Bourse : le CAC 40 finit sous les 4.000 points

 |   |  382  mots
Les valeurs bancaires, nouveau sujet de préoccupation des investisseurs.
Les valeurs bancaires, nouveau sujet de préoccupation des investisseurs. (Crédits : Flickr/col.b. CC License by.)
L'indice parisien a terminé en baisse de 1,69% à 3.997 points. La persistance de la faiblesse des matières premières continuent de plomber les marchés, mais les investisseurs sont de plus en plus inquiets quant aux valeurs bancaires qui peinent à rassurer sur leur solvabilité dans un contexte de taux faibles.

Le CAC 40 n'était pas repassé sous la barre des 4.000 points depuis fin 2014. L'indice parisien vient de terminer sa séance à 3.997,54 points, soit une chute de 1,69%. Si la tendance européenne s'inscrit dans un mouvement résolument baissier, la place de Paris enregistre néanmoins une baisse plus marquée. Francfort lâche 1,11%, tandis que Londres se contente d'une perte limitée à 0,88%.

Le CAC 40 en pleine déconfiture

Cette baisse survient au lendemain d'une séance également classée rouge (-3,20% à Paris). En tout et pour tout, le CAC 40 accuse une perte cumulée de 6,69% sur une semaine, et de 13,79% depuis le 1er janvier. Sur six mois, la Bourse de Paris a même effacé 23% de sa valorisation.

Les investisseurs semblent de plus en plus préoccupés par la santé des banques. Les taux d'intérêt bas, mais également les mauvaises perspectives de croissance mondiale, pénalisent le secteur. D'après l'indice Stoxx bancaire qui concentre les valeurs européennes, le secteur aurait reculé de 25% sur un mois. Les investisseurs sont d'autant plus inquiets que les banques étrangères sont également sur le grill. En début de semaine, la maison de courtage Nomura a plongé de 9,05% à Tokyo tandis que Bank of America a dévissé de 5,25% à New York.

Deutsche Bank laminée en bourse

En Allemagne, Deutsche Bank a dû redoubler de communication pour rassurer les marchés quant à sa solvabilité.

"Deutsche Bank reste solide comme un roc, au vu de notre situation de capital et de risque", a martelé John Cryan, le Britannique aux commandes depuis l'été dernier, dans une lettre adressée aux employés, rendue publique par la banque.

Wolfgang Schaüble, ministre allemand des finances, est même venu en renfort en déclarant "ne pas avoir d'inquiétudes à propos de Deutsche Bank". Cela n'a pas empêché la première banque outre-Rhin de chuter de 4,27% mardi en clôture, soit près de 13% en deux jours, et de 41% depuis le 1er janvier.

Le pétrole toujours source d'anxiété

Enfin, la chute des cours des matières premières continue de plomber les marchés. Mardi, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a douché les espoirs d'une remontée des prix à court terme. Son rapport mensuel prévoit que l'offre continuera à être surabondante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2016 à 12:31 :
dire qu'enfin l'emploi dans mon job était repartit depuis quelques semaines, ça embauchait, mais encore une crise, le secteur privé va se remettre en gel d'embauche jusqu'à être sûr qu'il y'ait une reprise, seul va rester encore le Publique pour embaucher, sauf que je ne veux pas devenir fonctionnaire...
a écrit le 10/02/2016 à 9:58 :
Au lieu de redonner du pouvoir d'achat aux consommateurs, seule direction possible pour un retour vers la croissance, les institutions privées et publiques continuent d'actionner les leviers qu'ils ont l'habitude d'utiliser depuis trente ans avec le manque cruel de résultats que l'on connaît, pire aggravant à chaque fois un peu plus la situation économique générale.

ça commence à nous coûter très cher de protéger les actionnaires...
a écrit le 09/02/2016 à 19:48 :
pour les sans dents.

il n'y a pas une autre entreprise publique ou semi-publique à renflouer cette semaine ?
La semaine prochaine peut-être ?

Les énarques constituent un groupe d'individus très forts en condition d'examen mais ils n'arriveront jamais à gérer une baraque à frites sur la plage alors une grosse entreprise....
Réponse de le 10/02/2016 à 9:55 :
"il n'y a pas une autre entreprise publique ou semi-publique à renflouer cette semaine ?
La semaine prochaine peut-être ?"

Heu c'est quoi le rapport avec la choucroute je vous prie ?

Dans quelle mesure pouvez vous nous affirmer que la crise actuelle que nous subissons est due au renflouement d'entreprises publiques ?

Vous lisez les informations économiques de temps en temps quand même ?

Merci
Réponse de le 10/02/2016 à 10:21 :
Et donc, pour vous, ce sont les zénarques qui font la bourse..?? On me l'avait jamais faite, celle-là...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :