Le "China-Bashing", une valeur sûre

 |   |  422  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors que la moitié des Américains pensent que la Chine est la première puissante économique mondiale, les attaques contre ce rival se multiplient en période électorale. Petite compilation de spots publicitaires anti-chinois.

Après le premier ministre chinois Hu Jintao, Barack Obama a reçu mardi Xi Jinping, le futur numéro un du régime communiste. Dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le président américain s'est montré plus ferme qu'il ne l'avait été l'année dernière, demandant à Pékin de rééquilibrer ses relations commerciales - alors que le yuan chinois reste nettement sous-évalué -, de respecter des droits de l'homme ou encore faire preuve de responsabilité dans la conduite des affaires internationales, quelques jours après son veto sur la Syrie à l'ONU.

Cette rencontre au sommet intervient alors que le climat reste hostile aux Etats-Unis à l'encontre de la puissance émergente. Et aussi menaçante. Le contexte économique morose et la persistance du chômage de masse ont en effet eu raison du sentiment de supériorité des Américains. Ils sont désormais 52% à penser que la Chine est aujourd'hui la première puissance économique mondiale, selon un sondage publié mardi par l'institut Gallup. Un tiers seulement estiment que les Etats-Unis ont conservé leur rang.

Dans ce climat d'inquiétudes, la Chine devient un enjeu de campagne. Les adversaires républicains potentiels de Barack Obama ne manquent d'ailleurs jamais de rappeler qu'ils se montreront, une fois élu, intransigeant avec l'Empire du milieu. Quitte à déclencher une guerre commerciale, si besoin, afin qu'ilrespecte les règles du commerce mondial. Ils utilisent également ces craintes pour militer pour une baisse drastique des dépenses publiques, expliquant que les emprunts contractés par le Trésor enrichissent les investisseurs chinois.

Cette montée du "China-Bashing" s'est même invitée au Super Bowl, la finale du championnat de football américain suivie par plus de 111 millions de téléspectateurs. Le républicain Pete Hoekstra, candidat pour le poste de sénateur du Michigan, a diffusé un spot mettant en scène une actrice asiatique, censée être chinoise, remerciant la sénatrice démocrate Debbie Stabenow pour avoir dépensé "autant d'argent américain". "Votre économie est très faible, la nôtre se porte très bien", conclut-elle.

Cette tendance n'est cependant pas nouvelle. Elle avait déjà fortement animé la campagne des élections de mi-mandat en novembre 2010. Des deux côtés de l'échiquier politique. Voici quelques exemples de spots publicitaires diffusés ces dernières années.

Actualités, petites phrases, sondages et analyses... Suivez au jour le jour les primaires républicaines et la présidentielle sur notre blog consacré aux élections américaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :