Pourquoi François Hollande sera l'homme de Davos 2015

 |   |  1280  mots
(Crédits : DR)
Participation record avec plus de 2500 personnes en provenance de 140 pays, dont 40 chefs d'Etat et de gouvernement, 1500 représentants du monde de l'entreprise : la 45ème édition du forum économique mondial qui ouvre ce mercredi jusqu'à samedi à Davos, va se pencher sur les grandes tendances d'un monde qui change. François Hollande y intervient vendredi matin sur les défis du climat, dans un contexte bouleversé par les récents attentats terroristes en France, ce qui fera du président français, une fois n'est pas coutume, la vedette d'un Davos 2015 marqué par une forte hausse de la présence tricolore.

Chaque année, dans la petite station huppée des Grisons suisses, à 2h30 de Zurich, c'est le grand rush... Un long et parfois fatiguant voyage, pour ceux qui viennent de très loin, d'Asie ou d'Amérique, ramène à Davos plusieurs centaines d'hommes et de femmes (plus de 2500 cette année, un record), pour assister au World Economic Forum organisé depuis 1971 sous la houlette du maître de cérémonie, Klaus Schwab. Aujourd'hui âgé de presque 77 ans, l'ancien professeur de management et d'économie, genevois d'adoption, en est à son 45ème « forum », en anglais de Davos, la langue en usage ici, WEF pour « World Economic Forum ».

Le thème générique de cette année 2015 ne déroge pas à la règle du « globish » en usage chez les « Davos Men » : « The New Global Context », traduire : le nouvel environnement mondial, voilà donc tout un programme pour quatre jours de conférences qui iront de l'économie à la géopolitique en passant par les nouvelles technologies et le basculement dans l'ère digitale. On parlera cybersécurité, vie privée, robotique du futur et intelligence artificielle, avec la présence des principales stars du secteur tech, dont Jack Ma, le patron d'Alibaba récemment introduit à la bourse de New York, et côté Silicon Valley, les patrons de Facebook, Sheryl Sandberg, de Google, Eric Schmidt, de Yahoo, Marissa Mayer ou comme chaque année, mais pour parler de leur fondation, Bill Gates... et Mélinda bien sûr.

Mais cette année, la star du 45e forum économique de Davos (WEF), ce ne sera pas eux. Ce ne sera pas la chancelière allemande Angela Merkel, qui prononcera jeudi un discours sur la responsabilité à l'âge du numérique. Ni même le Premier ministre chinois, Li Keqiang, qui ouvrira le forum ce mercredi. Ce ne sera pas non plus Shimon Peres, l'ancien président d'Israël, qui intervient jeudi dans le contexte que l'on sait au Proche-Orient. Ce ne sera même pas John Kerry, le secrétaire d'Etat américain, lui-aussi présent, à la tête d'une délégation de près de 800 participants venant des Etats-Unis, soit la plus importante, parmi les 2500 personnes de 140 pays ayant fait le voyage, une audience record autant due au succès désormais mondial du forum de Davos qu'à l'extension de la capacité hôtelière.

Non, la vedette à Davos, cette année, ce sera bien le président de la République française, François Hollande qui y passera une journée vendredi pour non seulement défendre les enjeux d'un accord à la conférence de Paris sur le Climat, en décembre prochain, mais aussi pour porter les couleurs de la France meurtrie en début d'année par deux attentats terroristes qui ont bouleversé et sidéré le monde entier. Un président français, socialiste de surcroît, en vedette à Davos... C'est une vraie nouveauté: la France est généralement peu et mal représentée à Davos, en comparaison des autres grands pays. Le forum, considéré comme un club de riches et de puissants, décrié au début du siècle par les altermondialistes qui avaient même créé un sommet concurrent, à Porto Allegre au Brésil, a mauvaise presse dans la gauche française. Et à part les ministres de l'économie, la plupart des dirigeants politiques s'en tenaient éloignés pour que leurs électeurs ne leur reproche pas d'y être allé. Cette année, c'est différent : la présence de François Hollande, décidée bien avant les tragiques attentats de janvier, entouré de 3 ministres de premier plan (Michel Sapin pour l'Economie, Laurent Fabius pour les Affaires étrangères, qui présidera un diner officiel jeudi soir avec les représentants des entreprises françaises, et Ségolène Royal pour l'Environnement) a convaincu nombre de Français qui boudaient Davos et ses tarifs hors de prix, (surtout au cours actuel du franc suisse) de venir : ils sont 91 soit 30% de plus que l'an dernier, sans compter les représentants des médias.

François Hollande s'exprimera en français, tout comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy l'avait fait lors de sa venue en 2010 et 2011.Il profitera de l'occasion pour défendre aussi ses réformes alors que les 5 millions de Français qui ont défilé le 11 janvier dernier lui ont apporté une nouvelle légitimité qui déborde le cadre national et impressionne même l'homme de Davos. 2015 ne sera pas une année propice au traditionnel "French Bashing".

A l'occasion de la conférence de presse de présentation de l'édition 2015, mercredi 14 janvier au siège du World Economic Forum à Cologny, Klaus Schwab a évoqué les attaques terroristes en France. Ces attaques, mais aussi les conflits en cours à travers le monde doivent plus que jamais être pris en compte par les participants au sommet. «Ce que j'attends de ce meeting annuel ? Que nous comprenions le nouveau contexte, que nous vivons dans un monde nouveau, que nous comprenions les zones de conflit dans le monde pour reconsidérer les efforts, que nous réalisions des progrès pour relever les nouveaux challenges qui requièrent une forte coopération entre public et privé», a souligné le fondateur du Forum Economique mondial, qu'il a créé en 1971 avec le soutien de Raymond Barre, alors commissaire européen, pour créer une plateforme de dialogue sur les changements tectoniques du monde.

C'est l'intérêt majeur du forum de Davos. Dans cette station de ski perdue aux fins fonds des Grisons, facile à défendre par l'armée suisse, qui n'était connue que par les lecteurs de La montagne magique de l'écrivain allemand Thomas Mann, publié en 1924, les puissants de la planète se retrouvent chaque année en janvier en toute tranquillité. «Il nous faut plus que jamais prendre conscience que ce monde est en mouvement et que les mobilisations de Paris et du monde entier doivent être entendues par tous, a souligné Klaus Schwab. «les participants du Forum de Davos doivent comprendre que le monde change». Car l'année 2015 qui débute avec des tueries (en France, mais aussi en au Nigeria, au Moyen-Orient,...), s'annonce lourde d'enjeux : «2015 porte un nouveau contexte: comment le définir ? Nous vivons définitivement aujourd'hui dans un monde multipolaire, nous vivons une nouvelle révolution technologique, avec la révolution internet, de la robotique", explique Klaus Schwab. « 2015 est à la croisée des chemins : deux voies s'ouvrent à nous, celle de la désintégration, de la haine et du fondamentalisme, et celle de la solidarité » a-t-il souligné, rappelant que la vocation du Forum était de servir la communauté internationale en tant que « plateforme de coopération » entre représentants politiques et de la société civile.

La société connaît une période de bouleversements, explique aussi Klaus Schwab, dans une interview au magazine alémanique "Bilanz". "Le monde demeure troublé, les populations cherchent de nouvelles identités et de nouvelles forces sont libérées." Klaus Schwab y explique le choix du thème de l'édition 2015 à Davos. A ses yeux, les récents référendums d'autodétermination en Ecosse ou en Catalogne (à titre consultatif) en expriment le commencement. "Ces nouveaux développements politiques cohabitent avec la révolution technologique", relève Klaus Schwab. Selon lui, "le bouleversement actuel, au contraire de la machine à vapeur ou de l'automobile, ne modifie pas seulement ce que nous faisons, mais aussi ce que nous sommes. La jeune génération affiche déjà une autre compréhension de la sphère privée. L'identité individuelle et sociétale changera via la technologie", dit-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2015 à 0:33 :
Je note ici que le président Hollande est l'homme starde Davos, avec ses ministres de premier plan Segolene Royal et Laurent Fabius.... je souhaiterai aussi voir cette staratitude partages par les journaux étranger , aussi, ce serait bien, mieux que l'hymne cocorico. Sinon, Merci Charlie !
a écrit le 23/01/2015 à 6:39 :
Président des symboles, pas suffisant pour être qualifié de "bon"
a écrit le 22/01/2015 à 21:46 :
Heureusement que le President Holande redonne un peu de brio a notre nation abimèe par les années Sarkozy.
Réponse de le 24/01/2015 à 17:30 :
Quel brio? il n'y aurait pas eu les attentats du début de l'année, Hollande serait scotcher à 15%.Il gesticule, joue avec les médias profite de l'unité nationale, ses partisans prêts à dénoncer ceux qui voudrait briser cette union. Mais cela ne va pas durer, dans quelques jours les chiffres de pôle emploi vont ramener les Français dans la réalité, la réception du 1er tiers provisionnel va rappeler à ceux qui "bossent", le racket fiscal mis en oeuvre depuis 2 ans. Quant à la France abimée par les années Sarkozy, je rappellerai comme c'est écrit chez un confrère de LT, que la France pendant les années Sarkozy a fait mieux que le RU, les Pays bas, seul l'Allemagne a fait mieux que la France. Après la crise de 2008-2009, la France en 2010 et 2011 a eu respectivement 1.5% et 1.7% de croissance. Alors si cela peut être qualifié d'abimé, quel terme pour aujourd'hui décrire l'état de déliquescence de la France.
a écrit le 22/01/2015 à 12:28 :
ces sommets sont de grande messe ou tous parlent bien, mais une fois la messe finie , tous retourneNT chez eux est ne font// RIEN// EST POURTANT LE CLIMAT CONTINUE DE SE RECHAUFEZ???
a écrit le 21/01/2015 à 22:57 :
Ils feraient bien de tous flipper à Davos. Il ne voient pas le tsunami qui leur arrive dans la gueule. J'espère qu'ils savent nager au moins ...
a écrit le 21/01/2015 à 20:02 :
Que vient faire l ennemi autoproclame de la finance dans le sacro saint concil de la finance mondiale...? Moi je dis Il sera sacre comme pigeon de davos 2015. Vous savez quand on invite un c.. a diner :-D On lui dit qu il est important et que l on veut l ecouter, hehe
a écrit le 21/01/2015 à 18:57 :
Il va amener son scooter et son casque pour les soirées!
a écrit le 21/01/2015 à 18:44 :
Entre l'Homo sapiens et l'homme de neandertal, Francois Hollande, homo socialo davosien.
a écrit le 21/01/2015 à 18:07 :
quelqu'un lui a t'il dit que le réchauffement climatique n'était pas prouvé scientifiquement ?
a écrit le 21/01/2015 à 17:27 :
le charlot va faire la roue de la fortune et personne ne rigolera devant un clown triste casqué
a écrit le 21/01/2015 à 15:58 :
C'est parce qu'il est NUL !
Réponse de le 23/01/2015 à 7:40 :
Au moins une personne lucide et sensée!!non seulement il est nul mais surtout incompétent!!et en ce moment lui et son équipe de bras cassés ras le bol de les voir en permanence à la télé !
a écrit le 21/01/2015 à 13:03 :
Il serait souhaitable que Ségolène évoque la transition énergétique en suggérant de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
a écrit le 21/01/2015 à 12:01 :
Hollande "socialiste", il faut avoir peu de notions en économie pour dire ça !
a écrit le 21/01/2015 à 11:23 :
Navré, c'est de l'illusion inutile. Le 27 Janvier 2.010, le discours d'introduction fut remarquable et remarqué puisque repris sur des tréteaux électoraux en 2.012. Aujourd'hui, le rapport des forces demeure et l'on ne voit personne pour clarifier de l'alpha à l'oméga un taux d'Euribor négatif ; qui mettra en cause un échafaudage européen délétère ? Ne rêvons pas ; les cordons du porte monnaie sont verrouillés.
a écrit le 21/01/2015 à 11:21 :
Pourquoi François Hollande sera l'homme de Davos 2015 ?

Réponse

Parce que Hollande et Valls sont les porteurs des échecs de la France, de la culture du mensonge et des bavardages de la plus grande vacuité.
Réponse de le 21/01/2015 à 11:33 :
Et il ne manque que la contribution finale de Sarkozy pour achever l'œuvre
a écrit le 21/01/2015 à 10:41 :
C'est très français comme vision et évidemment ne correspond à la vision des choses, mais vu de France cela sied très bien à la population française.
Réponse de le 21/01/2015 à 11:07 :
Exactement
a écrit le 21/01/2015 à 10:04 :
Notre grand pourfendeur de la finance dans le temple du capitalisme ! On croit rêver.....
Réponse de le 21/01/2015 à 20:03 :
+1
a écrit le 21/01/2015 à 9:37 :
Michel Sapin est-il ministre de l'économie, comme le dit l'article ? Je croyais qu'il était ministre des Finances... Alors, est-ce que c'est Macron qui y va, pour l'économie, ou Sapin pour les Finances. Ce serait plus logique et plus porteur que ce soit Macron... Précisez, please....
Réponse de le 21/01/2015 à 15:53 :
Erreur des médias Michel Sapin est ministre des finances et des comptes publics...E Macron est ministre de l'Economie...Les médias ont parfois des difficultés à restituer les bonnes informations...
a écrit le 21/01/2015 à 9:29 :
*Petite station huppéE", à corriger
a écrit le 21/01/2015 à 9:22 :
vous avez raison avec le titre de votre article, ils avaient besoin d'un clown pour se marrer un peu.
Réponse de le 21/01/2015 à 9:38 :
Super, élégant, intelligent et fin....
Réponse de le 21/01/2015 à 11:08 :
Et révélateur de votre moi..........faut continuer, vous étes si spirituel.
Réponse de le 21/01/2015 à 18:56 :
Avec vous on reconnaît l'élégance d'un pur produit dit bobo de gauche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :