A Paris, on invente le Wikibuilding

 |   |  397  mots
Le possible Wikibuilding dans la Zac Massena contre le périphérique.
Le possible Wikibuilding dans la Zac Massena contre le périphérique. (Crédits : UFO)
Le « Wikibuilding » est né. Croisement de l’architecture en open source, des possibilités offertes par le bois et du travail en réseau de l’économie numérique, il fait partie des projets rendus à la Mairie pour « Réinventer Paris ».

Un terrain nu coincé le long du périphérique dans la Zac Masséna, à quelques minutes à pied de la Grande Bibliothèque et des futures 1000 startups de la Halle Freyssinet. C'est le lot M5A2 de la zone d'aménagement concerté (ZAC) qu'Anne Hidalgo a mis dans l'appel à projets « Réinventer Paris ». On peut y construire entre 8.000 à 11.000 m2 suivant les options. Et ce lieu un peu improbable, le dernier de Paris avant le périphérique, pourrait être le premier lieu de « Wiki Building ».

Comme avec un logiciel en open source, l'architecte et urban designer Alain Renk et le promoteur Paul Jarquin, proposent un bâtiment en open architecture où les futurs occupants, les financeurs, les architectes, les startups vont pouvoir intervenir et adapter l'immeuble aux usages, aux besoins ou, même aux expériences. Projet totalement innovant rendu possible par le matériau utilisé : le bois. La société Rei France s'est spécialisée dans les constructions en bois dans Paris. Un avantage écologique considérable, mais un surtout un matériau extrêmement adaptable et transformable, très rapide à  travailler et dont, habitants vont pouvoir suivre la préfabrication en usine dans l'Est de la France et modifier au fur et à mesure s'il le souhaite.

Tout est modulaire, modulable et évolutif

Le bâtiment sera construit en mode wiki, tous les plans et expérimentations étant en open source, chacun pourra y puiser et exploiter, améliorer ou expérimenter. Les bailleurs ou les assureurs pourront tester et expérimenter en e-santé par exemple avec les habitants, les commerçants également et 5% de la surface sera réservé à un living lab. Dès le chantier ce Wikibuilding devrait être un lieu d'expérimentation ouvert à l'école d'architecture de Paris Val de Seine contigu et, conçu en Open design pour intégrer des mises à jour permanentes.

Nul ne sait comment évolueront les usages des bâtiments, le Wikibuilding doit donc être modulable pour devenir en partie hôtel, lieu de travail, appartement, travail partagé, studio de prise de vue, de mode, lieux d'expérimentation, magasins, lieu de fêtes et show room éphémère, boite de nuit, restaurant, libraire et conciergerie. Le Wikibuilding est pour Paul Jarquin «la symbiose entre l'architecture et le pouvoir collaboratif de l'économie numérique». Mais cela va beaucoup dépendre des échanges et des expériences.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2016 à 18:35 :
En somme pour la planification, c'est de l'habitat participatif, avec un plan libre en plus. Un truc qui se fait depuis des années à Vienne, Berlin et Oslo, pour ne citer que ces villes.

http://www.habitatparticipatif.net/cest-koi-lhp/

Avec un petit document d'arte un plus pour un aperçu:

https://www.youtube.com/watch?v=TFMPr5pNzAw
a écrit le 21/02/2015 à 12:40 :
@La tribune
Pourquoi avoir supprimé les derniers commentaire ?
a écrit le 12/02/2015 à 21:11 :
Je cite ''Nul ne sait comment évolueront les usages des bâtiments, le Wikibuilding doit donc être modulable pour devenir en partie hôtel, lieu de travail, appartement, travail partagé, studio de prise de vue, de mode, lieux d'expérimentation, magasins, lieu de fêtes et show room éphémère, boite de nuit, restaurant, libraire et conciergerie.''

C'est bien connu que l'on peut bosser à côté d'un lieu de fête ou d'une boite de nuit. Ils ne savent même pas à quoi il servira en fait. C'est un ''bouzin''.

Ce projet fumeux, potentiellement un ''bazar'' fourre tout semble tout sauf... sérieux.

Quand à l'utilisation du bois pour des constructions en zone urbaine, de plusieurs étages chacun fait comme il veut mais à la revente c'est 30% de moins value et personnellement je n'y mettrai pas un cent. Si le comportement du bois au feu est dit étonnant il ne faut pas abuser, il se consume tout de même. Ce qui n'est pas le cas du tout des matériaux durs qui ne contribuent en rien à un incendie. Et le principe constructif de ce projet ce n'est pas du bois massif (passe encore) mais de l'ossature bois de base (les USA en ramassent les miettes après chaque tornades), j'aimerai bien voir comment vont résister les assemblages vissés ou cloués dans le temps, en cas d'incendie, de dégat des eaux.

A moins d'être un lapin de 6 semaines mieux vaut peut-être en rester à la pierre...
a écrit le 05/02/2015 à 11:23 :
Il y a plusieurs façons de voir le rapport à la ville, au bâti et à l'environnement urbain : la traditionnelle où s'en fout de ce que tu veux, de ce que tu penses, de ce que tu souhaites parce que toute façon on sait mieux que toi... et puis il y a wikibuilding. Changer le monde, c'est changer les regards qu'on porte et les méthodes qu'on met en oeuvre.
a écrit le 03/02/2015 à 10:01 :
Incroyable en effet cet article, d'autant plus qu'il est relayé en masse par les décisionnaires du concours ou collaborateurs de la Ville de Paris [Olivier Renard directeur de cabinet de Jean-Louis Missika / l'Agence Parisienne du Climat / Krystel Lessard ‎Chef du Bureau de l'information de la Ville de Paris (voir sur twitter #ReinventerParis)]
Quid de la neutralité de la Ville de Paris ?
Bref, arrêtez tout, le concours est vraisemblablement truqué. l'Open innovation n'est finalement pas ouverte à tous !
a écrit le 02/02/2015 à 14:12 :
Tiens, le site est déjà attribué ! Les dés étaient-ils pipés ? Des centaines de personne (les autres compétiteurs) ont travaillé pour rien et gratuitement ?
Il faut vraiment être attentif pour comprendre que ce projet a seulement candidaté à la première phase et n'est pas encore officiellement validé pour la seconde... N'y aura-t-il que des "Stars" de l'architecture ou est-ce que les meilleurs projets seront retenus ?
a écrit le 02/02/2015 à 13:13 :
"Les bâtiments en bois ont une durée de vie limitée à quelques dizaines d'années.
Sans parler des risques d'incendie et de termites ..."
"Si je ne m'abuse, le bois est inflammable, ce qui semble échapper à l'auteur de l'article... Les pompiers vont apprécier !"

Mais sérieux ! Sortez de chez vous les mecs, et documentez vous un peu avant de sortir des conneries du genre.
Réponse de le 03/02/2015 à 0:47 :
C'est si limité qu'il existe des églises millénaires en Norvège et en Europe centrale, mais toujours entretenues.
Les autres matériaux nécessitent aussi de l'entretien.
a écrit le 02/02/2015 à 11:34 :
Les bâtiments en bois ont une durée de vie limitée à quelques dizaines d'années.
Sans parler des risques d'incendie et de termites ...
Certes intellectuellement intéressant.
Mais pour quelle faisabilité et quelle équation économique au total sur la durée de vie ?
Réponse de le 02/02/2015 à 12:42 :
Tsss.. Vous n'avez toujours pas compris ? Ce qui doit être durable dans l'économie, ce sont les capacités des entreprises a revendre plusieurs fois ce qui autrefois ne se vendait pas aussi souvent..
Donc après les serviettes jetables, les fringues jetables, la vaisselle jetable, les voitures "primalacassable", nous en sommes au stade de la maison jetable chère a Coluche en son temps ;-)
Réponse de le 02/02/2015 à 18:37 :
euuuh... dans les pays de l'Est on trouve des églises plus que centenaires construites en bois, et il n'existait pas les traitements chimiques et méthodes de calcul modernes. Notre Dame de Paris a beau être en pierre, sans entretien elle serait tombée depuis longtemps, idem pour la tour Eiffel. Enfin, en cas d'incendie une structure en bois se comporte mieux qu'une structure en acier, et si l'acier ne prend pas feu, les matériaux de parement peuvent être inflammables (ne serait-ce que la peinture de protection contre la rouille) même si les normes actuelles tendent à éviter cela.
Réponse de le 03/02/2015 à 7:34 :
Arretez de dire n'importe quoi, le bois ne resiste pas des centaines d'années...Le mieux c'est la pierre, qui peut résister des milliers d'années. Rien ne vaut la pierre. Le bois très mauvais.
a écrit le 02/02/2015 à 11:16 :
Si je ne m'abuse, le bois est inflammable, ce qui semble échapper à l'auteur de l'article... Les pompiers vont apprécier !
a écrit le 02/02/2015 à 10:29 :
Très intéressant ... des références et ressources web seraient les bienvenues
a écrit le 01/02/2015 à 22:18 :
Très intéressant comme démarche et à généraliser. De même l'impression 3D des bâtiments et maisons comme çà a commencé en Chine avec recyclage, qui abaisse notoirement le coût des bâtiments.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :