La BCE aurait-elle perdu le contrôle de la création monétaire en zone euro ?

 |   |  926  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les banques européennes auraient trouvé le moyen d'obtenir des liquidités en faisant marcher la planche à billets sous l'oeil bienveillant des banques centrales nationales et de la Banque centrale européenne (BCE) selon Die Welt. Ce, grâce à des titres financiers opaques potentiellement surévalués déposés en garantie en échange des liquidités offertes par la BCE aux banques. Les banques françaises, plus grandes détentrices de ces titres dont personne ne connaît le prix de marché, pourraient notamment être à l'origine d'une bulle financière par ce mécanisme selon Die Welt. Explications.

En stérilisant ses opérations visant à fournir le marché bancaire en liquidités en exigeant des garanties en échange, la Banque centrale européenne (BCE) disait vouloir éviter de faire marcher la planche à billets. Selon le quotidien allemand Die Welt, une faille juridique dans l'Eurosystème, et un peu de mauvaise volonté de la part des banques centrales nationales et du président de la BCE Mario Draghi, auraient pourtant permis la création d'une bulle financière et la perte de contrôle sur le mécanisme de création monétaire par l'institution de Francfort.

A l'origine, un marché dérégulé permettant aux banques de se refinancer

En ligne de mire du quotidien allemand, le marché STEP (Short-Term European Paper). Sous une convention adoptée par la Financial Market Association et la Fédération bancaire européenne (inquiétée dans l'affaire de manipulation de l'indice Euribor), il a atteint un volume de 445 milliards d'euros de titres à court terme détenus par des opérateurs européens en l'espace de quelques années.

Ce marché non réglementé, comme l'ensemble des marchés de titres à court terme, a "constitué une source de financement alternative pour les établissements de crédit et les entreprises durant la crise", commentait la Banque de France (BdF) dans une note datée de février dernier pour expliquer l'engouement soudain des banques françaises pour ces titres.

Des titres opaques éligibles comme garantie au refinancement des banques par la BCE...

Mais la raison pourrait être ailleurs. En effet, ces titres sont éligibles au refinancement de l'Eurosystème depuis avril 2007. En clair, depuis cette date, les banques détentrices de titres STEP peuvent les donner en garantie en échange de liquidités en provenance de la BCE. C'est aux banques centrales nationales d'évaluer l'éligibilité des titres émis et domiciliés dans leurs juridictions puis de déclarer ces informations à la BCE.

Et c'est là que le bât blesse. "Pour cela, la Banque de France s'appuie dans une large mesure sur le dépositaire central de titres national, Euroclear France," la branche française de Euroclear, explique la BdF. Et d'ajouter que "les informations sur les TCN (titres de créance négociables, catégorie à laquelle appartiennent les titres STEP, ndlr) fournies par Euroclear France comprennent plusieurs données statiques", dont la devise et la valeur nominale, mais "aucune information concernant le prix de marché de ces titres".

... qui échappent à tout contrôle a priori

"Dans la mesure où il s'agit de titres à court terme, les TCN ne sont pas référencés dans les bases de données de Bloomberg, Reuters ou Six Telekurs, seul Euroclear fournissant ces informations," explique la BdF. Pour définir le prix de marché de ces titres, la CEPH, la plateforme commune de valorisation du collatéral de politique monétaire chargée de les collecter habituellement au niveau européen pour la BCE, calcule un prix théorique.

Bref, aucun contrôle a priori de la valeur de marché de ces titres, que la BCE accepte comme garantie en échange de la fourniture de liquidités, n'est exercé. Car seuls les émetteurs et les détenteurs eux-mêmes la connaissent.

Des contrôles a posteriori ont toutefois lieu. Ainsi, selon Die Welt, la BCE a-t-elle relevé au niveau de la zone euro 113 cas "d'erreurs de transmission" en provenance de la BdF pour un montant total de 550 millions d'euros sur un total de 6,5 milliards d'euros de titres STEP déclarés. Les titres déclarés auraient été surévalués de 8,5%. Soit autant de liquidités potentielles en plus sans contrepartie réelle. La BCE précise toutefois que tous les certificats liés à ces titres STEP surévalués n'ont finalement pas été soumis. Il existe un garde-fou à cette mécanique opaque. En effet, les titres STEP émis par une banque ne peuvent "excéder 5% de la valeur totale du pool de garanties remises par une contrepartie auprès de l'Eurosystème," selon la Banque de France.

Les banques françaises championnes des titres STEP

Quoiqu'il en soit, la presse allemande voit dans l'appétit des banques françaises pour ces titres opaques un moyen de se fournir en liquidités en faisant marcher la planche à billets. Les Français seraient en effet particulièrement friands de ces titres. Ainsi les trois premières banques françaises capitaliseraient à elles seules plus des deux tiers des titres STEP avec un total de 190 milliards d'euros d'encours. BNP en serait le plus important détenteur avec 44,5 milliards d'euros d'obligations. Société Générale et Dexia en détiendraient pour 35 milliards d'euros chacune, Crédit Agricole 27 milliards d'euros, Crédit Mutuel 25 milliards et Natixis 21 milliards.

On sait que la BCE avait fait état, sans jamais révéler son nom, du fait qu'une grande banque française était au bord de la faillite en raison de sa trop forte exposition au risque. Outre-Rhin, on pense qu'en acceptant de faire entrer ces titres dans la catégorie des titres éligibles au refinancement de l'Eurosystème, la BCE a donné à la France, et aux autres pays dont le système bancaire montre certaines faiblesses, la possibilité de stabiliser leurs propres banques sans que l'Allemagne ne puisse s'y opposer en attendant la mise en place de l'union bancaire. En attendant de voir plus clair dans cette affaire, on peut déjà constater que les banques françaises ont entre les mains des titres dont personne ne connaît la valeur réelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2013 à 23:23 :
Si une banque française comme la BNP, le CA ou la SG doit faire faillite, le mieux, c'est maintenant. Que la France ait enfin un système bancaire assaini et que les entreprises aient le service bancaire qu'elles attendent. Etat surendetté, banques surendettées, entreprises dans marge bénéficiaire, absence d'investissement privé ou public, La France se trouve paralysée et paralyse l'Europe Sud qui paralyse l'Europe entière. Seuls les fonctionnaires français se portent bien avec FH pour porte drapeau.
Réponse de le 24/04/2013 à 0:10 :
Le salaire des fonctionnaires reste gelé. Hollande n'a pas abandonné la politique de Sarkozy. Pas de changement pour les salaires. Mais cela a-t-il quelque chose à voir avec les banques ?
a écrit le 23/04/2013 à 19:16 :
Le but de la construction UE est de quand ces politiciens ont vidé la caisse nationale de leur pays, BCE pourrait imprimer des billets pour boucher le trou. Ceci est leur rêve. Bon, c'est la situation d'aujourd'hui où nous vivons. Par la suite, ce sera l'inflation.
Réponse de le 23/04/2013 à 20:55 :
Avoir des certitudes c'est bien quand on n'a pas de connaissance des sujets...
a écrit le 23/04/2013 à 18:54 :
Encore du phantasme...il faut bien noircir du papier !
a écrit le 23/04/2013 à 17:08 :
comme la banque nationale, la BCE accepte n'importe quoi, on savait. union bancaire ou pas, changera rien aux garanties pourries qu'il faut évacuer un peu partout, comme les nitrates dans les nappes phréatiques, question de concentration. plus personne ne parle du Glass-Steagall Act européen, il faut bien que quelqu'un régle la note des produits toxiques, alors pourquoi pas le petit épargnant, il est nombreux et n'y comprend rien. merci à lui.
a écrit le 23/04/2013 à 16:40 :
"1,704%, le plus bas taux auquel s'est jamais négocié la dette française" et " La BCE aurait-elle perdu le contrôle de la création monétaire en zone euro ?".... Angela TATCHER doit manger son chapeau ! loooooooooool
Réponse de le 23/04/2013 à 16:50 :
elle avait prévu le coup, elle ne porte jamais de chapeau, contrairement à la reine d'Angleterre.
a écrit le 23/04/2013 à 15:11 :
et on emmerde Cahuzac, que va t'il se passer on enleve notre argent des banques et on les met dans notre coffre perso a la maison.
Réponse de le 23/04/2013 à 16:21 :
Eric Cantona enlève ton masque je t'ai reconnu !
Réponse de le 23/04/2013 à 16:43 :
... ça reste du papier !
Réponse de le 23/04/2013 à 17:38 :
ça reste du papier, mais il ne sera pas réquisitionné comme à Chypre ...
Réponse de le 23/04/2013 à 17:50 :
@Thargor: là tu t'avances un peu. Comment savoir ce que feront les dirigeants en cas de coup dur ? Personnellement, cela m'étonnerait qu'il n'y ait pas contrôle de la circulation des personnes et des biens :-) Mais bien entendu, il faut que l'évènement se produise pour savoir ce qui va se passer :-)
a écrit le 23/04/2013 à 14:30 :
Achetez de l?or vite!
Réponse de le 23/04/2013 à 14:58 :
@Charles: envoies ton chèque, j'en vends :-)
Réponse de le 23/04/2013 à 15:13 :
attention l'or chute aux dernieres nouvelles
Réponse de le 23/04/2013 à 15:31 :
@eco: l'or est un produit de placement comme les autres et donc il fluctue selon l'humeur des spéculateurs :-)
Réponse de le 23/04/2013 à 15:56 :
"attention l'or chute aux dernieres nouvelles". Manipulation des cours de l'or "papier" pour maintenir sous perfusion le dollar us.
Réponse de le 23/04/2013 à 16:17 :
http://la-chronique-agora.com/or/

si vous voulez un avis plus certain ..mr bechade chronique agora concernat l or...
a bon entendeur...
Réponse de le 23/04/2013 à 17:26 :
@réponse: et comme pour tous les placements, tu as un "expert" qui te dis "achète" et un autre qui te dis "vend" :-) Mon conseil: achetez ce qui vous fait plaisir en gardant à l'esprit que tout placement comporte des risques, dont celui de perdre son argent :-)
Réponse de le 23/04/2013 à 17:47 :
J'ai une bonne solution au problème : acheter 1kg d'or, en suivant les conseil du super expert acheteur, et vendre 1kg d'or pour suivre ceux de l'expert vendeur international. Et c'est moi le courtier qui vous dit Merci !
a écrit le 23/04/2013 à 13:38 :
Quand va-t'on revenir les pied sur terre???
Mettre l'humain d'abord, les marchés financiers, les banques et agences de notations APRES l'humain.
On ne gouverne pas pour faire plaisir aux marchés financiers!!!
Sauvetage des banques 8000 milliards d'euros (qui a décidé de cela???) sur 5 ans.
Aides aux Pvd, moins de 1 pour-cent du PIB... Je suis totalement opposé aux réductions de budget dans les soins de santé, l'éducation, les transport publics ...
Réponse de le 23/04/2013 à 13:51 :
Encore un profiteur du régime !
Réponse de le 23/04/2013 à 14:27 :
Dans la vrai vie, si demain Paul qui me doit de l'argent se retrouve interdit bancaire, ce n'est pas Jacques qui va me rembourser.
Dans le monde magnifique du secteur bancaire, je prète de l'argent a Grece qui ne peut pas rembourser et bien je fais payer France a la place.
Dans la vrai vie, si demain un choix stratégique qui incombe de ma responsabilité mets en peril ma société, je me retrouve au mieux rapidement sur le trottoir au pire en prison.
Dans le monde merveilleux de la banque, j'ouvre mon parachute doré et je touche le jackpot.
Que sont devenus les responsables des banques qui ont prété ouvertement a la grèce tout en sachant qu'au vu des taux appliqués, ils ne seraient jamais rembourser?
Qui d'ailleurs peut décemment autoriser que l'on prête de l'argent aux taux grécques d'avant la crise?
Qui accepterait un taux pareil sauf quelqu'un qui se trouve déja dans une situation de grande détresse?
Qui serait assez fourbe pour mettre encore plus la tete sous l'eau a quelqu'un qui se noit?
En tous cas, a ce jour, personne en prison pour ce qui pour moi est qualifiable de crime contre l'humanité.
Réponse de le 23/04/2013 à 16:28 :
Erreur, juste un chef d'entreprise agissant dans le commerce, le monde réel.
Veuillez m'indiquer en quoi vous n'êtes pas d'accord avec mon message?
Réponse de le 23/04/2013 à 17:28 :
@Damien: si on vous comprend bien, celui qui ne paye pas à la place des grecs est un fourbe qui met "la tete sous l'eau"; assumez vous cela au moins? un taux d'intéret est censé refléter le niveau de risque sur un débiteur. ce qui devrait vous aider à comprendre le niveau de taux grec et son message subliminal subséquent: "arrêtez d'emprunter", autrement dit: réduisez vos dettes.
Réponse de le 23/04/2013 à 17:55 :
pour info , les comptes grecs ont été maquillés sciemment par les politiques en place de l'epoque . il est evident qu'une banque n'aurait pas ou peu preté si les comptes etait vraiment ce qu'ils etaient . j'ajoute que les grecs n'ont que ce qu'il merite , car qd on fait une culture du travail au noir et de la fraude fiscale , faut pas s'etonner si l'etat s'ecroule 1 jour , qui plus est qd on s'octroi un niveau de vie pharaonique ( rappelez vs les jo etc)
Réponse de le 23/04/2013 à 23:52 :
Qui a aidé à maquiller les comptes? Ne serait ce pas une banque....pfff
a écrit le 23/04/2013 à 13:07 :
Le regroupement des banques a été fait par les politiques au nom du sacro Saint marché, sous le prétexte de liquidité, de transparence, d'ouverture ... du marché.
Or plus nous avançons plus nous découvrons des marchés parallèles, opaques, réservés et manipulés (Libor et consorts..) par quelques un, les financiers ayant bénéficié des changements de lois.
Il est sans doute temps de faire le ménage, un vrai et grand, dans la sphère politico-financière...
a écrit le 23/04/2013 à 12:45 :
Quelle est cette banque Française près de la banqueroute, cela est fort intéressant à savoir ? par qui va venir la nouvelle crise .
a écrit le 23/04/2013 à 12:34 :
Les allemands ont raison, je ne vois pas pourquoi ils continueraient de payer pour des pays socialistes qui n'ont jamais voulu se réformer, contrairement à eux. Les français cherchent toujours un bouc émissaire pour leurs propres erreurs, plutot que de les reconnaitre et de changer. Mais non la France voudrait imposer sa vision collectiviste du monde aux autres pays, alors qu'elle est en ruine et ne survit que parce que les marchés financiers lui prêtent de l'argent que nos enfant devront rembourser. C'est absurde, et honteux.
Réponse de le 23/04/2013 à 14:33 :
Pour rappel, (en arridonsant légèrement)
dette france 1975 = 0 euros.
dette france 1995 = 600 milliards euros
dette france 2005 = 1200 milliars euros
dette france 2012 = 1800 milliards euros
Réponse de le 23/04/2013 à 15:06 :
Et pourtant, en 1975 la France était bien plus "socialiste" que maintenant. Les plus grosses entreprises appartenaient à l'Etat, le secteur financier y était extrêmement contrôlé, etc etc. Le blabla des libéraux c'est "si le libéralisme ne marche pas, c'est parce qu'il n'est pas suffisamment appliqué !". Cette vision du capitalisme libéralisé est quasi-religieuse, indépassable à leurs yeux. Les libéraux ont échangé le dogme avec les cours de bourse, et le curé avec le banquier.
Réponse de le 23/04/2013 à 15:09 :
On peut en tirer des conclusions radicalement différentes. Vous, quelle conclusion en tirez vous ?
Réponse de le 23/04/2013 à 15:58 :
L'endettement a démarré après la loi pompidou giscard (1973 ou 74) et la privatisation de la création monétaire. Je ne pense pas que cela soit le fait du hasard.
a écrit le 23/04/2013 à 12:15 :
Une chose est claire malgré le fait qu'elles respectent ou serait en position de respecter les nouveaux ratios Bâle III, ou les rations de liquidité ou de ressources longues (ratios d'ailleurs largement atténués dans au moins dans le calendrier de leur mise en place effective), les banques (malgré les cadeaux énormes de la BCE sous Trichet ou sousDraghi) toutes les banques de la zone euro à commencer par les banques françaises sont sous capitalisées car soit elles portent des dépréciations dans leur bilan qui n'ont pas été activées ou pas suffisamment et en cas d'éclatement de la zone euro, elles ne dispsent pas à ce jour d'un matelas de fonds propres additionnels (qu'on peut chiffrer entre 100 et 200 milliards d'euros) pour y faire face.
Réponse de le 23/04/2013 à 12:35 :
Les dépréciations n'impactent pas comptablement les fonds propres, donc sous-capitalisées pour quoi, pourqui? Vous reprennez le discours des americains, dont les banques sont encore moins capitalisées que les nôtres (sauf en magouillant les US GAAP bien sur..) les mêmes qui souhaitent surtout éviter Bâle III, on se demande pourquoi. Le chiffrage du matelas de fonds propres vous le sortez d'ou? Du FMI je pense, à quoi celà correspond t'il? (le FMI cite 200 mds pour la zone euro entière) En cas d'éclatement de la zone euro c'est la France qui a un problème : une dette en euros à rembourser avec une monnaie dépreciée de 40%. Ca sent le Think Tank d'obédience néo-marxiste votre histoire.
Réponse de le 23/04/2013 à 12:46 :
"la France qui a un problème : une dette en euros à rembourser avec une monnaie dépreciée de 40%."80% de la dette est de droit français, donc sera remboursée sur la base d'un franc = un euro. D'ou sortez-vous ces 40% de dépréciation, de votre chapeau ?
Réponse de le 23/04/2013 à 13:40 :
40% étant la décote estimée de la devise nationale par rapport à l'euro en cas de sortie de l'union monétaire, laissez donc mon chapeau là ou il est ."Dette de droit français" "Un franc = un euro" La réalité ne se courbe pas à vos fantasmes et règles imaginaires.
,relisez-vous, votre raisonnement est absurde.
Réponse de le 23/04/2013 à 14:30 :
"40% étant la décote estimée de la devise nationale par rapport à l'euro." Estimé par qui ? Mme Soleil ? "Dette de droit français" "Un franc = un euro" C'est un fait (et pas un argument). C'est comme ça que cela vous plaise ou non. Pour le reste ne prenez cet air désagréable. Mes "fantasmes" ne valent pas moins que les votres.
Réponse de le 23/04/2013 à 15:07 :
Une dernière et je cesse de nourrire votre culture financière. La dette n'est pas exprimée en UM (unité monétaire) mais en devise. Le remboursement de la dette devra donc se faire fonction de la parité entre nouvelle et ancienne monnaie. "Un franc = un euro c'est un fait" No comment, c'est triste d'affirmer une telle absurdité avec autant d'allant. Quant à mes 40% "mme Soleil" tapez sortie de l'euro/retour au franc sur gogol vous y trouverez des sources fiables.
Réponse de le 23/04/2013 à 15:14 :
Malheureusement Sun Tzu a raison. 70% de la dette française est détenue par des non résidents. Une remboursement en franc dévalué, c'est un défaut, donc une mise en faillite de systèmes de retraites pas capitalisation américains ou japonais. Libre à vous de penser que ça se fera dans la joie et la bonne humeur.
Réponse de le 23/04/2013 à 15:51 :
Je ne souhaite surtout pas que vous nourrissiez ma culture financière, je risquerai l'indigestion. Un petit lien (blog de M. Sapir) vaut mieux que de grands discours. Passage relatif à nos échanges sur le remboursement de la dette :"L?impact de cette dévaluation sur la dette a donné lieu à bien des fantasmes. Rappelons que 85% de la dette en montant est l?objet de contrats de droit français. La règle de droit international est que cette partie de la dette sera donc automatiquement transformée d?Euros en Francs. Une dévaluation ne pèsera que sur les 15% restant......" Pour l'analyse complète : http://russeurope.hypotheses.org/987
Réponse de le 23/04/2013 à 17:22 :
Cela n'enlève rien au fait que les fonds de pension américains et japonais ayant investi dans ces titres seront durement touchés, voir mis en faillite, par un remboursement en franc dévalué. Je vois donc mal les pays en question s'en désintéresser, même si le procédé est d'après M. Sapir tout à fait légal. On ne vis pas en autarcie.
Réponse de le 23/04/2013 à 17:37 :
On me souffle même, de la cabine, que les acheteurs d'obligations sous droit français ont réglé en francs....
Réponse de le 23/04/2013 à 17:58 :
"Cela n'enlève rien au fait que les fonds de pension américains et japonais ayant investi dans ces titres seront durement touchés, voir mis en faillite, par un remboursement en franc dévalué. Je vois donc mal les pays en question s'en désintéresser, même si le procédé est d'après M. Sapir tout à fait légal. On ne vis pas en autarcie." VOTRE COMMENTAIRE EST HORS SUJET
a écrit le 23/04/2013 à 12:01 :
Il est tout de même hallucinant d'entendre d'aussi brillantes élites affirmer comme une découverte ce qui n'est qu'une banale évidence, connue mais camouflée par les détenteurs de pouvoirs : essentiellement, hiérarques financiers et gouvernementaux. Le "coup" de la stérilisation est une supercherie de ce duo hiérarchique, avant même le Draghi baratineur. Enfumer les opinions avec de la technocratie sophistiquée et un langage "abscon" de spécialistes est un procédé de "gouvernance"éprouvé. Qui aujourd'hui peut feindre d'ignorer que la cavalerie financière, par nature opaque, est ce que depuis trois décennies - le big-bang de Thatcher & Reagan - l'on a institutionnalisé et essaimé dans le monde entier, au prétexte d'en faire le moteur de valeurs et croissance recherchées ? Quel gouvernant, dirigeant ou financier peut taire que l'on a remplacé la solvabilité par la liquidité ? Pourquoi maintenir l'opacité et le déni des masses énormes de titrisation des produits glauques et pourris de la "shadow banking", vendue à l'ancan dans des fonds gigognes aux populations de déposants en banque, grugés à l'insu de leur plein gré ? Comment et jusqu'à quand va-t-on ponctionner contribuables et consommateurs pour payer le coût de ces centaines de milliers de milliards ? Sauver les banques était donc cela, depuis 6 ans, au moins ?
Réponse de le 23/04/2013 à 12:17 :
avant l'explosion finale. En plus c'est top l'once a bcp baissé ces derniers temps
Réponse de le 23/04/2013 à 12:21 :
Faut pas tout mélanger : les produits structurés américains, la dette intra-européenne, les activités des hedge funds ... c'est aussi glauque, pourri, abscons que la politique, à la source des absences de régulation de ces activités. Facile de taper dans le tas. La haine est maintenant ce qui tend à rassembler les esprits. Ressaisissez vous et réfléchissez.
Réponse de le 23/04/2013 à 12:25 :
Au contraire de votre vias pour moi Reagan et Thacher ont été des grands dirigeants politiques courageurx, et qui ont relevés leurs pays en leur temps, il est injuste de leur imputer la situation actuelle alors que cela fait des décennies qu'ils ne sont plus au pouvoir.
Le pouvoir socialo collectivisme français est seul aux manettes du pays depuis 40 ans, et ce sont eux les responsables de la dette abyssale française, du poids de l'état écrasant, de l'ultra fiscalisme qui décourage les initiatives de créations d?entreprises, d'embauches et d'innovations. 57 % du PIB est absorbé par l'état providence, que personne ne veut changer dans ce pays. Et depuis 1971 l'étalon Or a été abandonné, et depuis lamasse monétaire fictive a pris le dessus, et la votre raisonnement devient vrai. Mais ne pas oublier que la raison "racine" de l'existence dela bulle financière qui va éclater, c'est le pouvoir qui a été donné aux banquiers de créer de la monnaie avec rien, et sans aucune échange possible contre de l'or, ce qui autrefois pratiqué, et qui a toujours apporter la stabilité économique, contrairement à maintenant. Maintenant la vraie question c'est comment protéger ses propres économies avant l'anéantissement de l'euro, de son hyper inflation et de sa perte totale de valeur ? Et bien il faut acheter de l'or physique, qui lui ne peut pas disparaitre, est une monnaie mondiale, et peut s'échanger contre tout.
Réponse de le 23/04/2013 à 13:32 :
L'or physique n'est pas une garantie absolue. En cas de problème, l'Etat , qui a le monopole de la violence légale , interdira tout simplement la détention d'or par les particuliers. Sous peine de mort comme en 1793, ça calme ! Roosevelt l'a fait aussi en 1933.
Dans un État en faillite, le droit de propriété n'a que peu de valeur. Demandez aux Chypriotes.
Réponse de le 23/04/2013 à 13:49 :
Il faut utiliser les coquillages comme monnaie d'échange. En Polynésie ça marchait très bien avant l'arrivée de l'homme blanc. Et puis il n'y a même pas besoin de les fabriquer, ils poussent tout seuls. Sur la plage, sous les cocotiers ...
Réponse de le 23/04/2013 à 13:58 :
Sans parler de la violence illégale... sauf à confier le fameux or à des banques... (qui sur ordre de l'Etat le changeront en un magnifique certificat).
Réponse de le 23/04/2013 à 23:49 :
@Didier: pour ton info, il circule plus d'or (et d'argent) papier que de métal physique. Ce qui veut dire qu'aujourd'hu, si tout le monde voulait son or physique, les banques ne pourraient pas fournir :-)
a écrit le 23/04/2013 à 11:58 :
Sarkosy sauvait le monde tous les jours ... Mais seulement pour un seul jour ! Les electeurs de droite adoraient et maintenant qu'il n'est plus là ils sont perdus. Enfin sauf les financiers qui ont encore trouvé les moyens de trouver du pognon a bon compte.
Réponse de le 23/04/2013 à 12:28 :
Faux débat, car Sarkosy (le conservateur), et Holland (le socialiste) sont tous les deux des anti libéraux, et ce sont eux qui ont conduit la ruine du pays avec leur étatisme ahurissant, et bloquant tout en captant énormément des richesses créées par les citoyens, au profit de leurs différentes mafias syndicales, politique, partisan ou autres. Holland finit le boulot si je puis dire, c'est à dire la rune du pays au nom de leur idéologie nauséabonde.
a écrit le 23/04/2013 à 11:56 :
Pfff... Il va falloir les virer de la zone Euro les Allemands, ils sont décidément trop ingérables.
Réponse de le 23/04/2013 à 12:15 :
C'est ce que suggère Soros, et il sait de quoi il parle.
Réponse de le 23/04/2013 à 12:38 :
Ah elle est bonne celle la, c'est sur faisons le, mais c'est la ou la France va comprendre sa douleur, car désolé mais l'économie française est ridicule par rapport à l'allemande, et une monnaie papier est basé sur la confiance que l'on a sur la santé économique d'un pays. La France ne mérite que de récupérer ses papiers francs, fortement dévalué, mais on a l'habitude des dévaluations. L?Allemagne elle est le leader en Europe, et elle a fait ses douloureuses réformes depuis 20 ans, ce que n'a jamais voulu faire la France, le résultat est la.
Réponse de le 23/04/2013 à 13:34 :
@tttt
Ce jour là, courrez vite à votre banque car vous avez perdu vos économies.
Réponse de le 23/04/2013 à 17:44 :
Sauf que vous trouverez porte close comme à Chypre.
a écrit le 23/04/2013 à 11:47 :
Tout ce qui est à effet de levier est condamné à couler un jour ou l'autre, la crise bancaire qui a vu disparaitre le secteur bancaire au moyen-âge de florence pise milan provient d'une chute en série des banques se tenant par la main, la peste noire arriva ensuite. Gênes tient encore malgré de gros dégâts grâce à son allié Byzantin et Venise a survécu parce que l'état était le garant ultime par son empire et a pu saigner Byzance au profit des turcs. Qui jouera le rôle de Byzance à notre époque ?
Il y aura quoi après la chute de l'occident, des banques chinoises et brésiliennes s'affrontant ? Le Brésil a déjà son petit GS local en croissance.
C'est l'effet de levier qui a permis la domination de l'occident, en multipliant par 10 la valeur d'un produit chez nous pour le même ailleurs, nous permettant d'acheter terres et rois pour nos empires coloniaux, maintenant que le reste du monde l'a découvert, nous avons perdu notre avantage, tout ce que nous importons va fortement monter en prix, c'est pour cela que nous avons désindustrialisé( entreprises de transformation donc important).
Réponse de le 23/04/2013 à 12:50 :
C'est bien mais vous etes incomplet dans votre explication. Les précédents écroulement des monnaies papier dans le monde n'a pu se faire uniquement lorsque les billets de banque n'avaient plus de corrélation à la seule vraie monnaie mondiale qui soit depuis 6000 ans = l'Or physique (et l'argent aussi) !! Il y a aussi les assignats au 18 eme, qui a ruiné par deux fois les français, mais aussi l'union latine qui coula en 1904, avec les possédants de cette monnaie de singe, c'était une espèce d'union européenne du sud, avec l'Argentine, échec total et complet. La seule solution pour un citoyen lambda c'est d'acheter de l'or physique et de le conserver en dehors du système bancaire.
Réponse de le 23/04/2013 à 17:45 :
Et au moment ou tu devras vendre ton or pour en profiter, on te mettra une taxe de 80% pour t'apprendre à vouloir tricher.
a écrit le 23/04/2013 à 11:42 :
Mais Sarkozy avait sauvé les banques françaises. Il lui allait comme un gant d'ailleurs ce rôle de sauveur. On en a eu plein les oreilles pendant 5 ans, jusqu'à la campagne présidentielle. Il avait sauvé le système bancaire français. J'ai même fini par le croire. Eh non, encore un tour de passe passe, de l'enfume sarkozyste. Une de plus!
Réponse de le 23/04/2013 à 12:05 :
Pourquoi ? elles ont coulé ?
Réponse de le 24/04/2013 à 13:17 :
Non, mais elles sont sacrément mal en point.
a écrit le 23/04/2013 à 11:36 :
Dans l?Antiquité et au Moyen Age, les alchimistes essayaient de transformer le plomb en or.

Les alchimistes sont des petits joueurs.

Mario Draghi, lui, a fait plus fort : il a transformé la merde en euros !

Les banques françaises ont dans leurs livres des centaines de milliards d?euros d?actifs pourris, de créances irrécouvrables, bref des merdes, ? mais des merdes françaises.

Pour s?en débarrasser, les banques françaises donnent leurs merdes à la Banque de France.

Ensuite, la Banque de France donne à Mario Draghi ces merdes françaises ? et Mario Draghi lui donne en échange des milliards d?euros, tout beaux, tout neufs, tout propres.

Ensuite, la Banque de France donne ces milliards d?euros aux banques privées françaises, qui les utilisent pour acheter les obligations de l?Etat français.

Et tout le monde est content !

Les banques espagnoles font pareil avec la Banque d?Espagne, les banques italiennes font pareil avec la Banque d?Italie, etc, etc, Mario Draghi est un très grand alchimiste !

Bon, évidemment, les journalistes allemands et les hommes politiques allemands disent que la BCE a tort de recevoir toutes ces merdes et de donner en échange tous ces milliards d?euros aux pays européens du sud : France, Espagne, Italie, etc.

Schäuble en faveur d?une action de la BCE pour réduire les liquidités.

Le ministre allemand des Finances verrait d?un bon oeil une action de la Banque centrale européenne (BCE) pour réduire les liquidités en circulation dans la zone euro, selon un entretien à WirtschaftsWoche, mais juge que cela est difficile dans la situation actuelle.

?Il y a beaucoup d?argent sur le marché, selon moi trop d?argent?, a déclaré Wolfgang Schäuble dans un entretien au magazine allemand à paraître lundi, mais dont des extraits ont été publiés vendredi.

Donc ?si la BCE essaie d?utiliser sa liberté d?action pour réduire un peu cette grande quantité de liquidités, je ne pourrais que le saluer?, a-t-il ajouté.

Mais la liberté d?action est minime actuellement en raison de la crise qui frappe nombre de pays de la région, a-t-il aussi souligné. ?Nous ne devons pas oublier en Allemagne que beaucoup de pays européens sont encore dans une situation de croissance précaire?.
Réponse de le 23/04/2013 à 12:14 :
Le rideau de fumée vous a recouvert. Pour vous dès qu'un allemand ouvre la bouche sur un sujet économique il a forcément raison. Les garanties apportées par les autres pays "sont de la merde" alors qu'elles correspondent aux régulations actuelles. Mais surtout oubliez les magouilles de la DB sur des actifs pourris, le camouflage des faillites des banques régionales allemandes avec des aides à répétition. Et n'oubliez pas de taper sur les PIGS (encore que ce terme ne soit plus à la mode) qui alimentent les finances allemandes, avec de l'argent frais, sonnant et trébuchant.
Réponse de le 23/04/2013 à 12:31 :
Oui sauf que les alchimistes n'ont jamais transformés le plomb en Or, c'est une légende, mais la ou l'Or est essentiel c'est que c'est la seule monnaie qu'il faut vite posséder, car le papier euro meurt petit à petit...
Réponse de le 23/04/2013 à 15:08 :
@Libre: non, mais les faussaires savent faire des pièces en or avec du tungstène :-) Allez, remet-nous donc un coup de pub :-)
Réponse de le 23/04/2013 à 17:51 :
Achetez du tungstène ... c'est tout de suite moins vendeur. Achetez du tungstène enrobé d'or. Est ce que ça passe mieux ?
Réponse de le 23/04/2013 à 22:14 :
@Thargor: c'est en tout cas ce que privilégient les faussaires, car le tungstène a la même densité et le même poids que l'or... et le faux or serait donc indétectable sans les moyens des experts chevronnés. Et il semblerait que les pigeons ne manquent pas sur le marché :-)
a écrit le 23/04/2013 à 11:28 :
Et où l'on retrouve DEXIA qui coûte déjà bonbon. Peut-être une analyse complète de ses expositions diverses afin que le pékin moyen que je suis puisse se faire une idée globale de ce que va finir par coûter sa défaisance.
a écrit le 23/04/2013 à 11:23 :
Ah oui, et donc les Allemands agitent le spectre de l'hyperinflation pour ... 0.5 milliard d'euros ? Il faut rester sérieux un minimum là ...
a écrit le 23/04/2013 à 10:45 :
"les banques françaises ont entre les mains des titres dont personne ne connaît la valeur réelle.". Leur valeur réelle sera celle qu'ils auront quand ils les vendront. Un peu comme des actions : tant qu'on ne les a pas vendues, tout ce qu'on a c'est une estimation de leur valeur monétaire.
Réponse de le 23/04/2013 à 11:25 :
problème : la valeur de ce papier semble être proche de zéro, alors que dans les bilans il est toujours à la valeur nominale ce qui permet aux banques d'annoncer des profits confortables alors qu'elles sont en quasi-faillite.
Réponse de le 23/04/2013 à 14:02 :
On parle de 15 % de surévaluation, sur une partie des créances... Bof, bof... il y a bien pire dans le système bancaire allemand.
a écrit le 23/04/2013 à 10:45 :
s'agissant de tce leur valeur ne peut pas être très éloignée de leur valeur d'émission.
a écrit le 23/04/2013 à 10:00 :
Mais ils n'ont toujours rien compris.
Bientôt ils vont mettre leur belle-mère en gage et spéculer sur une éventuelle plus-value pour obtenir des liquidités à court terme...
Et nos benêts de politiciens sont incapables de comprendre ou ferment les yeux.
Si ça continue, il va falloir leur expliquer notre ras-le-bol autrement...
Réponse de le 23/04/2013 à 10:14 :
Le poujadisme a de beaux restes.
Réponse de le 23/04/2013 à 10:33 :
"Le poujadisme a de beaux restes" n'est pas un argument mais une facilité de langage comme populiste pour éviter de parler des causes.
Réponse de le 23/04/2013 à 13:02 :
Poujadisme???!!!
C'est assez facile...
Pour avoir été responsable d'un programme qui prenait en charge 32000 réfugiés Karens avec un budget annuel de 2 millions d'?, je m'insurge qu'on octroie 8000 milliards d'euros pour sauver les banques, qu'on foute l'éducation publique, le système de santé, ... en l'air.
Qu'on impute tous les malheurs aux autres, aux étrangers, ,qu'il y ait des gens comme vous qui viennent avec leur grands mots. Ce système est complètement détraqué avec des valeurs archi nulles. On a trop tendance que c'est l'humain qui prime avant tout!
Réponse de le 23/04/2013 à 15:34 :
Prendre comme pseudo le prénom d'un des suspects des attentats de Boston donne indéniablement beaucoup de crédit à vos élucubrations.
Réponse de le 23/04/2013 à 16:23 :
De plus en plus basique mon ami.
Samarcande ne doit surement pas évoquer grand chose dans votre cerveau de grand strateguerre.
Il n'y a pas que l'histoire de France et Goldorak dans la vie...
Réveillez vous que diable
a écrit le 23/04/2013 à 10:00 :
Marrant de voir l'Allemagne qui fait haro sur les STEP alors qu'ils sont en première ligne de la problématique bancaire avec des Landersbank gavées d'actifs toxiques et Deutsche Bank dont on apprenait il y a 8 jours qu'elle avait copieusement triché sur ses comptes en 2008-2009 en omettant plusieurs milliards de créances douteuses. Il ne faut pas s'y tromper il s'agit là de manoeuvres dilatoires visant à détourner l'attention des fraudes comptables multiples dont s'est rendu coupable la Dutsche Bank. Les STEP ne représentent pas un risque de marché en tant que tel.
Réponse de le 23/04/2013 à 11:36 :
Dans 2 à 3 ans on va assister au même phénomène sur au moins une française. Il y a même une qui était en défaut de paiement pendant au moins une quinzaine de jours mais elle continue aujourd'hui de vivre. Jusqu'à quand? Des signes noirs peuvent surgir de n'importe où. C'est "Landesbank" et pas Landersbank (pour le pluriel, c'est "Landesbanken").
Réponse de le 23/04/2013 à 12:08 :
+1 pour la syntaxe en allemand, ça doit être votre langue maternelle vu ce qui suit. Sinon, c'est cygne noir pas signe (black swan en anglais) donc pour l'orthographe en français vous repasserez, je vous laisse vous renseigner sur l'origine de cette expression. Passons à la syntaxe : "Il y EN a même une" pas "Il y a même une" pas glorieux tout ça. Passons sur votre affirmation sur le défaut de paiement que vous évoquez.. faits preuves, précisions pour étayer votre assertion douteuse? Quant à vos prophéties sur l'avenir des banques françaises vu le niveau de votre argumentaire financier, je pense qu'on pourra s'en dispenser.
Réponse de le 23/04/2013 à 14:36 :
Monsieur "je sais tout et je suis le plus brillant du forum", vous devriez vous présenter au FMI, y'a bientôt une place qui va se libérer.
a écrit le 23/04/2013 à 9:41 :
C'est un peu compliqué tout ça quand on est pas "banquier"... Pour le français moyen que je suis cela donne l'impression d'avoir une machine infernale ou, quand on a l'impression que ca va un peu moins mal, on nous sort un nouveau truc du chapeau et c'est reparti pour un tour... Bref, j'aimerais bien trouver quelquechose qui explique les rouages principaux de cette machine infernale... si vous avez des références, je suis preneur.
Réponse de le 23/04/2013 à 10:39 :
Faites une recherche sur Shadow banking
traduites de l'anglais: Les expressions finance fantôme, finance parallèle, et finance de l'ombre , désignent l'ensemble des activités et des acteurs contribuant au financement non bancaire de l'économie.C'est juste pour une mise en jambe,après y a plus qu'a déroulé la pelote en remontant.( le secteur fantôme avoisina $60 000 milliards vers la fin de 2011) Passionnant
Réponse de le 23/04/2013 à 10:46 :
Bonjour,
Essayez déjà de trouver la video "money as a debt" qui explique de manière pédagogique les phénomènes de création monétaire en repartant des origines pour arriver sur les notions actuelles de collatéral.
Réponse de le 23/04/2013 à 10:50 :
Hélas vous n'avez rien à attendre des membres du gouvernement pour faire de la pédagogie économique et financière. Rien à attendre de tous ces avocats et enseignants au pouvoir qui sont dépassés. Ne pas compter sur eux non plus pour simplifier la fiscalité française. Le floux cela les arrange. Retraité de la profession bancaire je suis tout aussi désolé que vous devant cette exploitation de notre naiveté.
a écrit le 23/04/2013 à 9:38 :
La vraie info, c'est qu'une "grande banque française" est au bord de la faillite (certains évoquent les pertes du Crédit agricole, qui a repris le Crédit lyonnais et s'est lancé dans l'international, mais on pourrait penser aussi à la BNP ou à la Société générale).
Réponse de le 23/04/2013 à 9:58 :
La vraie info ? ... La vraie rumeur pour ne pas dire intox a la c.. oui, et gobee sans reflechir par les gogos !
Réponse de le 23/04/2013 à 10:04 :
L'autre info c'est qu'une myriade de banques régionales allemandes sont en grand risque et que le rideau de fumée commence à se déployer.
Réponse de le 23/04/2013 à 11:27 :
ce n'est pas une nouvelle info. La vraie nouveauté c'est que cela soit écrit noir sur blanc.
Réponse de le 23/04/2013 à 14:04 :
Ce qui n'est pas une rumeur, c'est la perte de 6,5 milliards d'euros du CA en 2012.
a écrit le 23/04/2013 à 9:21 :
Avant de tout perdre à cause de l?effondrement de l'euro et de l'hyperinflation qui va suivre suite aux milliards de papier monnaie Euro imprimés tous les jours, il faut se protéger en achetant de l'or physique rapidement.
a écrit le 23/04/2013 à 8:58 :
a priori et a posteriori et non à priori et à posteriori ...
Réponse de le 23/04/2013 à 9:35 :
il faut retourner à vos révisions de grammaire cours élémentaire je pense...
Réponse de le 23/04/2013 à 9:59 :
Et non, LG a raison, ce sont des locutions latines, pas d'accent sur le a...
Réponse de le 23/04/2013 à 14:11 :
En fait, on peut écrire "à" ou "a" : jadis on accentuait le latin (on distinguait "rosa" et "rosâ") et l'Imprimerie Nationale a longtemps typographié "à priori" (même si à titre personnel je préfère "a priori"). Mais c'est un archaïsme du XIXe (ou une erreur du XXIe).
a écrit le 23/04/2013 à 8:57 :
C'est du "mobilisable" modernisé et européanisé. Les Allemands font l'équivalent. Il faut savoir si l'euro est une monnaie commune ou un Deutsche Mark déguisé.
a écrit le 23/04/2013 à 8:51 :
Cela fait des mois que l'information est sortie dans la presse allemande... Je m'étonnais d'ailleurs de ne pas la voir reprise en France.
Réponse de le 23/04/2013 à 10:03 :
@Didier : L'information fait partie de la réglementation officielle de la BdF sur les types de garanties que peuvent apporter les banques pour obtenir des liquidités. Ce n'est pas nouveau ni récent, ni opaque. C'est la mise en oeuvre de Bâle 2. Par contre la situation des banques régionales allemandes, qui ont échappé à ces réglementations, suite au lobbying de leur gouvernement, alors en difficulté économique, est réellement opaque et notoirement dangereuse et risquée.
a écrit le 23/04/2013 à 8:25 :
Les TCN ne sont eligibles a la BCE que lorsqu'ils sont cotés sur un marché reglementé. En revanche les titres de dette allemands comme les namens ou les emprunts schuldscheins ne sont jamais cotés voire même comptabilisé hors bilan. Il va falloir que allemands fassent le ménage chez eux avant de nous critiquer. Il n'y a pas plus opaque que les banques allemandes!
Réponse de le 23/04/2013 à 8:49 :
+1 :-))
Réponse de le 23/04/2013 à 9:55 :
@tolomei : En effet. Et les banquiers allemands savent que la meilleure défense, c'est l'attaque. Ils savent que quelques banques régionales vont leur exploser à la figure et ils prennent les devants en insinuant que la BdF magouille sur 5% des garanties apportées en refinanciation. C'est lamentable et tend à prouver que des problèmes sont imminents chez eux suite à la baisse de régime de leur économie.
a écrit le 23/04/2013 à 8:07 :
C'est du papier court terme en pension. C'est quand meme pas nouveau.
Réponse de le 23/04/2013 à 8:33 :
c'est du papier qui ne vaut rien, échangé contre des "vrais" euros à des banques au bord de l'asphyxie :-) , comment les banques vont-elles bien rembourser ça ? en échangeant encore plus de papier pourri ?
Réponse de le 23/04/2013 à 8:48 :
@ letroll qui a dit que ce papier ne vaut rien ou que les banques sont au bord de l'asphyxie ? A quoi bon ressasser ces aneries.
Réponse de le 23/04/2013 à 8:54 :
C'est quoi de "vrais" euros ? des euros émis en Allemagne ?
Réponse de le 23/04/2013 à 11:30 :
quand La Tribune écrit :" grâce à des titres financiers opaques potentiellement surévalués " , il faut juste lire entre les lignes .. les banques françaises ont des titres pourris pleins les caves.
des "vrais" euros c'est de l'ironie ... ça reste du papier mais qui a encore une valeur
Réponse de le 23/04/2013 à 11:44 :
une valeur jusqu'à quand ? Car je vous rappelle qu'il en est imprimé plusieurs milliards chaque jour, et c'est pareil pour toutes les monnaies papiers dans le monde entier. Seul l'or ne peut pas disparaitre, et il reviendra peu ou prou étalonné aux prochaines monnaies papiers, et les anciennes comme l'euro ruineront au passage tous les épargnants. Voila la suite logique, et qui s'est toujours vérifié dans l'histoire, car je vous rappelle aussi que la durée de vie moyenne des monnaies papiers dans l'histoire n'est que de 73 ans. Voulez vous parier tout ce que vous avez sur la "valeur" de l'euro papier pour les prochains mois ou années ? Achetez plutot de l'or physique si vous voulez mettre votre famille à l'abri du besoin.
a écrit le 23/04/2013 à 8:04 :
Ce sont des titres de creances negociables qui repondent a certaines regles d'emission et d'information. Pas sur qu'il y ait de quoi fouetter un chat. Autrefois mobilisable BdF et aujourd'hui BCE, sauf a ce que ce ne soit que du papier pourri je vois pas bien le probleme. Euroclear est un compensateur c'est tout. les allemands nous chercheraient ils un mauvais proces ?
Réponse de le 23/04/2013 à 8:30 :
Euroclear est un dépositaire central et non un compensateur comme Clearnet.
Réponse de le 23/04/2013 à 8:50 :
Exact, erreur de vocabulaire.
a écrit le 23/04/2013 à 7:56 :
Franchement, tout ça fait quand même un peu "petit bras" et mesquineries trans-rhénane réunis... L'euro n'aurait donc pas d'autre problème ?
a écrit le 23/04/2013 à 7:53 :
Les Allemands on un nouveau parti politique pour le retour au mark qui fait déjà 20% de préférence dans les sondages, cella explique pourquoi ils on marre aussi de cette Europe comme tous les autre pays, vivement la sortie au plus vite possible aussi pour la France.
Réponse de le 23/04/2013 à 8:04 :
effectivement, tout le monde en a plus que marre ! rien de bon n'est apporté, au contraire!!
Réponse de le 23/04/2013 à 9:39 :
+1000. Vivement qu'on sorte de ce machin européen qui nous mène à notre perte.
Réponse de le 23/04/2013 à 11:05 :
Pour aller vers quoi ? Un nouveau franc cher à l'extreme droit ?
Qui fixera la valeur de ce nouveau franc ? Si ce sont les marchés, je vous promets compte tenu de nos boulets structurels étatiques, notre dette colossale et notre tendance à l'immobilisme un sacré désenchantement. Si sa valeur est fixée unilatéralement, dites bonjours aux dévaluations mensuelles, achetez vous une brouette en guise de portefeuille et dites au revoir à votre épargne, à vos retraites et pour faire simple à votre patrimoine.
Personne ne voudra d'une nouveau franc fantoche et on préférera tous se débarrasser de ce machin pour des marks, des dollars ou autre chose...

Jeter un oeil en Argentine aujourd'hui, cette sorte de laboratoire à bétises monétaires ou les apprentis sorciers se prennent pour des dieux... N'est pas la Fed ou la BoJ qui veut ! Dans leur cas également vu que personne n'a jamais été aussi loin dans les QE, on va se marrer du résultat !
Réponse de le 23/04/2013 à 12:05 :
"Pour aller vers quoi ? Un nouveau franc cher à l'extreme droit ?" Ce genre d'allusion est insupportable à moins que vous ne soyez un troll payé par l'UE ? Pour le reste votre commentaire ressemble à de la désinformation (volontaire ?). Si vous souhaitez réellement vous informer avec des arguments indiscutables, jeter un oeil sur le site de l'u-p-r.fr
Réponse de le 23/04/2013 à 12:45 :
à "@ced", l'argument Franc = extrème droite est stupide. Pour aller vers ou ? C'est simple à force d'imprimer du papier monnaie euro qui est décorrélé d l 'or depuis 1971, une bulle financière a été créée avec du papier qui vaut de moins en moins quelque chose. Vous voulez savoir ou l'on va ? Relisez l'histoire, à chaque fois que des gouvernements, ou des banquiers complices, impriment de la monnaie papier sans cotre valeur en Or physique possible, ca finit toujours de la meme manière. disparition de la monnaie papier en question, restauration d'une nouvelle, ruinant au passage les épargnants, et maintenant il est meme permit de se servir sur les comptes bancaires, comme à Chypre, et rétablissement peu ou prou de l'Or comme contre valeur aux billets de banque (is on veut que ça dure). Donc seuls ceux qui auront eu l'intelligence d'acheter de l'Or physique verront leurs économies décupler, pendant que les autres suceront des cailloux. A vous d'agit et de vous protéger en achetant de l'or physique, tout le reste ne sert à rien nous n'avons aucun pouvoir dessus.
Réponse de le 23/04/2013 à 19:06 :
Une fois que l'?uro sera mort rien ne nous interdit de nous mettre d'accord avec quelques pays, hors Allemagne et Angleterre, pour créer une nouvelle monnaie moins forte, plus ou moins égal au dollar qui pourra s'appeler l'Ecu.
Avec bien sur un système de fonctionnement de cette nouvelle valeur totalement différente de l?uro.
Et pourquoi pas par la suite faire un vrai marché commun, pas uniquement tourné vers la finance et l'expansion géographique.
Quelque chose de plus humain, une communauté de pays, avec une armée commune, des bases de données communes pour la police, les banques..... et pourquoi pas à terme une fiscalité plus ou moins équivalente.
Quand je dis quelque pays ce serait au maximum 10 pays.
a écrit le 23/04/2013 à 7:32 :
Weimar es-tu là!
Réponse de le 23/04/2013 à 9:27 :
à mon avis peu savent de quoi vous parlez, car l'histoire de la république de Weimar n'est pas enseigné dans nos écoles collectivistes françaises, ou le programme se décident par des fonctionnaires ultra syndiqués et politiques, qui envoient les enfants dans la rue pour manifester pour le compte de leur professeur, les fonctionnaires et leurs privilèges éhontés, volés sur le dos des contribuables. L'Euro ne vaudra bientôt plus rien comme les Mark de l'époque de la république de Weimar das les années 20 en Allemagne. Il fallait une brouette de billet pour s'acheter une baguette de pain, ça sera aussi le cas de l'euro s'ils continuent de le dévaloriser au quotidien avec toute cette masse monétaire, qui éclatera en premier.
Réponse de le 23/04/2013 à 10:37 :
Oui enfin les causes de la crise monétaire de la république de Weimar et celle que vit l'Europe (pour peu qu'on prenne le parti de dire que l'Europe vit une crise monétaire...) aujourd'hui ne sont pas les mêmess. L'hyperinflation des années 20 n'a pas grand chose à voir avec ce que l'Europe vit aujourd'hui. La masse monétaire à la mise en place du plan DAWES était 200 milliards de fois supérieure à celle de la décénnie précédente? et la vitesse de circulation du marks était stratosphérique puisque personne ne voulait en avoir dans la poche, vainqueurs-prêteur et allemands y compris... Ce n'est pas le cas de l'Euro. La perte de confiance dans l'euro n'est pas encore celle que vous prétendez. Et c'est un rouage de l'hyperinflation.

Tournez votre regard vers l'Argentine, c'est elle aujourd'hui qui est le labo international de la manipulation monétaire... Laissons Weimar à sa place, le contexte a changé.

Réponse de le 23/04/2013 à 11:17 :
à "Ced". Bien sur que la situation politique, économique et monétaire sont différentes de l'époque de la république de Weimar. Pur argumenter mes propos lisez l'article du lien :
http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-or-et-argent--les-lecons-de-weimar.aspx?article=1594279228G10020&redirect=false&contributor=La+d%C3%A9sastreuse+histoire+de+la+monnaie

Le corrélation est l'abandon de l'étalon Or, la création d'une masse monétaire pour des raisons politiques, et financières aux profits des banquiers et des gouvernements, et l'inflation qui en découle, et la ruine de tous les détenteurs de papier monnaie.
A mon avis la situation est plus grave car elle est mondiale, et que la bulle financière créée par l'endettement et par l'impression de plusieurs milliards d'euro (et US dollar, et Yen, etc..) font que les monnaies papiers voient leurs valeurs diminuer chaque jour, puisqu'il y en a en masse, et prêter pour rien. Ce qui est rare est cher, c'est le cas de l'or, et ce qui en profusion est sans valeur. Mais j'aurais aussi pu vous donner l'exemple des assignats qu à deux reprise aux 18 eme ont ruinés les français, et la nation. Mais aussi j'aurais pu vous parler de l'union latine, et sa fausse monnaie papier, disparue, avec les économies des citoyens, en 1904, un avant test de l'Europe fédérale actuelle.
Réponse de le 23/04/2013 à 19:26 :
Petit rappel aux economistes a memoire courte: le maintien de l'etalon-or n'etait plus possible apres la 1ere guerre mondiale en raison de l'enormite de la dette de guerre due aux Etats-Unis et aux dommages de guerre imposes a l'Allemagne. L'hyperinflation en etait la consequence logique. Rien a voir avec la situation d'aujourd'hui ou les banques centrales entretiennent une bulle financiere en deversant des tombereaux de monnaie sur les marches qui s'auto-entretiennent. A contrario l'incertitude cree par les marches financiers renforce l'epargne de precaution et restreint la circulation des monnaies. C'est pourquoi vous vous trompez de peril et au lieu de l'hyperinflation vous aurez la recession durable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :