La coalition d'Angela Merkel à nouveau en tête dans les sondages

 |   |  566  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'alliance entre les Conservateurs et les Libéraux serait majoritaire selon un sondage, pour la première fois depuis trois ans. Une mauvaise nouvelle pour François Hollande.

Ce n'était pas arrivé depuis plus de trois ans. L'actuelle coalition gouvernementale allemande est à nouveau donnée en tête dans un sondage. Selon une enquête de l'institut Forsa réalisée pour la chaîne de télévision RTL, l'alliance entre les conservateurs d'Angela Merkel et les Libéraux obtiendrait 47 % des intentions de vote. C'est plus que le score cumulé des Sociaux-démocrates et des Verts (37 %), mais aussi au-dessus du score de l'ensemble de la gauche, si on inclut le gauche Die Linke (46 %). Ceci signifie qu'en cas d'élection au Bundestag ce dimanche, la coalition d'Angela Merkel emporterait la majorité absolue des sièges.

Question de majorité

Jusqu'ici, la CDU et la CSU étaient certes largement en tête, mais les Libéraux étaient donnés en deçà de la barre des 5 % des exprimés nécessaire à l'entrée au parlement. Du coup, il lui était difficile de construire une majorité, sauf à revenir à la « grande coalition » avec le SPD qui a déjà été en place entre 2002 et 2005. Désormais, Angela Merkel peut retrouver un sourire serein, son actuelle coalition, maintenant  mise au pas après quelques débuts difficiles, a désormais des chances de retrouver sa majorité.

Remontée des Libéraux

La clé de ce redressement, c'est donc la remontée des Libéraux qui tentent depuis quelques semaines de mettre en évidence leur bilan en termes de baisses d'impôts. Le leader du FDP, Philip Rösler, a présenté voici une semaine un bilan indiquant que la charge fiscale avait baissé de 22 milliards d'euros pendant la législature. Un chiffre proche des 25 milliards d'euros promis dans le « contrat de coalition » de 2009. Le chiffre est contesté, mais les Libéraux, grands vainqueurs du scrutin de 2009, avait perdu leur électorat sur leur incapacité à fournir les baisses d'impôts promises.

Chute du SPD

L'autre clé de la réussite de la majorité actuelle, c'est l'effondrement du SPD, donné par le sondage Forsa à 23 %, autrement dit à son niveau de 2009 qui était un plus bas historique. Le candidat à la chancellerie de ce parti, Peer Steinbrück, ne parvient pas à s'imposer dans la campagne. Peu crédible, il mène sans conviction une campagne pro-européenne qui peine à séduire les Allemands qui, au contraire, sentent leurs intérêts protégés par Angela Merkel, comme l'a prouvé leur nouvel attachement à l'euro.

Revers pour François Hollande

Ce sondage, s'il était confirmé par d'autres, serait un tournant dans la campagne allemande et pourrait sonner le glas des espoirs de retour au pouvoir du SPD, même au sein d'une grande coalition. Il pourrait également être un revers pour François Hollande qui a reçu vendredi Peer Steinbrück et qui comptait sur le SPD pour appuyer ses positions au sein de l'Europe. L'alliance CDU-CSU-FDP est en effet de plus en plus déterminée à ne pas faire évoluer la position de l'Allemagne selon laquelle la consolidation budgétaire doit être la priorité des pays périphériques et que c'est la seule façon de retrouver la croissance. Wolfgang Schäuble a récemment affirmé que le « débat entre austérité et croissance » est une « sottise. » Il semble donc que le président français va devoir compter jusqu'à la fin de son mandat avec une Angela Merkel renforcée dans son orthodoxie budgétaire par les élections du 22 septembre prochain.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2013 à 12:23 :
Ces sondages sont de la pure manipulation ! Je n y crois pas un mot !
a écrit le 10/04/2013 à 17:46 :
Les Allemands se sont enfin rendu compte qu'ils sont les grands gagnants de l'Euro. Ils n'ont plus envie d'en sortir et plébiscitent Angela...
Tous les Européens qui ne peuvent dévaluer, continuent d'acheter à crédit leurs Audi, BMW, électroménager Bosch etc... L'hypothèse de sortie de l'Euro du FN avait indiqué une baisse d'au moins 20% de pouvoir d'achat, à mon avis plus près de 30% ou plus ce qui fait que nous ne pourrions plus rien acheter à nos amis Allemands qui retrouveraient avec un Mark surévalué par rapport à toutes les monnaies du monde alors que pour eux l'Euro assez bas est une aubaine pour envahir tous les marchés. Avec un prix près de 50% plus cher (30/0.7) leur commerce extérieur pourrait enfin se rééquilibrer mais avec un bon chômage à la clé. Mais nous petits Français nous aurions une baisse énorme de pouvoir d'achat par rapport au reste du monde sauf nos amis Espagnols, Italiens, Grecs, ce que nos politiques ne veulent pas encore endosser!
Le temps viendra où la réalité va nous rattraper...
Réponse de le 10/04/2013 à 19:16 :
Pas tout à fait d'accord avec vous, les allemands seraient bien plus gagnants sans l'euro, mais avec leur bon vieux Deutsche Mark, et le franc français serait dans les oubliettes, en 30 ans, de 1960 à 1990, la parité Mark Franc est tombée de 1 pour 1 à 1 pour 2,5, juste avant de faire l'euro...L'euro n'a fait que prolonger le mal des pays dépensiers, qui croissaient en s'endettant et par la consommation intérieure. L?Allemagne a lentement mais surement placé son industrie et aussi son agriculture et services en tête, on parle de "miracle", mais ça n'en est pas un, sauf pour ceux qui refusent de faire leur autocritique. Il s'agit de s'adapter aux changements dans le monde, pas de s'accrocher à un style de vie indéfendable. Le pire serait effectivement pour nous et les pays du sud d'abandonner l'euro, les allemands ne nous protégeront plus. Notre nouvelle monnaie sur les marchés serait durement mise à mal, on peut imaginer le pire, appauvrissement généralisé au minimum. Nos politiques savent tout ça, mais allez expliquer à une tête de mule qu'il faut faire des sacrifices...La démocratie suppose que la population soit éduquée et responsable, en Suisse on consulte le peuple, et ils ne demandent rien à personne, eux, ils ont la maturité pour prendre les bonnes décisions profitables à leur pays. Les grecs n'ont même pas de pays, tout est à construire et à réformer. Ca se fera dans leur douleur, tant pis pour eux, moi je ne me sens pas vraiment responsable de leurs déboires.
Réponse de le 11/04/2013 à 12:18 :
@ footballeur En 1969 1 Mark valait pratiquement 1 Franc français. 20 ans plus tard 1 DM coûtait 3,30 Francs français. A force de dévaluer le Franc peut-être serait il maintenant juste bon pour jouer au Monopoly.
a écrit le 10/04/2013 à 14:44 :
mauvaise nouvelle pour Hollande.Il sera obligé de la supporter encore pour 4 ans
a écrit le 10/04/2013 à 13:40 :
Revers pour Hollande? D'accord, mais on peut aussi dire que les résultats du PS ne facilitent pas la vie du SPD.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :