (a crédit) du pétrole aux Grecs.
Le jour ou la Grèce remboursera l´Iran avec son propre pétrole, là on rigolera tous !
a écrit le 09/01/2013 à 13:02 :
Pourvu que le SPD tienne bon et qu'on sorte de cette vaste fumisterie que sont l'UE et l'euro.
Réponse de le 09/01/2013 à 15:00 :
Bien que d'accord avec vous, j'en doute. Vous omettez que pour ses partisans, l'Europe sous cette forme et l'euro sont une profession de foi. Et on perçoit le degré de fanatisme ces derniers mois: prêts à jeter les peuples dans la misère pour maintenir les choses en l'état et pire même, tenter de consolider un édifice aux fondations pourries.
Réponse de le 09/01/2013 à 15:37 :
C'est la dernière mode : critiquer les allemands quand son pays est en faillite.
Réponse de le 15/01/2015 à 22:50 :
si la BCE veut faire du rachat d'actifs, voici une piste sérieuse et utile...
a écrit le 09/01/2013 à 12:42 :
bah; l'Europe est grande, la Chypre si petite; Nous européens, nous pourrions être largement solidaire, pour une fois, sans les Allemands, non? Allez, pour une fois....
a écrit le 09/01/2013 à 12:39 :
C'était une folie d'avoir admis Chypre dans l'Union et a fortiori dans l'Eurozone. Chypre est une île asiatique, cela créait un dangereux précédent. Il est évident que Chypre doit quitter l'Eurozone et faire n'importe quoi avec ses banques en jouant avec sa livre. Elle pourrait s'arrimer au rouble ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :