La Tribune

Diedrich Coffee, what else ?

(Crédits : Gael Vautrin)
Gaël Vautrin  |   -  268  mots
Une pépite en forme de grain de café. Sans George Clooney pour en faire la promotion.

Le marché c'est un peu comme les brocantes, il faut savoir chiner. Et au détour d'un indice, loin des sentier battus d'un S&P500, d'un Dow Jones ou d'un Nasdaq, il se peut que l'on trouve LA pépite boursière à même de faire pâlir d'envie un gérant en mal de performance. Sur le marché américain la pépite serait plus en l'occurrence un grain de café puisqu'il s'agit de Diedrich Coffee. Une entreprise qui s'apparente à Nespresso mais sans les machines à expresso et bien entendu sans George Clooney pour en faire la promotion. En clair, Diedrich Coffe fabrique des dosettes.

Son cours de bourse parle de lui-même. Depuis le début de l'année, l'action s'est envolée d'un peu plus de 9200 % ! Rien de moins que cela. Le spectaculaire rebond des marchés n'explique pas à lui seul ce mouvement. L'indice Russell 3000 auquel appartient Diedrich Coffee s'est repris de « seulement » 65 % depuis son plus bas. En outre, la performance du torréfacteur est à mille lieues de la deuxième plus forte hausse de l'indice à savoir Vanda Pharmaceuticals qui ne s'adjuge QUE 1.980 % depuis le début de l'année.

La vérité est ailleurs. En réalité, Diedrich fait l'objet d'une offre d'achat. Au dernier pointage, Green Mountain Coffee tiendrait la corde puisque son offre de 265 millions de dollars en cash (relevée avant-hier) serait supérieure à celle de Peet's Coffee and Tea qui n'offre que 251 millions de dollars ... en cash et en actions. De quoi donc faire bouillir le cours de Diedrich. Au moins cette fois, le café bouillu, ne sera pas foutu.

Réagir