BCE : plus de 1.000 milliards d'euros de rachat de titres dans la balance

 |   |  629  mots
Mario Draghi a sorti le bazooka.
Mario Draghi a sorti le "bazooka". (Crédits : KAI PFAFFENBACH)
La BCE a annoncé des rachats de titres souverains pour 50 milliards d'euros par mois. En tout, 60 milliards d'euros de titres seront rachetés chaque mois entre mars 2015 et septembre 2016. L'euro a terminé au plus bas depuis 11 ans face au dollar.
| Article publié à 15h37, mis à jour à 18h07 avec la réaction des Bourses de Paris et Francfort.

 Mario Draghi a donné aux marchés ce qu'il attendait et même un peu plus. La BCE a annoncé son entrée dans l'assouplissement quantitatif en annonçant un programme d'achat de titres de 60 milliards d'euros par mois jusqu'à la fin septembre 2016 (sauf si l'inflation remonte brusquement auparavant). Sur ces 60 milliards d'euros, 10 milliards d'euros étaient déjà programmés. Ce sera donc 50 milliards d'euros par mois d'achats supplémentaires qui seront réalisés sur la dette souveraine (et des émissions des agences et groupes parapublics) de la zone euro d'une maturité de 2 à 30 ans, à la condition que cette dette soit notée par une des quatre agences reconnues par la BCE au niveau « d'investissement. » En théorie, ceci exclut les dettes chypriotes et grecques.

1.080 milliards d'euros

En tout, l'assouplissement quantitatif (QE) décidé ce jeudi 22 janvier devrait s'élever à 1.080 milliards d'euros, dont 950 milliards d'euros de dettes souveraines, puisque ces rachats commenceront le 1er mars. C'est donc un peu plus que l'objectif de hausse du bilan de la BCE affiché par Mario Draghi (850 milliards d'euros de plus qu'aujourd'hui), mais il ne faut oublier qu'il reste environ 200 milliards d'euros de remboursement du LTRO, le prêt à long terme lancé en 2011 dans les tuyaux. La BCE a indiqué qu'elle devait laisser le marché fixer les prix. Aussi s'est-elle engagée à ne pas acheter plus du tiers de la dette en circulation et pas plus du quart de chaque émission en circulation.

Partage des risques limité

Les risques liés au rachat de ces titres seront pris en charge par la BCE à hauteur de 20 %, le reste sera assumé directement par les banques centrales nationales. Autrement dit, la mutualisation de la dette sera limitée. La BCE prenant en charge les pertes éventuelles sur 260 milliards d'euros. Son fonds de réserve étant de 7,5 milliards d'euros, la BCE peut, sans débourser un centime accuser une perte de 2,89 % sur le montant des rachats sans faire appel aux banques centrales nationales. Quant à ces dernières, elles devront assumer elles-mêmes les éventuels risques. En cas de pertes non couvertes, ce sont donc leurs actionnaires (souvent les Etats) qui devront mettre la main à la poche.

Pas d'unanimité sur le QE

Mario Draghi a précisé que le conseil des gouverneurs a considéré unanimement que ces mesures étaient des « mesures monétaires », ce qui est important dans le cadre d'une éventuelle plainte judiciaire contre elles. En revanche, seule une « majorité » du conseil a adopté la décision de lancer « maintenant » un QE.

Taux du TLTRO abaissé

La BCE a également annoncé que les prochaines opérations de prêt à long terme ciblés (TLTRO) seraient désormais accordées au taux principal de refinancement de la BCE, soit 0,05 %, contre 0,15 % jusqu'ici.

Faire repartir l'inflation

Avec ces mesures, la BCE espère que les banques et les investisseurs auront plus de liquidités pour prêter et investir dans l'économie réelle afin de faire remonter l'inflation et les attentes d'inflation. « L'inflation est actuellement très en deçà de notre objectif », a indiqué Mario Draghi qui s'est engagé à prendre des mesures jusqu'à ce que l'objectif d'une inflation inférieure mais proche de 2 %. » Mario Draghi a cependant prévu que l'inflation restera basse dans les prochains mois.

Chute de l'euro, les Bourses grimpent

À la clôture, la Bourse de Paris a terminé en nette hausse (+1,52%), dépassant même les 4.500 points (4.552,80 précisément) pour la première fois depuis juin. La veille, le CAC40 avait pris 0,87%. À Francfort, le DAX s'est valorisé de 1,32% à 10.435,62 points.

La monnaie européenne s'affichait quant à elle au plus bas depuis 11 ans, s'échangeant contre 1,1413 dollar (-1,70%).

| Lire Euro-Dollar : "Mon rêve est la parité" (Matteo Renzi à Davos)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2015 à 18:52 :
Les experts sont partagés sur le sujet. Le QE, déjà déployé aux US n'a pas eu d'effet positif ni sur la croissance ni sur l'inflation. On peut donc raisonnablement avoir des doutes pour l'UE. Les Allemands, pour qui la stabilité de la monnaie est une religion (comme les Français et la liberté d'expression), sont vent debout contre cette mesure : minilien.fr/a0nuaa. Affaire à suivre...
a écrit le 24/01/2015 à 15:11 :
il ne suffit pas de créer de la monnaie de singe pour résoudre les problèmes, c'est comme les dépots de bialn d'une entreprise, personne ne paye ? mais si le client qui voit son chantier arrété et les coûts supplémentaires, les assurance squi augmentent leurs cotisations pour compenser etc etc...

laisser croire que c'est magique ets une manipulation, c'est l'encouragement à la mauvaise gestion et c'est le peuple qui va trinquer pour que les élus, politiques conservent leurs postes grâce à cette martingale ..
a écrit le 23/01/2015 à 13:37 :
Un simple constat de la non viabilité de l'euro en donnant a chaque État un droit souverain, de décision vis a vis de l'UE, de reprendre ses billes ou de les mutualiser!
a écrit le 23/01/2015 à 9:31 :
Le pouvoir est entre les mains du peuple, de tous les peuples...Nous sommes tous responsables de ce qui nous arrive, nous nous laissons aveugler par de belles paroles et nous râlons lorsque nous prenons conscience que nous nous sommes faits roulés, mais nous ne faisons rien. Paroles, paroles....Nous allons encore souffrir longtemps. c'est le consommateur qui a le pouvoir, c'est lui qui décide de consommer des produits chinois ou autres à bas prix. Devons nous vraiment acheter la babiole à 1 euro qui est aux caisses, devons nous vraiment changer de téléphone tous les ans, avons-nous besoin de la dernière paire de baskette à la mode.
a écrit le 23/01/2015 à 9:09 :
A qui profite le crime??? aux marchés financiers grands gagnants de ces tripatouillages...grand perdant le contribuable...comme d hab et apres on s emeut des differences de richesses
a écrit le 23/01/2015 à 6:26 :
Quand on est dans un trou, la pire chose à faire est de continuer de creuser.
Warren Buffett.
a écrit le 22/01/2015 à 22:36 :
Parfait, merci, le plan se déroule comme prévu : Etape 1 : nous les financiers, on s'est fait plein de super bonus avec les subprimes, la titrisation, les dettes pourries; une orgie de fric et de bonus !!! Etape 2 : bien-sûr ça a créé une crise; pour la régler, on a massivement insisté pour avoir des politiques d'austérité, pour faire payer les pauvres, et créer de la déflation. Etape 3 : pour lutter contre cette déflation due à cette austérité, les banques centrales impriment massivement des billets, de la monnaie, ce qui fait monter les marchés financiers, donc on va encore se récupérer plein de bonus !!! Le gros Jackpot !!! Et tout ça sur le dos des pauvres !!!
Réponse de le 23/01/2015 à 8:58 :
Encore mieux ! Ils ont créé l'Euro, mais tous les pays de la "Zone" (porte bien son nom...) ne se financent pas avec le même taux d’intérêt. Il n'y a aucune mutualisation des emprunts d'état pour négocier les meilleurs taux. Ce qui a mené les pays les plus faibles à la ruine. Maintenant que ces pays on des intérêts exorbitant à rembourser, l'Europe va les racheter. C'est donc nous finalement qui allons rembourser des taux usuriers qui profitent aux spéculateurs, alors que rien de tout cela ne serait arrivé si nous avions copié le modèle de la banque centrale US.
Réponse de le 23/01/2015 à 9:10 :
+1
a écrit le 22/01/2015 à 21:20 :
La planche à billet va tourner nuit et jour comme aux US, pour produire beaucoup de vent...Nous sommes dopés à la dette et maintenant à la planche à billet....triste fin à venir.
a écrit le 22/01/2015 à 21:15 :
L’achat progressif par la BCE des dettes souveraines est une bonne affaire pour les banques, car il leur permet d’encaisser le solde des intérêts en cours immédiatement et de récupérer rapidement le capital en minorant les débours liés aux risques des débiteurs douteux comme la Grèce à l'issue des prochaines élections.

Une fois de plus, de l’argent public va servir à sauver les profits des banques et donc de leurs actionnaires, et à participer au maintien de la pérennité d'un capitalisme qui n’a de réalité que dans le remboursement des capitaux empruntés et dans le paiement des intérêts.

Cette « manne » de la BCE va être substantiellement utilisée par les banques et leurs clients pour acheter des produits financiers afin de bénéficier des plus-values qui vont être générées par la montée mécanique des cours provoqués par l’afflux de liquidité généré cet assouplissement quantitatif (alias planche à billets).

En plus avec un euro moins cher les spéculateurs des autres places financières vont se précipiter pour « plonger leur main dans le pot de miel» ce qui prouvera une fois de plus que « la main invisible du marché » régule efficacement la croissance des patrimoines fiduciaires des plus fortunés.

Et pour ceux qui croient encore être dans le monde des gentils entrepreneurs qui investissent dans l’économie réelle, ils pourront aller vivre leurs illusions dans le monde des bisounours ou les gentils investisseurs dépensent leur argent sans compter.
Réponse de le 22/01/2015 à 22:38 :
Evidemment que ça a été fait pour les banquiers !!! Vous n'imaginez quand même pas que les banques centrales pensent aux pauvres ??? Elles cottoient des banquiers en permanence, donc sont sous leur influence totale !!! Des pauvres, des chômeurs, des ouvriers, les banquiers centraux n'en voient jamais !!!
a écrit le 22/01/2015 à 21:08 :
Il faut aujourd’hui reconnaître que l’on a régressé vers la situation de 1999, c’est à dire au moment de la mise en place de la zone Euro, en matière de mutualisation. La fin de l'euro le premier pas. Ensuite celui de l'Union Européenne. Pour les dates, une suggestion…. quelqu'un ?
Réponse de le 22/01/2015 à 22:39 :
L'an 2504, vers le 12 avril, plutôt le matin.
a écrit le 22/01/2015 à 20:57 :
La Banque Centrale Européenne s’est donc converti à "l’assouplissement", ce que l’on appelle le « quantitative easing » (ou QE pour les initiés, comme moi). Mais, attention, il s’agit d’une mesure désespérée. Rien ne prouve qu’elle donne les résultats escomptés. Elle soulève par ailleurs de nombreuses questions.
En un sens, on peut y voir aussi, et c’est là peut-être le point le plus important de la chose, l’amorce d’une reconnaissance que la zone Euro ne fonctionne plus et qu’il convient d’en préparer la dissolution.
Le QE n'est que le premier signe de la fin de l'euro, d'autre viendront avec les semaines, les mois. À bon entendeur….
a écrit le 22/01/2015 à 20:22 :
Ce nouveau coup de pouce + les baisses conjuguées du pétrole de l'euro des taux d'intérêts
Hollande et sa troupe n'ont plus aucune excuse en cas d'échec économique
Réponse de le 22/01/2015 à 21:00 :
Dans quelques mois le prix du baril de pétrole devra augmenter, c'est un secret de Polichinelle pour nous à Vienne. Que Hollande et sa troupe fassent gaffe, les Français ne veulent plus de lui. Avec ou sans croissance.
a écrit le 22/01/2015 à 20:17 :
Champagne pour tout le monde,caviar pour les autres
Réponse de le 22/01/2015 à 21:09 :
Des gros cigars pour les Grecs !
Réponse de le 22/01/2015 à 22:42 :
Champagne pour les banquiers et financiers, unanimes à applaudir ce geste fait our faire monter les marchés; et sang et larmes pour les pauvres, qui vont voir flamber les prix de l'immobilier, diminuer les taux de leur petite assurance vie et livret A, etc !!!
a écrit le 22/01/2015 à 20:03 :
Conclusion : La BCE va verser près de 1100 milliard (d'ici septembre 2016) aux banques de la zone euro dans l'espoir d'une reprise économique et d'une remonté des prix autour de 2% d'inflation.
Par cette mesure la BCE injecte aux banques de l'argent frais et gratuit afin que ces mêmes banques le prête (à un taux moins cher que maintenant) aux consommateurs pour qu'ils achètent davantage de biens et de services afin de faire tourner la machine économique (enrichir les patrons et leurs actionnaires + l’état bien sûr).
Croyez-vous sérieusement que les gens avec un pouvoir d'achat qui ne fait que de se rétrécir comme une peau de chagrin à cause du matraquage fiscal actuel (augmentation des impôts sur le revenu, augmentation des taxes d'habitations et foncières, augmentation de la TVA, augmentation des contributions sur les salaires et les retraites (CSG + CRDS et compagnie) augmentation des assurances, et encore et encore j'en oublie beaucoup.
Croyez-vous sérieusement que tous ces gens (modestes ou un peu moins) vont se bousculer devant les guichets des banques pour faire des emprunts.
Même avec un taux de crédit de 0% la majorité de ces gens seront purement et simplement incapables de rembourser leurs emprunts à leurs banques.
En fait cette mesure de la BCE ne sert qu' à enrichir encore davantage les riches et leurs actionnaires (et l'état bien entendu) aux dépends de tous les autres (salariés, retraités, chômeurs etc.).
En espérant finalement (avec la complicité de la BCE) que tout ce petit peuple tombe dans le piège de l'argent facile et pas cher (l'emprunt) qui leur ai tendu...
Réponse de le 22/01/2015 à 22:46 :
Justement, c'est génial : ce matraquage d'impôts et d'austérité diminue la demande, donc fait apparaitre la déflation, et c'est gràce à cette déflation qu'on a eu ces magnifiques 1000 milliards d'euros de la BCE qui font monter les marchés et donc mon gros bonus !!! Voilà la réalité, l'objectif réel !!! Et ça marche parfaitement !!!
a écrit le 22/01/2015 à 19:58 :
LEAP disait qu'il ne fallait surtout pas nommé DRAGHI à la tête de la BCE. formé aux pratiques US de la manipulation monétaire et aux banques US qui ont nui à la GRECE, il fallait se douter que le danger viendrait chez nous, DRAGHI travaille contre l'euro au bénéfice du dollar . les USA ont mis en place les QE 1 puis 2 puis 3 , le JAPON a pris le relai qui à bout de force a passé le manche à l'EUROPE.... DRAGHI n'est pas l'homme de la situation .... fabriquer des billets de banque est la pire des solutions et l'ALLEMAGNE a raison de rechigner…..imposons Emmanuel MACRON à la tête de la BCE, c'est la seule solution pour notre survie…..
Réponse de le 22/01/2015 à 22:34 :
Mais macron est passe par la banque rotschild et avec goldman sachssachs cest les meme pratiques scandaleuses
a écrit le 22/01/2015 à 19:45 :
ÇA VEUT DIRE QUE ÇA VA TRÈS MAL !
Que notre politique etrangère et commerciale est une catastrophe .
Il faut se souvenir ;
- Qu'aux temps Sarkozy/Merkel , la BCE n'avait "stérélisé" que 278 M d'€ de dettes sur le marché secondaire * (il en avait été présagé beaucoup plus).
Qu'il y a 24 heures Obama annonçait une economie russe en lambeaux , Poutine n' a eu besoin que de 18 M d'USd pour rassurer les russes .
- Que la Fédéral reserve verse 40 M d'USd (46 M d'€) par mois au trésor US pour éviter les recurants "fiscal cliff" .
Il faut savoir ;
- que le volume de billets € en circulation n'est que de 1006,9 M d'€
- Que 394 M d'€ sont déjà en avoir en titres à la BCE (sans doute à soustraire des 1100 annoncés) *.
- Que des nations hors Zone € sont dans le capital de la BCE . Ce qui signifie qu"AU PRORATA de la Repartition* d'ici septembre 2016 la France "pourrait" transferer un total de 150 M d'€ (7,8 M / mois) , comme l' Angleterre (et oui ...) mais moins que l' Allemagne .
À la différence que eux investiront dans leurs industries ... nous ... dans une comptabilité socialiste réduisant provisoirement notre déficit mais n' améliorant en rien notre balance commerciale déficitaire de plus de 30 M d'€ ....

* Huffington post
* voir site de la banque de France - Situation financière consolidée de l' Eurosystème au 9 janvier 2015 .
* wikipedia - BCE -

Excusez moi M. Godin mais ça me dépasse, je ne peux plus me taire !!
a écrit le 22/01/2015 à 19:34 :
Et si QE deviendrait EQ ?
a écrit le 22/01/2015 à 19:32 :
Draghi active la planche à billet. Il ramène l'euro au rang d'une monnaie de singe. Il va relancer l'inflation. Cela fait le jeu des Etats-Unis dont le dollar se prépare pour une éventuelle et vertigineuse chute. Le Japon a essayé ce jeu, son économie n'a rien gagné. Sarkozy doit être aux anges à ce moment, en sablant du Prosecco….
a écrit le 22/01/2015 à 19:07 :
Un QE aurait été utile pour notre pays s'il avait fait des réformes, hors il n'y a rien de rien. Les socialistes vont en profiter pour ne rien réformer et ne rien changer ....
a écrit le 22/01/2015 à 19:07 :
a t'ont le droit de tripatouiller une monnaie sans le concentement de la population..!
les petit epargnants oçnt deja perdu 20% de leur economie ...c'est injuste.!!
fabriquer de la monnaie de singe devrait etre interdit.
Réponse de le 22/01/2015 à 22:50 :
Oui, sans doute, mais les lois économiques et financières sont faites dans l'intérêt des banquiers. Ce n'est pas pour rien que les délits financiers ne sont pas soumis au vrai système judiciaire, mais à des "régulateurs" remplis de financiers, et qui ne mettent jamais aucun financier en prison !!!
a écrit le 22/01/2015 à 18:34 :
On prépare déjà l'Europe de demain : croissance très limitée, bas pouvoir d'achat et un marché en vivant plus de l'importation que des exportations. Ce n'est pas un scénario catastrophe, bein au contraire, il est absolument réel et bien-fondé. La France devrait rejoindre les BRICS, c'est raté encore une fois.
a écrit le 22/01/2015 à 18:33 :
Si, les "socialistes" ont pris un énorme risque : celui de gérer un pays matraqué et cassé par douze ans de Droite. Pas étonnant que la pente soit dure à remonter ! Quant au savoir-faire de M. Draghi, voyez ses origines et son parcours "professionnel" antérieur et sortez vos mouchoirs : la BCE va donner de l'argent aux banques pour enrichir les actionnaires desdites banques, point ! L'économie réelle ? On verra plus tard : il s'agit déjà d'assurer trente ans de rentes confortables pour les ploutocrates (il n'y a pas d'autres mots). "Bon appétit, Messieurs !" Vous nous faites vomir...
Réponse de le 22/01/2015 à 22:53 :
Non, le but n'est pas d'enrichir les actionnaires des banques, mais d'enrichir les FINANCIERS des banques !!! Car les actionnaires des banques sont régulièrement plumés par les financiers eux mêmes !!! Toujours plus de bonus, par contre les actionnaires ont fait de très jolies pertes... Cf Dexia, par exemple, assez joli, Lehman aussi, Northern Rock, les jolies banques Islandaises, et tant d'autres !!!
a écrit le 22/01/2015 à 18:29 :
Finalement l'UE a trouvé un bon alibi pour finir avec l'euro, finalement ! la faute ce sera au "assouplissement" qui n'a pas assouplit l'inévitable. Aujourd'hui les bourses repartent en hausse, mais cela va-t-il durer ? je n'ose même pas imaginer le jour où viendra LE krach boursier en Europe. Âmes sensibles s'abstenir.
a écrit le 22/01/2015 à 17:49 :
Pour la France il aurait fallu qu'elle se réforme avant l'intervention de la BCE donc un coup d'épée dans l'eau. Les socialos comptent sur les U.S et la BCE pour remonter la pente. Des assistés ces socialos aucune idée de ce qu'est une entreprise. Ils n'ont jamais pris de risque dans leur vie. AUcun membre de ce gouvernement ne sait ce qu'est crée une affaire.
Donc oui je suis pessimiste.
a écrit le 22/01/2015 à 17:33 :
A la différence des USA, le QE ne permet pas à la banque centrale de racheter les dettes des états (la bas c'est le trésor qui rachète les dettes de l'état) mais celles des banques. C en'est donc pas de l'argent qui est à la disposition des états mais bien des banques, en échange de garanties de qualité déposées auprès des banques centrales des états. Pas de la garantie de l'état, comme aux USA. Le résultat sera donc assez différent. C'est une forte injection de possibilités de crédit qui passe par les banques, qui n'en ont pas forcément besoin, ou pour les plus faibles, qui n'ont pas les garanties pour en profiter. C'est donc principalement une mesure d'intention.
a écrit le 22/01/2015 à 17:27 :
Et pourquoi l'économie devrait elle repartir ???
Au JAPON cela fait 15 ans que les gouvernements successifs ont imprimé des milliards de yens pour dévaluer la monnaie et rebooster l'économie et au final la population s'est considérablement appauvrie et la pays est exsangue
Mêmes remèdes, mêmes effets prévisibles en Europe
Ces milliards de yens, d'euros ou de dollars ne servent qu'à permettre aux états de financer leur déficit à bon compte, à maintenir les prix de l'immobilier à des niveaux suffisants pour que la plupart des propriétaires se croient riches et à augmenter la valeur des actifs mobiliers de la petite majorité de la population qui en possède
Le jour où l'open bar gratuit fermera ses portes, la gueule de bois est assurée ...
Réponse de le 22/01/2015 à 19:09 :
On n'a pas les problèmes démographiques du Japon, on est capable de faire appel à l'immigration, on n'a pas ses contraintes immobilières, alimentaires, etc. L'open bar ne fermera jamais car le but c'est de faire tourner la machine, la seule certitude c'est que tout le monde y perdra le jour ou elle s'arrête. Alors se regarder le nombril en se persuadant que tout ira toujours mal n'a vraiment aucun intérêt.
a écrit le 22/01/2015 à 17:23 :
L'inflation va repartir, mais pas les salaires...
a écrit le 22/01/2015 à 17:21 :
L’euro a baissé, quo non descendet ? Voila un flingage du pouvoir d’achat, après le flingage industriel : on annonce : « En base 100 en 2000, la production industrielle allemande est aujourd'hui à 120, la française est à 85, l'italienne à 75. » hors QE l’Allemagne a un PMI qui progresse, la zone euro aussi, les usa aussi mais la France, négative fait le boulet aux pieds de plombs avec un export qui augmente moins que nos voisins des 5 dernières années. En 2014, passons-nous derrière la Corée après être devancés pour les marchandises par les Pays-Bas. Le portage est mal orienté, ne devrait-on pas employer des fonctionnaires d’export ? Et on fait diminuer la production de viande, on fait dans le pénurisme administré !Les USA sont premiers en compétitivité, la France 27ème… où est l’agenda de Lisbonne avec 75% de population active, première zone de compétitivité ? C’est l’Etat Moloch !
a écrit le 22/01/2015 à 17:15 :
C EST UNE BONNE NOUVELLE? MAIS L ETAT N A PAS FINI SES REFORMES TRUSTURELLES ? TROPS DE FONCTIONNAIRES ET TROPS DE BUREAUX A ENTRETENIR ? LA FRANCE A UNE CHARGE TROP LOURDE POUR UN PAYS EN CRISSE ???
Réponse de le 22/01/2015 à 19:12 :
Mais à part mettre tous les inutiles au RSA et supprimer ce dernier, pour revenir directement au moyen age, on n'a pas de solution. La source de bien des maux est dans notre éducation, et pas seulement à l'école mais bien en famille car quand on voit ceux dont le mode de vie consiste à essayer d'en faire le moins possible, ca ne changera pas facilement.
a écrit le 22/01/2015 à 16:49 :
Encore une decision speculative mais rien de concret
Réponse de le 22/01/2015 à 17:05 :
Où voyez vous une décision spéculative ?? Vous êtes un sacré économiste vous !
a écrit le 22/01/2015 à 16:40 :
La recherche effrénée de la croissance n'est pas la solution mais le problème.
a écrit le 22/01/2015 à 16:38 :
Hollande va pouvoir continuer d'endetter la France et de protéger sa clientèle. Il a ses chances pour 2017... Les réformes sont terminées avant d'avoir commencé....
a écrit le 22/01/2015 à 16:38 :
...de lire des commentaires systématiquement négatifs. Ce qu'on veut c'est relancer la machine économique et pour cela il faut que l'argent circule au maximum, que le pouvoir d'achat ne s'évapore pas dans des taxes destinées à rembourser de la dette, mais soit dépensé dans l'économie réelle. Quand ca redémarre alors on rebouchera les trous : ca sera de la responsabilité des gens du moment de comprendre qu'il est temps de retirer le bol de punch juste avant que la fête batte son plein. Or en France, on a fait exactement l'inverse, on a détruit le pouvoir d'achat pour rembourser, et en plus on n'a pas restructuré grand chose dans les dépenses de l'Etat. Bref le QE de Draghi ca n'est pas le problème, au contraire, c'est la moitié de la solution. La seconde moitié, si tout repart, ca sera de se souvenir qu'il ne faut pas attendre d'être les deux pieds dans la m.... pour penser à la dette et comment en garder le contrôle.
a écrit le 22/01/2015 à 16:33 :
Merkel a cédé,la ligne Hollande a gagné!Qu'allons nous faire de ces milliards?Priorité a la relance,dégel du point d'indice des fonctionnaires,plan Marshall pour les banlieues,embauche des 60 000 profs indispensables pour réinsérer les jeunes,grands travaux d'infrastructures pilotés par les collectivités locales.
Réponse de le 22/01/2015 à 17:05 :
Ce serait étonnant que la France en profite, elle emprunte à taux négatif sur les marchés pour les obligations à court terme, donc il n'est pas intéressant pour la France de se faire racheter de la dette à 0% par la BCE...
Réponse de le 22/01/2015 à 17:17 :
constructions de rond-points par milliers, rénovation des sièges des conseils régionaux flambants neufs, semaine de 25h et embauches de nouveaux fonctionnaires dans la fonction publique, autoroute à huit voies entre limoges et angoulême...

Le bonheur quoi !!
Réponse de le 22/01/2015 à 18:09 :
vous perdez votre temps avec le ps pas elu, il ne comprend rien. il blabalte, c'est tout, socialo oui mais élu même en b
Réponse de le 22/01/2015 à 19:47 :
pour les speculateurs c'est tout bon mais a part ca rien ne va changer et la bubulle elle gonfle ahahah
a écrit le 22/01/2015 à 16:11 :
merci, une bonne nouvelle pour la finance par les financiers europeens.
avec ce genre de mesures depuis le debut de la crise, c'est sur, tout va s'arranger.

et sinon, les vraies solutions comme la restructuration de toute les dettes europeennes, l'interdiction de la speculation, l'interdiction du THF, taxes tobin à 5%, c'est pour quand?
Réponse de le 22/01/2015 à 16:42 :
Restructuration des dettes ? Ok

Pertes pour les banques puis déclenchement des Credit Default Swap puis assureurs ne pouvant faire face aux réclamations par ces banques donc risque de faillites en domino donc bordel innommable.

C'est une boite de pandore que vous proposez d'ouvrir ma chère.
Réponse de le 22/01/2015 à 17:07 :
Vous vous trompez de journal. Allez faire un tour sur l'huma.
a écrit le 22/01/2015 à 16:09 :
En fait, si j'ai bien compris, ils vont faire tourner la planche à billet et fabriquer 50 ou 60 milliards d'euros (de singe) par mois ...
Réponse de le 22/01/2015 à 16:31 :
On n'arrivera jamais a battre les USA et UK en ce domaine.
Réponse de le 22/01/2015 à 17:08 :
Comme tous les autres pays ayant de la croissance. Où est le problème ?
a écrit le 22/01/2015 à 16:05 :
Augmentation de la masse monétaire qui est déjà au plus haut, mais qui ne circule pas par peur de l'inflation et donc perte de valeur du surplus thésaurisé! Monnaie de singe qui ne correspond a aucune contrepartie! On gagne du temps et on enfume..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :