La Tribune

Alcatel-Lucent allonge la liste des avertissements sur résultats

La Tribune infographie
La Tribune infographie
Blandine Hénault  |   -  583  mots
L'équipementier télécoms décroche ce vendredi en Bourse de plus de 12% après avoir lancé un "profit warning". Au total, 23% des sociétés du CAC 40 ayant déjà publié ont revu leur copie pour 2011.

L'avertissement sur résultats ce vendredi d'Alcatel-Lucent, lourdement sanctionné en Bourse (-12,4%), allonge encore la liste des sociétés du CAC 40 ayant revu leur copie pour 2011, parmi lesquelles Vallourec, Carrefour, Schneider Electric, STMicroelectronics, Peugeot ou encore Suez Environnement ...

Alors que les sociétés du CAC 40 égrènent depuis la mi-octobre leurs performances du troisième trimestre, les avertissements sur résultats pleuvent. Sur les 30 entreprises ayant déjà publié leurs revenus ou résultats, 23% ont revu leur prévision pour 2011 à la baisse.

Quand ce ne sont pas les résultats trimestriels eux-mêmes qui déçoivent, à l'image de Safran ou les discours des dirigeants. Ainsi, Saint Gobain a prévenu d'un ralentissement de sa croissance organique au quatrième trimestre. Peu avant, Publicis avait été pénalisé en Bourse malgré un chiffre d'affaires trimestriel satisfaisant. Le groupe publicitaire avait averti d'un essoufflement de son activité pour la fin de l'année.

Pour une crise qui s'est accélérée au mois d'août, les analystes n'attendaient pas de " profit warning " aussi tôt. Le coup d'envoi a été lancé dès le 7 octobre par Vallourec qui abaissait sa prévision annuelle de résultat brut d'exploitation. De quoi hypothéquer les anticipations des analystes financiers.

Si ces derniers ont revu largement à la baisse leurs pronostics pour 2011, ils tablent encore sur une hausse de 4,8 % des bénéfices par action des sociétés du CAC 40 cette année. Et sur une progression de 7,1 % en 2012 ! Clairement, les analystes n'anticipent pour l'heure qu'un ralentissement économique, quand les indices boursiers intègrent déjà dans les cours une récession.

Faut-il dès lors voir dans les annonces décevantes des poids lourds de la cote le signe d'un arrêt brutal de l'économie ? " Il est encore trop tôt pour affirmer que les résultats des entreprises confirment le scénario de récession économique ", juge Pierre Sabatier, stratégiste chez Primeview.

Les banques attendues

Pour le moment, le marché semble davantage se focaliser sur une issue positive du sommet européen que sur les réajustements de tirs des sociétés cotées : depuis le 17 octobre, date des premières salves de publications sur le CAC 40, l'indice parisien a progressé de 0,11 %. Mercredi, malgré son avertissement sur résultat, Peugeot a limité son repli à 0,88 % après avoir ouvert en baisse de plus de 5 %.

" Si la fin de la saison des publications du troisième trimestre reste décevante, on ne pourra rien attendre de bon pour le quatrième trimestre ", prévient néanmoins Pierre Sabatier. Les analystes pourraient de fait abaisser fortement leurs prévisions de résultats. " Il n'est pas exclu que les anticipations fassent finalement ressortir une baisse de 5 % des profits du CAC 40 en 2011 ", note le stratégiste. Soit un écart de plus de 17 points de pourcentage par rapport à la progression de 12,1 % des profits attendue en début d'année. Une tendance assez similaire à celle constatée en 2008. Entre janvier et décembre, les analystes avaient alors revu à la baisse de 39 points de pourcentage leurs attentes, l'essentiel des dégradations ayant eu lieu lors des quatre derniers mois de l'année.

En attendant, il ne reste plus que 10 entreprises du CAC 40 à faire état de leurs ventes trimestrielles la semaine prochaine. On suivra notamment les banques avec Société Générale et Crédit Agricole - d'autant plus que BNP Paribas a publié des résultats inférieurs aux attentes - et les industriels EADS et Bouygues.

Réagir