La Tribune

EDF progresse en Bourse après son accord avec Constellation

latribune.fr  |   -  317  mots
L'annonce du rachat, par EDF, de la part de 50% de son allié américain Constellation dans leur coentreprise nucléaire UniStar, soulage les investisseurs. Le titre grimpe de 0,74% en Bourse.

EDF peut pousser un gros "ouf" de soulagement. Il a trouvé un accord avec son allié américain depuis 2007-2008 Constellation qui va lui éviter d'avoir à débourser la bagatelle d'un milliard de dollars. Une annonce saluée par les investisseurs : le titre EDF a grimpé ce mercredi de 0,74% à 32,59 euros.

Il va se contenter de lui racheter ses 50% dans leur coentreprise nucléaire UniStar pour 140 millions de dollars en cash, auxquels s'ajoutent 3,5 millions de titres Constellation qui étaient détenus par EDF. Le titre Constellation s'échangeait mardi soir à un peu plus de 31 dollars, si bien que cette cession d'actions représente une valeur de 109 millions de dollars.

En retour, Constellation abandonne son option de vente à EDF de centrales thermiques pour un montant pouvant atteindre 2 milliards de dollars. Une option que était au coeur du conflit entre les deux groupes, les centrales thermiques n'intéressant pas EDF et leur valorisation ayant fortement baissé.

Selon le communiqué commun des deux groupes, cet accord "restructure leur partenariat, élimine l'option de vente qui courrait, et fait qu'UniStar Nuclear Energy sera désormais propriété totale d' EDF. En plus des sites de Calvert Cliffs 3 et un potentiel quatrième réacteur à Calvert Cliffs, qui sont tous les deux détenus par UniStar, Constellation va transférer à UniStar des sites nucléaires potentiels à Nine Mile Point et R. E. Ginna dans l'Etat de New York (est). Constellation va fournir des services contractuels à UniStar pour faciliter la transition" et n'aura "plus de responsabilité dans le développement ou le financement de Calvert Cliffs 3".

Ce divorce à l'amiable va se traduire pour EDF, outre la cession de 3,5 millions d'actions de Constellation, par l'abandon de son siège au conseil d'administration du groupe américain.

Après un gain mensuel de plus de 2,56%, le titre qui se paye 15,7 fois les bénéfices estimés pour 2010, recule de 21,57% depuis le début de l'année.
 

Réagir