La Tribune

Wall Street termine en baisse, inquiète pour l'Europe

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr  |   -  299  mots
La Bourse de New York a terminé en baisse lundi, reprenant son souffle en cette fin du mois d'avril, dans un contexte de nouvelles économiques mitigées aux Etats-Unis et de vives inquiétudes pour l'économie espagnole: le Dow Jones a cédé 0,11% et le Nasdaq 0,74%.

Selon les chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a perdu 14,68 points à 13.213,63 points, et le Nasdaq , à dominante technologique, 22,84 points, à 3.046,36 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 a reculé de 0,39% (-5,45 points) à 1.397,91 points.

La place new-yorkaise a entamé la semaine de moins brillante humeur que la semaine précédente, les investisseurs découvrant dès le début de séance les chiffres inquiétants de la croissance en Espagne au premier trimestre, qui a reculé de 0,3% sur cette période, confirmant le retour officiel du pays en récession.

Par ailleurs, "le manque de participation dans le marché et des volumes d'échanges minuscules", ont été perçus avec appréhension par les courtiers, a souligné Gregori Volokhine, stratège de Meeschaert New York, dans un contexte de nouvelles économiques mitigées dans le pays.

En effet, outre un net ralentissement de la consommation des ménages aux Etats-Unis en mars, selon des chiffres publiés lundi à Washington par le département du Commerce, l'activité économique a nettement ralenti dans la région de Chicago en avril, selon l'indice local des directeurs d'achats de l'association professionnelle américaine ISM, qui s'est établi à son niveau le plus faible en 29 mois.

Les investisseurs scrutaient également nerveusement la publication d'un rapport mensuel officiel très attendu sur l'emploi et le chômage aux Etats-Unis en fin de semaine, alors qu'ils digéraient toujours la nouvelle, diffusée vendredi, d'un ralentissement de la croissance américaine au premier trimestre qui s'est établie à 2,2% contre 3% au cours du trimestre précédent.

"La reprise économique déjà anémique des Etats-Unis est-elle en train de ralentir ou les statistiques économiques récentes sont-elles des aberrations?", s'est interrogé Frederic Dickson, de DA Davidson, "c'est la grande question que se pose le marché".

Réagir