Les ambitions américaines d'Artprice affolent les marchés

 |   |  339  mots
Dans l'Hexagone, le Conseil des ventes volontaires s'acharne depuis deux ans notamment contre Artprice et Ebay, en créant des obstacles juridiques qui dépassent l'entendement pour un pays comme la France qui ne possède que 4% du marché de l'art, selon le communiqué du groupe. (Photo : Reuters)
Dans l'Hexagone, "le Conseil des ventes volontaires s'acharne depuis deux ans notamment contre Artprice et Ebay, en créant des obstacles juridiques qui dépassent l'entendement pour un pays comme la France qui ne possède que 4% du marché de l'art", selon le communiqué du groupe. (Photo : Reuters) (Crédits : Photo Wikipedia)
Artprice, dont le titre a flambé à la Bourse de Paris lundi, espère lancer son activité de vente aux enchères d'art en ligne d'ici 2015 aux Etats-Unis, faute d'avoir pu le faire en France, a indiqué Thierry Ehrmann, président-fondateur du groupe.

Artprice affole les marchés. Son titre s'est envolé de 45,72% à la Bourse de Paris lundi, suite à l'annonce du lancement de son activité de vente aux enchères d'art en ligne, par sa filiale Artmarket.com. A l'ouverture ce mardi matin, le titre était redescendu à 16,20 euros, contre 16,70 euros à la clôture.

Entre 90 et 120 millions de dollars

Dans un communiqué publié dimanche, le groupe a confirmé qu'il envisage d'introduire "au Nasdaq ou tout autre marché anglo-saxon" sa filiale Artprice Inc., sous le nom d'Artmarket.com. "Une cotation sur le Nasdaq est l'hypothèse principale", a précisé lundi Thierry Ehrmann à l'AFP, indiquant que l'activité de place de marché du groupe faisait l'objet d'une estimation par le cabinet Ricol Lasteyrie.

L'objectif de cette introduction en Bourse, dont le calendrier n'est pas précisé, est de lever entre 90 millions et 120 millions de dollars pour la vente d'environ 30% du capital, ce qui valorise la société entre 300 millions et 400 millions de dollars. Artprice conservera les 70% restants.

Le projet devrait se concrétiser en 2015, a précisé l'amateur d'art, qui assure par ailleurs que le siège social et la cotation d'Artprice resteront en France. 

Impossible en France, objectif New York

Artprice a lancé en 2004 son activité de place de marché à prix fixe d'oeuvres d'art - ne générant pas de chiffre d'affaires pour le groupe - qui devait servir de rampe de lancement pour des ventes aux enchères en ligne en 2012, plus lucrative. Mais le lancement des enchères en ligne a été gelé à la suite des dispositions du Conseil des ventes volontaires (CVV).

Dans l'Hexagone, "le Conseil des ventes volontaires s'acharne depuis deux ans notamment contre Artprice et Ebay, en créant des obstacles juridiques qui dépassent l'entendement pour un pays comme la France qui ne possède que 4% du marché de l'art", selon le communiqué du groupe.

"Il est impossible d'avoir cette activité en France", "on ne peut pas faire notre métier, donc nous allons à New York, nous allons externaliser notre place de marché", a expliqué Thierry Ehrmann.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2014 à 11:57 :
curieux qu'elle se soit effondrée aussitôt après ? un bug ? 8 octobre = on est passé de plus de 20€ à 13.50€ aujourd'hui ....Nous sommes tous curieux de voir ce que son IPO à NY va donner....5.72Millions d'€ de CA en 2013 pour 4.4 milliards pour Christie's 4 pour Sotheby's modestement côtée aux US....@ suivre
a écrit le 22/07/2014 à 12:51 :
Encore des affaires rentables qui part a l'étranger Bravo les technocrates
Réponse de le 08/10/2014 à 12:02 :
Vous avez dit " rentable " ? vous connaissez bien le CR Financier et son CA annuel 2013 = 5.72 millions d'euros. R.d.vs le 13 nov pour la publication du 3eme tri 2014
N'oubliez pas de comparer avec Ebay, même business, vente dans la tranche entre 800€ et 10/15000 € ....
Et personne ne l'empêche de faire son business en France, le CVV lui a simplement interdit d'utiliser le véhicule "maison de ventes aux enchères" auquel il n'avait pas droit, la profession de Commissaire priseur étant protégée. PRC n'est qu'un simple COURTIER de vente électronique à distance aux enchères" comme Ebay ou Amazon qui s'y est mis.
a écrit le 22/07/2014 à 10:53 :
Commissaires- priseurs, voici une profession réglementée qui doit évoluer. Allez Monsieur Montebourg , au boulot.
Réponse de le 08/10/2014 à 12:05 :
Elle vient en 2012 de changer !
LOI n° 2011-850 du 20 juillet 2011 de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :