Tout ce que la BCE a décidé ce 5 juin

 |   |  585  mots
La BCE a annoncé plusieurs mesures importantes ce jeudi
La BCE a annoncé plusieurs mesures importantes ce jeudi (Crédits : reuters.com)
Retrouvez le catalogue complet et détaillé des mesures annoncées par Mario Draghi ce jeudi.

Les taux de refinancement : 0,15 % et 0,40 %

La BCE appliquera un taux principal de refinancement de 0,15 %. Ce taux correspond à celui appliqué pour les emprunts lors des opérations principales de refinancement (Main Refinancing Opérations) qui ont lieu chaque semaine. la BCE a également décidé qu'elle continuerait sa pratique mise en place en 2007 de remplir lors de ces opérations l'intégralité de la demande des banques « autant que nécessaire et au moins jusqu'en décembre 2016. » En dehors de ces opérations, les banques pourront se refinancer au taux de 0,40 % (contre 0,75 % jusqu'ici).

Le « forward guidance » réaffirmé

Mario Draghi a confirmé que, malgré la baisse des taux, ces derniers resteront durablement à ce niveau ou plus bas « pendant une longue période de temps. » C'est une assurance sur une politique accommodante durant longtemps.

Le taux de dépôt négatif de - 0,10%

Utiliser la facilité de dépôt de la BCE coûtera désormais aux banques 0,10 % de ces dépôts. Il s'agit de dissuader les banques de ne pas utiliser cette facilité. C'est la première fois qu'un taux de dépôt est appliqué dans la zone euro. Pour empêcher que les fonds demeurent bloqués sur les comptes courants, la BCE a décidé de frapper de ce même taux négatif les réserves détenues par les banques au-delà des réserves obligatoires imposées par la BCE. Ainsi, l'argent libéré devrait se reporter sur le marché interbancaire ou l'économie réelle.

La fin de la stérilisation du programme SMP

La BCE cessera de racheter des liquidités pour compenser les rachats de titres souverains réalisés durant la crise de la zone euro. BNP Paribas estimait à 110 milliards d'euros la somme laissée ainsi aux banques de la zone euro.

Les « opérations ciblées de refinancement à long terme » (TLTRO)

C'est le gros morceau des annonces de ce 5 juin. Il se déroulera en plusieurs étapes. Deux premières opérations seront réalisées en septembre et décembre 2014. Elles permettront au total aux banques d'emprunter l'équivalent de 7 % du total des prêts qu'elles ont accordé dans la zone euro aux agents privés non financiers, en excluant les prêts immobiliers aux ménages, au 30 avril 2014. Ceci permettra d'allouer au total 400 milliards d'euros.

Par la suite, entre mars 2015 et juin 2016, la BCE réalisera des TLTRO chaque trimestre. En tout, les banques pourront y emprunter jusqu'à trois fois le montant net des prêts accordés aux agents privés non financiers, en excluant les prêts immobiliers aux ménages. Ce montant net sera calculé selon une certaine période de référence.

Toutes les opérations de TLTRO devront être remboursées en septembre 2018 et le remboursement pourra débuter après deux ans. Le taux pratiqué sera le taux principal de refinancement plus 10 points de base. Si le taux ne change pas d'ici septembre, le taux du premier TLTRO sera donc de 0,25 %.

Le « travail préparatoire » sur les ABS

La BCE réaffirme fortement sa volonté de voir repartir le marché des ABS « afin de favoriser le mécanisme de transmission de la politique monétaire. » Elle considère donc la possibilité de racheter des titres de crédits sécurisés « transparents et simples » et assis sur les prêts aux secteurs non financiers. Il s'agit de donner le coup d'envoi à la renaissance de ces produits, notamment en améliorant le cadre réglementaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2014 à 8:31 :
Ce n'est pas en baissant encore les taux qu'on va sortir du gouffre déflationniste. Ni en prêtant à qui mieux-mieux aux banques, alors qu'il y a déjà trop de fric dans les tuyaux. Et trop de bulles dans l'air. Bref, on continue à déflater l'économie réelle, et inflater la sphère financière. Dingue, non?
a écrit le 06/06/2014 à 6:05 :
les grands gagnants sont les banques et les grands perdants sont ... les épargnants
C'est le triomphe du vice sur la vertu ...
Réponse de le 06/06/2014 à 10:49 :
Il n'y a plus de morale...
a écrit le 06/06/2014 à 0:53 :
Je suis à peu près certain que ce ce n'est que le début du non conventionnel de la BCE. D'ici 2 à 3 ans en violation même des traités européens, LA BCE va probablement devoir aller encore plus loin que la FED ou la Banque du Japon dans la politique monétaire non conventionnelle, en expérimentant éventuellement des mesures inédites, pour tenter de sauver la zone euro et éviter son éclatement même partiel, car celle-ci est structurellement handicapée par le fait que ce n'est pas une zone monétaire optimale (cf par exemple Milton Friedman en 1998 sur la zone monétaire non optimale de l'euro) ce qui donne en moyenne dans la zone euro une plus faible croissance et un chômage plus élevé qu'ailleurs, avec en outre des disparités très importantes entre pays membres. Ce qui fait que pour subsister ou tenter de subsister, la zone euro a encore plus besoin de politiques monétaires non conventionnelles que d'autres zones monétaires où la croissance est plus forte.
Réponse de le 08/06/2014 à 10:09 :
Va dans le mur L'Europe ne peut pas fonctionner dans cette forme,vous venez de décrire avec brio les faiblesses du système économique européen.Le reste c'est du bricolage qui ne permet que de gagner du temps.
a écrit le 06/06/2014 à 0:46 :
Tu parles Mario. Faut pas se bercer d'illusions. Les entreprises des pays du club med ne veulent ni d'industries, ni de salariés, ni de syndicats, ni grèves, ni les 35 heures par semaine, ni l'absentéisme, elles préfèrent la finance, la spéculation, surtout quand on leur fait cadeau de l'épargne des populations, à 0 pour 100 ou mieux à -0,5 pour 100. La réduction du chômage attendra camarades, si on avait trouvé la potion magique depuis plus de 40 ans, avec un chômage continu, avec des usines qui mettent la clé sous le paillasson ça se serait su.
a écrit le 06/06/2014 à 0:30 :
Cette BCE est une merde qui ne sert qu'à engraisser les banques privées ! Allez demander un prêt dans les prochains jours à votre banquier à un taux adapté à la baisse des taux accordée aux banques par la BCE, votre banquier vous accueillera avec un grand sourire méprisant en vous déclarant : « cela n’est pas possible, cela ne dépend pas de moi ! » Pensez-vous que les banques vont baisser leurs taux commerciaux et ainsi se priver de la possibilité d’augmenter leur marge ?
a écrit le 05/06/2014 à 23:02 :
On fait des prêts moins chers, c'est bon pour le consommateur, quid du travail?
a écrit le 05/06/2014 à 22:06 :
Quelqu'un a t'il compris cet article? On se fait encore avoir je suppose...
Réponse de le 05/06/2014 à 22:26 :
En gros, les banques et les états vont emprunter encore moins cher.
Quant à vous, mon cher, votre assurance vie et vos sicav monétaires ne vous rapporteront plus rien. CQFD
a écrit le 05/06/2014 à 18:39 :
Il semble, si ce type de politique économique se poursuit, que la zone a encaissé le coup et s'arrange de l'euro fort qui présente avantages et inconvénients. Pour ses établissements financiers il en va autrement et cette baisse des taux ainsi que l'obligation qui est faite de prêter indique qu'ils devront affronter les super stress tests avec la seule aide limitée qui découle des arrangements suivants. De nombreuses banques étrangères devront fermer alors que le ménage a déjà été fait en France. A l'international ces dispositions indiquent que les pays qui ont dévalué leur devise ou injecté des liquidités de sauvetage, ce qui correspond souvent aux deux face d'une même pièce, devront compenser par des avantages accordés à nos banques et sociétés puisque nous ne choisissons pas la réciproque de l'injection. Une politique très favorable aux banques et entreprises françaises.
a écrit le 05/06/2014 à 18:16 :
Pourquoi ne pas donner à chaque citoyen de la zone euro 200€, cela relancerais la consommation, il y a 324 millions d'habitant multiplié par 200 cela donne 64,8 milliard d'euro.
Réponse de le 05/06/2014 à 18:50 :
... pour acheter des produits chinois ............... loooooooooooooool
Réponse de le 05/06/2014 à 19:13 :
oui au revenu de base inconditionnel, c'est l'avenir
Réponse de le 05/06/2014 à 19:15 :
Et les 200€ vous allez les mettre sur votre livret A qui va se voir impacter d'une diminution du taux d'intérêt ?
Un peu de bon sens, ce sont les entreprises qui créent la richesse, et donc ce sont elle qui doivent être soutenu, le reste suivra.
Réponse de le 05/06/2014 à 19:46 :
C'est exactement ce qu'ont fait les Australiens en 2008, mais en envoyant à chaque citoyen un chèque 10 fois plus gros.
Réponse de le 05/06/2014 à 22:40 :
j'aimerais bien que kento nous explique son bon sens que l'on se prenne une bonne tranche de rigolade...
a écrit le 05/06/2014 à 17:56 :
J'avais compris que les banques étaient actuellement sur-liquides. Je ne comprends pas la nouvelles baisse des taux directeurs et les LTRO ? Ce qui manque en Europe c'est la demande de financements des entreprises et des ménages. Pour moi, la solution serait un programme soutenu de SMP qui aurait l'avantage pour les pays de réduire leur cure d'austérité et donc de relancer la demande.
a écrit le 05/06/2014 à 17:40 :
Les gens oublient que si la BCE intervient c’est qu’il y a le feu à la baraque dans la zone euro. S’il n’y avait pas ce feu, la BCE n’interviendrait pas avec ces mesures non conventionnelles, l’une d’entre elles, le taux négatif, étant très rarement utilisée. Ces mesures suffiront-elles à éteindre le feu. À mon avis non, mais c’est l’avenir qui le dira.



