Pourquoi les millionnaires russes affluent vers la Grande-Bretagne

 |   |  417  mots
Le propriétaire du club de foot de Chelsea, Roman Abramovich et sa compagne Dasha Zhukova font partie des plus grosses fortunes russes en Grande-Bretagne.
Le propriétaire du club de foot de Chelsea, Roman Abramovich et sa compagne Dasha Zhukova font partie des plus grosses fortunes russes en Grande-Bretagne. (Crédits : Reuters)
Les statistiques britanniques officielles font état d'un nombre record de visas octroyés aux investisseurs russes cette année : 69% de plus qu'en 2013 à la même période. La chute des prix du pétrole, du rouble et les sanctions occidentales poussent les entrepreneurs à l'expatriation.

Les "immigrants investisseurs" - comme les désigne le bureau britannique de l'Immigration - se bousculent aux portes du Royaume Uni. Selon ces statistiques mentionnées dimanche 21 décembre par le Sunday Times, au cours des neufs premiers mois de l'année, 162 "visas investisseurs" ont été délivrés à des Russes, contre 96 lors de la même période en 2013, soit une augmentation de 69%. L'an passé, 118 de ces visas avaient été accordés au total.

Une voie rapide vers l'obtention de la nationalité

La législation britannique permet en effet aux citoyens hors Union européenne d'effectuer une demande de ce type de visa à la condition d'investir au moins 2 millions de livres (2 548 300 euros) au Royaume Uni. Dans certains cas, l'obtention du sésame peut prendre moins de 24 heures indique le Sunday Times. Une fois en main, il donne le droit de rester jusqu'à trois ans et quatre mois sur le territoire britannique.

Mais ce qu'il permet surtout - et c'est majoritairement l'objectif de ces multi-millionnaires russes qui en font la demande selon le Financial Times-  c'est un accès plus rapide à la nationalité britannique. Le quotidien explique en effet que ce visa donne aux étrangers en situation régulière la possibilité d'accéder plus facilement à la citoyenneté ou à un permis de séjour en échange de l'achat de 1 à 10 millions de livres d'obligations d'Etat.

Fuite des capitaux

A l'origine de cette fuite des capitaux russes, la chute des prix du pétrole qui représente 70% de ses exportations et 50% des recettes de l'Etat, assortie d'un plongeon du rouble (-36% la semaine passée!) et de sanctions occidentales qui grèvent l'économie russe. Le nombre de demande de visas aurait d'ailleurs fortement augmenté à partir du mois de mars 2014 explique le Sunday Times, ce qui coïncide avec les premières sanctions économiques imposées à la Russie.

Mais le gouvernement britannique pourrait bien réduire les vannes de ces nombreuses arrivées. Pour la première fois en vingt ans, il a engagé des mesures pour rendre ce visa plus difficile à obtenir en augmentant par exemple le mois dernier le seuil minimum d'investissement de 1 à 2 millions de livres (2,5 millions d'euros), indique le Financial Times.

Le bureau de l'Immigration en a également restreint la nature, en empêchant dorénavant l'acquisition de capitaux dans l'immobilier. Des mesures qu'il n'a pas justifié mais qui seraient une réponse aux craintes d'un certain nombre de Londoniens de voir des investisseurs étrangers s'approprier des propriétés de la capitale restées vacantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2015 à 5:38 :
Rien de nouveau....l'argent n'a pas d'odeur ! Reste a savoir reellement, combien de Russes investissent en G.Bretagne et essaient d'obtenir la nationalite britannique. Je ne pense pas, qu'ils soient nombreux !
a écrit le 02/01/2015 à 17:09 :
Vous avez oublié (une politesse de ma part pour ne pas parler de votre mauvaise foi) que ce ne sont pas les millionnaires russe qui partent seuls vers l'Eldorado britannique, bien au contraire, c'est qu'il existe une vrai politique des banques de "Sa Majesté" à London City auprès de tous les millionnaires de ce monde, pas seulement les russes. Aucun millionnaire, à part les Français qui se projettent en Suisse à corps perdu, quitterai son pays pour l'incertitude.

Au Royaume-Uni, ces millionnaires russes trouvent déjà toute une infrastructure préparée d'avance pour eux, rien à voir avec cette idée d'"immigrants investisseurs" que seulement la mauvaise foi de la presse britannique – une redoutable concurrente à notre mauvaise foi nationale – pourrait créer. Les britanniques, comme nous les Français, on crache dans la soupe qu'on mange. C'est notre idée de civilité, inébranlable idée de civilité.
a écrit le 27/12/2014 à 12:02 :
Tiens, ils ne viennent pas dans notre beau pays ?
a écrit le 24/12/2014 à 10:28 :
AHHH les sanctions contre la Russie, c' est uniquement pour la France :-) Les Etats Unis vendent de plus en plus en Russie (souvent indirectement) , les Anglais accueillent a bras ouvert les capitaux Russes. Bravo a eux.
a écrit le 24/12/2014 à 9:23 :
Parce que chez eux ils s'entre assassinent, en Grande Bretagne c'est moins "chaud" pour eux
a écrit le 23/12/2014 à 21:08 :
La baisse du pétrole et du rouble sont des raisons dans le sens qu'il y a plus de perspectives et qu'il y a un risque de voir leur part du gateau partie en faveur d'autres (plus proches au pouvoir) quand le gâteau diminue. Mais les raisons essentielles de cette hausse des demandes sont les sanctions et une certaine instabilité politique. Il est drôle de voir qu'en Angleterre (et en Occident en général) les entrepreneurs russes ne ressuient pas pour la majorité totale entre eux. Plutôt au contraire ils se font plumer.
a écrit le 23/12/2014 à 16:04 :
plus cupides et hypocrites, impossible.
Réponse de le 23/12/2014 à 21:48 :
Vous avez raison. Chez nous ils seraient mieux : ils pourraient payer l'IR, l'Isf, l'Urssaf, le RSI, la cipav , l'IFA, etc.. Pour entretenir l'armée mexicaine des fonctionnaires, les 23 mois d'allocations chômage sans contrepartie , la CMU, le tiers payant, etc. Et être contrôlé, déconsidéré, et montré du doigt. Le paradis français, une URSS qui aurait réussie...jusqu'à présent.
a écrit le 23/12/2014 à 16:00 :
Il faut être peu informé pour parler de fuite des capitaux au lieu d'investissements. Le rouble baisse, les russes n'en sont pas impactés mais les gros investisseurs et les stocks financiers oui. Naturellement ils ont donc placé avant la baisse leurs capitaux dans divers pays profitables et le stock de réserve dans des pays surs : U.K; USA, France, Allemagne. Qui ne ferait pas de même ? Cela ne change rien à l'économie russe si ce n'est de la rendre plus compétitive par la baisse du rouble et de fait l'argent nécessaire aux investissements 2 fois plus porteur ou divisé. Ces pays croyant alors avoir gagné une guéguerre stupide qui épuiserait la Russie, exigent que ces stocks financiers ne soient plus liquides mais investis et promettent la "nationalité" comme une récompense dont personne ne veut. Les russes diversifient donc massivement de telle sorte que leurs investissements restent liquides par le fait. Dans le cas précis UK est à la dérive : tout y est à vendre et à force il n'y aura plus d'entreprise locale ; le principe de Winbledon poussé à son paroxisme : tout appartient aux autres mais chez nous, ce qui fait travailler la population...sans issue, comme les rêves.
Réponse de le 23/12/2014 à 19:35 :
@Corso: les russes ne sont pas impactés? Désolé, mais ce n'est pas vrai.
Réponse de le 25/12/2014 à 12:03 :
Mais oui, c'est cela ...
Décidément, les néo-soviétiques ont érigé la négation du réel en art ...
a écrit le 23/12/2014 à 14:45 :
L' argent n' a pas d' odeur...aux yeux des Anglais ces Russes ont plus d' importance , qu' un immigré du continent Européen .
a écrit le 23/12/2014 à 14:34 :
et n'accorder la nationalité française qu'aux étrangers qui investissent au moins 2,5 millions d'euros sur le sol français...

C'est sûr que ça changerai le profil moyen de l'immigré... et que nos socialistes brailleraient à la discrimination. Mais au moins ça ferai rentrer le pognon qui nous manque... et ça, c'est tout de même bien plus important pour recréer de l'emploi dans ce pays.
a écrit le 23/12/2014 à 13:10 :
Pourtant leur intérêts va être de rapatrier leurs capitaux avant que le rouble remonte , ils doubleront ainsi leurs avoirs sur le dos du petit peuple et c'est couru d'avance c'est même kafkakaien
a écrit le 23/12/2014 à 13:04 :
A une époque, c'est nous qui nous empressions d'accueillir les Duvallier, Bokassa et autres malfrats :-)
Réponse de le 23/12/2014 à 15:32 :
Maintenant on attire plus rien... ou presque !
Réponse de le 31/12/2014 à 11:24 :
Comment ca on attire plus rien...!?!?! Passez la mediterranee et vous trouverez plein de candidats attendus a bras ouverts pour des allocs et aides a tour de bras...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :