Xavier Duportet, « innovateur français de l’année » pour le MIT

 |   |  1161  mots
Xavier Duportet, fondateur de PhageX et vice-président d’Osons la France.
Xavier Duportet, fondateur de PhageX et vice-président d’Osons la France. (Crédits : DR)
#FRENCHTECH - À 27 ans, ce docteur en biologie synthétique, fondateur de PhageX, une biotech qui s’attaque au marché des antibiotiques, et du Hello Tomorrow Challenge, vient d’être élu « innovateur de l’année » par la MIT Technology Review qui a récompensé la semaine dernière avec l’Atelier BNP Paribas les 10 innovateurs français de moins de 35 ans les plus remarquables. Il succède à Rand Hindi, spécialiste du Big data qui avait eu le même prix l’an dernier pour avoir créer l’appli Tranquillien. Cet article reprend le portrait de Xavier Duportet publié dans notre hebdomadaire en page Génération en janvier 2015.

Il se lève chaque matin pour changer le monde. Une vaste mission que Xavier Duportet mène l'œil rivé au microscope. À 27 ans, ce docteur en biologie synthétique, formé au MIT de Boston et à l'Inria, développe PhageX, une biotech qui veut révolutionner le marché des antibiotiques.

« La résistance aux antibiotiques causera 10 millions de morts dans le monde à l'horizon 2050, soit plus que le cancer. Pour lutter contre ce fléau, nous travaillons à mettre au point un antibiotique intelligent : un genre de petit robot moléculaire, capable de séquencer le génome de la bactérie pour la détruire ou bloquer l'expression de certains comportements. Nous voulons être les tireurs d'élite de la microbiologie, là où les antibiotiques actuels sont des bombes nucléaires qui éradiquent toutes les bactéries présentes dans le corps, y compris celles qui sont utiles », vulgarise le chercheur-entrepreneur.

Sa technologie de synthétisation d'ADN cible des ennemis précis, comme le staphylocoque doré.

« Nous savons aujourd'hui que certaines bactéries jouent un rôle prépondérant dans la rapidité de croissance d'une tumeur, et aussi dans le développement de l'autisme chez l'enfant. Les applications de notre outil sont donc nombreuses. Nous pouvons aussi aider les industriels de la cosmétique à mettre au point des traitements anti-acné et des déodorants naturels. »

Xavier Duportet ambitionne de mettre sur le marché son premier antibiotique dans huit ans. Lauréat du Concours mondial de l'innovation en 2013, il a obtenu une bourse de 200 000 euros. De quoi embaucher les deux premiers chercheurs salariés de PhageX.

« Xavier est très déterminé. Il est capable de faire avancer plusieurs choses de front, et il a une aisance à motiver ses équipes. Il sait très bien s'entourer », souligne David Bikar, directeur du laboratoire de biologie de synthèse à l'Institut Pasteur et associé cofondateur de PhageX.

Au cours du premier trimestre, Xavier Duportet ira rencontrer des investisseurs dans le but de lever 1 à 1,5 million d'euros.

« Développer un médicament est long, coûteux et risqué. Les investisseurs dans les biotechnologies ont un côté philanthrope », plaisante l'entrepreneur, charmeur et décontracté.

Précoce et doué

Il est entré en classes préparatoires à Janson-de-Sailly, à l'âge de 16 ans. À 24 ans, il créait sa première entreprise, Omeecs, qui s'est éteinte en 2011 après huit mois d'activité.

« Avec un ami, nous voulions développer l'activité autour d'une molécule antifongique, que j'avais découverte et brevetée en 2009, lors d'un semestre à l'université de Auckland, en Nouvelle-Zélande. Mais un concurrent a racheté cette technologie. L'expérience a été douloureuse mais utile : sans cet échec, je n'aurais jamais fait ma thèse. »

Un travail qu'il a soutenu devant un jury en novembre dernier. Quelques minutes avant sa présentation, il a reçu la visite de Claudie Haigneré, l'ancienne ministre de la Recherche, et astronaute :

« Xavier m'a étonnée par sa décontraction dans ce moment important. Il est enthousiaste et charismatique, toujours joyeux et pétillant. J'ai croisé beaucoup de gens au parcours peu ordinaire, mais lui se distingue par sa foi dans le progrès et sa capacité à faire équipe. »

Aujourd'hui présidente d'Universcience, elle accueille dans les murs de la Cité des sciences et de l'industrie la finale du Hello Tomorrow Challenge. Xavier Duportet a impulsé ce concours de création d'entreprises technologiques, ouvert cette année à des participants du monde entier, doublé de conférences rassemblant le gratin de l'écosystème de l'entrepreneuriat technologique. La précédente édition a réuni « 1.500 candidats européens dont 40 % de femmes », et les débats ont rassemblé des pointures de toutes disciplines, entrepreneurs, chercheurs et investisseurs.

« Xavier est promis à un bel avenir. Organisateur d'événements efficace, meneur, il est aussi un chercheur brillant, dans un domaine qui compte peu de spécialistes au monde. Il était déjà reconnu aux États-Unis quand je l'ai rencontré au MIT où j'enseignais », se souvient Joël de Rosnay, scientifique, président exécutif de Biotics International et conseiller de la présidente d'Universcience.

« Bâtisseur de demain »

Même s'il a déjà reçu des dizaines de distinctions scientifiques comme entrepreneuriales, Xavier Duportet se montre modeste, estimant que « bien des chercheurs sont plus talentueux » que lui, et considérant que dans son parcours, « tout reste à faire ».

« Xavier est presque trop humble. Il mériterait de se mettre davantage en avant », confie Romain Lavault, General Partner chez Partech Ventures.

« Il est créatif, insouciant et n'a pas froid aux yeux. C'est avec la même simplicité qu'il dialogue avec les jeunes chercheurs candidats au Hello Tomorrow Challenge, qu'il partage des réflexions avec des gens de 20 ans ses aînés, et qu'il dîne à la table du ministre de l'Économie, Emmanuel Macron. »

La semaine prochaine, Xavier Duportet s'envolera pour le Chili, où il doit intervenir au Congrès du futur, organisé à Santiago par le Sénat chilien. Il partage l'affiche de l'événement avec l'économiste Thomas Piketty, Francesco Starace, administrateur délégué de l'énergéticien italien Enel, ou encore l'essayiste Jérémy Rifkin. Il s'investit aussi sur la scène nationale, en tant que vice-président du forum Osons la France, depuis mars dernier. Aude de Thuin, présidente fondatrice d'Osons la France, voit en lui un « bâtisseur de demain » :

« Xavier a une acuité, une perception fine des choses. Il écoute avec attention, sans jamais prendre de notes, et analyse tout en direct, silencieusement. Il s'implique sur de nombreux fronts, mais je ne doute pas qu'il saura se préserver du risque de dispersion. »

Ancien compétiteur en ski, Xavier Duportet sait rester concentré sur son objectif. Et quand il s'accorde un instant de rêverie, c'est pour observer l'activité de la fourmilière qu'il a installée à l'Institut Pasteur, où PhageX est incubée. Cette passion pour les colonies d'insectes lui est venue à l'âge de 12 ans, lors d'un stage dans un laboratoire. C'est alors qu'il a attrapé le virus de la paillasse, qu'il s'efforce aujourd'hui de propager au-delà de toutes frontières.

_____

MODE D'EMPLOI

Où le rencontrer ? : À l'Institut Pasteur. « Venez me voir au bureau. Pour prendre contact, préférez les réseaux sociaux, notamment Twitter. »

Comment l'aborder ? Passionné. « J'aime les gens qui sont très investis dans ce qu'ils racontent. J'apprécie aussi la capacité à écouter. C'est un signe d'intelligence. »

À éviter ! Le bling-bling. « Ceux qui se mettent sur un piédestal m'agacent. Aux États-Unis, on parle d'égal à égal avec les PDG et les prix Nobel. En France, trop de cercles restent impénétrables sans introduction formelle préalable. »

__

TIMELINE

  • Décembre 1987 Naissance à Lyon.
  • Janvier 2011 Cofonde et préside la communauté Hello Tomorrow Challenge.
  • Janvier 2011 Lance le réseau Science, Innovation & Entrepreneurship Network.
  • Mars 2014 Vice-président d'Osons La France.
  • Mai 2014 Fonde PhageX, à Paris.
  • Novembre 2014 Soutient sa thèse en biologie synthétique réalisée au MIT et à l'Inria.
  • 2017 Lance ses premiers essais cliniques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2015 à 9:08 :
il y a des hommes toucher par la grace de dieu;
a écrit le 22/04/2015 à 16:34 :
Des Xavier Duportet, on en a des milliers en France qui vont renouveler notre patronat vieillissant et sclérosé. En France, les incubateurs de startups fonctionnent a plein régime, les fonds des business angels sont de plus en plus importants. Même les constructeurs automobiles relèvent la tète.
La France va enfin rebondir après 15 ans de léthargie et de régression industrielle.
a écrit le 22/04/2015 à 13:01 :
Voilà un homme FORMIDABLE !!!!!! La France se cherche des héros? Il s'épanouit aux USA et pas en terre socialiste. C'est le seul point marquant. Pour le reste on verra.....
a écrit le 22/04/2015 à 11:54 :
Pas très sympa de la part de ce Monsieur de ne faire valoir que sa formation au MIT...il n'est pas arrivé au MIT par hasard.. On dirait qu'il ne souhaite pas faire valoir ses années de formation en France. On a du lui dire que cela ne servait à rien pour lever des fonds auprès d'investisseurs américains. Bonne chance quand même.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :