Chine : les réserves de change ont fondu de 46 milliards de dollars

 |   |  470  mots
En dépit des restrictions drastiques mises en place par Pékin, les fuites de capitaux hors de Chine s'accélèrent depuis l'an dernier, accentuant encore la pression à la baisse sur le cours du yuan.
En dépit des restrictions drastiques mises en place par Pékin, les fuites de capitaux hors de Chine s'accélèrent depuis l'an dernier, accentuant encore la pression à la baisse sur le cours du yuan. (Crédits : Reuters)
Face à un billet vert renchéri, la banque centrale chinoise rachète à tour de bras des yuans avec ses dollars pour renforcer le cours vacillant de sa monnaie. Et ce n'est pas tout: les fortunes chinoises commencent à transférer leur fonds à l'étranger, une fuite des capitaux qui s'accélère...

Pour le seul mois d'octobre, les réserves de devises étrangères stockées par la Chine ont plongé de quasiment 46 milliards de dollars. La faute à la remontée du dollar, qui, d'une part encourage les fuites de capitaux et d'autre part incite Pékin à intervenir sur le marché. Et cela après les précédents plongeons du mois d'août (-16 milliards de dollars), et de septembre (encore -19 milliards). De fait, ces colossales réserves de change, les plus importantes au monde, sont tombées à 3.120 milliards de dollars fin octobre (contre 4.000 milliards en 2014), glissant à leur plus bas niveau depuis cinq ans, a indiqué la banque centrale (PBOC) sur son site internet.

Quand le dollar monte, les réserves en autres monnaies diminuent

La valorisation de ces réserves pâtit des effets de changes et du récent renforcement du dollar --qui diminue mathématiquement la valeur de la partie des réserves constituée d'autres monnaies--, soulignaient les experts de Capital Economics. Mais pour d'autres analystes, cette chute est surtout le signe que la banque centrale intensifie ses interventions sur le marché, en rachetant des yuans avec ses dollars pour renforcer le cours vacillant de la monnaie chinoise.

Le yuan n'est pas pleinement convertible, ne pouvant fluctuer face au dollar que dans une fourchette de 2% autour d'un cours-pivot fixé par la PBOC. Mais celle-ci n'en subit pas moins les pressions du marché et des fluctuations du dollar. Le yuan a ainsi récemment glissé à son plus bas niveau depuis six ans face au billet vert.

"Le yuan se précipitait en octobre vers la barre des 6,8 yuans pour un dollar, ce qui a pu inciter la PBOC à vendre encore davantage (de dollars) pour stabiliser le marché", a expliqué Gao Qi, un analystes changes de Scotiabank, cité par Bloomberg.

Une question d'image, après l'intégration en septembre du renminbi (autre nom du yuan) aux droits de tirage spéciaux, l'unité de compte du Fonds monétaire international.

Les fortunes chinoises transfèrent leurs fonds à l'étranger

Par ailleurs, l'appréciation du dollar et la perspective de hausses de taux imminentes aux Etats-Unis encouragent les fortunes chinoises à transférer leurs fonds à l'étranger, vers des placements plus rémunérateurs.

En dépit des restrictions drastiques mises en place par Pékin, les fuites de capitaux hors de Chine s'accélèrent depuis l'an dernier, accentuant encore la pression à la baisse sur le cours du yuan.

"Ces fuites de capitaux vont continuer, inévitablement. L'unique question est de savoir à quelle vitesse, et cela dépend de l'évolution du dollar", confirme M. Gao.

Les réserves de changes de la Chine s'étaient fortement repliées fin 2015 et début 2016 en raison des efforts de la PBOC pour enrayer la dépréciation du renminbi.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2016 à 18:53 :
inbformatiobn ? ou intoxication ? that's the question ( aurait pu faire dire Sheakespeare à Hamlet ) ; les reserves de la Chine sont de +/- 4.000 millions ...donc la " fonte " se situe aux envirron de 1 % ...!
a écrit le 08/11/2016 à 10:59 :
Perdre le quart de ses réserves de change en un an... Ca devrait les inquiéter.

Il va y avoir des réactions sauvages à Pékin. Si l’économie chinoise périclite c'est tout le système politique qui vacille (comme en Russie, en Egypte, au vénézuela). En général ça se termine par une révolution.... ou une bonne guerre.
Il serait fâcheux que la Russie nous agresse mais une bonne guerre sino-russe qui les mettrait tous deux groggys pour deux générations, pourquoi pas?

Qui vit par le capitalisme, périra par le capitalisme.
Réponse de le 08/11/2016 à 13:48 :
L'histoire a largement prouvé qu'il n'était pas nécessaire d’être dans un pays "capitaliste" pour faire des guerres!
Ceci dit, pour moi, la prochaine grande guerre sera sino-japonaise.
Les chinois n'ont jamais accepté les massacres de Nankin.
Réponse de le 08/11/2016 à 14:00 :
Une guerre sino russe, si ça arrive, c'est une guerre mondiale qui est suivie par le jeu des alliances et sûrement la fin de l'humanité. Arrêtez de souhaiter des guerres avec votre cynisme et votre soif de sang. Faudrait penser à consulter un psy.
Réponse de le 08/11/2016 à 17:50 :
@beurk: il n'a pas dit sino-russe, mais sino-japonaise, c'est pas la même chose. De plus, en raison des sanctions occidentales, on a assisté à un rapprochement entre les Chinois et les Russes. Par conséquent, une guerre entre eux est improbable pour l'instant :-)
a écrit le 08/11/2016 à 10:04 :
"les fortunes chinoises commencent à transférer leur fonds à l'étranger"

En Chine la fraude fiscale est normalement punie de peine de mort, comme on peut le voir cela ne concerne que les pauvres, les riches eux, comme dans tous les pays néolibéraux du monde, peuvent faire ce qu'ils veulent.
Réponse de le 08/11/2016 à 12:59 :
Mouaip, vous etes tellement préoccupé de baver sur ceux qui ont que votre vue se brouille : vous oubliez qu'on peut avoir payé ses impots regulierement puis transferer ce qu'il reste à l'étranger (generalement moins de la moitié).
Et puis tout le monde n'a pas mis en place l'impot suicidaire qu'est l'ISF. Vous souffrirez donc que des capitaux circulent legalement.
Réponse de le 08/11/2016 à 13:42 :
"Et puis tout le monde n'a pas mis en place l'impot suicidaire qu'est l'ISF"

Vous démontez vous mêmes votre propre commentaire, je n'ai plus rien à faire, c'est ballot.

Si les chinois partent à l'étranger pour échapper à un isf chinois c'est bien de l'évasion fiscale donc.

Merci ce n'était vraiment pas la peine mais c'est toujours sympa de venir valider mes commentaires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :