Jean-Baptiste Hironde, l'entrepreneur virtuose

 |   |  1018  mots
Jean-Baptiste Hironde.
Jean-Baptiste Hironde. (Crédits : DR)
À 28 ans, il a propulsé sa société Edjing au rang de leader mondial dans le domaine des applications de mix musical. Et il n'entend pas s'arrêter là.

C'est sans tambour ni trompette que Jean-Baptiste Hironde fait son entrée. Pourtant, l'entrepreneur de 28 ans pourrait claironner : Edjing, la start-up qu'il a cofondé, a développé l'application de mix musical la plus téléchargée au monde. Tout en étant rentable depuis la fin 2013, grâce à son modèle économique « freemium ».

Look classique et rasé de frais, ce chef d'orchestre à la tête d'une équipe de 25 personnes - qui recrute actuellement 28 personnes de plus - ne ressemble pas à un David Guetta. Même s'il aime s'installer aux platines.

« Dès l'âge de 14 ans, je m'amusais avec Virtual DJ, une suite logicielle pour PC qui dominait le marché. Et pendant mes études à l'EPF, j'ai animé quelques soirées étudiantes. »

Mais ce n'est pas tant la passion que l'opportunité de marché qui l'a poussé à créer Edjing.

« Aujourd'hui, on voit des DJ dans toutes les pubs à la télévision. C'est un phénomène sociétal. Mais, en 2009, aucune entreprise du secteur ne s'intéressait au grand public. En quantifiant ce marché, j'étais convaincu de l'opportunité de créer une table de mixage destinée au grand public. »

Son dernier stage, créer son entreprise

« Ma soutenance de rapport de stage a été notée 19,5/20, avec la mention : Il faut continuer ! Et j'ai remporté le prix de l'ingénieur de l'année décerné par l'école. En même temps que mon diplôme, on m'a donné un chèque de 3 000 euros et un trophée », sourit Jean-Baptiste Hironde.

Il s'associe alors un camarade de l'EPF féru de code, Charles-Marie Déjardin, et un ami d'enfance, Nicolas Dupré, et tous trois s'attellent durant trois ans à coder un algorithme de traitement du son à la volée.

« Une équipe de trois ingénieurs, ce n'était pas la configuration idéale, mais Jean-Baptiste est multicompétent : il a donc géré le développement commercial. Il est dynamique, déterminé et résolument optimiste. C'est lui qui a permis à l'équipe de rebondir à chaque épreuve », confie Charles-Marie Déjardin.

Depuis le lancement de sa première version - pour iPhone - en février 2012, leur application de mix a été téléchargée 22 millions de fois, partout dans le monde. Mais la success-story a connu quelques fausses notes. « En 2010, nous avions réuni 80.000 euros de "love money", et j'étais en perpétuelle recherche de fonds. Nous avons dû réduire l'équipe, de 9 à 3 personnes, et nous aurions déposé le bilan sans un prêt d'honneur de 60.000 euros de Scientipôle Initiative. »

Quelques mois plus tard, en juin 2011, il lève « quelques centaines de milliers d'euros » auprès de Habert Dassault Finance.

« Jean-Baptiste est un homme simple, abordable et extrêmement professionnel. Il est très direct et sait emmener les gens avec lui. Il anticipe et exécute sa stratégie avec précision et détermination. Tout en restant en capacité d'apprendre de ses interlocuteurs », analyse Emmanuel Coquoin, le directeur d'investissement de Habert Dassault Finance.

La petite histoire

Pour résumer l'histoire d'Edjing, Jean-Baptiste Hironde montre un graphique : une courbe exponentielle. Y sont mentionnées les citations d'Edjing dans les publicités américaines de Sony, Samsung et Microsoft.

« Au premier rendez-vous commercial avec Jean-Baptiste, en 2011, il a fait la démonstration de son application sur une tablette Surface, que nous venions de lancer. Il m'est tout de suite apparu "dans le coup". Vu le parcours d'Edjing depuis, je le considère comme l'un des meilleurs entrepreneurs en Europe, à l'égal de ceux qu'on rencontre dans la Silicon Valley », confie Marc Jalabert, le directeur de la division grand public et opérateurs de Microsoft France.

« Le marché américain concentre plus du tiers de notre chiffre d'affaires, contre 6 % pour la France. Aux États-Unis, nous sommes populaires. En France, en revanche, personne ne nous connaît alors que nous sommes leader mondial sur notre marché ! », regrette Jean-Baptiste Hironde.

L'essor d'Edjing s'est accéléré depuis septembre 2013, après une deuxième levée de fonds, de 2,5 millions d'euros, auprès de Bertrand Folliet, d'Entrepreneur Venture, et de business angels, dont Daniel Marhely, le cofondateur de Deezer.

Après avoir décliné son application phare sur tous les systèmes d'exploitation pour mobiles et tablettes et avoir constitué une base de 13 millions d'inscrits à ses services, Jean-Baptiste Hironde s'attelle désormais à diversifier son offre. Déjà, l'application Equalizer+ lancée cette année a été téléchargée 8 millions de fois. Et il n'entend pas s'arrêter là, ni se limiter au seul univers dématérialisé. Il étudie également l'ouverture d'un bureau aux États-Unis, puis en Asie.

Pour tenir le rythme de cette croissance trépidante, il prend de la hauteur en s'adonnant à sa passion d'enfance : le modélisme.

« Le week-end, pour me détendre, je construis un drone, un hélicoptère, un bateau ou un avion. Celui-ci par exemple vole à 300 km/h », confie-t-il, photo à l'appui.

Peut-être les fait-il décoller en fredonnant cet air célèbre : Ça plane pour moi.

_____

MODE D'EMPLOI

Où la rencontrer ? : En marge d'un événement lié aux start-up. « Pour savoir où je me trouve, suivez-moi sur Twitter : j'y commente les événements que je fréquente et où j'interviens en tant qu'orateur. »

Comment l'aborder ? Faites appel à sa solidarité entrepreneuriale. « Les entrepreneurs qui galèrent et qui viennent me demander un conseil captent tout de suite mon attention. Car j'ai été dans cette situation avant eux. »

À éviter ! Le jugement hâtif. « J'ai horreur des gens qui n'ont jamais rien fait et qui jugent. Parmi les gens qui m'énervent, il y a aussi le banquier... qui vous appelle au lendemain de l'annonce de votre levée de fonds, quand vous n'avez plus besoin d'argent. »

TIMELINE

  • Août 1986 Naissance à Versailles
  • 2010 Diplômé de l'EPF
  • Juillet 2009 Cofonde Edjing
  • Juin 2011 Lève 1 million d'euros auprès de Habert Dassault Finance
  • Février 2012 Lance l'application Edjing pour iPhone
  • Juin 2013 Lance la monétisation de l'offre Edjing
  • Septembre 2013 Lève 2,5 millions de dollars auprès d'Entrepreneur Venture
  • 2016 Edjing totalise plus de 100 millions de téléchargements de ses applications

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :