La Tribune

La Bundesbank demande plus de hausses de salaires en Allemagne

La Bundesbank veut de meilleurs salaires en Allemagne
La Bundesbank veut de meilleurs salaires en Allemagne (Crédits : reuters.com)
Romaric Godin  |   -  471  mots
Le chef économiste de la banque centrale allemande réclame une accélération des hausses de salaires outre-Rhin. Mais le patronat rechigne à s'exécuter.

Le fait est assez rare. Dans une interview accordée à l'hebdomadaire Der Spiegel à paraître demain 21 juillet, le chef économiste de la Bundesbank Jens Ulbrich appelle à des hausses de salaires plus importantes outre-Rhin. Tout en saluant la « prudence » des partenaires sociaux au cours des dernières années, il considère que le temps de cette prudence est révolu. « Compte tenu de la bonne situation conjoncturelle, du faible taux de chômage et des perspectives modérément optimiste », il conseille donc à ces mêmes partenaires sociaux d'accélérer la hausse des salaires.

Inflation faible

La demande de la Bundesbank est cohérente. L'inflation reste faible en Allemagne. En juin, elle s'est située à 1 % par rapport au mois de juin de l'an passé. Compte tenu du ralentissement de la croissance attendue outre-Rhin, il demeure un risque que cette inflation s'affaisse à nouveau. C'est pour éviter cette situation que la Bundesbank demande une forte hausse des salaires. « Notre mesure de jugement en tant que banque centrale est uniquement la stabilité des prix et notre argumentation est symétrique et consistante », a indiqué Jens Ulbrich. Autrement dit, il est du devoir de la banque centrale allemande de demander la modération salariale lorsqu'il y a risque d'inflation et la hausse des salaires lorsque le risque est déflationniste.

La consommation, moteur de la croissance

La faiblesse du commerce mondial, celle de la conjoncture européenne et émergente, pèse sur les exportations allemandes. Le creusement de l'excédent commercial allemand s'explique avant tout par la modération des importations. Mais les exportations ne sont plus le moteur qu'elles ont jadis été pour la première économie de la zone euro. Désormais, c'est bien plutôt la consommation des ménages qui joue ce rôle, mais c'est un moteur encore trop peu puissant. La Bundesbank espère pouvoir le dynamiser par des hausses de salaires.

Les salaires négociés ne font pas tout

Il n'est pas certain que le patronat allemand l'entende de cette oreille. Déjà inquiet par la mise en place du salaire minimum (partiellement en 2015, entièrement en 2017), il plaide pour une modération salariale par ailleurs afin de ménager les marges et de sauvegarder la compétitivité du pays. Les négociations s'annoncent donc serrées. Mais notons que la demande de Jens Ulbrich ne concerne que les salaires négociés collectivement. Or, ces salaires pèsent de moins en moins dans l'ensemble des salaires.

Selon Destatis, seuls 50 % des salariés sont encore soumis à des tarifs de branche. 41 % d'entre eux ne sont soumis à aucun accord et 9 % à des accords d'entreprises. Résultat : alors que les salaires négociés ont progressé en 2013 de 0,9 % en termes réels, l'ensemble des salaires a reculé de 0,1 %. Bref, augmenter les salaires ne sera pas une mince affaire en Allemagne.

 

Réagir

Commentaires

Stanley  a écrit le 21/07/2014 à 11:36 :

il était temps que la BUBA s'en rende compte que c'est la voie à suivre. La chine l'a compris avant elle. Cela fait des années que tous réclament une meilleure distribution des fruits de la super puissance de l'économie allemande. Si les patrons rechignent il y a un autre moyen de donner du pouvoir d'achats aux allemands si les "patrons" rechignent : baisser les impôts directs sur les revenus des allemands. Le budget est équilibre, le pouvoir politique a donc aussi des moyens d'agir et je pense que la popularité de Mme Merkel sera tout autant garantie avec une telle mesure. Cela transformera enfin l'économie allemande comme une véritable locomotive et non pas un simple wagon dans le train de l'économie européenne en panne

Michel  a écrit le 20/07/2014 à 18:38 :

Evidemment le moteur économique allemand basé sur les exportations est en panne. L'Allemagne devra désormais compter sur elle-même pour soutenir sa croissance.

Mal partis  a répondu le 20/07/2014 à 19:44:

La population allemande est en chute libre, les salaires sont bloqués depuis 10 ans et la part de la population incapable de se payer autre chose que le nécessaire de survie est croissante. Le modèle allemand est en train de se retourner contre eux.

sunders  a répondu le 20/07/2014 à 23:22:

décidément le géant européen à vue ses exportations stagner







balzac  a répondu le 21/07/2014 à 9:52:

le problème est double en allemagne , quand la chine et le monde ralentissent les commandent , l'export perd de sa superbe cela est vrai aussi pour la finlande , mais également la consommation a toujours été mal vu par les élites allemandes , hors ce moteur a des ratés depuis des années en allemagne , enfin les salaires très bas voir a 1 euro qui ne permettent pas de consommer , tout cela donnera qu'une chose une société de pauvres qui ne consomment plus que des produits importés aux conditions de plus en plus extrêmes , remonter les salaires ? tous ? , là est la question , si c'est pour tous ben cela promet une remontée du patronat dénonçant un manque de compétitivité .. le serpent se mord la queue ..