La Tribune

Et si le travail en groupe tuait la créativité?

Rangez donc vos portables et vos écrans quelques heures par semaine, soignez votre intimité, et vous serez surpris par la discrétion d'un processus créatif qui ne demande à qu'à éclore.  Photo : Reuters
Rangez donc vos portables et vos écrans quelques heures par semaine, soignez votre intimité, et vous serez surpris par la discrétion d'un processus créatif qui ne demande à qu'à éclore. Photo : Reuters
Sophie Péters  |   -  847  mots
A l'heure du tout connecté, du travail en réseau et des brainstormings à tout va, des voix s'élèvent pour dénoncer l'idéologie du collectif et réhabiliter les introvertis, les timides et les solitaires...porteurs de génie.

Première salve tirée par Susan Cain, auteure d'un ouvrage intitulé « Quiet : The Power of introverts in a World That Can't Stop Talking » (Silence : le pouvoir des introvertis dans un monde qui n'arrête pas de parler). Elle y dénonce la culture de l'hypermodernité dans laquelle tout échange valable se base sur les réunions, sur un espace de travail partagé en commun et sur les réseaux intranet. La vogue de l'intelligence collective postule la grégarité comme moteur de la créativité et de l'efficacité. Vive le collaboratif face auquel tout solitaire devient suspect. Sauf qu'il y a un « Mais » de taille...Les recherches en psychologie humaine sont formelles : les individus les plus créatifs jouissent d'intimité et de tranquillité.

Trouver une idée, un travail individuel

 Les travaux des psychologues Mihaly Csikszentmihalyi et Gregory Feist ont ainsi montré que les plus créatifs sont souvent introvertis parce qu'ils seraient plus à l'aise dans le travail solitaire et mieux concentré sur la tâche. On compte d'ailleurs dans leurs rangs d'éminents prix académiques vivant dans leurs pensées et ayant le don aiguisé de l'observation. Le psychologue du travail Lutz von Rosenstiel souligne, de son côté, que les individus se révèlent bien plus féconds lorsqu'ils sont seuls que dans les processus de groupe. Trouver une idée serait donc un travail individuel tandis que les évaluations et les mises en projets seraient plus du ressort du groupe. Résultat : pour Susan Cain, la timidité et l'introversion sont sous-évaluées dans un mode qui fait la part belle au charisme et au fameux « Personal Branding ». D'où son credo de repenser notre approche de l'anxiété sociale en respectant les introvertis et en les encourageants à utiliser leurs qualités.

Se méfier de l'idée fixe collective

Quand on sait que plus de 70% des lieux de travail sont désormais en Open Space, réduisant en trente ans à plus d'un tiers l'espace moyen alloué à chaque employé, l'isolement est donc à ranger au rayon des oubliettes. Et pourtant. Frank Berzbach dans son récent ouvrage « Psychologie pour les créatifs, survivre au travail » (Editions Pyramid) souligne que les open space sont propices aux tâches routinières mais qu'en présence des autres le processus créatif risque d'être entravé. Sans compter que les groupes fonctionnent comme des incitateurs sociaux, « les défaillances temporaires de certains individus pouvant être compensées par les efforts des autres ». Dans un groupe on a tendance à se cramponner à une seule idée, ou à se mettre en retrait, aboutissant à ce que les scientifiques nomment « l'idée fixe collective ».

Une équipe invite donc une partie de ses membres à l'oisiveté sociale, « à savoir le relâchement inconscient de l'engagement, les collaborateurs pensant que d'autres membres de l'équipe sont en mesure d'effectuer le travail demandé mieux et plus vite », note Krank Berzbach. Ajoutez à cela la pression ambiante, l'ambition et l'angoisse, sans oublier la foultitude de sollicitations extérieures, et vous aurez un cocktail qui fait de nous des agités du bocal plus sûrement que des créatifs et surtout des enchaînés plutôt que des libérés. Moralité : il y aurait confusion autour de la notion d'intelligence collective, celle-ci n'étant pas de se réunir en groupe pour déboucher sur quelque chose mais de partager une vision commune dans laquelle chaque individu puisse introduire ses compétences particulières. Ce qui reviendrait au respect d'un espace de réflexion personnelle, et au savoir managérial favorisant l'engagement et la motivation.

L'expression de soi

« La capacité d'être seul est une condition de la liberté et une invitation à penser autrement », nous rappelle Rolf Haubl, directeur de l'Institut Sigmund Freud de Francfort. Thierry Crouzet en a fait la douloureuse et heureuse expérience. Figure des réseaux sociaux, cet addict des outils numériques a fait un "burn out" il y a un an et décide, non sans mal, de ...débrancher. Il a tout plaqué durant six mois et raconte dans son livre « J'ai débranché, comment revivre sans Internet après une overdose » son périple initiatique. C'est par nécessité psychologique et physiologique qu'il l'a fait, dit-il, et non par bravade. Et a vécu l'expérience de ce que décrit Maître Eckhart : « vous croyez connaître la mer parce que vous la traversez avec un bateau, mais la mer n'est pas une surface, elle est abîme. Pour connaître la mer, faites naufrage ». Sans aller jusque là et n'étant pas tous des drogués de la connexion, il reste qu'une nécessaire solitude est propice non seulement bien sûr à la créativité mais surtout à une authentique expression de soi et tout simplement à notre bien-être psychique et physique. Rangez donc vos portables et vos écrans quelques heures par semaine, soignez votre intimité, et vous serez surpris par la discrétion d'un processus créatif qui ne demande à qu'à éclore. Promis, je teste semaine prochaine pour vous revenir avec une hotte de nouveaux sujets.

 

Réagir

Commentaires

odette  a écrit le 16/04/2012 à 18:37 :

Je pense qu'il faut les deux méthodes en fonction du genre. Un groupe de 5 élèves de lycée très souvent il y en a 1 qui bosse les autres rêvassent ou essayent de comprendre de chercher, celui qui a bossé refile aux autres les résultats. Si c'est des chercheurs de fac. marh. ils travaillent seuls à leur recherche, puis à en discuter. Les devoirs à la maison est une révision du cours donné est une bonne chose aussi si les parents s'y intéressent. C'est souvent le cas.

toccata  a écrit le 19/02/2012 à 11:08 :

Le travail collaboratif consomme du temps, et ce travail nécessite souvent une forte interactivité, donc beaucoup de spontanéité, de réactivité. Comme un agenda n'est pas extensible, la charge de travail collaboratif exerce une pression contre un temps, souvent plus personnel, de réflexion. Là est le problème. Le reste, c'est de la littérature... Il n'y a pas de solution miracle. Il faut effectivement savoir se conserver un temps plus personnel, propice à la réflexion. Mais comment dégager ce temps? En s'isolant? Ce n'est pas le rôle d'un manager! En déléguant davantage? On augmente la charge de travail collaboratif! En améliorant l'efficacité du travail en collectif? Oui mais comment...

xavier-marc  a écrit le 18/02/2012 à 19:50 :

Dans le hasard on trouve de tout, aucune méthode ne peut englober la majorité des "trouvailles". Ainsi, toutes les méthodes tournent en rond, et donc fonctionnent par effet de mode, par roulement.

moutarde  a écrit le 18/02/2012 à 16:58 :

ce vieil adage explique tout : "ce n'est pas parce que la majorité dit des c...... que la majorité a raison". autrement dit quand le groupe majoritaire donne mathématiquement tort à la minorité, la minorité est tuée ;même si elle est dans le vrai , le beau, la créativité, l'originalité. il est donc évident que le groupe tue toute originalité. l'union fait la force mais le génie n'est jamais collectif. jamais.

Audrey  a écrit le 18/02/2012 à 12:11 :

Effectivement, on ne rappelle certainement pas assez souvent le besoin de solitude dans les processus créatifs. Je pense que cela est dû au fait qu'on cherche aujourd'hui à promouvoir le collectif dans l'idée de faire les choses ensemble, de prendre des décisions ensemble et éviter aux décideurs de s'enfermer dans une tour d'ivoire, de développer leur égoïsme et pour permettre à chacun de s'exprimer dans une organisation.
Pour autant, aujourd'hui, on ne parle pas de l'intelligence collective comme un processus anti-individus, anti-solitaires ou anti-introvertis. Au contraire, de nombreuses méthodes permettent de développer une véritable intelligence collective au sein d'un groupe permettant l'inclusion de tous les individus pertinents dans les processus de création, d'organisation ou de prise de décision... On sait d'ailleurs que les groupes composés de personnes aux différentes personnalités sont plus créatifs. Dans un groupe, il est toujours besoin d'un observateur au moins, quelqu'un qui préfère se mettre en retrait au début d'une conversation.
Attention donc, la vision de l'intelligence collective que vous présentez dans votre article n'est pas celle actuellement prônée, par les chercheurs, les cabinets de conseil et autres entreprises innovantes. Les open spaces, les réunions telles qu'elles se déroulent aujourd'hui dans de nombreuses organisations et l'excès de l'utilisation d'internet ne sont pas considérés comme des phénomènes d'intelligence collective.
Pour plus de détails : http://audreyjammes.wordpress.com/2012/02/03/quest-ce-que-lintelligence-collective-en-bref/
Merci donc d'avoir souligné le manque d'insistance sur le besoin de conserver des moments de solitude pour les membres d'un groupe !

Jean-Claude  a répondu le 20/02/2012 à 17:14:

Bravo Audrey pour cette mise au point !

Yves  a écrit le 18/02/2012 à 8:40 :

La mode est au bling-bling. Il va être difficile de revenir en arrière...

Cerveau solitaire  a écrit le 18/02/2012 à 7:07 :

Bravo.

pemmore  a écrit le 17/02/2012 à 16:22 :

Analyse pertinente ,Il y a deux types de personnes hors normes dans une société une entreprise etc ,le syndrome du dictateur ,genre un certain président ,qui ne peut pas s"empêcher de commander ,et le créatif toujours en retrait mais qui ne peut pas s'arréter de créer ,mais comme c'est un homme très mal vu ,souvent mal payé, alors sa créativité explose en dehors de son travail ,et la les managers perdent d'énormes opportunités en gardant leur dictateur maison ,et en ne repèrant le créatif qui se cache derrière le groupe .Après c'est pas toujours évident d'obtenir que le créatif oeuvre dans le sens de l'entreprise car il y a eu bien trop de maladresses avant venant principalement d'un management injuste.

monsieur burns  a répondu le 18/02/2012 à 10:39:

le managment d'aujourd'hui n'est que remplir des tableaux excell, remplir des cases, et envoyer des mails aux employés avec des yakafokon ....
des managers totalement improductifs, souvent mal formés et en sous connaissances par rapport a leurs employés... ils ont eu de la chance de naitre a une bonne periode, car si c'etait aujourd'hui , bcps de managers ne seraient pas a leurs postes aujourd'hui