Christine Lagarde à Bruxelles : le coup de maître d'Angela Merkel

 |   |  909  mots
Christine Lagarde pourrait être la candidate d'Angela Merkel
Christine Lagarde pourrait être la candidate d'Angela Merkel (Crédits : reuters.com)
La chancelière allemande soutiendrait Christine Lagarde pour remplacer José Manuel Barroso. Un mouvement très politique et très subtil pour mettre toute le monde d'accord en renforçant sa propre influence.

Ainsi donc Angela Merkel a sorti de sa manche, sa carte maîtresse. Selon Reuters, elle aurait demandé à François Hollande s'il souhaitait soutenir la candidature de Christine Lagarde à la présidence de la Commission européenne. Avec cette proposition, qui suit de quelques jours son soutien « officiel » au candidat officiel du parti populaire européen (PPE) Jean-Claude Juncker, elle prouve une nouvelle fois sa supériorité stratégique vis-à-vis de ses « partenaires » européens. Car le coup est subtil. Pour plusieurs raisons.

Désamorcer l'opposition britannique

Avec Christine Lagarde, la chancelière désamorce l'opposition de David Cameron. Le Tory est un vrai fan de l'ancienne ministre française en qui il voit un « cheval de Troie » du libéralisme anglo-américain. Avec elle, il sent la « subsidiarité » protégée et la position de la City renforcée. Aucun risque, à son sens, de voir la directrice générale du FMI tomber dans la tentation « fédéraliste » d'un Jean-Claude Juncker.

Neutraliser la France

Mais Angela Merkel place également François Hollande dans une position délicate. Choisir Christine Lagarde comme représentante de la France à la Commission, c'est perdre sa capacité de choisir « son » propre candidat. C'est accepter le choix de Berlin. Mais comment refuser ce poste si important pour la France ? Comment ne pas se dire que l'ancienne hôte de Bercy ne fera pas preuve de « compréhension » vis-à-vis d'un gouvernement français qui peine toujours autant à atteindre ses 3 % de PIB de déficit public en 2015 ? En fait, un refus est impensable pour l'hôte de l'Elysée. Peut-on imaginer qu'il refuse le poste de présidente à Christine Lagarde pour permettre à Pierre Moscovici de devenir commissaire ? Il serait une nouvelle fois la risée de la France et de l'Europe. Quant à Angela Merkel, elle évite ainsi de voir un « socialiste » français prendre un poste important à la Commission. Le fait n'est pas secondaire, car à Berlin on ne goûte guère les voix « discordantes » à Bruxelles. Les propositions bancaires de Michel Barnier ont beaucoup agacé et l'on redoute qu'avec un commissaire PS, ce genre de mésaventure se reproduise.

Satisfaire Renzi

Christine Lagarde a également un autre avantage : elle n'a pas une réputation de « forcenée de l'austérité. » A la différence de la Commission, le FMI a reconnu ses erreurs dans les calculs effectués en 2011 sur les « multiplicateurs », autrement dit concernant les effets des politiques de consolidation budgétaire sur la croissance. La directrice générale de l'institution ne manque jamais une occasion de rappeler qu'il faut une politique équilibrée, qu'il faut à tout prix éviter la déflation et que le risque bancaire doit être mieux maîtrisé. Bref, c'est un gage donné aux adeptes du « changement » comme Matteo Renzi. C'est une façon pour la chancelière de donner l'impression d'une légère inflexion à sa politique européenne. Angela Merkel peut laisser faire, elle a suffisamment de garanties, notamment institutionnelles pour assurer la poursuite de la politique actuelle. Il lui suffira d'obtenir un « bon » commissaire aux affaires économiques pour en obtenir une de plus. Et comme Berlin aura l'impression de faire une concession immense en acceptant de donner à la France la présidence de la Commission, on ne pourra lui refuser le choix de certains postes centraux.

