La Tribune

Dexia ne profite pas de la cession d'activités turques

Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  347  mots
Pénalisé par la situation en Grèce, le titre de la banque belge se replie. Pourtant, Dexia continue ses désengagements conformément au plan de restructuration que la Commission européenne lui avait imposé lors le la mise en place du plan de sauvetage.

Dexia et MetLife ont annoncé un accord pour la vente des activités d'assurance-vie de la banque en Turquie au premier assureur-vie américain.

A en croire la baisse du titre à la clôture (-2,12 % à 1,98 euro), les investisseurs n'ont pas apprécier la nouvelle. Pourtant selon un courtier parisien, l'annonce devrait soutenir le cours de l'action. "Dexia a besoin de liquidités, donc toute transaction améliorant sa position de trésorerie est favorable" analyse-t-il. En fait, plus qu'à l'annonce, les investisseurs réagissent à la situation en Grèce, où la banque belge à une exposition de plus de 50 millions d'euros.

Concernant l'accord avec MetLife, Dexia a précisé dans un communiqué commun avec l'assureur américain que MetLife achètera, par le biais de sa filiale turque et pour un montant de 162 millions d'euros, la participation de 99,86% de Dexia dans Deniz Emeklilik, filiale de DenizBank en Turquie spécialisée dans les assurances vie et pension. Le réseau Deniz Bank est lui-même la filiale banque de détail de Dexia en Turquie.

"Pour Dexia, ce désinvestissement qui devrait générer une plus-value d'environ 119 millions d'euros après impôt s'inscrit dans le cadre de l'accord conclu avec la Commission européenne qui prévoit la vente de Deniz Emeklilik au plus tard pour le 31 octobre 2012", ajoutent les deux groupes dans le communiqué.

L'opération, soumise aux autorisations réglementaires d'usage, devrait être finalisée avant la fin de cette année.

Selon le journal Les Echos, qui avait rapporté l'existence de négociations au sujet de Deniz Emeklilik dans son édition de lundi, Dexia a également entamé ce week-end des discussions avec Axa. L'assureur français est en passe de finaliser un accord de distribution de produits d'assurance-dommages au sein du Deniz Bank.

Le quotidien rajoute qu'une fois la vente de l'activité turque bouclée, Dexia devra encore céder ses filiales italiennes Crediop et espagnole Banco Sabadel, respectivement avant fin 2012 et fin 2013, conformément au plan de restructuration imposé par la Commission européenne lors du plan de sauvetage de la banque.

Réagir