Espagne : baisse du taux de chômage au deuxième trimestre à 26,2%

 |   |  448  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le chômage a baissé en Espagne au deuxième trimestre, pour la première fois en deux ans, mais le taux reste à un niveau très élevé, à 26,26%.

Le taux de chômage en Espagne a baissé au deuxième trimestre. C'est la première fois en deux ans.  "Si l'on compare l'évolution du chômage ce trimestre par rapport à celle du même trimestre des cinq années précédentes, il faut souligner que ce recul du chômage est le plus important constaté depuis 2008", a précisé l'Ine, l'intitut national des statistiques espagnol, dans un communiqué. Cette baisse est notamment le résultat des embauches liées à l'arrivée de la saison touristique.

Le taux chômage reste très élevé

Toutefois, avec 26,2% de la population active qui est au chômage, la quatrième économie de la zone euro affiche tout de même la pire performance des pays membres de la monnaie unique derrière la Grèce. Sur un an, la tendance reste à la hausse, avec 284.500 demandeurs d'emploi en plus dans ce pays plongé en récession depuis deux ans. Et les moins de 25 ans restent les plus touchés, avec un taux de chômage de 56,1%, contre 57,2% trois mois plus tôt. Le pays compte encore 1,8 million de foyers dont aucun membre ne travaille, soit 4,4% de moins qu'au trimestre précédent.

>> Lire aussi: Sous l'effet de la crise, de plus en plus d'espagnols sombrent dans la pauvreté

La situation économique s'améliore...

Le pays, plongé en récession depuis mi-2011, avait été fortement chahuté par les marchés en 2012, ce qui l'avait presque acculé à demander un sauvetage financier européen. Cette aide s'est finalement limitée à son secteur bancaire, qui a reçu 41,3 milliards d'euros, et depuis l'Espagne tente de regagner la confiance des marchés. Elle semble désormais proche de sortir de la récession avec, selon les estimations de la Banque d'Espagne publiées mardi, un recul du PIB de seulement 0,1% au deuxième trimestre

... mais des risques importants demeurent

Mais sa situation économique reste compliquée: "nous continuons de penser que l'idée que l'Espagne est à l'aube d'une reprise économique est bien trop optimiste", soulignait mardi l'analyste Ben May, de Capital Economics, dans une note. Le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission européenne continuent eux aussi de s'inquiéter pour l'Espagne: "les risques pour l'économie et par conséquent sur le secteur financier restent élevés", a mis en garde le Fonds, car le pays doit encore équilibrer ses comptes, baisser les prix des logements et diminuer la dette privée. Pour la Commission, "des risques persistent dans un contexte de chômage élevé, de contraction de l'activité, d'une dette privée en Espagne et envers l'extérieur toujours importante et d'une dette publique qui augmente rapidement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2013 à 20:10 :
on est chômeur que lorsque l'on ne reçoit pas d'indemnités de chômage. il sera donc facile de faire tomber radicalement les chiffres.
a écrit le 25/07/2013 à 16:27 :
Il est évident que le chômage baisse en Espagne car les jeunes et moins jeunes espagnols diplômés quittent leur pays pour travailler à l'étranger ou viennent piquer le travail des salariés français du Btp. C'est ça la Droite au pouvoir : réduire le social, les salaires et les retraites pour se glorifier d'avoir baissé l'endettement de l?État. C'est la meilleure façon de faire crever encore plus d'entreprises en faisant fuir à l'étranger les clients qui font vivre les entreprises et augmentent leur richesse. Victoire à la Pyrrhus : heureusement que Hollande ne fait pas cette politique!
a écrit le 25/07/2013 à 12:57 :
On dirait presque que ça en réjouis certains... lamentable!
Tranquilles, avec Flamby au pouvoir la France ne devrait pas tarder à refaire son retard qu'elle à sur l'Espagne ..'
a écrit le 25/07/2013 à 12:16 :
Le nombre de chômeurs a reculé de 250.000 personnes en Espagne, le tourisme constitue environ 10 % du PIB, en France le nombre de chômeurs a encore augmenté de 15000 personnes en juin, en France, le tourisme a une part (croissante) d'environ 7 % dans le PIB. Pour ceux qui savent pondérer ces chiffres, en fonction de cette variable saisonnière qui est le tourisme, apprécieront les chiffres catastrophiques que pôle emploi nous présente en France. Pour ceux qui savent que le PIB espagnol en valeur absolu est bien inférieur à celui de la France, pourront aller encore + loin dans leur analyse et comprendrons que la situation est encore plus catastrophique qu'ils le pensaient en France.
a écrit le 25/07/2013 à 12:01 :
Signe d'une reprise économique ou plutôt d'un mouvement migratoire du sud vers le nord? Le transfert de chômeurs (merci Schengen!) arrange bien des économies corrompues... D'ailleurs si 1,8 millions de foyers se déclarent sans aucune activité, ceci ne veut pas dire qu'ils n'ont aucun revenu. Quand les états obèses deviennent trop gourmands c'est le travail non déclaré qui développe l'activité quoi qu'en pensent les intouchables. Cette forme d'économie est ancrée dans la culture des économies du sud et elle risque bien de s'étendre par des flux migratoires non contrôlés.
a écrit le 25/07/2013 à 11:54 :
Vendeurs de Churos et serveurs d'Horchata de chufa.

RDV en septemebre une fois que la saison toursitique sera finie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :