Sarkozy, objectif 2012 ou bien 2025 ?

 |   |  1140  mots
Par Philippe Mabille, éditorialiste à "La Tribune".

A voir les derniers indices du moral des industriels, le mois de septembre marquera l'entrée de la France, comme d'ailleurs du reste de l'Europe, dans la récession. C'est donc par cette réalité nouvelle que Nicolas Sarkozy devrait commencer, ce soir, son discours de Toulon, pour sa première prise de parole sur les questions intérieures depuis l'annonce du financement du revenu de solidarité active par une taxe nouvelle sur les revenus du capital, à la fin du mois d'août.

Alors que plus d'un Français sur six juge mauvaise la politique économique du gouvernement, selon un sondage BVA, ce discours de Toulon devrait marquer un tournant dans la rupture telle qu'elle a été appliquée, avec plus ou moins de bonheur, depuis l'élection présidentielle. Force est en effet de constater que même si elle n'est pas seule à être affectée par la contagion de la crise financière américaine, la France n'a pas connu le "choc de confiance" annoncé il y a un peu plus d'un an par François Fillon. Sa croissance est en berne, ses comptes publics se creusent, la dette s'envole, bref, la France devient, avec l'Italie, le plus mauvais élève de la zone euro, alors même qu'elle préside l'Union européenne jusqu'en décembre.

Certes, cet échec est principalement imputable à des chocs extérieurs ; dans l'ordre d'importance, la flambée des prix du pétrole et des matières premières, le ralentissement de l'économie américaine et l'arrêt du marché immobilier. Mais la crise a bon dos : aucun de ces chocs n'était imprévisible au moment où la France a décidé, de façon solitaire, de procéder à une relance de son économie, en épuisant toutes ses marges de manoeuvre budgétaires. Le ver était dans les promesses électorales: Nicolas Sarkozy a pris le risque, considérable, de mettre en oeuvre d'un seul coup tous ses engagements de campagne, de la défiscalisation des heures supplémentaires à la réduction d'impôt pour intérêts d'emprunts immobilier, en passant par la forte réduction des droits de succession...

Or, aucun de ces instruments fiscaux n'a fait la preuve de son efficacité pour affronter la crise actuelle. Et, à constater que la France aura cette année, et probablement l'an prochain, une croissance d'à peine 1%, inférieure à la moyenne de la zone euro, on se prend à douter de l'utilité de ces 10 milliards d'euros ainsi injectés en pure perte dans l'économie.

Cet échec donne raison a posteriori à tous ceux qui, l'an dernier, avaient prédit que cette politique de soutien de la demande serait inefficace. Et qu'il aurait mieux valu commencer par actionner le levier de l'offre, en continuant de réduire les déficits et en soutenant la compétitivité de l'appareil productif.

Balayée à l'époque par un argument rhétorique - il faudrait paraît-il mener à la fois une politique de l'offre et une politique de la demande -, cette polémique va reprendre de la vigueur dans les mois qui viennent, comme en témoigne le cri d'alarme sur la hausse des impôts que vient de lancer, au nom du Medef, Laurence Parisot, qui n'est pourtant pas connue pour figurer parmi les principaux opposants à Nicolas Sarkozy. C'est que la patronne des patrons voit le coup venir. En période de disette budgétaire, les gouvernements sont vite tentés de ponctionner les entreprises. La floraison récente de taxes diverses lui donne plutôt raison.

Au procès de la politique économique s'ajoute une autre critique sur les débuts du quinquennat, celui des réformes inachevées. Le président de la République a certes innové en lançant tous les chantiers en même temps, avec l'argument que cette méthode permettrait de prendre de vitesse les conservatismes traditionnels et d'impulser une dynamique vivifiante après les années d'immobilisme chiraquien. Mais avec le recul, le bilan de cet activisme élyséen s'avère décevant.

A part quelques symboles forts, qui ont consommé beaucoup d'énergie - le service minimum dans les transports, les régimes spéciaux de retraite, l'assouplissement de la réglementation du temps de travail -, qui peut dire que le visage de l'économie française a radicalement changé en un an? Il y a bien sûr eu beaucoup de bonnes réformes: le crédit d'impôt recherche, la loi sur l'autonomie des universités, la revitalisation du dialogue social.

Mais le pouvoir politique est resté prudent devant les principaux tabous français. La sélection à l'université, la fin de la retraite à 60 ans, la suppression de l'impôt sur la fortune (qui sera, au 1er janvier prochain une nouvelle exception française puisque même l'Espagne socialiste va le faire disparaître) ne figurent pas au programme de Nicolas Sarkozy. Le chef de l'Etat en reste à ce qu'il a promis de faire. D'où la question clé pour la fin du quinquennat : fera-t-il aussi ce qu'il n'a pas promis ?

La réponse ne viendra sans doute pas ce soir à Toulon. Face au risque de récession, le mot d'ordre devrait être de poursuivre les réformes engagées et de serrer les dents en attendant la reprise, qui, comme chacun le sait, est toujours "au coin de la rue". C'est-à-dire, si l'on est optimiste, pour 2010. Si c'est le cas, cela laissera bien le temps à Nicolas Sarkozy de préparer sa candidature pour un second mandat, en 2012, en bénéficiant d'un environnement mondial plus favorable.

Une autre attitude, plus ambitieuse, pourrait consister à se fixer un autre horizon, à savoir 2025, pour les réformes de la seconde partie de son quinquennat. Pourquoi 2025? Parce que le chef de l'Etat attend, pour la fin de l'année, un rapport prospectif sur "la France de 2025", confié à Eric Besson. Ce travail, qui est une sorte de "Grenelle de la politique économique", devrait faire une série de propositions pour permettre à la France de rester une des dix premières économies du monde à cette date.

Un objectif ambitieux, et pas si évident, qui suppose de mobiliser toutes nos ressources en faveur de la troisième révolution industrielle, celle de l'économie de la connaissance, des énergies nouvelles et des nouvelles technologies. Un investissement rentable à terme, mais dont le succès repose sur notre capacité à faire dès aujourd'hui les économies nécessaires. Donc à prendre, drastiquement et clairement, le cap de la rigueur, en coupant les dépenses inutiles, y compris dans la sphère sociale, en supprimant les doublons administratifs, y compris à l'échelon local, en engageant une vraie réforme fiscale, quitte à augmenter certains impôts pour en supprimer d'autres. Bref, une vraie rupture. Nicolas Sarkozy y est-il prêt, quitte à amoindrir ses chances d'être réélu en 2012?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Votre article au sujet de Sarkozy 2012 ou 2025 n'a aucun sens. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés doivent être résolus maintenant. Ce qui serait possible si l'on commençait par le commencement. Il eut fallut, avant l'élection présidentielle faire l'audit de la France et élaborer un cahier des charges des mesures à prendre immédiatement. Il est inadmissible que le territoire de 550000km² le plus chanceux de la Terre soit dans cet état.
C'est la conclusion d'un demi-siècle d'insanité politique et rien d'autre.Il faut aussi reconnaitre que le français est facile à berner. Pour s'en convaincre, il suffit d'analyser l'élection du comédien machiavélique que nous avons installé à l'Elysée. C'est un pure produit du marketting et de la communication; Obama n'est guère mieux!
Si Mme Royalavait été élue, cela n'aurait pas été différent
Notre système est gangréné au-delà de toute guérison possible: il faut amputer (disons plutot simplifier). Cela ne peut se faire qu'avec des médias objectifs qui ne soient pas la propriété des mêmes personnes qui fabriquent les politiciens. Actuellement les médias et les politiciens français sont les fossoyeurs de la patrie. Dites-moi qui sont les propriétaires d'un média et je vous dirais ce qu'il dira ou écrira. En France, presque tous appartiennent à la mafia de Neuilly-sur-Seine.
Avec les médias français, je n'ai eu que des avatars; par contre, étant bilingue, je n'ai aucun problème avec CNN, BBC,Time Magzine, NY Time, Russia Today et VOR. En ce qui concerne les francophones, je suis presque devenu un correspondant de la Tribune de Genève et de la TSR. J'ai aussi de bons rapports avec le CERN. Comme média français, jusqu'à la preuve du contraire, vous êtes l'exception qui confirme la règle. J'arrive même à obliger tout ce beau monde à aborder mon sujet préféré: Comment faire pour que l'Humanité cesse de gaspiller chaque année 1000 milliards d'euros pour pour s'autodétruire (tout ce qui est militaire et police; dont 65 % est made in USA).
Si on ne vendait pas d'armes en 2009 on effacerait ce que les USA et l'UE vont dépenser pour sauver leur économie.
La prochaine fois, nous aborderons l'audit que j'avais envoyé à Royal et Sarkozy...Avec Internet, nous avons un outil qui pourrait nous permettre de rétablir l'équilibre et se débarrasser des quelques milliers de salopards qui sont responsables de toutes les misères du Monde. Utilisons-le intelligemment !
Amicalement. Un retraité inquiet pour les générations futures. JCM Tel: 0450240275
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une politique économique catastrophique.... il aurait mieux value redistribuer aux français moyens qui aurait surement relancé la consommation plutot que de redonner du pouvoir aux personnes qui se délocalisent dans les paradis fiscaux ou investissent les niches fiscales.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ON EN A MARRE DE CE PRESIDENTET ET DE SA COUR DE COPINS, COQUINS,sarkozy n,est pas digne de représenté la france ,il s,en met pleins les poches pendant qu,une grande majorité se serre la ceinture honte a lui et qu,il soit maudit
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Patrons, syndicalistes, écologistes et politiques sont tous devant un méga Problème difficile à solutionner ! Evidemment chacune de ces parties a une optique différentes, même dans la même branche !
Je n?ai plus le temps de faire l?analyse du travail de Philippe Mabille mais voici un aperçu de toutes mes ?uvres que je n?ai pu encore publier ; Elles sont relatives au syndicalisme, mais sont d?intérêt général et pourrait vous orienter vers une optique plus haute et mieux inspirée.
1. P.B. Un vieux philosophe socialiste, écologiste et syndicaliste belge.
Toutes ces belles théories, cher François Chérèque, sont séduisantes à merveille mais réaliser ces beaux projets c?est « une autre Affaire !... »
Les partis de Gauche sont moribonds quoique fort bien intentionnés mais manquent singulièrement de haute Inspiration : Dans ce monde matérialiste borné, il est difficile de réaliser le moindre idéal valable !
Personne ne peut servir deux Maîtres : Dieu et Mammon !
Mais pour ce monde matérialiste, même plus ou moins d?obédience chrétienne, ces deux « Personnalités » n?évoquent rien, peut être même pas une vague idée ? Nous le craignons bien ?
Pourtant « Dieu » c?est tout un Programme et Mammon, vous avez son ?uvre sous les yeux ! Mammon, c?est le Veau d?Or, le saint Fric, le Capitalisme maudit, Source de toutes mauvaises choses !...
Mais si ce Capitalisme « sauvage » est une monstruosité, le socialisme sans Dieu est incapable de le vaincre !...
Car ce « Système de choses » condamné par Dieu mais encensé par les « papes » de toutes obédiences, ce n?est pas qu?un système économique mais toute une mentalité, un esprit pervers ! Système pervers, cupide, mercantile, vicieux, immoral, criminel, pollueur et corrupteur à souhait !
Privée de ses Racines spirituelle, l?Humanité est incapable de s?élever moralement, socialement et même de préserver sa précieuse écologie, grand Cadeau de Dieu à ses créatures ingrates, rebelles et stupides !...
Les vrais Chrétiens doivent donner l?Exemple : Vivre en communauté égalitaire, fraternelle et libre ! Et bien entendu, avoir soin de la Nature qui, ne l?oublions pas est l??uvre de Dieu !...
Je n?ai pas encore de site sur le Web seulement une adresse chiffrée :
« Vt6410544@tele2allin.be »
Une adresse intéressante de feu Maurice Eugène ANDRE :
Sites : « users.skynet.be/mauriceandre/ » et « Vivredebout.over-blog.com »
Et aussi de Paul Lannoye député européen honoraire :
« eMai : paul.lannoye@skynet.be »
Sites : « http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Lannoye » et « http://www.grappebelgique.org/ » et Forum UBUNTU (Forum mondial de réseaux de la société civile), « www.ubuntu.upc.edu. »
ACDN : Actions des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire :
http://acdn.france.free.fr/
N.B. Les travaux de mon ami Paul Lannoye ont un caractère économique plus poussé que les écolos habituels : Il sait, lui aussi, que le capitalisme est une monstruosité responsable en plus de la dégradation de notre écologie !
2.
P.B. Un vieux philosophe socialiste, écologiste et syndicaliste belge.
Les remarques que j?ai adressé à François Chérèque (CFDT) sur la même question sont valables pour tous les syndicats de travailleurs.
« Moins d'idéologie, plus de pragmatisme » ??? C?est justement le vide idéologique, le vide moral et spirituel, le manque » de haute Inspiration et ce « pragmatisme » plutôt amoral dans un climat matérialiste et une système économique « sans éthique » décrit par la professeur Musolino dans son ouvrage « L?économie pour les?Nuls » qui engendrent tous nos malheurs socio-économiques, moraux et écologiques !
Je suis un vieux routier de la politique et je m?étonne que pratiquement aucun chercheur, aucun philosophe n?ait compris que la Faillite retentissante du socialisme en ex-URSS, dans l?Europe et le reste du monde était due à l?Erreur fondamentale de Karl Marx qui dénonce « l?idéalisme » et prône un « Matérialisme » certes « dialectique » mais tout aussi nuisible !
Et un poème peu connu du public de Karl Marx éclaire bien la personnalité double de ce « philosophe économiste » qui a voulu établir le « Paradis des Travailleurs sur la Terre » mais un Paradis, sans Dieu et même contre Dieu :
« J?enchevêtre les mots
dans un Embrouillamini diabolique
de manière que chacun pense ce qui lui plaît » Selon son bon plaisir, sa fantaisie, ses intérêts immédiats et égoïstes, subjectivement selon les principes des philosophes matérialistes, les philosophes du Doute pernicieux, de l?Erreur, du Mensonge, du Sophisme grec et autres esprits faux !
Les fruits de ces Egarements majeurs vous les avez devant les yeux, vous les vivez mais vous ne sembler par remettre en question les deux Système pervers : le Capitalisme mercantile et corrupteur, l?économie sans éthique d?une part et
Le socialisme sans Dieu et contre Dieu, le communisme des fameux et sinistres « Nomenklaturistes » qui ont discrédité « le plus grand idéal qui puisse exister sur terre »
Notez que ce grand Idéal qu?est le communisme est un idéal chrétien rejeté par les Eglises affadies voire perverties elles-mêmes !
Je ne veux décourager aucune bonne volonté mais dans un tel Contexte matérialiste et diaboliquement embrouillé, il est malaisé de corriger radicalement, profondément le Tir !
Il est quasi, impossible de dompter le Monstre qui ravage toute la Terre : Mammon !
Pierre Bothy,
Philosophe chrétien, écologiste et socialiste de l?Institut Pelman à Paris.
Pour l'éducation scientifique de l'Esprit. Egalement diplômé au niveau « technicien » en métallurgie. Résidant au : 33, aux Trois Bonniers, B 5020 Vedrin - Namur, Région wallonne, BELGIQUE-EUROPE. Tél.:032 / 081-21 11 58 GSM : 0485 62 18 51 eMai : vt6410544@tele2allin.be Site : (en projet)

3.
Un vieux routier belge de la politique et du syndicalisme.
1. Beaucoup trop de choses, cher Jacques Voisin, « sont tombé avec le Mur de Berlin » !
Certaines excellentes : Chute du Mur. Arrêt de la « guerre froide » ; ouverture au monde, plus de démocratie et un rien plus de liberté, etc?
Mais d?autres beaucoup moins drôles et surtout moins bonnes :
Abandon du Kremlin du « socialisme réel » ; démantèlement de l?URSS, seule puissance anti-capitaliste réelle ; retour général à tous les vices capitalistes : Bourse ; étalage éhonté du luxe de cette immonde « Nomenklatura » qui a abattu ses « sept clôtures qui dissimulaient sa félonie et son statut pire que celui des pires capitalistes ! Chômages galopant, inégalités immondes allant s?accentuant, apparition d?une misère identique à celle des pays capitalistes?
Sottise de Gorbatchev qui, malgré mes conseils et exortations « a rejeté le Bébé avec l?Eau du Bain » pour « éviter une guerre civile » mais qui a déclenché dans le monde entier un capitalisme le plus sauvage que ses adhérents eussent pu rêver !
Et pire encore : Abandon des sociaux-démocrates de tous leurs bons principes et Retour délibéré à la privatisation qui à leurs yeux allait sauver le monde du Travail !...
« Le syndicalisme du front du refus » ? On croirait entendre la dialectique du patronat !!!...
« La désillusion des salariés à l'égard du syndicalisme. » a des causes bien plus profondes qu?une analyse superficielle, purement « charnelle », matérialiste, athée puisse donner !
« Concitoyens d'être pris en otage à chaque mouvement de grève. » décidément la CFTC de Jacques Voisin que je ne connais pas, me semble bien trop proche et trop enclin à épouser la dialectique patronale et surtout de ne point vouloir mettre en cause d?existence de ce cher et maudit « Système de choses, » le capitalisme « époustouflant d?efficacité », le « seul capable d?établir une économie saine, un statut social des travailleurs et de tous les citoyens acceptable, voire dignes d?être vécu !!!...
« Défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs et de leur famille. » dans un contexte hyper capitaliste, hyper matérialiste, individualiste, égoïste qui « sert Mammon plutôt que »Dieu » est très difficile pour ne pas dire quasi impossible à réaliser substantiellement et même un tout petit peu ?
Pour « créer les conditions de la justice et du progrès social pour tous » il faut bien autre choses que de petites réformettes ou quelques bonnes intentions aussi bien syndicales que politiques :
Il faudrait :
Une véritable Révolution spirituelle, morale et intellectuelle à l?Echelle mondiale !
« Une alternative crédible » ?
Un grand Idéal, de prime abord,
paraît toujours « utopique », inaccessible, irréalisable !
Pourtant c?est vers Lui que
toutes nos forces doivent tendre, car il est la seule Voie d?issue !
Nous n?avons qu?Une Alternative : changer ou disparaître !
Pierre Bothy.
A propos de « salaires mirobolants » c?est aussi du côté patronal avec ses « parachutes dorés » et autres « petits » avantages, autres « bakchichs » qu?il faut chercher !...
Idem pour « les coûts de travail » jugés toujours trop élevés pour les dirigeants qui se contentent de « salaires » très « modestes » !!!
Ainsi que ces chers Actionnaires et surtout les pires de tous, cees chers et grands Spéculateurs qui atteint d?une soif inextinguible de Profits, d?Or et d?Argent assassine littéralement la Terre et tous ses habitants !!!...

« Construire la société de demain, ensemble » ? Oui, à condition qu?il existe encore une « société » humaine ! « Homo sapiens sapiens » ???...
Même à Gauche et du côté des petites gens, des humbles travailleurs, les gens influents ne sont guère conscients du véritable état de la Terre entière !
Etat écologique, méga pollutions NBC qui empoisonnent toute notre biosphère « durablement » voire éternellement et irrémédiablement, état moral, éthique, état des m?urs en décomposition?
Délabrement de toutes les valeurs humaines, délabrement de tous les tissus socio-économiques,?
Dépolluer la terre de tous ses miasmes délétères, n?est pas une mince affaire, un travail de Titan ! Une Puissance quasi divine !...

Jacques Voisin voudrait peut être lui aussi « établir le paradis sur terre » mais sans? Dieu ?
Comme Karl Marx, en moins brutal, moins radical, mais tout aussi illusoirement ?
Pierre Ludovic Alexis BOTHY.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Réformes cataplasmes,aucune réduction des dépenses publiques, le déficit qui explose, des prélèvements nouveaux, une politique de gauche, un comportement clanique, on ne peut raisonnablement pas revoter pour un homme qui nous trahit à ce point !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sarko = PULCHINELLA, il mérite d'être battu sévèrement.
Sa politique des copains et des coquins ne dépasse pas le niveau de la ceinture....à tous points de vues.....
a écrit le 09/10/2009 à 6:13 :
Vous dites : "Le chef de l'Etat en reste à ce qu'il a promis de faire." => il avait promis une "rupture", et il avait promis de ramener le taux de prélèvements obligatoires à la moyenne européenne. Il manque dans votre phrase l'adjectif "partiellement".

a écrit le 09/10/2009 à 6:13 :
Si la sauvegarde de l'économie se fait par la vente de l'or Français , alors c'est nous enfoncer toujours plus .
a écrit le 08/10/2009 à 15:03 :
Article très intéressant et objectif.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :