La Tribune

Le titre EuropaCorp perd encore des plumes en Bourse

latribune.fr  |   -  301  mots
EuropaCorp, le producteur et distributeur français de films a annoncé jeudi soir l'acquisition de Cipango, une société française spécialisé dans les séries télévisuelles. Un nouveau virage pour le groupe de Luc Besson qui a par ailleurs confirmé un "profit warning", sanctionné en Bourse ce vendredi.

EuropaCorp, le studio français de production et de distribution de films du cinéaste Luc Besson a reculé ce vendredi de 3,35% à 5,49 euros. Depuis le début de l'année, le prix de l'action a fondu de 15% tandis que l'indice SBF 250 auquel elle appartient a progressé dans le même temps de 4%. Rappelons que le titre valait près de 16 euros à son introduction en juillet 2007, il y a moins de trois ans.

Jeudi soir, le groupe a annoncé avoir mis la main sur Cipango, une société de production télévisuelle forte d'un chiffre d'affaires de 14,6 millions d'euros en 2009. Ce studio, qualifié par EuropaCorp de "partenaire idéal pour développer au mieux sa nouvelle activité de fictions télévisées" a notamment adapté la bande dessinée "XIII" ainsi que "Les Bleus : premiers pas dans la police".

Sans fournir le montant précis de l'opération, le groupe précise que l?accord "entérine l?acquisition en numéraire de 75% des titres de Cipango, le solde des 25% faisant l?objet de promesses d?achat et de vente au plus tard à quatre ans".

EuropaCorp ajoute qu'il intègrera cette acquisition dans ses comptes consolidés dès l?exercice 2010-2011.

En attendant,  Jean-Julien Baronnet, le directeur général d?EuropaCorp, cité dans le communiqué a confirmé des résultats annuels 2009-2010 "inférieurs aux attentes" avec une marge opérationnelle annuelle avant frais généraux particulièrement réduite sur l'exercice justifiant d'une "performance décevante de certaines sorties récentes et d'un contexte de ventes internationales plus difficile". Il en avait déjà fait état lors de la présentation de ses résultats du troisième trimestre. En revanche, le dirigeant a indiqué que les ventes consolidées devraient grimper de 30% sur un an.

 

Réagir