La Tribune

Malgré de bonnes statistiques économiques, Wall Street finit encore en baisse

latribune.fr  |   -  565  mots
Toujours préoccupé par les craintes sur la zone euro et la chute de l'euro face au dollar, le marché américain finit en nette baisse malgré les bons chiffres de l'emploi et un indice ISM des services en progression stable.

La Bourse américaine qui avait ouvert en nette baisse ce mercredi (-0,89% sur le Dow Jones) après sa chute de plus de 2% la veille, plombée par les inquiétudes sur la zone euro et la chute de l'euro face au dollar, avait ensuite réduit ses pertes. Mais le Dow Jones finit tout de même en baisse de 0,55% à 10.867 points, le Standard & Poor's de  0,66% à 1166 points et le Nasdaq de 0,91% à 2402 points.

Toujours préoccupé par les craintes sur la zone euro et la chute de l'euro face au dollar, le marché américain n'a pas été sauvé par les bons chiffres de l'emploi. Selon le cabinet ADP, le mois d'avril a vu la création de 32.000 emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis. Le chiffre de mars a en outre été revu en forte correction à la hausse. Annoncé initialement en recul de 23.000 emplois, il se révèle finalement en progression de 19.000, sa première hausse depuis janvier 2008.

Par ailleurs, l'indice ISM d'activité des directeurs d'achat dans les services s'est établi à 55,4 le mois dernier, comme en mars, tout en restant au-dessus du seuil de 50 qui marque la limite entre expansion et contraction de l'activité. Les économistes anticipaient en moyenne une amélioration avec un indice à 56.

Du côté des valeurs, Time Warner, le groupe de médias et de divertissement, voit son action reculer de 2,42% à 31,88 dollars. Il a dégagé au cours des trois premiers mois de l'annéé un bénéfice net part du groupe de 725 millions de dollars après un gain de 9,8% sur un an. Par action, ce bénéfice ressort à 0,62 dollar contre 0,39 dollar un an auparavant. Hors éléments exceptionnels, le profit par action se monte à 0,61 dollar et dépasse largement les attentes des analystes qui visaient 0,48 dollar.

News Corp fait bien pire encore. Le titre du groupe de média (FOX TV, le Wall Street Journal...) et de divertissement (les studios de cinéma Twentieth Century Fox) plonge de 5,06% à 14,62 dollars malgré des résultats dévoilés mardi soir qui étaient supérieurs aux attentes, tirés par la reprise du marché publicitaire et le succès du film en 3D Avatar.

Le grand équipementier automobile TRW dérape. Son titre recule de 5,77% à 30,24 dollars après avoir pourtant dévoilé des résultats bien supérieurs aux attentes au premier trimestre avec un bénéfice de 2,04 millions de dollars contre une perte de 131 millions un an plus tôt et des ventes en croissance de 50% à 3,6 milliards de dollars.

Parmi les très grandes valeurs, celles qui ont une part significative de leur activité en Europe souffrent des inquiétudes sur la Grèce, l'Espagne, le Portugal et l'avenir de la zone euro. General Electric cède 2,58% à 18,10 dollars. Et Walt Disney recule de 3,42% à 35,34 dollars.

Apple poursuite son recul et perd 1,05% à 255,97 dollars, la star de l'informatique et des télécoms étant sous le coup d'une enquête des autorités de la concurrence sur ses pratiques en matière de développement d'applications.

Nike qui a affiché vouloir passer de moins de 20 à 27 milliards de dollars de chiffre d'affaires d'ici à 2015 n'a pas convaincu : l'action a reculé ce mercredi de 2,77% à 75,21 dollars.

Rare valeur à tirer son épingle du jeu, grâce à la bonne tenue de la consommation américaine, le géant de la distribution Wal-Mart, première entreprise du monde par le chiffre d'affaires, a progressé de 1,39% à 54,77 euros.

Réagir