Les gens oublient que si la BCE intervient c’est qu’il y a le feu à la baraque dans la zone euro. S’il n’y avait pas ce feu, la BCE n’interviendrait pas avec ces mesures non conventionnelles, l’une d’entre elles le taux négatif étant très rarement utilisée. Ces mesures suffiront-elles à éteindre le feu. À mon avis non, mais c’est l’avenir qui le dira.
a écrit le 05/06/2014 à 17:21 :
Vous dire comme la guerre économique avance bien... On leur refournit des cartouches pour mieux spéculer...
a écrit le 05/06/2014 à 17:12 :
Waouh, les banques vont emprunter à 0,25 %, se gaver sur les actions et le marché gris, développer une spéculation forcenée qui va engendrer des bulles multiples et tout cela avec l'argent tiré des ventilateurs. Ils sont forts ces ex goldman sachs !
Réponse de le 05/06/2014 à 19:17 :
C'est beau de rêver !
Après je trouve que c'est bien de lire les articles jusqu'à la fin : le LTRO va servir a financer les ENTREPRISES via les banques, aucun rapport avec la spéculation !
Réponse de le 05/06/2014 à 22:24 :
Avec l'argent des épargnants! C'est à dire de ceux qui ont été vertueux!!
Car la baisse des taux veut dire baisse des rendements de l'assurance vie et des placements sans risque...
a écrit le 05/06/2014 à 17:07 :
Un coup d'épée dans l'eau !
a écrit le 05/06/2014 à 16:51 :
L'euro qui avait chuté un poil, remonte à toute vitesse, un fois l’euphorie passé !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :