Bitcoins, Tokens,... : le gendarme européen des marchés met en garde

 |   |  474  mots
(Crédits : Reuters)
L'Autorité européenne de supervision des marchés financiers (ESMA) a alerté lundi sur les risques liés aux levées de fonds en cryptomonnaies (tokens), insistant sur l'instabilité de ce type de devises, illustrée ces derniers jours par l'emblématique bitcoin.

L'Autorité européenne des marchés financiers (Esma) a averti les investisseurs des risques liés à l'acquisition de cryptomonnaies nouvellement émises, une forme expérimentale et non réglementée de microfinancement employée surtout par les startups.

Le gendarme européen des marchés a en particulier dans le collimateur les opérations appelées"Initial Coin Offerings" (ICO), non régulées, volatiles, opaques et non éprouvées au plan technologique.

"Les ICO sont des investissements extrêmement risqués et hautement spéculatifs", souligne le régulateur, qui ajoute qu'il y a un risque d'une "perte totale de votre investissement".

"Beaucoup de ces monnaies ou jetons (tokens) n'ont pas de valeur intrinsèque autre que (...) leur utilisation pour avoir accès ou recours à un service/produit", poursuit l'Esma, en avertissant les émetteurs de ces devises qu'ils pourraient être soumis aux réglementations en vigueur.

L'Europe en retard !

Après les régulateurs suisse et américain, l'Esma est la dernière autorité en date à réclamer un contrôle plus strict sur des cryptomonnaies. La Chine a, elle, interdit purement et simplement les ICO.

En créant des monnaies électroniques utilisables sur un réseau informatique, de pair à pair et décentralisé, les entrepreneurs peuvent lever des millions de dollars en quelques heures, sans trop se soucier de la surveillance réglementaire. Généralement, les détenteurs de ces devises ne se voient pas proposer de participer au projet sous-jacent. Les ICO ont provoqué une hausse rapide de la valeur de l'ensemble des cryptodevises, passée de 17 milliards de dollars début janvier à un record de 180 milliards début septembre.

"L'ESMA a observé une croissance rapide des ICO dans le monde comme en Europe, et craint que les investisseurs ne se rendent pas compte des risques élevés qu'ils prennent", dit le régulateur dans un communiqué.

L'ESMA prévient les investisseurs européens qu'ils risquent d'être privés de recours en cas de litiges car nombre d'ICO, qui fonctionnent via la technologie entièrement décentralisée Blockchain, "ne relèvent pas du champ d'applications des lois et régulations européennes". Surtout, le régulateur rappelle que, comme toute monnaie virtuelle, la devise créée par l'entreprise risque d'être "extrêmement volatile".

Lire aussi : Levées de fonds en monnaie virtuelle : l'AMF envisage un visa pour ICO

Bitcoin, la chute continue

L'avertissement de l'ESMA est publié au moment où le bitcoin, monnaie virtuelle la plus emblématique, connait de fortes secousses. Lundi, il est tombé à 5.605 dollars, soit une baisse de près de 30% depuis un record battu le 8 novembre. Vers 10H20 GMT, il se redressait à 6.425 dollars. Le bitcoin pâtit notamment de la concurrence d'un rival, le "bitcoin cash", créé cet été à l'initiative d'une part minoritaire de la communauté de ses utilisateurs et "mineurs".

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2017 à 8:57 :
Cet argent virtuel c’est comme les paradis fiscaux ... un moyen d’exclure et de faire de l’argent sur l’argent sachant que ça détruit des vies.., mais ils s’en fichent ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :