Ukraine : Arseni Iatseniouk dirigera un "gouvernement de kamikazes"

 |   |  563  mots
Le Fonds monétaire international (FMI) a reçu jeudi une demande d'aide officielle de l'Ukraine après la désignation du nouveau chef de gouvernement.
Le Fonds monétaire international (FMI) a reçu jeudi une demande d'aide officielle de l'Ukraine après la désignation du nouveau chef de gouvernement. (Crédits : Reuters)
L'ancien ministre pro-européen à la tête un gouvernement de transition compte mettre en place des "mesures extraordinairement impopulaires". Le pays qui risque sécession et faillite a demandé une aide du FMI.

Le Parlement ukrainien a désigné jeudi à l'unanimité le pro-européen Arseni Iatseniouk comme Premier ministre du gouvernement de transition. L'ancien ministre de l'Economie prend ainsi la tête d'un gouvernement d'union nationale dans l'attente de l'élection présidentielle anticipée, prévue le 25 mai.

Mercredi déjà, il avait été "proposé" à la foule comme Premier ministre et acclamé sur la place Maïdan, l'épicentre de la révolution.

Le FMI prêt à répondre à la demande ukrainienne

Dans son discours de candidature devant le Parlement, Arseni Iatseniouk n'a rien dissimulé de l'ampleur de la tâche qui l'attend alors que le pays est au bord de la banqueroute.

Le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué avoir reçu ce même jeudi, suite au vote du Parlement, une demande d'aide officielle de l'Ukraine. "Nous sommes prêts à y répondre", a déclaré sa directrice générale Christine Lagarde.

Un "gouvernement de kamikazes"

Évoquant la nécessité d'un "gouvernement de kamikazes", capable de "prendre des mesures extraordinairement impopulaires", le nouveau chef de gouvernement a annoncé des réductions drastiques des dépenses.

"Les comptes publics sont vides, tout a été volé. Je ne promets pas d'amélioration, ni aujourd'hui ni demain. Notre objectif principal est de stabiliser la situation. La dette publique est de 75 milliards de dollars maintenant. En 2010, quand Ianoukovitch est arrivé au pouvoir, elle était deux fois moins importante", a-t-il expliqué aux députés.

Selon lui, le gouvernement de Viktor Ianoukovitch serait coupable d'avoir détourné des milliards de dollars. Au cours des trois dernières années, 70 milliards de dollars auraient ainsi été sortis du système financier de l'Ukraine pour être mis sur des comptes off-shore. "Le trésor national a été pillé", accuse Arseni Iatseniouk. En Suisse, les avoir de l'ancien président en fuite ont été gelés.

Plus bas historique pour la hryvnia

La nomination de ce gouvernement par intérim n'enraye cependant pas la chute de la hryvnia, la devise ukrainienne, qui est tombée ce même jour à un nouveau plus bas historique : 11 pour un dollar selon Reuters.

Face aux troubles politiques à l'issue toujours incertaine, les investisseurs continuent à rester à l'écart de l'Ukraine, d'autant que la faiblesse des réserves de change ne permet pas à la banque centrale d'intervenir. Celle-ci, résignée à une dévaluation inévitable, a d'ailleurs clairement signifié qu'elle ne chercherait pas à soutenir sa devise dans les prochains jours.

Amorcée depuis plusieurs semaines, la chute de la devise ukrainienne s'est accélérée depuis la destitution du président Viktor Ianoukovitch et "pourra aller jusqu'à 16 pour un dollar", estime Tatyana Orlova, stratégiste chez RBS.

Ancien vice-président de la Banque nationale d'Ukraine (2003-2005) et ancien ministre des Affaires économiques (2005-2007), Arseni Iatseniouk dispose d'une expérience qui pourrait s'avérer précieuse.

L'Ukraine, "membre de l'Union européenne" avant tout

Durant son discours, le nouveau Premier ministre a par ailleurs évoqué la situation en Crimée, péninsule du sud de l'Ukraine, où un commando pro-russe a pris d'assaut le Parlement.

"L'intégrité territoriale est menacée, on assiste à des manifestations de séparatisme en Crimée (...) Je dis aux Russes: 'ne nous affrontez pas, nous sommes des amis et des partenaires' ", a-t-il déclaré, avant de marteler que l'Ukraine voyait "son futur en tant que membre de l'Union européenne".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2014 à 10:56 :
75 milliards de dette , cela doit en faire rêver certains au gouvernement !
Réponse de le 28/02/2014 à 12:29 :
Le PIB n'est que de 175 milliards. La dette rapportée au PIB est de 44%, ce qui ne semble pas excessif si on ne le rapproche pas d'autres indicateurs : les taux sont autour de 30% ce qui entraîne un effet boule de neige très important sur la dette (l'an dernier la dette a progressé de 8 points et ce sera bien pierre cette année), le déficit budgétaire est de 6% ce qui signifie que la dette va continue d'être alimentée hors intérêts...
a écrit le 28/02/2014 à 8:08 :
Et pendant ce temps la la finance prospere....a fait son beurre avec l ancien et ....prochainement avec le futur
a écrit le 27/02/2014 à 22:13 :
Et devinez qui va encore devoir mettre la main à la poche pour financer cette bamboula ? A fonds perdus bien évidemment. Mais c'est bien fait pour nous, nous avons les politicards que nous avons élu et donc que nous méritons. Après centrafric, mali, ko$ovo, lybie, égypte, grèce, romanie, afgha, il ne nous manque plus qu'alpha du centaure pour gagner le grand prix de la nation la plus bête de l'univers. Mais là ou nous avons la médaille d'or absolue, c'est pour le Chômage. Personne ne battra l'UMPS sur ce dossier. Nos assemblées y veillent.
Réponse de le 28/02/2014 à 3:58 :
Heureusement que les américains n'ont pas raisonné à courte vue comme vous en 44.
Réponse de le 28/02/2014 à 9:22 :
C'est vrai qu'en 41 ils n'ont pas encaissé l'une des pires défaites de leur histoire et que l’Allemagne ne leur a pas déclaré la guerre, coulé un certain nombre de navires (jusque dans leur ports aux USA) etc, etc. De plus la guerre a permis de moderniser l'outil industriel et sans Europe libre, plus de débouché éco après la guerre....
Sans oublier la possibilité de la main mise soviétique sur L’Europe....
Réponse de le 28/02/2014 à 9:38 :
Sauf que le plan des USA en 44 n'était pas de sauver L'Europe mais de reprendre le contrôle...
Réponse de le 28/02/2014 à 10:37 :
Si vous relisez l'article, vous verrez que c'est le FMI qui va soutenir l Ukraine.
Réponse de le 28/02/2014 à 16:22 :
Et le FMI il cueille l'argent dans les arbres pour le redistribuer gratuitement de maniere philanthropique bien evidemment ? Ah on me dit que ce sont les pays deja endettes et ayant la tete sous l'eau qui approvisionnent le FMI en argent ..
Réponse de le 28/02/2014 à 16:48 :
@Marine: raccourci de l'Histoire. Il y a aussi eu les poitrines russes de l'autre côté, sans qui les Américains auraient été repoussés facilement par les Allemands qui n'étaient pas des enfants de coeur. De plus, renseignez-vous sur les faits et vous verrez que les Américains, pas plus que les Russes d'ailleurs, n'ont été plus blancs que blancs. Les Américains et les Angalis ont tout fait pour nous piquer notre or en 1940. On ne parle pas non plus des milliers de viols des soldats américains sur notre territoire, etc. Avant de prendre parti, merci de réviser tous les livres, et pas seulement ceux de propagande :-)
a écrit le 27/02/2014 à 21:18 :
La situation est drôle. Le gouvernement de Kiev n'a pas de moyen de pression sur la Crimée: pas d'argent dans les caisse, l'armée en état minable, les forces policières sont démoralisées et n'ont aucune envie de protéger le pouvoir central. selon Iatseniouk les russes sont des amis, mais il y a deux nuances: 1. Ce mouvement est populaire, la population de Crimée soutient les opposants de nouveau pouvoir, 2. la question si les dirigenats russes croient à Iatseniouk n'est pas évidente.
Réponse de le 27/02/2014 à 22:21 :
Ben ... on s'en fout de kiev, de la crime et des rusko. Ici on est en en France. Pquoi tu ne retournes pas là bas ? L'herbe est plus verte ici ?
Réponse de le 28/02/2014 à 1:25 :
@ @ex-bolchevique : Merci pour votre intervention pleine de sagesse et de politesse. Je dois quand même remarquer que les bolcheviques sont très rares en Russie et cette situation date de 20 ans au moins, en réalité plutôt 50. Je suis aussi un peu étonné de votre association entre la nationalité et l’idéologie et votre intérêt concernant ma présence sur le territoire français. Alors je vous réponds : je suis là, parce que je veux travailler d’une façon utile dans mon domaine des compétences préféré que j’ai choisi lors de mes études (Bac+8). Suite aux certains circonstances politico-économiques il n’était pas possible de réaliser cela en Russie. De ce point de vue l’herbe est surement plus verte en France, comme de point de vue de la qualité de vie. Ainsi je préfère de travailler en France et continuer de participer activement dans le développement des technologies industrielles, comme j’ai déjà fait dans plusieurs cas. C’est ma contribution en économie française. De point de vue d’argent la verdure de l’herbe est relative, dans mon domaine, plutôt, oui, mais en comparant mon salaire avec mes amis en Russie, ils gagnent en moyen plus que moi en travaillant dans les secteurs plus bénéfiques de type finance. En échange, je voudrais savoir votre impact dans l’économie française.
Réponse de le 28/02/2014 à 4:25 :
@ Ex-Moscovite : Poutine va réussir à faire encore plus basculer l'Ukraine vers l'occident et une vision manifestement plus libre qui est demandée par la majorité ukrainienne de l'Ouest au moins. Si c'est son but il n'aura plus de zone tampon entre lui et l'Europe et l'Ukraine risque de rejoindre l'Otan. Il a beau activer sa propagande habituelle, sur un plan géopolitique ce n'est pas un calcul brillant tout comme en Syrie où l'on voit le résultat accablant. Il est toujours dans sa vision bipolaire du monde, n'a pas vu les changements, mais heureusement il est mortel donc il n'y a plus qu'à espérer un nouveau ou une nouvelle présidente plus constructive et intelligente en Russie.
Réponse de le 28/02/2014 à 16:51 :
@ex-bolchévique: ex-moscovite a l'avantage de savoir de quoi il parle, ce qui est quand même mieux que les commentaires de gens qui nous répètent aveuglément ce qu'ils ont lu dans leurs bouquins de propagande. Cela dit, on est pas obligé d'être d'accord avec ex-moscovite, c'est un point de vue informé et pas plus.
Réponse de le 04/03/2014 à 18:39 :
@Marre aux.. 1. "Poutine va réussir..." D'accord avec vous. 2. Le résultat en Syrie accablant? Pas sur, même l'horreur de la situation actuelle est mieux que l'horreur des islamistes radicaux qui serait un résultat logique de leur victoire. Même si je n'aime pas Poutine, l'action en Syrie était raisonnable.
a écrit le 27/02/2014 à 21:03 :
"pro-européen" ? Rien que le titre en dit long. A une autre époque on aurait dit que c'était une collaborateur :-) S'il n'était pas manipulé, il serait pro-ukrainien avant tout :-)
Réponse de le 28/02/2014 à 10:35 :
Vous semblez dire qu'un ukrainien ne pourrait pas être pro Ukraine et pro européen ? Ce serait une conception pour le moins nationaliste très poussée.
Réponse de le 28/02/2014 à 16:41 :
@?: chacun a ses propres intérêts et le pro l'un ou l'autre est une vaste fumisterie.Quand on cesse de défendre ses propres intérêts au profit des autres, on ne sert plus son peuple, mais les autres.
a écrit le 27/02/2014 à 17:42 :
Faire sécession pour en plus se prendre l' extrème rigueur dans les dents , c'est un plan de débile taré. Et entrainer des gens là-dedans est irresponsable.
Le Peuple Ukrainien à tout à gagner à rester sous influence Russe...l'Europe est une Merde...qu'ils se protègent en restant à l'écart. Même si ça fait chier kerry.

Ils disent qu'il y a pas de sous pour la Grèce , pourquoi il y en aurait pour l'Ukraine ???
Réponse de le 27/02/2014 à 19:46 :
Comparez un peu le développement de la Pologne (entrée dans l'UE) avec celui de l'Ukraine (resté dans le giron russe): L'Ukraine est aujourd'hui plus pauvre qu'à la fin de l'USSR, la Pologne a plus que doublé le PIB par habitant. L'Ukraine à tout à gagner à se rapprocher de l'UE.
Réponse de le 27/02/2014 à 20:35 :
@ Kid, d'accord avec vous, et puis les Ukrainiens voient le mode de vie RUSSE, où manifester vous envoie au "goulag" Y a t-il une différence de vie en Russie maintenant que sous Staline ? Le mensonge d'Etat TOUT POUR CERTAIN ET
RIEN POUR LES AUTRES. On a pu constater que le Président de l'Ukraine vivait
dans un luxe .....
Réponse de le 28/02/2014 à 0:30 :
Belle logorrhée de téléspectateur lobotomisé par une écoute trop assidue des journaux TV. Le président de l'Ukraine vivait dans le luxe? La belle blague, parce qu'Obama et l'autre à l'Elysée ils vivent dans un 30m2 et ils prennent le métro? Si Ianoukovitch est certainement un politicien corrompu, dites vous bien que pendant que vous vous inquiétez de son cas, il y en a bien d'autres, bien plus proches de vous, qui doivent bien s'amuser de lire ce genre de considérations.
Réponse de le 28/02/2014 à 1:30 :
@ Die welte: Je vous assure qu'il y a de très grosses différences de vie en Russie maintenant et à l'époque de Staline, au même temps dans le sens positif et dans le sens négatif. Egalement je dois vous dire que les palais de certains opposants au président de l'Ukraine sont tout à fait comparables.
Réponse de le 28/02/2014 à 14:36 :
Ex-Moscovite a bien résumé. L'économie russe permet beaucoup plus de choses aujourd'hui , mais les écarts entre les pauvres et les riches sont très important.
La mentalité et la Culture maintiennent tant bien que mal la Russie.
L'Ukraine n'a pas ce " luxe ".
a écrit le 27/02/2014 à 17:30 :
Quel est l'intérêt pour l'Ukraine de rejoindre l'UE alors que la plupart des pays européens, Italie, Espagne, Portugal; France, Allemagne etc... sont surendettés
Réponse de le 27/02/2014 à 17:45 :
C'est le même intérêt que l'intégration de Mayotte à la république française... prendre le pognon à la source jusqu'à l'épuisement de celle-ci. En échange de la misère organisée des peuples soumis à la dictature républicaine, les oligarques européens profiteront sans retenue d'une main d'oeuvre bon marché tout en demandant toujours plus de "compétitivité".
Réponse de le 28/02/2014 à 4:03 :
L'intérêt c'est la liberté par rapport à la dictature poutinienne.
Réponse de le 28/02/2014 à 10:47 :
Probablement se détacher de l'influence russe et de se rapprocher de l'Europe pour bénéficier du grand marché interne que constitue l'Europe. Ces ukrainiens croient en la richesse qu'apporte la concurrence libre.
a écrit le 27/02/2014 à 16:47 :
L'Ukraine Européenne sera en faillite comme la Grèce ou le Portugal et bien d'autres alors que l'Ukraine russophone sera un des moteurs de la Russie émergente. L'intérêt des oligarques européens et américains n'est plus celui du capitalisme vraisemblablement.
Réponse de le 28/02/2014 à 4:07 :
L'Allemagne de l'Est comme la Pologne se portent nettement mieux depuis l'intégration à l'Europe alors que les pays qui intègrent la Russie de Poutine se gangrènent dans la corruption généralisée.
Réponse de le 28/02/2014 à 9:03 :
quelle connerie
a écrit le 27/02/2014 à 16:32 :
les ukriniens sont aussi européens que les turcs, c'est tout dire.
Réponse de le 27/02/2014 à 16:39 :
Un peu plus, quand même !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :