La Tribune

Wall Street en hausse après les chiffres de l'emploi

latribune.fr  |   -  685  mots
Les places américaines ont terminé en hausse ce vendredi malgré les chiffres mitigés du marché de l'emploi. A la clôture, le Dow Jones gagne 1,03% à 9.441 points, le Nasdaq progresse de 1,79% à 2.019 points et le S&P 500 prend 1,31% à 1.016 points.

Wall Street a opté pour le vert ce vendredi après avoir, comme lors des deux séances précédentes, ouvert sans tendance, alternant petite hausse et petite baisse. Mais les investisseurs ont finalement décidé d'accueillir favorablement les statistiques officielles du chômage, attendues avec appréhension après les mauvais chiffres du cabinet en ressources humaines ADP et qui sont pourtant ressorties mitigées. Les destructions d'emplois ont été moins importantes que prévu mais le taux de chômage a grimpé de manière inattendue. La communauté financière reste cependant prudente, alors que le mois de septembre est traditionnellement le plus mauvais mois de l'année boursière.

A la clôture, le Dow Jones gagne 1,03% à 9.441 points, le Nasdaq progresse de 1,79% à 2.019 points et le S&P 500 prend 1,31% à 1.016 points.

Sur le front des statistiques, l'économie américaine a détruit 216.000 emplois au mois d'août, le plus faible total depuis août 2008. Ce chiffre s'inscrit en nette baisse par rapport aux deux mois précédents, 276.000 postes ayant été supprimés en juillet et 463.000 en juin (deux chiffres revus à la hausse ce vendredi). En outre, le ralentissement de la tendance est supérieur aux attentes des économistes, qui misaient sur 230.000 destructions d'emplois. Mais le taux de chômage a progressé bien plus de que prévu, bondissant de 0,3 point sur un mois pour atteindre 9,7% de la population active, son plus haut niveau depuis juin 1983. Les marchés avaient anticipé un taux de 9,5%.

Du côté des valeurs, Intel gagne 1,13% à 19,64 dollars. Le directeur général du numéro un des semi-conducteurs a estimé ce vendredi, dans une interview accordée au Financial Times, que les ventes d'ordinateurs aux professionnels devraient rebondir l'an prochain, en raison du vieillissement de leur matériel informatique et d'un sous-investissement en 2009. La semaine dernière, Intel avait revu à la hausse ses prévisions de chiffre d'affaires et de marge brute pour le troisième trimestre, tablant notamment sur des ventes comprises entre 8,8 et 9,2 milliards de dollars sur la période contre une précédente fourchette allant de 8,1 à 8,8 milliards de dollars.

Apple gagne pour sa part 2,26% à 170,31 dollars, profitant du relèvement de l'objectif de cours de Société Générale, passé de 170 à 225 dollars. L'intermédiaire français a également revu à la hausse sa recommandation sur le titre, désormais à "achat". Le groupe à la pomme pourrait présenter la semaine prochaine une nouvelle version de son baladeur numérique iPod, qui intégrerait un appareil photo. A moins d'une surprise de dernière minute.

Sur le secteur de l'habillement, Quiksilver plonge de 17,83% à 2,35 dollars. Le spécialiste des vêtements de sport a dégagé un bénéfice net de 1,3 million de dollars au titre de son troisième trimestre. Cela représente 3 cents par action et hors exceptionnels, une performance conforme aux attentes des marchés. Le chiffre d'affaires a quant à lui reculé de 11% à 501 millions de dollars, contre 480 millions escomptés. Mais les opérateurs sanctionnent ce vendredi les prévisions pour le trimestre en cours, à savoir une perte de 10 cents par action avant les éléments non récurrents (contre un consensus misant sur un bénéfice de 10 cents). Surtout que l'action avait progressé jeudi dans l'attente des résultats trimestriels.

Abercrombie & Fitch chute de 2,52% à 30,20 dollars. Le groupe spécialisé dans les vêtements pour adolescents a été dégradé ce vendredi par Citigroup, dont la recommandation est passée de "conserver" à "vendre". Son objectif de cours a été abaissé à 24 dollars, contre 33 dollars précédemment. Jeudi, le distributeur avait fait état d'une baisse de 29% de ses ventes au mois d'août sur un an, poursuivant sa spirale négative. Les analystes attendaient un repli un peu moins marqué, à -23%.

Enfin, Liz Claiborne perd 1,67% à 4,11 dollars. La société de confection aurait engagé le cabinet Alvarez & Marsal pour l'aider à améliorer ses opérations, selon le Wall Street Journal. Le quotidien américain précise que le groupe ne préparerait pas une mise sous le Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, comme certains investisseurs le craignaient.

Réagir