Consoler les parlementaires européens

Dernier atout maître : Christine Lagarde est le candidat idéal pour le parlement européen. C'est une femme, de centre-droit, assez consensuelle. C'est le portrait craché du parlement européen. La personne idéale pour faire oublier ce vieux barbon un peu ennuyeux de Jean-Claude Juncker qui porte certes une certaine légitimité « démocratique », mais qui, après tout, n'a guère convaincu les électeurs puisque le PPE a perdu 60 sièges. La directrice générale du FMI a tout pour faire une « très grande coalition » : Verts et socialistes apprécieront de voir une femme modérément critique de l'austérité à la tête de la Commission, conservateurs et libéraux applaudiront au profil anglo-saxon de la Française. Bref, Christine Lagarde pourrait emporter une plus large majorité que l'ancien premier ministre luxembourgeois. Angela Merkel pourrait ainsi avoir nommé « son » président de la Commission tout en se cachant derrière un grand consensus parlementaire ! Elle aura réussi ce tour de force de renforcer son pouvoir (car Christine Lagarde ne pourra oublier de qui elle tient son poste) tout en donnant à chacun des façons de se réjouir. De la grande politique !

Tester l'opinion allemande

Evidemment, sa nomination est loin d'être acquise. Il faudra d'abord convaincre Christine Lagarde elle-même de quitter Washington. Mais on peut imaginer que les discussions ont débuté. Surtout, les députés européens se sont trop avancé dans leur engagement autour des Spitzenkandidaten, les candidats nommés pendant la campagne par les partis européens. Et Jean-Claude Juncker a, de ce point de vue, une certaine légitimité. Sauf que, en réalité, personne n'est vraiment enthousiasmé par l'arrivée à Bruxelles de l'ancien chef du gouvernement grand-ducal. Angela Merkel qui a « fait » le candidat Juncker pourrait, si elle voit que la « sauce » autour de Christine Lagarde prend, notamment en Allemagne, lui demander de se retirer. La grande affaire pour la chancelière est de mettre fin au mouvement d'opinion outre-Rhin en faveur des Spitzenkandidaten. On comprend alors mieux la « fuite » qui a permis à Reuters de publier cette information.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2014 à 14:38 :
Merkel n'osait pas mettre Cameron sur le dos.
a écrit le 05/06/2014 à 12:29 :
Attention ca va nous perde
Angela a plus d 1 Tour ds sons SAC !!!!
a écrit le 05/06/2014 à 11:42 :
combien de déficits cette dame nous a laisser prés de 8 % de déficits budgétaire en 2008/2009/2010

quand Sarkozy parti en 2012 c'était encore a prés de 6 % de déficits budgétaire

Même pas honte
a écrit le 05/06/2014 à 8:10 :
Lagarde est un parfait "agent d'ambiance" une barroso bis, rien de plus.
a écrit le 05/06/2014 à 7:50 :
franchement, Monsieur Godin, vous faites fausse route
- nommer lagarde c'est mettre le FMI (discrédité) à la tête de l'Europe
- c'est montrer aux français que la décision se prend à Berlin : impensable
- c'est nommer une personne qui a été notoirement mauvaise ministre...et donc les piteux résultats expliquent largement pourquoi la France n'est pas dans les clous budgétaires
- c'est pour hollande risque de perdre sa majorité (déjà fragile), alors même qu'il s'est beaucoup avancé pour pierre moscovici
- c'est montrer que l'élection est une farce, alors meme qu'on nous a vendu la possibilité de choisir le président de la commission comme une avancée majeure
- c'est nommer une personne prise dans une affaire judiciaire, ce que le parlement européen, déjà humilié, n'acceptera pas
- c'est, à l'évidence, nommer une personne qui est plus favorable aux Etats Unis qu'à l'Europe (posez donc la question à Michel Pébereau et aux banquiers européens qui n'ont pas oublié comme madame lagarde a "tourné casaque" sitôt arrivée à washington et porté un coup très grave au secteur bancaire européen)
en clair : c'est faire le jeu des anti européen et de madame le pen...mais bon, Madame Merkel, qui a eu la finesse extrême de se croire autorisée à intervenir dans la campagne présidentielle française en soutenant un sarkozy démonétisé, alimentant si besoin en était ls sentiments anti allemands, n'est pas à une erreur tragique de plus
a écrit le 05/06/2014 à 2:27 :
Lagarde c'est une mercenaire bien sûr qu'elle est bonne candidate à la commission, comme ça elle pourra servir ces maîtres
a écrit le 05/06/2014 à 0:10 :
Elle a tellement bien réussi en France ....,qu'il est temps de la mettre à l'Europe pour montrer la voie à ces pauvres Allemands et aux aurrres !...
a écrit le 04/06/2014 à 23:03 :
Les américains continuent de placer leur pion, un ancien ponte de chez Goldman Sachs à la tête de la BCE, Lagarde à la place de Baroso, l'union européenne est en fait une extension de "United states of America"
a écrit le 04/06/2014 à 22:42 :
L'union européenne nous fera toujours des enfants dans le dos, et tant qu'on en sortira pas cela sera toujours comme ça
a écrit le 04/06/2014 à 20:40 :
D'une institution americaine à la plus haute instance europeenne.
On voit la collusion..
Ce n'est ni la carte allemande, ni une Française, mais bien une americaine à la tête de l'UE.
De Gaulle doit se retourner dans sa tombe.
a écrit le 04/06/2014 à 19:18 :
elle aurait du soutenir Pascal Lamy : il veut instaurer des mini jobs pour les jeunes comme en Allemagne. Entre ultralibéraux ils s'entendent bien.
a écrit le 04/06/2014 à 18:39 :
Quelle mascarade ! Mme Merkel soutient Mme Lagarde, qui ne s'est même pas présentée aux élections européennes ????
a écrit le 04/06/2014 à 18:22 :
Notre fantôme de l'Elysée que fait il ?
Lui si prompt "moi Président je casserai l'économie française" " Moi Président, Mme Merkel me fait avaler des couleuvres" " Moi Président, l'Europe je la regarderai de la tour Effel"
Réponse de le 05/06/2014 à 11:47 :
c'est la faut de ceux d'avant et ceux de maintenant de MARINE a fait 25 %

MAIS QUAND MÊME C'EST SARKO LUI A SIGNÉ TOUS LES TRAITES EUROPÉEN ALORS QUE LE PEUPLE LUI AVAIT DIT NON A 56 % EN 2005
a écrit le 04/06/2014 à 17:54 :
Ce serait toujours mieux que Moscovici, le candidat de Hollande, champion du mensonge et de la langue de bois, grand amateur de taxes pour les autres et héraut de la nullitude !
a écrit le 04/06/2014 à 17:23 :
encore une fois c'est pas concevable, pour une christine lagarde engluée dans l'affaire tapie..
elle ne peut prendre le poste...soyons sérieux...
a écrit le 04/06/2014 à 16:52 :
et hollande court derrière Angela avec deux temps de retard
finit la synthèse , juste le ridicule
a écrit le 04/06/2014 à 16:10 :
Pourquoi ne présente t-elle pas Paul Bismuth : une vrai expérience du terrain et une vrai conquérant pour un tel poste.
a écrit le 04/06/2014 à 15:38 :
De la présidence du Fond monétaire international à celle de la Commission, après avoir fait carrière dans un grand cabinet américain, tout un symbole pour ceux qui n'auraient pas encore compris la nature de l'Union (dite) européenne, malgré la présence d'un ancien vice-président de Goldman Sachs International à la tête de la BCE.
a écrit le 04/06/2014 à 15:21 :
ils sont forts les Allemands
Réponse de le 04/06/2014 à 19:47 :
...et ce n'est qu'un début...
a écrit le 04/06/2014 à 15:06 :
380.989 euros au FMI en 2011, et cela a du augmenté depuis, contre 321.238 euros pour le président européen. C’est vrai que notre cricri est bien gentille mais elle y perdra 60.000 euros par an, elle y perdra aussi en terme de prestige (pour un indien ou un chinois le FMI ça parle plus) et elle devra composer avec A.Merkel. Mais combien de temps lui reste t-il a faire à la tête du FMI ? Reste que la chanceliere n’a pas du agir dans la précipitation et a quand même du demander à l’intéressée. En tout cas refus de Lagarde serait une grande claque pour Merkel qui a démontré combien elle était peu fiable dans ses soutiens, Junker appréciera.
a écrit le 04/06/2014 à 14:53 :
La censure de plus en plus forte de la Tribune ne changera pas la très mauvaise opinion des français au sujet de Valls, Hollande et autres piètres politocards de droite et de gauche,
la communication pour étaler du mensonge, c'est fini.
Réponse de le 04/06/2014 à 15:07 :
En effet il faut faire super attention à ne pas froisser les âmes sensibles, La tribune veille!
Réponse de le 04/06/2014 à 15:26 :
???? vite ton cachet bleu....
a écrit le 04/06/2014 à 14:52 :
Comme ça, Sarkozy pourra donner directement ses consignes à la Présidence Européenne....

Pratique lorsqu'on veut faire passer un piston (vous vous souvenez du push fils Tiberi contre un retrait du papa de Paris 5è) ou donner un coup de main à un copain dans le besoin (Tapie et sa vieille paume d'Adidas)

Diriger l'Europe nécessite urgemment mieux qu'un(e) technocrate mou (molle) et servile. Il lui faut un leader éclairé(e) et capable d'agir sans consigne.

ABatuk
a écrit le 04/06/2014 à 14:44 :
Le seul mandat démocratique que Madame Lagarde ai eu, c'est d'être dans l'opposition à la Maire du XII ième arrondissement de Paris !
a écrit le 04/06/2014 à 14:43 :
Alors ça , si je mis attendait ! c'est un coup du sort ! yep!
a écrit le 04/06/2014 à 14:39 :
Quand on fait dans la mollitude, on la joue à française... on fait dans le genre,le bureaucratisme, les bureaux vide, les polis bureaux, les usines à chomeurs, la croissances nulles, les droits , les codes doublés, la langue menteuse et la cantine gratuite,les pantoufles et les ambrassades universelles? Alors on est a selles subventionnées, on relance? Vive 14 et colbert! La stratégie et l'intelligence économique! On subventionne canne mais pas les diplomés? On fait des Maréchal Fauche et des poilus de 14 comme Appolinaire.... mêler quelque grace au courage... une guerre de retard...
a écrit le 04/06/2014 à 14:20 :
Voilà une raison pour laquelle l'EU est de moins en moins populaire..., comme Hollande avec son fait du prince quand ils choisit ses nouvelles régions....La France coule, coule, coule... au fait côté économie, la GB nous dépassera à nouveau dans 1 ou 2 mois???
a écrit le 04/06/2014 à 14:18 :
Cela n'a absolument rien d'une surprise (je l'écrivais ici même en commentaire il y a plus d'un an). Son profil a été travaillé pour depuis des années, ses affectations choisies en fonction. Elle sera le fer de lance de la disparition des nations au profit de la régionalisation et de l'intégration de l'UE à l'entité fédérale transatlantique à venir et probablement celle qui poursuivra la mise en place de la monnaie de remplacement du dollar.
a écrit le 04/06/2014 à 13:51 :
C. Lagarde parait être un très bon choix pour la présidence de l'UE mais cela sous-entend laisser le poste du FMI aux Américains...
Réponse de le 04/06/2014 à 20:43 :
Reveillez vous. Les americains mettent deja qui ils veulent au FMI. Ils sont de tres loins les premier contributeur a son budget. DSK et Lagarde agissent au FMI comme l'aurait fait des americains.
a écrit le 04/06/2014 à 13:41 :
tres interessant les documentaires sur TAPIE et CAHUZAC...
CAHUZAC et les entreprises pharmaceutiques, je ne savais pas....
a écrit le 04/06/2014 à 13:29 :
Au moins C. Lagarde n'a pas un passé trouble de maoïste ou de trotskyste comme Barroso.
Cela va décevoir beaucoup de socialistes pour lesquels le trotskysme est une qualité insdipensable dans le pedigree d'un VIP.
a écrit le 04/06/2014 à 13:14 :
franchement il faut qu'elle arrete les echarppe c'est vraiment moche !!!
Réponse de le 04/06/2014 à 14:22 :
quand on n'a plus le même cou de nos 20 ans....
a écrit le 04/06/2014 à 12:45 :
Merkel défend les intérêts de son pays et pas de l'Europe. elle n'est pas comme les français qui sont naifs et eurobéats !
Réponse de le 04/06/2014 à 21:11 :
On a compris, on a voté
a écrit le 04/06/2014 à 12:03 :
Avec Lagarde la Comission Européenne va plonger davantage dans le libéralisme pro-anglo-saxon. Donc, l'Europe sociale, malade depuis longtemps, deviendra un fief de plus du libéralisme atlantiste et, par conséquent, de la politique hasardeuse de Wall Street et de Washington. On est assez loin de cette "forterese Europe" prônée par Mitterrand et Kohl, main dans la main, il y a tout juste 30 ans.

N’oublions pas que Christine Lagarde a co-dirigé le CSIS et que c’est même grâce à son influence que la Pologne a choisi des avions américains au détriment des avions européens ! il y en a même ceux qui avancent que le scandale arrivé à DSK n'était qu'un coup sagement orchestré par Washington pour faire glisser Lagarde à la tête du FMI. Nicolas Sarkozy à l'occasion n'avait d'autre option que dire "oui, Obama, d'accord".

Une chose est sûre , Lagarde ne défend pas les intérêts Européens, mais bien ceux des Américains. Ils se trompent ceux qui croient qu'elle sera utile pour la France et la soutenir cela relèce de l'esprit cocardier le plus primaire. Ou de la mauvaise foi basée sur la myopie politique.
a écrit le 04/06/2014 à 10:52 :
super choix mais FH risque de soutenir l'incompétent mosco dans sa quête d'un poste important
a écrit le 04/06/2014 à 10:50 :
la futur gouvernance merkagarde......... sera une catastrophe pour l'europe...... les dernières recommandations de lagarde à l'espagne.... augmenter les impôts indirects, et baisser les salaires....... je ne parle pas du reste.......;

bref..... l'enfer arrive et Hollande se grandirait de refuser Lagarde à ce poste.........

en prime, reconstitution du duo infernal, Sarko Lagarde......... qui lui a écrit "je vous servirais, mon maître"........
a écrit le 04/06/2014 à 10:49 :
Si elle se souvient qu'elle est née européenne de souche, et fait l'objet d'un sursaut patriotique, c'est une bonne idée!
Si elle a été mandatée par Washington, nous deviendrons le 51° état d'Amérique, serons le pare-feu face aux russes, et nos soldats et nos budgets serviront à faire le sale boulot à la place des bons yankees, qui continueront à diriger le monde, en donnant leurs instructions tranquillement assis dans leurs fauteuils à 10.000km, et en faisant tourner leur industrie à plein en pompant nos budgets !
Accessoirement, s'il y a des missiles à prendre sur lat^te,ils seront pour nous!
Réponse de le 04/06/2014 à 11:59 :
52 eme mon cher, 52 eme !!
Réponse de le 04/06/2014 à 13:41 :
Non, c'est bien 51eme, District of Columbia n'est pas un état...
Par ailleurs je suis abasourdi par la stupidité des commentaires. Christine Lagarde est extrêmement compétente et intelligente et elle serait un atout pour la (re)construction de l'Europe.
Il faut arrêter les débats manichéens sur le "libéralisme américain" présente en épouvantail. Tout n'est jamais tout noir ou tout blanc... a moins que les 30 dernières années d'atermoiements en France menant a 5 millions de sans emplois soient considérés comme une panacea aux problèmes économiques de notre pays. De nouvelles idées seraient les bienvenues, et oui... il faudra que tout le monde fasse des sacrifices, y coprin les fonctionnaires, les retraites, les épargnants. Trop d'Etat tue l'Etat et des decisions drastiques s'imposent...
Réponse de le 04/06/2014 à 13:43 :
C'est déjà le cas de toute façon ;)
Réponse de le 04/06/2014 à 14:26 :
Je ne pense pas que Christian faisait référence au "District of Columbia", mais bien plutôt à l'Angleterre...
Réponse de le 04/06/2014 à 15:56 :
"Il faut arrêter les débats manichéens sur le libéralisme américain présente en épouvantail. Tout n'est jamais tout noir ou tout blanc... " : allez donc demander aux Lybiens, Irakiens, Afghans, Vietnamiens ce qu'ils en pensent.
Réponse de le 04/06/2014 à 16:58 :
@Didier: quel naïf "endogmatisé" vous faîtes... Peut être cherchez vous à donner raison à A. Chabat ?
a écrit le 04/06/2014 à 10:36 :
Dans le droit fil de A Merkel: torpiller l'U.E. pour asseoir ses intérêts...
a écrit le 04/06/2014 à 10:33 :
Je ne vois pas Christine Lagarde accepter cela alors qu'elle est à la tête du FMI.
Je ne vois pas en quoi un refus parfaitement compréhensible d'Hollande en ferait la risée de l'Europe.
Cette idée est tout simplement grossière et stupide !
a écrit le 04/06/2014 à 10:29 :
Merkel est la pire chose qui soit arriver à l'Europe depuis 1958. Je ne sais pas quelles seront les conséquences à moyen et à long terme mais sa vision est dévastatrice pour nos économies et nos démocraties. Son comportement est pour beaucoup dans les scores des nationalistes aux dernières élections européennes. Sa doxa économique aussi. Visiblement elle n'a pas perçu le message triste qui a été passé le 25 mai.
Réponse de le 04/06/2014 à 21:16 :
Tout à fait d'accord, la chancelière n'est pas au niveau de ces prédecesseurs
a écrit le 04/06/2014 à 10:12 :
Si Merkel réussissait cela , ce serait un coup de maitre et elle réussirait ce que nous ne pouvons faire institutionnellement: nous débarrasser un peu plus de Hollande.
Réponse de le 04/06/2014 à 10:37 :
super vive la démocratie !!!!
Réponse de le 04/06/2014 à 13:58 :
se débarrasser un peu plus de la France et l'isoler
a écrit le 04/06/2014 à 10:10 :
quitter un bon CDI pour un job pourri en CDD, vla l'offre d'emploi faite a Christine...
Réponse de le 04/06/2014 à 10:43 :
Le FMI est aussi en CDD, mandat de 5 ans... Le mandat de Mme Lagarde ayant débuté en 2011, il se termine en 2016
Réponse de le 04/06/2014 à 11:35 :
Et le successeur a déjà une caractéristique connue: il ne sera pas européen. Ils choisiront certainement quelqu'un qui connaisse quelque chose à l'économie, pour trancher. Et qui sera soit américain (1er contributeur), soit asiatique (à l'instar du Dir Adj, chinois, imposé), le Pacifique étant le centre du monde à venir.
a écrit le 04/06/2014 à 10:03 :
Et, si Angela soutenait la nomination d'un Anglais ... par exemple Machiavel ?
Réponse de le 04/06/2014 à 12:52 :
@ Blanc Bonnet,no,je suis italien à 100 % et pas anglais....Relire l'histoire
a écrit le 04/06/2014 à 9:58 :
Pardon pour votre analyse mais C. Lagarde ne sera jamais Presidente de la Commission et cette idee est tout sauf un coup de maitre. Un coup d'epee dans l'eau conviendrait mieux.
a écrit le 04/06/2014 à 9:43 :
Et qu'en pense Bernard Tapie ?
Réponse de le 04/06/2014 à 12:43 :
oui l'avis de l'exemplaire Bernard Tapie intéresse les médias sur tous les sujets comme la politique ou foot.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :