La Tribune

Merkel : "la Commission européenne s'apparentera de plus en plus à un gouvernement"

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr avec Reuters  |   -  511  mots
La chancelière allemande Angela Merkel a rejeté mercredi les appels à une augmentation de la capacité des fonds de secours de la zone euro, estimant que la clef pour rassurer les marchés était de mettre en place des politiques gouvernementales qui inspirent confiance. "Nous devons être prêts à oser plus d'Europe", a-t-elle également déclaré.

Elle a également déclaré qu'une plus grande intégration européenne finirait par apporter une solution à la crise de la dette de la zone euro.

"Nous devons être prêts à oser plus d'Europe", a estimé Angela Merkel lors du discours d'ouverture du Forum économique mondial de Davos.

A cette occasion, elle s'est interrogée sur la logique des arguments de ceux - certains intervenants de marché, des responsables politiques, le Fonds monétaire international (FMI) - qui pressent Berlin de mettre davantage sur la table, sans pour autant exclure une telle éventualité.

Au cours de la semaine, Christine Lagarde, directrice générale du FMI a suggéré que les fonds d'urgence à disposition de la zone euro puissent être doublées - pour atteindre mille milliards d'euros - en combinant les ressources du Fonds européen de stabilité financière (FESF), temporaire, et celles du Mécanisme européen de stabilité (MES), appelé à le remplacer de manière permanente cet été.

"Maintenant ils disent (...) : 'Il faut doubler la capacité. S'il était deux fois plus gros, nous vous ferions confiance'", a dit Angela Merkel.

"Certains disent: 'Il faudrait même qu'il soit trois fois plus gros, et là nous vous ferions vraiment confiance'. Et je me demande à chaque fois pour combien de temps ceci est crédible et quand cela cesse de l'être."

"Ce que nous ne voulons pas (en Allemagne) c'est une situation dans laquelle nous promettons quelque chose que nous ne pouvons pas tenir au final, parce que si l'Allemagne (...) promet quelque chose qu'elle ne peut pas tenir si les marchés l'attaquent fortement, alors l'Europe sera vraiment vulnérable", a-t-elle ajouté.

UNE UE PLUS FÉDÉRALE

Des responsables européens ont déclaré que Berlin devrait accepter en mars de laisser l'actuel FESF, qui a encore 250 milliards de fonds disponibles, et le futur MES, doté de 500 milliards d'euros, fonctionner en parallèle.

Angela Merkel n'a pas commenté cette possibilité, soulignant que l'Europe devait regagner la confiance des marchés en mettant en oeuvre de manière plus rigoureuse les règles budgétaires et en appliquant des réformes susceptibles de rendre son économie plus compétitive.

Selon elle, l'Europe a déjà perdu une bonne partie de la confiance des investisseurs.

"La confiance a été perdue parce que quelqu'un a dit: 'Ils ont promis quelque chose qu'ils n'ont pas fait par la suite'", a souligné la chancelière allemande.

"La confiance est la monnaie la plus importante qu'on puisse avoir dans le monde en ce moment."

Angela Merkel s'est dit convaincue que la zone euro allait surmonter la crise de la dette qui la plombe depuis deux ans et que la région allait à nouveau attirer des investissements.

Elle a exposé sa vision à long terme d'une Union européenne plus fédérale, dans laquelle elle voit la plupart des Etats membres adopter l'euro.

"Nous devrons nous habituer au fait que la Commission européenne, qui a déjà beaucoup de compétences, s'apparentera de plus en plus à un gouvernement", a encore dit Angela Merkel.

Réagir

Commentaires

relais des lobbies anglo-saxons  a écrit le 27/01/2012 à 22:54 :

Je rappelle que la commission européenne atlantiste (dirigée par Barroso) non élue par les peuples européens n'est que le relais des lobbies anglo-saxons.

Ténor du Non, Philippe Seguin avait tout dit dans son mémorable et toujours actuel discours sur la France, prononcé à l?Assemblée Nationale :
« Monsieur le Président, Madame, Messieurs les premiers ministres, mes chers collègues,
que l on ne s?y trompe pas la logique du processus d engrenage économique et politique mis au point à Maastricht est celle d un fédéralisme au rabais, fondamentalement antidémocratique, faussement libéral et résolument technocratique.
L?Europe qu?on nous propose n est ni libre, ni juste, ni efficace.
Elle enterre la conception de la souveraineté nationale et les grands principes issus de la révolution : 1992 est littéralement l anti-1789. Beau cadeau d anniversaire que lui font, pour ses 200 ans, les pharisiens de cette République qu ils encensent dans leurs discours et risquent de ruiner par leurs actes .»

Jean Yves Braud  a écrit le 27/01/2012 à 10:42 :

Oui Madame Angela MERKEL,

la crise de l'Union Européenne passe avant tout par la croissance des économies les plus fortes de l'Union et une volonté commune de conserver l'Euro, qui est une très bonne monnaie, garante d'un niveau économique, financier et monétaire sûrs de cette Union Européenne.
Avec tous respect les plus courtois et distingués.

Jean Yves Braud

Popeye  a écrit le 27/01/2012 à 2:51 :

Dans un rapport de cette semaine, l'OIT, soutient que le modèle de croissance allemand est l?une des principales causes à la crise actuelle de la zone euro. Une thèse à contre-courant du discours dominant qui présente l?Allemagne comme la locomotive européenne et le modèle à suivre.

Le rapport de l?OIT établit ainsi un lien direct de causalité entre la grande réforme du marché du travail allemand entrepris en 2003 par le gouvernement de Gerhard Schröder et la situation économique actuelle dans la zone euro. En réduisant les allocations chômage, les prestations sociales et en simplifiant la réglementation du marché du travail, l?Allemagne voulait "regagner en compétitivité après des années de vache maigre dues au coût de la réunification?.

Conséquence de cette politique : les entreprises allemandes ont recommencé à exporter et la croissance a marqué son grand retour en Allemagne. ?Mais cette croissance par les exportations s?est fait au détriment des autres pays européens?, analyse Till van Treeck. Avec des salaires qui n?ont quasiment pas augmenté depuis le début des années 2000, la consommation intérieure allemande ressemble à une morne plaine qui prive les exportateurs des autres pays européens d?un débouché vital.

l?Allemagne a longtemps adopté une stratégie non-coopérative en matière économique?. Une manière polie de dire que Berlin a adopté une attitude égoïste qui symbolise cet autre problème européen qui est le manque de solidarité entre les pays de la zone euro

Voila de quoi faire un peu reflechir les admirateurs bea du modele allemand.

Dédé35  a écrit le 26/01/2012 à 18:57 :

Progresser vers plus de fédéralisme suppose une démocratisation de l'Europe: comment les européens vont-ils participer aux décisions à la place des technocrates cooptés actuellement. Ce n'est pas l'exemple de Sarkozy ou de quelques autres autocrates qui peut me rassurer.

Europa  a répondu le 27/01/2012 à 1:41:

Les parlementaires européens sont élus et votent également. Est-ce que vous votez aux européennes ???

cochonou le prophète  a écrit le 26/01/2012 à 17:48 :

Angela présidente!!!!

En route vers la dictature !  a écrit le 26/01/2012 à 17:14 :

La Commission Européenne a un bilan effroyable. Et pour l'en récompenser, voila que la Dirigeante allemande voudrait la promouvoir au rang de gouvernement. Rôle qu'elle joue de plus en plus et depuis longtemps en sous mains. Mais cette commission, qui l'élit ? à qui rend-elle des comptes ? qui peut la renverser si elle est corrompue ?
Nos élites ayant échoué, elles décident donc de confisquer le trésor le plus précieux des Européens : la Démocratie. Ces épisodes de dirigeants en situation d'échec et s'accaparant les pouvoirs pour ne pas en être sanctionnés remplissent les livres d'Histoire : ça se finit toujours très mal.

Question  a répondu le 27/01/2012 à 1:39:

Votez vous au moins aux élections européennes ??

Jocassa  a écrit le 26/01/2012 à 15:52 :

En gros une vision radicalement opposée à celle développée à Toulon par Sarkozy, qui prétend donner la priorité à l'intergouvernemental. A part ça, la "locomotive franco-allemande" fonctionne à merveille, avec les roues droites et les roues gauches à 90°!

Tout ça va exploser! Les courbes du chômage en Allemagne et en France sont divergentes depuis 2008, l'Allemagne est en train de tuer ses partenaires de la zone euro. Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, disait Nietsche, mais là l'euro ne nous rend pas plus fort et il va nous tuer.

sp  a répondu le 26/01/2012 à 20:37:

Nietzsche !
Le diable est dans le détail !

Jean-Christophe Destailleur  a écrit le 26/01/2012 à 15:48 :

Il est en effet bon de rappeler que sans fédéralisme, point de salut :

L'euro est un outil magnifique, mais sans gouvernance, ni convergence, cela ne peut pas fonctionner. Le fédéralisme et la discipline budgétaire ainsi sont les seules solutions.

Toto  a écrit le 26/01/2012 à 13:48 :

Elle a raison!

Mon cul  a répondu le 26/01/2012 à 15:52:

En quoi Madame Merkel a raison, que les Etats européens fassent le ménage dans leur comptes publics, qu'ils gagnent en efficacité c'est en cours. Mais pour le reste, Madame Merkel est à côté de la plaque, primo il faut des frontières et des droits de douanes, deuxio, l'obligation pour tous les groupes européens d'investir majoritairement en Europe, tercio les groupes paient 15 à 25% d'impôts sur leur résultat opérationnel et ça ils le paient en Europe, quatrièmement 0 concurrence déloyale en matière de fiscalité des personnes physiques ou des sociétés en Europe, cinquièmement, protéger toutes les secteurs stratégiques pour l'Europe aussi bien de la concurrence déloyale (monétaire, sociale ou environnementale) que du pillage et de l'espionnage technologique, sixièmement investir massivement dans la formation des gens via les entreprises, septièmement s'engager à ramener le taux de chomâge réel à moins de 5% de la population en age de travailler et dans une deuxième étape à moins de 3%, je signale à ce sujet que le taux de chômage en France au début des années 70 était de cet ordre là 3%;

sp  a répondu le 26/01/2012 à 20:40:

S'adapter au monde réel, c'est déloyal ? Pourquoi ?

Lumeare  a répondu le 26/01/2012 à 23:16:

Le protectionnisme n'apporte rien de bon, ce n'est en aucun cas une solution, ça serait davantage un problème. En effet la crise de 1929 fut en grande partie réalisée à cause de mesures protectionnistes.
Il est donc clair que ce n'est pas une solution...

Arrêtons d'être manichéens  a répondu le 27/01/2012 à 9:52:

il faut faire attention à ce qu'on dit et pense, les américains sont protectionnistes (combien d'Airbus sont achetés par leurs compagnies aériennes, idem pour l'armement, idem pour l'informatique, idem pour la pharmacie sur certains segments de marché....), les chinois sont protectionnistes, et nous on n'a pas à ouvrir les portes et les fenêtres en grand. Donc tout ça ce négocie, secteur par secteur, produit par produit, il faut un peu de subtilité et de concret, donc le contraire d'une approche technocratique. D'ailleurs les américains viennent de voter une loi prévoyant de taxer les produits entrant qui feraient l'objet d'un dumping monétaire, donc on doit faire pareil.

Européenne  a écrit le 26/01/2012 à 13:42 :

J'en ai assez de toute cette germanophobie étalée dans pas mal de posts. Il faut arrêter les délires type nouveau Reich allemand et autres. L'Allemagne, l'Allemagne, mais c'est qui d'abord l'Allemagne? Si vous voulez être pris au sérieux sortez des stéréotypes qui rendent aveugles. Il y a un excellent supplément "Europa" dans Le Monde ainsi que dans 5 grands autres quotidients européens. Avec une interview d'Angie, entre autre, sur sa vision de l'avenir de l'Europe, amis d'autres personalités s'expriment également europhiles ou eurosceptiques. Pour ne pas regarder que par le bout de sa lorgnette. Ca ferait du bien à plus d'un.

Passe passe  a écrit le 26/01/2012 à 13:34 :

C'est rigolo ça dès qu'on aligne le PS ou Merkel, et hop là le commentaire ou bien il n'est pas publié ou l'article concerné est viré de la Une.

nNon Madame Merkel  a écrit le 26/01/2012 à 13:01 :

Soumettez donc votre projet à référendum, nos économies ont été laminées par une ouverture excessive de nos frontières aussi bien aux émergents asiatiques ou autres qu'aux intérêts US avec une parité de change totalement débile. Donc votre conception de l'Europe n'est pas crédible, nous ne voulons pas d'une Europe technocratique qui a failli, ni d'un parlement trop influençable et trop influencés par les lobbies de l'hyper finance et des OGM entra autres.

Economiste  a répondu le 26/01/2012 à 14:11:

C'est au contraire Merkel qui a une vision objective car si c'était l'euro qui a enlisé la zone euro pourquoi l'Angleterre se porte-t-elle plus mal ? Et pourquoi le Japon et les Etats-Unis sont-ils en mauvaise situation aussi ??? Il faut plus d'Europe et elle n'a rien de technocratique quand les politiques ne la prennent pas pour le bouc émissaire de leurs intérêts et errances. L'Europe est certes compliquée de part ses cultures, histoire et langues mais pas plus que çà au plan économique s'il y a plus d'intégration et d'harmonisation de même que de contrôle comme pour toute grande zone. Les Etats-Unis ce n'était pas rien non plus à réaliser, pour mémoire çà a coûté de nombreuses vies pour ce qui les concerne. A chaque citoyen européen également de s'intéresser à l'Europe et de voter. La Chine n'est pas plus simple à gérer. C'est en marche avant toute qu'il faut aller, donc plus d'Europe car cette crise est une opportunité, et non pas en marche arrière comme le proposent des programmes démagogiques et populistes tel celui du clan le Pen en France ou tel qu'en Hongrie dont l'histoire nous montre qu'ils optent toujours pour une marche arrière pour tenter de prendre le pouvoir et de faire croire que le retour au passé est meilleur alors que le présent est tellement différent que les conditions d'un retour seraient également très différentes et çà se termine toujours plus mal que prévu.

La crise va laisser des traces en effet  a répondu le 26/01/2012 à 14:29:

Quand les multinationales européennes (les grosses et les moins grosses) pourront justifier qu'elles investissent au moins la moitié de tous leurs programmes mondiaux en Europe, qu'elles paient un taux d'impôt au minimum de 15 à 20% sur leur résultat opérationnel (qu'elles paient en Europe bien entendu), que leurs investissements sont des investissements industriels, de R&D et pas de la croissance externe (c'est à dire le fait de bouffer plus petit que soi ou plus mal en point, pour licencier et verrouiller les marchés), qu'elles financent les universités et la recherche fondamentale sans qu'elles en est un intérêt immédiat, qu'elles recrutent des jeunes, qu'elles les qualifient, qu'elles ne jettent pas les plus de 45 ans dehors...quand tout ça Madame Merkel sera consigné écrit et beaucoup d'autre chose comme l'engagement que le taux de chômage en Europe ne sera pas supérieur à 5% et que l'objectif est de le ramener à moins de 3%, eh bien ma foi, oui les gens pourront accorder leur confiance à l'Europe pas avant.

Economiste  a répondu le 26/01/2012 à 15:11:

Votre système ne marcherait pas car une entreprise doit vivre et s'adapter continuellement donc là on dépasse le cadre de l'Europe ou de tout autre pays. Comment imposer à une entreprise la moitié de tous ses programmes mondiaux dans une zone alors que son secteur d'activité fluctue en permanence : par exemple vous êtes spécialisé dans les téléviseurs et le marché européen des téléviseurs est saturé. Donc si vos concurrents n'ont pas la même contrainte, ce qui serait impossible au plan mondial voire absurde alors ou votre entreprise doit changer de métier ou elle doit attendre des années que le marché des téléviseurs redevienne porteur, s'il le redevient... Je fais court mais il faut une liberté de manoeuvre aux entreprises et créer les conditions d'attractivité et d'innovation en Europe, ce qui est déjà le cas la plupart du temps. Et c'est aussi un facteur favorable à l'innovation etc. Par contre le cas de Renault qui fait fabriquer en Europe de l'Est est intéressant et souligne qu'il y a un correctif à faire d'autant qu'il a bénéficié des primes à la casse. Et bien d'autres correctifs sont à faire mais une entreprise n'a pas vocation à financer des Etats au dela des avantages qu'elle percoît sinon elle ne tiendrait pas longtemps face à la concurrence qui est très forte dans la plupart des cas.

Bernie  a écrit le 26/01/2012 à 12:51 :

Les allemennds n'ont pas reussi par les armes .... ils essaient maintenant par l'economie. En route pour un nouveau "Reich" ?

Mort de rire !  a répondu le 26/01/2012 à 14:15:

Ben voyons ils font ce qu'ils veulent et malgré toutes les règles dont beaucoup mises en place par la France nous laissons faire comme en 40 !! En 2007 ils avaient plus de chomâge et un déficit plus élevé que le nôtre alors qui sont les paresseux qui accusent les autres au lieu de se regarder objectivement dans un mirroir !!!

sp  a répondu le 26/01/2012 à 20:53:

Les Allemands (!), ils ont les mêmes soucis que les Français !
On ne les entend pourtant rarement dire que c'est à cause des autres !
( Depuis plus de 50 ans, ils sont payeurs nets pour l'Europe ! )
Sauf, s'il faut encore transférer n-milliards pour la Grèce, le Portugal et bien d'autres !
Pardon aux Grecs, au Portugais etc ( mais merde, voyez vos chefs et posez la question ce qu'ils ont fait pour adapter le pays au monde de 2012 ! )

sp  a répondu le 26/01/2012 à 21:03:

"Allemands", "économie","notre","miroir"...
Avant de répandre votre savoir économique et politique vérifiez un minimum ( des fautes, cela arrive à tout le monde ) votre orthographe. Sinon, où est votre crédibilité
(cela commence par les détails ).

Un regard  a écrit le 26/01/2012 à 12:18 :

Après avoir demandé l'avis des peuples Mme Merkel... la démocratie s'est un peu pénible...ça ne va pas assez vite comme s'en plaigne les marchés financiers. Allez une bonne dictature et tout repart

babar  a écrit le 26/01/2012 à 12:03 :

Plus on propose des solutions idiotes aux français comme la création d une Europe fédérale qui ressemblera davantage à un nouveau reich allemand est plus ils sontContents! Les imbéciles !

JPD  a écrit le 26/01/2012 à 11:21 :

A l'heure actuelle, Merkel ne peut éluder les mesures de son auto-proclamé engagement européen: elle ne peut rester dans les discours mais il lui faut passer aux propositions et l'urgence est la sauvegarde de la croissance, sinon les ctoyens de l'eurozone, tourneront le dos à des discours bien théoriques. Un peu d'action Mme la Chancelière!Et ne pensez pas d'abord en allemand!

cloclo  a écrit le 26/01/2012 à 11:08 :

qu'est ce qui est pire pour nous?l'oligarchie nationale ou l'oligarchie européenne?

pmxr  a écrit le 26/01/2012 à 10:43 :

"UNE UE PLUS FÉDÉRALE" .... enfin !!!!!!!!!!!!!!!

HISTOIRE QUE LES PAYS NE SE PLUS BOTTER LES FESSES PAR LES AGENCES DE NOTATION !

Réaliste  a répondu le 26/01/2012 à 12:15:

Ah, bon ? Et le FESF dégradé avant même qu'il ne commence à fonctionner, c'est quoi ? C'est pas un fonds européen, ça ?
Que ce soit les Etats qui s'endettent ou le FESF, MES, c'est simplement ajouter de la dette à de la dette. Quand on est surendetté, ce n'est pas en s'endettant encore qu'on peut s'en sortir.
Il faut répudier les dettes, il n'y a que cette solution, sinon, ce sera la récession pour de longues années.

Objectivité  a répondu le 26/01/2012 à 14:37:

Réaliste vous avez rien compris. Pour faire simple : la première étape c'est baisse de l'euro (en cours) et par ailleurs plus d'harmonisations et d'intégration (çà commence mais encore beaucoup à faire, normal vus les pays en Europe) et ensuite la BCE prend le relai, au même titre que les banques centrales Japon, Fed etc. Il est évident que l'on ne peut pas financer si chaque pays fait n'importe quoi. Donc il y a une ordre des choses et il faut du temps (regarder le cas des impôts grecs etc). Merkel n'a pas menti sur ce sujet. Ce n'est pas une domination allemande comme les opportunistes du clan le Pen veulent faire croire pour prendre le pouvoir qu'ils attendent depuis un demi siècle mais une planification tout à fait logique et l'on ne voit pas ce que l'on y perd car notre défaillance est surtout venue d'avoir trop opté pour des sociétés de services et de n'avoir pas assez favorisé les PME mais les grands groupes, donc erreur stratégique alors que nous avions une situations en 2007 meilleure que l'Allemagne. Une sortie de l'euro telle que proposée par le clan de milliardaires le Pen dans un pays très endetté et dont le tissu industriel est très limité serait une catastrophe compréhensible par un gamin de 12 ans. Réponse à cela de Jean Marie le Pen sur Public Sénat ces jours-ci : "les français ont de l'épargne donc nous les solliciterons" !!! Au moins l'âge aidant il a été franc (sans jeu de mots !) et c'est ce que m'évertue à expliquer. Les programmes ump ps sont clientélistes mais le programme le Pen l'est aussi et est opportuniste démagogique et populiste, c'est sans doute le pire. Bayrou qui avait vu juste depuis 2002 et plus réaliste (sans jeu de mot avec votre pseudo non plus !)

Terry31  a répondu le 26/01/2012 à 19:03:

C'est plutôt vous, Mr Objectivité qui n'avait rien compris. La dette, ça se résorbe de deux façons, soit on la monétise, soit on fait payer le contribuable. On peut déjà voir un peu partout en Europe la deuxième "solution" à l'oeuvre : les pays qui imposent l'austérité sont en récession.
La première solution n'est pas mieux : faire tourner la planche à billets ne crée pas de la richesse, sinon, ça se saurait.
Troisième solution, celle dont on ne veut surtout pas parler pour ne pas "faire fuir les investisseurs" : le défaut. Sauf qu'on y vient au défaut, à commencer par la Grèce qui en train de renégocier, une fois de plus une décote (de 20%, on est passé à 50% et maintenant on demande un "sacrifice" aux banquiers de 65 à 70%). Et puis, qu'est-ce que vient faire Le Pen là dedans ?

Objectivité  a répondu le 27/01/2012 à 1:21:

Je persiste Terry31, vous n'avez donc pas suivi l'actualité des différents pays et de la zone euro. Il y a un ordre des choses tel que précité. Et en cours des plans de relance (voir réunion de lundi par exemple). Vous oubliez donc l'aspect relance et l'Europe a des atouts loins d'être négligeables, de même que ses entreprises et elle n'agit pas seule dans le monde. Cà prend toutefois toujours quelques années. Certains programmes dont celui du clan le Pen voudrait l'enterrer un peu vite d'où mon allusion à ce programme inadapté et opportuniste. Les plans en cours en Europe sont cohérents même s'il faut encore aller plus loin. Il n'y a évidemment pas que le contribuable qui paie. Vous raisonnez comme si l'Europe toute entière était définitivement perdue et comme s'il n'y aura jamais aucune reprise ni adaptations. Des crises il y en a eu avant et elles ont toujours eu une fin. Celle là n'est pas forcément la pire. Il faut regarder tous les signaux pas seulement ceux qui sont dans le rouge et tout n'est pas négatif.

Démosthène  a écrit le 26/01/2012 à 9:53 :

Dans la construction de l'Europe on a toujours eu tendance à mettre la charrue devant les boeufs. Cela a parfois été nécessaire, et c'est le cas de l'euro. Mais celà ne peut perdurer et il faut rapidement en revenir aux fondamentaux. Les fondamentaux c'est la bonne gouvernance de l'Europe. En ce sens Angela Merkel a parfaitement raison. Ceci dit il faut savoir raison garder et quand il y a le feu à la maison la seule urgence est d'envoyer l'eau.

Yoh  a répondu le 26/01/2012 à 12:14:

"quand il y a le feu à la maison la seule urgence est d'envoyer l'eau." Non, la seule urgence est de sortir de la maison en feu ! Il faut sortir de l'euro(pe) !

laleu  a écrit le 26/01/2012 à 9:38 :

Bonjour
Il est evident que la principale preocupation de nos gouvernants actuels est d?essayer par tous les moyens d?obtenir de la stabilite politico economique et financiere meme si pour cela ils doivent bafouer la democratie et ils vont y arriver car bizarrement tout le monde s?en fout
Exemple en France : on va voter dans 80 jours ?pour punir sarko on va voter pour hollande
Ou un autre !!! et c?est exactement la meme chose les memes programmes les memes idees
Ils nous bassinent tous avec leurs grandes idees soit disant « sociales » et on se fait entuber a chaque fois ex : le prix du carburant suivant le prix du baril du petrole et de l?euro il ne devrait pas depasser 1.2 pour le 95 mais on nous explique a grand renforts d?arguments debiles que la trop grande activite sexuelle des cloportes sur l?ile de sein fait grimper les prix
Autre ex : quand le prix de la tonne du ble et des autres cereales a augmente on s?est empresse de faire grimper les prix depuis le prix des cereales a baisse mais pas le pain !!!
La tva dite sociale pourrait etre interressante mais en France au lieu d?aider elle va servir a augmenter les chiffres d?affaire et les benefices donc les actionnaires et les banquiers mais surtout pas le peuple
Aujourd?hui une entreprise qui fait 20 000 euros de benef dans une annee doit en faire 40 000 l?annee suivante si elle n?en fait que 20 000 elle est en deficit (ce qui est totalement faux)
On nous abreuve d?arguments debiles pour nous expliquer qu?on doit payer pour la crise et nous
Francais on galoppe vers l?echaffaud en souriant comme des cons
Alors aujourd?hui je dis que j?en ais raz le bol ; je suis contre la violence, mais je crois que malheureusement si le peuple francais et europeen ne se reveille ; pas les moutons que nous sommes seront juste bons pour l?abbatoir

fédéraliste  a écrit le 26/01/2012 à 9:00 :

Kissinger en son temps, n'avait il pas demandé " l'Europe donnez moi un n° de téléphone" nous en sommes à nous étriper entre nous, pour faire ce qui aurait dû être fait déjà, c'est à dire une Europe Fédérale, nous avons l'exemple des Etats Unis, nous n'avons rien à inventer de nouveau, après, bien sûr il sera possible de l'améliorer, qu'on se le dise!!!!!!

moutarde  a répondu le 26/01/2012 à 13:05:

federaliste :allez donc voir si les différents états payent les dettes d'un autre état ? Non , chaque état gére ses rentrées et ses dépenses ;ce qu'il y a de commun c'est dépenses pour l'armée .

@ Moutarde  a répondu le 26/01/2012 à 14:47:

Ce n'est pas exact Moutarde si par exemple la Californie est en faillite c'est au final le gouvernement fédéral et en l'espèce les autres Etats qui viendront en aide et pas avec des taux démesurés. Regardez ce qui s'est passé quand par ailleurs telle ou telle entreprise de tel Etat était en grande difficultée. En Europe la France n'intervient pas dans un tel cas pour une entreprise allemande ou grecque par exemple.

@ Moutarde  a répondu le 26/01/2012 à 14:48:

Ce n'est pas exact Moutarde si par exemple la Californie est en faillite c'est au final le gouvernement fédéral et en l'espèce les autres Etats qui viendront en aide et pas avec des taux démesurés. Regardez ce qui s'est passé quand par ailleurs telle ou telle entreprise de tel Etat était en grande difficultée. En Europe la France n'intervient pas pour une entreprise allemande ou grecque par exemple.

Hanzo  a écrit le 26/01/2012 à 8:42 :

Normal et il est préférable que la gestion soit faite par des personnes raisonnables qui ont fait leur preuve dans leur propre pays. Comment la France a -t-elle pu tomber si bas ? C'est une énigme ?

Germania  a écrit le 26/01/2012 à 8:12 :

L'Europe fédérale est LA seule solution viable pour confronter le monde qui nous entoure. L'Allemagne puissante est de retour est c'est une très bonne chose. Espérons simplement que les arrogants frenchy soit moins stupides qu'en 1870 !

furtif  a écrit le 26/01/2012 à 5:48 :

Danger! Une régression de l?Europe politique, le parlement européen mis entre parenthèses par les principaux dirigeants nationaux. Il est temps que Mr.Martin Schulz fasse entendre sa voix.

Bastien  a écrit le 26/01/2012 à 5:04 :

La commission européenne est nommée et non pas élue, ce qui lui ôte toute légitimité démocratique. Cette Union européenne, je n'en veux pas.

Bye souveraineté nationale  a répondu le 26/01/2012 à 5:54:

Faites le savoir lors de vos votes en 2012 (presidentielle et legislatives). Adieu souveraineté nationale

bertrand  a répondu le 26/01/2012 à 6:24:

ce serait une bonne nouvelle, mais bien sûr les français n'en voudront pas : pour eux, légitimité démocratique veut tout simplement dire dépenser plus, emprunter plus, distribuer plus, imposer plus et surtout NE RIEN FOUTRE, parce que là, les allemands sont nettement plus performants que nous !!
francefra@aol.com

Realite amere  a répondu le 26/01/2012 à 7:40:

C'est sur l'Europe est connue pour sa rigueur budgetaire, les aller retour entre Bruxelles et Strasbourg pour le parlement, les remunerations des deputes qui augmentent subitement de 1500 euros par mois (depuis mars 2011), l'UE est un modele d'ethique et de morale n'est ce pas ? Des technocrates a la solde des lobbys industriels et financiers

Perso  a répondu le 26/01/2012 à 8:47:

@bertrand : Il faut arrêter le délire ! Vous pouvez penser qu'on ne fout rien ok mais être assez idiot pour croire que la commission européenne bosse là je crois que vous avez besoin de vacances ! N'oubliez JAMAIS que la richesse est créé par le privé uniquement, un fonctionnaire coûte "il rend service", "il se lève" " travaille" mais est payé uniquement par de la richesse créé ailleurs ! Alors votre ESSR merci vous pouvez la garder.

Economiste  a écrit le 26/01/2012 à 4:11 :

Angela Merkel a parfaitement raison. Il faut plus d'intégration européenne. Les arguments contre l'Europe et la soi-disant absence de démocratie ne tiennent pas compte tenu des votes à différents échelons. Plus d'Europe implique plus de contrôles et ce n'est pas un problème en pratique. Le clan milliardaire par succession douteuse Le Pen se trompe de politique pour se faire élire, tout comme le gouvernement hongrois actuel qui ne roulent que pour leurs intérêts personnels bien compris.

TV Tcheque  a répondu le 26/01/2012 à 5:56:

La course de deputes europeens le vendredi matin pour signer les fiches de presence alors qu'ils ne vont a aucune reunion, ils rentrent chez eux des le vendredi matin ces deputes de pacotille mais sont prets a frauder pour encaisser 300 euros supplementaires sur un salaire de 10.000 euros par mois, salaire autoaugmente en Mars 2011 de 1500 euros par Mois ... Belle preuve d'ethique de la caste des technocrates europeens (toute tendance confondue : gauche, droite, verts ...)

TV allemande  a répondu le 26/01/2012 à 8:29:

Si les citoyens de l'UE allaient voter aux élections européennes, peut-être aurions-nous des députés plus convaincus et plus assidus, parce que plus "sous contrôle" des citoyens justement.
Mais à chaque fois taux d'abstention record. Cette élections n'intéresse personne. On a les politiques que l'on mérite.

Dirigeant  a répondu le 26/01/2012 à 12:05:

Qui dirige l'Europe ? Il y a 4 presidents de l'Europe, avec une usine a gaz pareil, c'est sur que l'Europe est vouée a disparaitre

Rose  a répondu le 26/01/2012 à 12:58:

De quels 4 présidents parlez-vous? à part le président de la commission, celui du conseil je ne vois pas de qui sont les autres. Il y a bien Martin Schulz élu récemment président du PE, mais tous les parlements nationaux ont également un président, mais le 4ème? Cela dit, il est vrai que l'UE gagnerai sur le plan institutionnel à introduire une séparation des pouvoirs.

Economiste  a répondu le 26/01/2012 à 13:46:

C'est bien sous entendu par TV Allemande qui a raison, l'Europe n'est pas présentée telle qu'elle devrait l'être par beaucoup de nos politiques nationaux qui s'en servent souvent comme bouc émissaire tout comme de l'euro, alors que la réalité est assez différente. Dans une situation qui n'est certes pas tout à fait aussi complexe les Etats-Unis avec leurs Etats aux histoires assez variées ont bien réussi leur intégration. L'Europe n'est pas tellement plus compliquée, c'est une question de vision, d'information, d'échanges etc de la part des citoyens et les technologies actuelles facilitent les choses. S'il n'y avait pas des intérêts personnels bien établis les choses pourraient changer. Le cas des députés qui viennent pointer est à traiter bien sûr mais dans les pays respectifs on trouve de même et pire et pas seulement là. N'oubliez pas non plus que beaucoup ont intérêt à ce que l'Europe reste divisée et seulement un marché. C'est également le cas dans plusieurs zones géorgraphiques du monde et notamment l'Afrique qui bien souvent aurait intérêt à plus d'intégration tout comme nous.

Economiste  a écrit le 26/01/2012 à 4:11 :

Angela Merkel a parfaitement raison. Il faut plus d'intégration européenne. Les arguments contre l'Europe et la soi-disant absence de démocratie ne tiennent pas compte tenu des votes à différents échelons. Plus d'Europe implique plus de contrôles et ce n'est pas un problème en pratique. Le clan milliardaire par succession douteuse Le Pen se trompe de politique pour se faire élire, tout comme le gouvernement hongrois actuel qui ne roulent que pour leurs intérêts personnels bien compris.

Phdz  a répondu le 26/01/2012 à 9:39:

Oui èvidemment, plus d'intégration europèenne Allemande... un peu comme le fut en son temps la BCE, l'intégration de l'EURO au MARK et non l'inverse bien évidemment !!

Economiste  a répondu le 26/01/2012 à 13:57:

Absolument pas. Les droits respectifs et votes des Etats vous en faites quoi ? De même c'est un français qui récemment encore était gouverneur de la BCE, pas un allemand et par ailleurs il n'était pas spécialement avantageux pour l'Allemagne d'avoir un euro fort selon les périodes (idem pour nous etc) donc un peu facile le raisonnement de dire que les allemands dirigent tout comme ils le souhaitent en Europe. La réalité plus approfondie est différente et ils ont aussi fait beaucoup de concessions. D'autant que tout dépend qui est au pouvoir en Allemagne à un instant t. Donc pas d'amalgames quand même. Les problèmes de la France viennent par exemple d'un choix à une époque vers des sociétés de services alors qu'il aurait été simple d'accompagner l'Allemagne dans le développement de pme dans les énergies renouvelables par exemple ce qui aurait démultiplié le secteur et permis d'abaisser plus rapidement le prix de l'énergie, mais on avait le lobby nucléaire etc. Il y a plein d'autres exemples de mauvais choix en France qui expliquent notre faiblesse actuelle. En 2007 la situation de la France était plus favorable en termes de chômage et d'endettement par exemple, d'où les remarques justifiées de Bayrou etc qui a vu juste, il faut lui reconnaître et c'est d'ailleurs encore le cas alors que les programmes clientélistes de l'ump au ps en passant par lePen nous enliseraient encore des années comme toujours.

Anderson  a écrit le 25/01/2012 à 23:47 :

Commission UE, polit bureau technocratique et non élu, s'occupant de fait du législatif, de l'exécutif, au service de lobbies corporate en particulier financier.. C'est du ... fascisme (au parfum financier) !
Problème, ça ne crée pas d'économie souple et dynamique.. Nos sociétés vont donc s'enfoncer dans un carcan totalitaire et improductif...
Et qu'on arrète de nous parler de "droits de lhomme et démocratie" svp
Nos élus nationaux auront des comptes à rendre.

cloclo  a répondu le 26/01/2012 à 11:07:

tout est ici bien dit!

La vigie  a répondu le 26/01/2012 à 12:19:

tout a fait d'accord

Veridique  a écrit le 25/01/2012 à 23:32 :

Les Le Pen avaient raison ...

Lepenis  a répondu le 26/01/2012 à 5:00:

Vous parlez du clan de milliardaires de Saint Cloud qui fait des propositions populistes intenables et dont l'unique objectif est de prendre le pouvoir pour les propres intérêts de leur parti et non ceux de la majorité des français dont ils se fichent bien ?

Reality check  a répondu le 26/01/2012 à 5:58:

Je prefere voir les interets des Francais chez les Francais plutot qu'entre les mains de ploutocrate europeens qui vivent dans leur paradis doré de Bruxelles, qui s'autoaugmentent leurs salaires de 1500 euros par mois (depuis mars 2011). ces technocrates n'ont aucune ethique ou morale, ce sont juste les executants des lobbys industriels et financiers

Janot  a répondu le 26/01/2012 à 6:49:

A Reality Check:
d'oû viennent ces intéressantes informations? Des poubelles? Ou des caniveaux. Ou de votre imagination? De toute façon, c'est la même source.

Grande nation?  a répondu le 26/01/2012 à 8:34:

@ Reality check: et qu'avez vous donc dis quand les députés Fraaancais ont voté comme un seul homme une augmentation confortable de leur revenus et de leur retraites il y a quelques années?

hades  a répondu le 26/01/2012 à 9:25:

s'ils sont milliardaires... pourquoi leurs propres interets ?? ils pourraient rester tranquilous chez eux . !

Démosthène  a répondu le 26/01/2012 à 9:57:

L'Europe est la plus belle chose qui nous soit arrivé après la 2èmer guerre mondiale. C'est une belle construction pour l'avenir. Certes elle a ses défauts, mais si on avait voulu la faire parfaite depuis le début, elle serait encore dans les limbesd. Alors il faut travailler à l'améliorer et la rendre plus forte. Merkel et Sarkozy jouent en ce sens. Quant à se regarder le nombril, ce que l'on remarque dans bien des commentaires, c'est stérile et contreproductif.

Persephone  a répondu le 26/01/2012 à 10:04:

Parce qu'à la richesse un peu de prestige ne nuirait pas? Parce que chez eux la politique c'est 1 business de famille? Et effectivement tout le monde a la mémoire courte: avez-vous oublié, entre autre, le procès pour captation d'héritage contre JM Le Pen, les histoires de trafics d'armes au moment de la guerre en Bosnie etc...? J'adore les personnes peu recommandables qui viennent prôner la probité aux autres.