La Tribune

L'Allemagne a mal à sa transition énergétique

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Marc Meillassoux, à Berlin  |   -  430  mots
Peter Altmaier, ministre CDU de l'Environnement, a fait sensation en relançant la polémique autour du coût excessif de la politique visant à promouvoir les énergies renouvelables.

La question écologique continue de déchaîner les passions en Allemagne. Et il semble que les partisans d'un tournant énergétique « modéré » aient trouvé en la personne de Peter Altmaier un allié de poids. Car le ministre CDU de l'environnement, sans remettre en cause la loi votée en 2000, compte bien en revoir le mode de financement, qui repose aujourd'hui essentiellement sur les ménages et le Mittelstand (les ETI allemandes). En cause notamment, la subvention d'Etat qui assure aux énergies vertes un prix fixe compatible avec le marché. De 0,35 centime par Kwh en 2003, cette subside a certes permis d'atteindre une part de 23% d'énergies renouvelables dans le mix énergétique allemand, mais elle a été multipliée par 15 et atteint aujourd'hui 5,3 centimes, ce qui représente un coût de 20 milliards par an pour la collectivité. D'après le cabinet Bearing Point, il pourrait atteindre 12 centimes en 2020, soit 50 milliards d'euros annuels.

Concrètement, pour un foyer moyen qui consomme 3500 kwh par an, l'addition passerait alors de 185 à 420? par an. « Nous avons atteint la charge limite de cette subvention » a déclaré le ministre de l'Environnement. Peter Altmaier a par ailleurs revendiqué une meilleure allocation des aides en fonction des besoins du réseau. Ainsi la production d'énergie verte est très concentrée en Basse-Saxe, alors que la plupart des grands groupes industriels sont localisés dans le sud du pays. Et quand les parcs éoliens en mer du Nord et dans le Schleswig-Holstein produisent des excédents d'énergie, la Bavière et le Bade-Wurtemberg revendiquent une production autonome.

Un sujet sensible à l'approche des élections
La question est sensible à l'approche des élections de septembre prochain, alors que les ménages ont vu leur facture énergétique gonfler de 80% en dix ans, mais restent profondément attachés au tournant énergétique. Peter Altmaier, proche d'Angela Merkel, a d'ailleurs choisi une rhétorique « raisonnable » : après le nécessaire « frein à la dette publique », le ministre en appelle désormais au « frein à l'augmentation des prix » de l'énergie. Le remuant ministre libéral de l'Economie, Philipp Rösler, pourfendeur assidu d'une transition énergétique qui sacrifierait la compétitivité des industriels allemands, a salué « un pas important, dans la bonne direction ». D'après l'Institut VIK, les industriels français payent en effet seulement 78% du prix de l'énergie allemand, les Chinois 75% et les Américains 48%. De leur côté, les branches éoliennes et solaires ont dénoncé une déstabilisation du secteur, notamment de ses investisseurs, qui pourrait « mettre en danger la transition énergétique toute entière ».
 

Réagir

Commentaires

L'ECONOMISTE  a écrit le 19/06/2013 à 6:51 :

Les implications de la transition énergétique en Allemagne

http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/45-les-implications-de-la-transition-energetique-de-l-allemagne.html

ventrachoux  a écrit le 30/01/2013 à 16:41 :

Il est interessant de noter que 50 % de la production dite de base ( Grundlast) est au charbon mais cela a aussi des avantages.
D une part le centrales modernes deja en service ou en construction sont ultra modernes avec systeme de filtres et catalysateurs tres performants. D´autre part pour certaines d´entre elles tout un reseau d´eau chaude de chauffage a ete mis en place comme a Mannheim ´et sa region (300.000 habitants) qui se chauffent grace à la chaleur recupérée de la production d´electricité de ses centrales au charbon.
C est bien connu que 30 % de l´energie primaire part en chaleur et 30 % disparaissent lors du transport. I l n y a que 30 % qui arrive chez le consommateur.De ce fait la production sur place panneaux PV ou chauffes-eaux solaires sont toujours nettement plus effectifs.
Quant aux centrales d´appoint au gaz qui peuvent etre activitées a tout moment, elle ont le gros inconvenient de coûter très cher car les frais de mise a disposition sont constants, qu´ellent tournent ou qu elle soient en veilleuse.


aka  a écrit le 30/01/2013 à 12:33 :

Souvent investir dans un parc éolien en Allemagne ça rapporte 20%, c'est sans doute un peut trop, bien que évidement ça permet un développement rapide.

Conclusion  a écrit le 30/01/2013 à 12:22 :

Conclusion:
Lorsqu'on achete la paix sociale des écologistes, on fini toujours par la payer plus cher.
je parle biensur de l'ecologisme politique.
Je suis moi même anti gaspillage et anti polution, mais le terme ecologiste devient pejoratif, une signification de bobo, assez riche pour payer l'energie plus chere, et dont la devise est faites ce que je dis, pas ce que je fais.

mjj  a écrit le 30/01/2013 à 11:14 :

Un des problèmes est que les Allemands produisent de l'éolien au Nord pour consommer au Sud, et donc qu'il y a de la perte en ligne et qu'il faut construire denouvelles lignes dont les écolos locaux ne doivent certainement pas vouloir (nimby)
Un autre problème plus général est qu'à force de faire du marketing sur leur proportion de renouvelable, les Allemands ne doivent plus très bien savoir quelle est l'efficacité de l'ensemble. Ceci étant, les Français doivent faire plus ou moins pareil avec leur politique énergétique basée elle sur le nucléaire

Julien  a répondu le 30/01/2013 à 11:43:

La perte en ligne du Nord au Sud de l'Allemagne n'est pas plus élevée que la nôtre surtout si le réseau est modernisé comme il en a besoin, tout comme le nôtre. On travaille sur le réseau Entso-E en Europe qui inclue la Turquie à l'Est et des pays de la zone Mena au Sud, donc les pertes en ligne au niveau allemand sont toutes relatives. C'est plus à l'échelon européen qu'il y a un problème, l'énergie est au moins à envisager au niveau européen mais en France le lobby nucléaire a jusqu'à présent freiné les développement d'autres énergies mais par contre vu leur développement important dans le monde il est bien obligé de s'adapter, ce qu'il fait plus vite hors de France. Si on envisageait l'énergie au plan européen, le problème de l'Allemagne serait plus simple et les nôtres aussi. L'efficacité de chaque entité allemande d'énergie est plutôt bonne. Leur immobilier a plus progressé que le nôtre également en terme d'efficience (Passivhaus etc)

Julien  a répondu le 30/01/2013 à 11:44:

La perte en ligne du Nord au Sud de l'Allemagne n'est pas plus élevée que la nôtre surtout si le réseau est modernisé comme il en a besoin, tout comme le nôtre. On travaille sur le réseau Entso-E en Europe qui inclue la Turquie à l'Est et des pays de la zone Mena au Sud, donc les pertes en ligne au niveau allemand sont toutes relatives. C'est plus à l'échelon européen qu'il y a un problème, l'énergie est au moins à envisager au niveau européen mais en France le lobby nucléaire a jusqu'à présent freiné les développement d'autres énergies mais par contre vu leur développement important dans le monde il est bien obligé de s'adapter, ce qu'il fait plus vite hors de France. Si on envisageait l'énergie au plan européen, le problème de l'Allemagne serait plus simple et les nôtres aussi. L'efficacité de chaque entité allemande d'énergie est plutôt bonne. Leur immobilier a plus progressé que le nôtre également en terme d'efficience (Passivhaus etc)

mjj  a répondu le 30/01/2013 à 13:09:

Tout à fait d'accord avec vos commentaires sur le fait qu'il faudrait raisonner européen plutôt que national; on a aussi des progrès à faire en terme d'isolations, c'est certain. Et puis ça peut paraître anecdotique mais installer des chauffes eaux solaires dans le Midi est encore relativement rare alors que la matière première est là, tout comme Eole dans la mer du Nord et au Schleswig Holstein et à choisir je préfère le soleil du Midi que le vent de la mer du Nord. Le terme perte en ligne recouvrait ce qu'on perd physiquement dans une ligne THT qu'on soit en Allemagne en France ou ailleurs

Photoscope  a répondu le 30/01/2013 à 13:18:

@mjj : la production d'énergie relève en fait de 2 problèmes : 1) quelles énergies adopter ; ce qui est abondamment et âprement discuté 2) quel modèle économique de production et de distribution adopter par rapport à ces énergies ; et là, personne n'en parle ! Prenez l'énergie nucléaire et le pétrole par exemple. Est-ce que vous imaginez avoir une centrale ou une raffinerie dans votre jardin ? Bien sûr que non, c'est impossible. Prenez maintenant l'électricité éolienne ou solaire ou le biogaz. Là, ce n'est plus pareil, vous pouvez avoir un centre de production dans votre jardin. Çà veut dire que certaines énergies ne sont possibles et rentables que produites et distribuées à grande échelle et d'autres ... Et si les allemands ont des problèmes actuellement, c'est sans doute parce qu'ils sont partis sur une énergie qui n'est pas adaptée au modèle de production/distribution actuel ! Autrement dit, ils auraient peut-être mieux fait d'installer des éoliennes/panneaux solaires/centrales biogaz etc en "petites" unités chez des "particuliers" plutôt que d'insérer çà dans le réseau global de distribution. Ah bien-sûr, çà va à l'encontre de la mondialisation prônée par les multinationales et à la Finance qui mènent le Monde actuellement, et çà ne permet pas à l?État de se goinfrer de taxes au passage. Ceci explique peut-être cela ...

@photoscope  a répondu le 30/01/2013 à 14:57:

Vous avez une vision simpliste de la production et consommation de l'électricité. Entre les deux il y a le réseau et la régulation de tout ce système. Renseignez vous, ce n'est pas si simple d'avoir des petites et grosses production éclatées et parsemées sur un territoire. Cela devient vite très compliqué et très coûteux. Les coûts de production sont alors vite noyés par d'autres considérations.

Nobody is perfect, least of all the Germans!  a écrit le 30/01/2013 à 10:59 :

Il n'y a pa que à sa transition énergétique que l'Allemagne a mal, Stuttgart 21, Berliner Museumsinsel, le S-Bahn et j'en passe.
Nobody is perfect, least of all the Germans! Because they believe they are perfect!

un jeunot  a écrit le 30/01/2013 à 10:22 :

Je suis un fervent défenseur du nucléaire/ d'abord les mines d'uranium n'ont jamais causé autant de morts que les mines de charbon(même actuellement voire (Chine et Pologne), ensuite cette industrie n'est pas polluante comme le sont les centrales thermiques, enfin le nucléaire est bon marché et actuellement c'est ce qui importe. Qu'il faille s?inquiéter des énergies renouvelables, je suis également favorable à cet aspect des choses mais à deux conditions , la première que les pouvoirs publics cessent de nous prendre pour des buses en donnant systématiquement du crédit à ces menteurs professionnels que sont les Verts, la seconde que ces énergies soient gérées non en fonction d'idéologies écolo-nazies mais en fonction des ressources financières qu'il est possible à tout un chacun de dégager; EDF devrait pouvoir proposer à chaque usager combien il souhaite consommer d'énergies renouvelables et lui facturer selon son choix. Ce n'est pas le cas actuellement

Réaliste  a répondu le 30/01/2013 à 10:57:

Si on est au Mali c'est aussi à cause du nucléaire d'Arlit au Niger et dans la région et çà coûte en vies, en frais et en pollutions (voir vidéos sur les conditions d'exploitations). Le nucléaire à partir d'un EPR est dépassé et de moins en moins compétitif : 110 à 120 euros / MGWh, plus encore en Grande Bretagne, sans inclure le démantèlement, stockage, assurances, risques etc. Il est plus que temps de commencer la transition vers plus d'efficacité énergétique, d'efficience, d'énergies renouvelables etc L'éolien par exemple est à seulement 42 euros le MGWh en Amérique latine on peut s'en rapprocher fortement. Le stockage c'est un ajout de 15 euros le MGWh, le nucléaire de 3e génération a du plomb dans l'aile, il faut regarder la réalité objectivement. Quant à la 4e génération elle ne résout pas les problèmes même si c'est mieux mais par contre elle est nettement plus cher et pas à la portée de tout pays en termes de sécurité et suivi notamment. Les énergies renouvelables ne signifient pas charbon, c'est un raccourci éronné, voir étude des universités du Delaware et MIT sur le sujet ou du Fraunhofer allemand et ses 2000 chercheurs sur le sujet qui ne sont pas des débutants ou des trolleurs de forums. Le charbon bénéficie simplement d'un prix bas actuellement mais çà ne peut durer longtemps et dans le cas de l'Allemagne c'est une transition en sachant que leurs centrales à charbon sont de plus en plus performantes quand même. Les Verts n'ont pas grand chose à voir avec l'évolution des énergies renouvelables et leur développement dans la majorité des pays du monde dont la Chine où le gouvernement n'est pas Vert, les allemands sont tous Verts alors puisqu'ils ont souhaité depuis longtemps en majorité les renouvelables et ne veulent majoritairement pas de nucléaire. Pour les factures on ne voit pas comment dissocier les sources sinon approximativement donc c'est irréaliste. Et il vaut mieux payer quelques euros de plus par foyer par an pour racheter une énergie temporairement pendant que d'autres font les investissements plutôt que de faire une part importante des investissements et prendre les assurances en charge comme la R&D, une partie du démantèlement, du stockage non encore entièrement intégré au prix puisqu'encore inconnu et des risques en tant que public.

aka  a répondu le 30/01/2013 à 12:28:

Bien vu réaliste. +1

arcesilas  a répondu le 30/01/2013 à 13:23:

Sans compter que l'industrie nucléaire est notoirement sous-assurée. Les milieux financiers s'en méfient vu que c'est la seule industrie où une erreur de manipulation d'une équipe restreinte de techniciens peut provoquer la faillite d'une entreprise géante... L'éolien onshore produit 10g de Co2 par Kwh, le nucléaire (en moyenne) 66g. L'uranium étant un produit minier, il faut ajouter au bilan nucléaire les coût de l'extraction et du raffinage.

Un peu de réflexion  a répondu le 30/01/2013 à 15:04:

@réaliste : le charbon a coûté, en vies beaucoup plus que ce que coûte ou coûteront toutes les guerres au mali ou à côté : vous vous souvenez des deux guerres mondiales, c'était quoi à votre avis : charbon + acier. Aujourd'hui et maintenant, le nucléaire a permis à le France d'avoir le niveau économique qu'elle a, sans disposer du pétrole et gaz anglais et hollandais, ou du charbon allemand. Pourquoi l'Italie a pris un certain retard, simplement à cause de ses choix énérgétiques. alors que dans le futur il faille infléchir cette politique pourquoi pas, mais pas de précipitation, les allemands font leurs choix, pour les anglais ça devient compliqué à cause de la fin de leur pétrole, on n'a pas à les imiter, ni les états unis d'ailleurs.

Mat  a répondu le 01/02/2013 à 0:04:

@Réaliste
"Le stockage c'est un ajout de 15 euros le MGWh"
-> j'imagine que vous parlez plutôt de MWh?
Je ne crois pas que ce soit vrai... (dans le doute j'attends vos sources...)
Je pense que le coût du stockage est bien plus élevé que ça, sinon la problématique énergétique serait grandement simplifiée.

ventrachoux  a écrit le 30/01/2013 à 9:12 :

Oui, en qq années la capacité de production allemande en " renouvelable" est passée a 25 % de la capacité totale et depasse la capacité nucléaire !!
Le gros probleme comme dit justement dans l´article c´est la garantie du prix d´achat de ce courant "vert". Cette garantie etant subventionée par une contribution de plus de 5 cent/kwh et payée uniquement par les privés et petites entreprises.
Vue que le prix de gros à la bourse de Leipzig est d´ environ 4,5 centime/khw on voit que la pénatlité pour cette subvention dépasse deja le prix reel de production du kwh.
Or cette subventgion va monter a 5 et ensuite a 7 cent le kwh d´ici 2 ans !!!
Le consommateur privé paie deja 25 centime le kwh, cad il a y deja en tout 20 centimes de redevances et taxes dans le kwh ménager. C´est devenu intenable !
L´industrie est libérée de toutes les taxes et bien evidemment de ces pénalités pour subventionner le renouvelable.
Enfin il y a encore beaucoup faire pour pouvoir transporter ce courant éolien du Nord de l´allemagne ou il est produit en grande quantité vers le Sud où se trouvent les gros consommateurs.
Une partie non négligeable du courant produit au Nord est envoyée plus au moins gratuitement chez les voisins (Nederland et Pologne !).
Pour le consommateur il n y qu un seul moyen d´echapper a ce matraquage, c est de consommer moins et c´est possible !




pierre 2  a répondu le 30/01/2013 à 10:29:

Ceci met en évidence les grandes faiblesses du projet allemand qui est de deux ordres.
1er, produire au nord implique de vendre le courant au plus près, comme vous le précisez.
La solution est le transport en courant continu du nord au sud, mais ceci coûte cher et les industriels allemands ne paient pas le transport contrairement aux Français .
2ème la plus grande faiblesse est la dépendance totale de l?Allemagne vis à vis du gaz russe qui vient du nord. Le torchon a souvent brulé entre les deux nations.

@ Pierre 2  a répondu le 30/01/2013 à 11:17:

La dépendance au gaz russe ne concerne pas que l'Allemagne est n'est pas liée aux énergies renouvelables. Nous dépendons aussi du gaz russe en France et le nucléaire ne fournit qu'autour de 20% des énergies primaires. Le projet allemand n'a rien de faible, il a été préparé depuis le début des années 90 par leurs plus grandes institutions, impliquant notamment plusieurs milliers de chercheurs et a fait l'objet de nombreux débats publics etc. Le projet techniquement tient bien la route et en plus au niveau de la stratégie à venir au plan des exportations dans de nombreux domaines, et y compris transports (voir les différentes alliances annoncées régulièrement et qui dépassent largement l'Allemagne, notamment dans le secteur hydrogène et toutes ses applications, çà fait beaucoup de monde). Les élections sont l'occasion avec la crise de mettre en avant le coût reporté par les lobbies industriels sur les particuliers mais un de leurs arguments est de dire qu'ils ont fait beaucoup d'efforts d'efficience et les particuliers pas encore tellement, ce n'est pas totalement faux d'ailleurs et c'est assez similaire en France. Le problème du transport Nord Sud n'est pas insurmontable et les discussions sur les prix seront moins vives après les élections, c'est chaque fois pareil, d'autant qu'en réalité il n'y a pas d'autre choix pour tous les intervenants impliqués qui ont parfois beaucoup à perdre par ailleurs s'ils voulaient bloquer tel ou tel aspect, regardez les intervants et leurs activités type Siemens etc vous comprendrez rapidement qu'on est dans une posture pré-électorale et d'intérêts financiers, pas de problèmes techniques.

Steph  a répondu le 30/01/2013 à 12:18:

Et bien entendu, le nuke francais n'a jamais recu de subvention a tour de bras de la part de l'Etat, le budget du CEA n'est pas integre a celui de l'Etat. Quant au fonctionnement, il de nototriete publique que toutes les mesures de securite ont ete prises (voire Fessenheim), que le cout de demantellement est integre dans celui de l'electricite de meme que le stockage de dechets sur ... 100 000 ans !
Et tout recememnt, l'Etat n'a pas decide de aider-subventionner les PME du secteur a hauteur de 130 millions d?. Imaginez le raout que ca aurait fait s'il avait ete de meme chose avec les PME des EnR !

pierre 2  a écrit le 30/01/2013 à 2:46 :

le rédacteur de l'article doit confondre énergie et puissance.La consommation éléctrique par habitant est de 6748 KWh en Allemagne. En france elle est de 7662 KWh , ce qui est voisin.
Il faut préciser aussi que les industriels Allemands paient le courant 25 % moins cher que leurs homologues Français.(ce qui n'est pas écrit dans l'article).

ventrachoux  a répondu le 30/01/2013 à 13:29:

Ces chiffres de consommations par habitant ne disent pas grans chosie doivernt etre expliqués. C´est certainement une moyenne artihmetique le tout confondu , industrie et menages. Le privé doit consommer en moyenne 1500 kwh/an par habitant et le chauffage electrique des habitations n´est pas trés répandu en Allemagne a la difference de la France.

france  a écrit le 30/01/2013 à 2:20 :

La France n'a jamais mal, car elle ne fait aucun effort. LOL!!!!!!!!

aka  a répondu le 30/01/2013 à 12:30:

La France traine des pieds effectivement. Mais ça fait quand même mal : le différentiel économique entre la France et l'Allemagne se creuse dangereusement en notre défaveur.

Vs  a écrit le 29/01/2013 à 23:46 :

Le lobby vert ....

Non le lobbying "industriel"  a répondu le 30/01/2013 à 2:06:

Ce n'est pas le lobby Vert en Allemagne, les énergies renouvelables sont un choix "majoritaire" de la population depuis longtemps. Quant au coût il ne vient pas des techniques elles-mêmes, les énergies renouvelables étant désormais souvent moins chères que d'autres énergies dans le monde mais de la situation en Allemagne de l'offshore et des bassins de demande d'énergie principalement. L'exemple du Danemark et de la Suède confirment. Le prix hors taxes de l'energie au Danemark décroit désormais. Et en Allemagne la part principale a été mise à charge des particuliers donc responsabiité du lobbying industriel plutôt

Bubu  a répondu le 30/01/2013 à 9:06:

Article intéressant sur l'équilibrage du réseau. Pas de vent ou trop de vent, il faut faire tourner des centrales à gaz ou à charbon !
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/01/29/20002-20130129ARTFIG00650-trop-de-vent-l-allemagne-redemarre-les-centrales-a-gaz.php

Jean  a répondu le 30/01/2013 à 10:23:

C'est un problème techniquement qui va être rapidement dépassé et qui est abordé intelligemment avec la production d'hydrogène par exemple et son essor pour les transports, mais il faut un peu de temps. De plus les nouvelles centrales à gaz sont performantes et le charbon peut voir quasiment 90% de ses polluants et parfois plus selon, supprimés par cryogénie notamment, donc là aussi il faut suivre les avancées techniques qui vont vite. Les allemands vont nous devancer rapidement et plus encore sur beaucoup de technologies d'avenir si on continue de raisonner avec des données dépassées.

@ Bubu  a répondu le 30/01/2013 à 10:33:

Oui très bon article qui prouve que l'éolien marche trop bien. Cà confirme les raisons pour lesquelles plus de 140 pays dans le monde en font et que çà devient une énergie matûre mais il faut que les vieux réseaux soient améliorés. Par contre pour les torchères dans le monde çà fait beaucoup d'énergie et de milliers de milliards qui s'envolent et c'est plus compliqué à résoudre : http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/29/le-gaspillage-de-gaz-brule-par-les-compagnies-petrolieres-vu-du-ciel_1824079_3244.html

juillet  a écrit le 29/01/2013 à 23:45 :

La loi du marché finit toujours pas triompher.

Jean  a répondu le 30/01/2013 à 1:58:

La loi du seul marché ne fonctionne pas dans un certain nombre de secteurs porteurs, d'avenir et incontournables comme celui de l'énergie. Prenez l'exemple de la Russie, si elle attend la dernière goutte de pétrole pour investir elle risque gros, c'est tout son problème actuel, que déjà ses perspectives peu enviables à terme signalent s'il n'y a pas évolution favorable. On a beaucoup d'exempes similaires. La France a trop tardé en se focalisant trop longtemps principalement sur le nucléaire et pas les autres énergies ni sur l'efficacité et l'efficience, on va se heurter à un problème assez similaire et aussi coûteux sinon plus.

Jean  a répondu le 30/01/2013 à 2:01:

Cà ne fonctionne pas la seule loi du marché quand il y a nécessité de transition rapide et compétition mondiale. Mais il est vrai que les idée simplistes sont plus facile à intégrer que tous les autres paramètres.

delirium tremens  a écrit le 29/01/2013 à 23:20 :

" un foyer moyen qui consomme 3500 kwh " vous parlez là d'un foyer d'une personne dans un 20m2 ? parce que le foyer moyen de 4 personnes dans un 100m2 consommerait plutôt dans les 10 000 ou 15 000 kWh...

Contrelacour  a écrit le 29/01/2013 à 20:34 :

quitter le nucléaire est une bonne idée, mai qui coûte cher...

yankee  a écrit le 29/01/2013 à 18:23 :

Français et Allemands prennent des chemins différents. La France n'est plus le premier partenaire commercial de l'Allemagne au bénéfice de l'Angleterre. Et depuis l'an dernier l'Allemagne n'est plus le premier partenaire de la France, ce sont les USA.

déni de réalité  a répondu le 29/01/2013 à 20:00:

Non yankee, absolument pas, les 2 pays s'échangent vice versa le plus de produits et services. Pour les 2, le 1er partenaire c'est l'autre; et le niveau - en valeurs absolues -des échanges progressent; même en % pour la France (en % moins pour l'Allemagne). Vous avez raison que les échanges hors zone euro ont énormément progressé pour l'Allemagne. Egalement avec les USA.
Je vous invite à vérifier les chiffres : par exemples sur destatis https://www.destatis.de/EN/Homepage.html. A part ça l'énergie, c'est l'avenir, il faut en débattre....

lil  a répondu le 29/01/2013 à 20:06:

quel rapport avec la betise que font tout les états en subventionnant des énergies dites "vertes" (ex : panneaux photovoltaiques a changer tout les 15 ans que faire des vieux panneaux qui contiennent des matières radioactives >?) et on nous fait financer cette betise ?
les écolos sont dangeruex on ne le dira jamais assez !!!!!

rryv  a répondu le 29/01/2013 à 20:15:

Faux ! Voici la réalité pour éviter la désinformation:
Chiffres 2011 (source INSEE):
Imp. de la France :
1- Allemagne : 87.7 G?
...
6- USA : 29.6 G?
Exp. de la France :
1- Allemagne : 70 G?
6- USA : 23.4 G?
Il est impossible qu'en un an ces chiffres aient fortement évoluer.

Je n'ai pas envie de chercher pour l'Allemagne et l'Angleterre car vous mentez tout certainement là dessus.
Après vu votre pseudo, peut-être est ce de l'humour maus ce doit être du dixième degré !

@ Lil  a répondu le 30/01/2013 à 2:10:

Il n'y a pas de matières radioactives dans les panneaux sinon citez les ? Ces derniers sont recyclables et les panneaux PV existent depuis 59 ans exactement et ont toujours un rendement de plus de 80%, ils ne sont donc pas à changer au bout de 25 ans mais sont estimés pouvoir fournir sans doute 100 ans. On peut déjà vérifier pour 60 ans. Merci de vous servir de moteurs de recherches pour améliorer votre culture de base avant d'écrire des choses erronées.

ah bon !?  a répondu le 30/01/2013 à 15:11:

@@Lil, je suis preneur de vos référence sur les panneaux solaires de 59 ans au rendement de 80% et qui tiennent 100 ans. Je travaille dans ce domaine et cela c'est une surprise : vous avez publié votre brevet ?

ventrachoux  a répondu le 30/01/2013 à 16:53:

ah bon ?? : vous qui etes de la branche, ditent nous combien d´années ils tiennent ces panneaux PV . Je me rapelle en effet d´un reportage sur un paysan qui avait couvert tout un hangar, un vrai investissement à long terme financé par sa banque.Apres une dizaine d´année le rendement en kwh etait tombé très bas et etait inferieur aux traites de remboursement ! Le fournisseur n´existait plus entre temps.