TTIP : Merkel veut signer avec les Etats-Unis en 2015

 |   |  344  mots
Bruxelles, qui négocie le Tafta ne pourra tenir cette échéance que si elle sait pouvoir compter sur le soutien des États membres, a déclaré la chancelière. L'Allemagne en tout cas le lui garantit, a-t-elle assuré.
Bruxelles, qui négocie le Tafta "ne pourra tenir cette échéance que si elle sait pouvoir compter sur le soutien des États membres", a déclaré la chancelière. "L'Allemagne en tout cas le lui garantit", a-t-elle assuré. (Crédits : HANNIBAL HANSCHKE)
La chancelière allemande presse le pas alors que la commissaire européenne en charge du Commerce, Cecilia Malmström, avait déclaré en janvier que seule "l'ossature" d'un accord pourrait être espérée d'ici la fin de l'année.

La chancelière allemande a affiché mercredi 4 mars son soutien à une conclusion rapide, en 2015, de l'accord de libre-échange actuellement négocié entre UE et États-Unis. "Le conseil européen a été très clair(...), les échéances pour la conclusion des négociations sont fin 2015", a rappelé Angela Merkel, lors d'un point de presse à Bruxelles après un entretien avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Mais la Commission, qui négocie cet accord de libre-échange connu sous l'acronyme de TTIP (Tafta en français) "ne pourra tenir cette échéance que si elle sait pouvoir compter sur le soutien des États membres", a ajouté la chancelière. "L'Allemagne en tout cas le lui garantit", a-t-elle déclaré.

Au moins les grandes lignes

Réunis en sommet, les chefs d'État et de gouvernement de l'UE avaient réaffirmé en décembre leur ambition de conclure d'ici fin 2015 cet accord, ou du moins d'en avoir les grandes lignes à cette échéance.

La commissaire européenne chargée du Commerce, Cecilia Malmström, avait déclaré en janvier que seule "l'ossature" d'un accord pourrait être prête d'ici la fin de l'année.

Sur la question très sensible de la protection des investissements, "nous avons toujours dit qu'il fallait un équilibre" et "je suis persuadée que cet obstacle, comme d'autres, pourra être levé", a ajouté la chancelière.

ISDS, la pierre d'achoppement

Elle s'est félicité de ce que l'approche "très transparente" de Cecilia Malmström ait permis "d'en savoir davantage" sur ce point.

La question cristallise les inquiétudes de l'opinion publique européenne, et particulièrement allemande, face au risque que la mise en place d'un mécanisme de protection des investissements (ISDS), demandée par les Etats-Unis, ne permette aux multinationales de contester devant des tribunaux d'arbitrage des politiques nationales.

"Nous demandons suffisamment de clarté car cette question n'est pas un point qui sera relégué à la périphérie de la négociation, c'est un point politique prioritaire", a insisté Angela Merkel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2015 à 13:12 :
Pourqoui ne pas parler des avantages ? Tel que les ex/importations simplifiées , reconnaissance automatique des normes etc.. Il y aura beaucoup de gagnants !
a écrit le 06/03/2015 à 18:18 :
Ce traité, c'est la porte ouverte aux diktats supranationaux des multinationales.
Il faut non seulement ne pas ratifier un tel traité (arnaque), mais il faut remettre les multinationales et les banques à leur place, et il n'y a qu'une solution: Nationaliser. Ca ne sera pas pire que ce qui nous attend si nous ne faisons rien.
a écrit le 06/03/2015 à 15:21 :
Tout cela va finir en soulèvement populaire s'ils ne prennent pas garde.
a écrit le 06/03/2015 à 12:00 :
Ce traité est clairement une preuve que les peuples d'Europe ne contrôlent plus rien de ce que fait l' UE. En effet si demain on organise un referendum il n'y aura pas 20 % de oui à ce traité qui met en place la main mise des multinationales sur les gouvernements. Ce sera le casse du XXIème siècle, après celui des banques de 1973 qui fut celui du XXème !
Avec au passage un avantage exorbitant pour les multinationales US qui bénéficient des infos de la NSA.
Réveillez vous braves gens d'Europe ! Cette Europe ne se fait pas dans l'intérêt des peuples !
Réponse de le 07/03/2015 à 18:21 :
Comment voulez vous que les gens se réveillent alors que la majorité d entre eux ne comprend rien a l économie et la politique....
a écrit le 06/03/2015 à 8:24 :
Aucun argument recevable ne permet de justifier la précipitation et l’opacité des négociations. Quant à leur bien-fondé, il ne fait jamais l’objet d’un examen approfondi et contradictoire. Leurs partisans ne font que répéter les slogans habituels qui affirment qu’il en résultera des gains de croissance mirobolants, en évoquant de vagues études sorties d’un chapeau.

L’Union Populaire Républicaine (UPR) invite les Français à ne pas croire une seule seconde ces prophéties, qui sont rangées au magasin des farces et attrapes dès que les traités sont ratifiés. L’UPR signale qu’en 1992 les mêmes experts euro-atlantistes avaient sorti d’un même chapeau le même type de prévisions fantastiques de croissance pour convaincre les Français de voter « Oui » au traité de Maastricht et à l’euro. Avec 22 ans de recul, chacun peut mesurer ce que valaient ces prévisions.

L’UPR souligne que l’avis du Parlement européen sur la négociation des traités n’est que peu contraignant, la Commission et le Conseil ayant seuls le pouvoir d’agir dans ces domaines (article 207 alinéa 3 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne). Il ne s’agit que d’une consultation du Parlement, qui valide ou non les traités en l’état. La Commission peut, de toute façon, faire passer des décisions sans l’aval du Parlement.

L’UPR appelle donc solennellement le gouvernement à organiser un référendum pour savoir si les Français sont pour ou contre la participation de leur pays au TAFTA, au CETA et au TISA.
Si le non l’emporte, le gouvernement français devra respecter le verdict populaire en mettant son veto à la poursuite des négociations en cours au niveau de la Commission européenne. Le référendum de 2005 a montré que le peuple français ne se laissait plus faire par les injonctions médiatiques et les sommations des prétendus « partis de gouvernement ». Gageons, qu’à nouveau, il fera entendre sa voix souveraine, puissante et indépendante.

Enfin, l’UPR rappelle que le seul moyen d’éloigner définitivement la menace des traités que la Commission européenne veut imposer aux Français est le retrait unilatéral de l’Union européenne, grâce à l’article 50 du Traité sur l’Union européenne.
Réponse de le 06/03/2015 à 9:49 :
"Enfin, l’UPR rappelle que le seul moyen d’éloigner définitivement la menace des traités que la Commission européenne veut imposer aux Français est le retrait unilatéral de l’Union européenne, grâce à l’article 50 du Traité sur l’Union européenne."

Pourquoi lier toute votre rhétorique à quelque chose qui n'est pas faisable? Vous planifiez votre échec...
Réponse de le 06/03/2015 à 10:57 :
"Pourquoi lier toute votre rhétorique à quelque chose qui n'est pas faisable? Vous planifiez votre échec..." Sauriez-vous nous expliquer pourquoi cette "chose" est infaisable ??
a écrit le 06/03/2015 à 8:16 :
Ce traité sera tres favorable a l industrie exportatrice allemande et creusera encore plus le deficit du commerce exterieur de la France . Pire , il permettra aux sociétés US d etre au dessus de nos tribunaux en France!
STOP , Game over : arretez d etre des gentils moutons consommateurs et dites NON
a écrit le 05/03/2015 à 22:13 :
BRD GMBH
CHERCHEZ DES INFO SUR CA .......... CA PEUT VOUS AIDEZ A COMPRENDRE
MERKEL EST LA PREMIERE COMMERCIAL DE CETTE SOCIETE !!
a écrit le 05/03/2015 à 21:51 :
Le Président Français qui signera ce traité devra être destitué.
a écrit le 05/03/2015 à 21:49 :
Je ne suis pas favorable à l'Europe politique mais j'ai toujours été favorable aux traités de libre échange (dont celui de la CEE après la CECA) si la France peut tirer son épingle du jeu. Ici ce traité doit être signé pays par pays et examiné par les parlements nationaux.
a écrit le 05/03/2015 à 19:40 :
Ce traité est un piège qu'il ne faut en cas signer.
a écrit le 05/03/2015 à 18:27 :
Bizarre cette précipitation , elle a peut etre négocier en secret sur les points forts allemands, ce traite doit être soumis a référendum ,quand on connait comment nos politiciens défendent nos intérêts on devient très inquiet et attention si le peuple n'a que la solution des extrêmes ,il va mettre fin a cet abandon de souveraineté ,
Réponse de le 05/03/2015 à 21:15 :
Les élites ignorent les peuples depuis longtemps et je crois que c'est pas le moment de faire ce genre de provocation
On a déjà envoyé une majorité FN et vu le niveau de la classe politique
Il serait pas étonnant que mme lepen ai au moins l Elysée
Réponse de le 05/03/2015 à 22:21 :
"BRD GMBH' LA VOILA LA RAISON DE LA PRECIPITATION !!!!
cherchez des info sur ce que c'est ........... y'a de quoi faire !!
a écrit le 05/03/2015 à 18:21 :
On ne sait même pas ce qu'il y a dans l'accord et on annonce déjà qu'il faut signer avant la fin de l'année

On est pas loin de la dictature

Apres mastrich et le contournement du non au référendum voila encore des décisions qui vont faire haïr l'Europe
a écrit le 05/03/2015 à 18:20 :
Si vous avez bien suivis sachez que les parlements ne sont que consultatifs et que c'est Bruxelles qui décide.
Elle n'a que faire du peuple Européen il n'y a qu'a voir le cas de la Grèce.
Avec un voyou a la tete de l'union mis en place par une vendue aux Américains, plus le traité signé Sarkozy Hollande, nous n'avons plus notre mot a dire.
Tenez voius infomés les gars!!!!!! Triste.....
a écrit le 05/03/2015 à 18:13 :
Consulter les peuples ce n'est même pas envisagé ???
Réponse de le 06/03/2015 à 9:43 :
bah non la dernière fois qu'ils l'ont fait le résultat n'a pas été celui escompté... malgré les efforts engagés.
Donc à partir de maintenant nous sommes sur un strapontin et nous regardons de très très loin la scène. Mais cela n'empechera pas nos chers politiques de donner des leçons de démocratie à la terre entière.

La seule démocratie qui existe en Europe est la Suisse (via le système des votations). C'est triste à dire mais il faut bien etre lucide de temps à autres.
a écrit le 05/03/2015 à 18:07 :
Elle est pressée, peut-être parce que les exportations allemandes fléchissent un peu ?
Notre Président est favorable par pirncipe (des emplois imaginés mais rien ne confirme, au doigt mouillé ?), donc signera "Oui" les yeux fermés (aïe !).
Quid de l'accord avec le Canada ? Il y a une variante qui serait une "miniature" de la variante américaine. Avec les mêmes tribunaux commerciaux pour trancher les différents (genre interdire le tabac, insupportable, compensations à payer aux industriels une fois le procès abouti).
En résumé, les négociations en cours, il faut les sabrer, ça prend trop de temps, c'est ridicule, il faut signer vite, vite (schnell) !!
a écrit le 05/03/2015 à 17:56 :
Attention au caillou Tsipras... On va voir si l'UE, ou plutôt Merkel et ceux qui sont en position de force, vont s'en tenir aux règles qu'ils ont eux-mêmes portée aux nues ou si, vraiment, cette UE est bonne à jeter aux orties.

Je ne pense pas qu'ils seront bons joueurs, mais sais-t-on jamais...
a écrit le 05/03/2015 à 17:50 :
Ce traité est scandaleux!
Nos dirigeants vendent leur âme (et le reste!) aux américains.
On va se faire bouffer et empoisonner!
Non! Non! Et non! Le peuple européen n'est pas d'accord!
Mettons d'abord de l'ordre en Europe, au lieu d'alimenter en permanence cette fuite en avant!
Signer ce traité contre l'avis du peuple, c'est le FN garanti en 2017!! Et, pas qu'en France!
Réponse de le 05/03/2015 à 18:06 :
Malheureusement, j'ai la nette impression que vous avez raison. Il n'y a plus de Démocratie depuis quelques temps, mais là, ils vont trop loin.
a écrit le 05/03/2015 à 17:39 :
La question a été posée d'une MERKEL agent des américains.. Rien dans son attitude ne démontre que ça ne soit pas le cas, tant les scénarios qu'elle développe sont contraires aux intérêts européens.
a écrit le 05/03/2015 à 17:04 :
Et les peuples n'ont rien à dire ????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :