Un tabou tombe en Allemagne

 |   |  341  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Martin Schulz, l'opposant d'Angela Merkel aux prochaines élections, a le vent en poupe. Selon les sondages, si les Allemands votaient directement pour un président, il serait élu avec une confortable avance. Et son parti talonne, et parfois dépasse le CDU d'Angela Merkel, ce qui pourrait lui donner la victoire aux prochaines élections législatives de septembre.

LE TABOU SCHRÖDER

Malgré le bilan spectaculaire d'Angela Merkel, la voilà prise dans la grande lessive qui a éliminé tous les sortants et la voilà ébranlée par cette volonté de changement qu'on perçoit partout en Europe mais aussi aux États-Unis, pour le meilleur mais surtout pour le pire. Le dernier rempart contre la montée du populisme est sérieusement en difficulté.

Et Martin Schulz s'attaque aux réformes économiques de Schröder.

En 2003, Gerard Schröder lançait l'Agenda 2010, un programme de réformes structurelles majeures. Ce sont ces réformes qui ont permis à l'Allemagne d'être aujourd'hui dans la situation économique exceptionnelle dans laquelle elle est.

REVENIR SUR LES RÉFORMES

Inutile de revenir sur le fait que tous les indicateurs allemands, tous, de l'emploi aux grands équilibres budgétaires et commerciaux, sont au vert, au vert vif même. Et jusqu'à aujourd'hui Shröder était inattaqué et considéré comme inattaquable. Et cité comme exemple partout dans le monde. Et c'est donc de son propre parti de centre gauche, le SPD, que viennent les premières attaques. Schulz veut revenir sur des réformes emblématiques de l'Agenda 2010. Il brise un tabou.

STRATÉGIE ÉLECTORALE ÉTONNANTE

Il s'attaque principalement aux lois du travail.

Il juge qu'on ne défend plus assez le droit des travailleurs et que la protection sociale n'est plus assurée. Il s'en prend notamment à l'indemnisation des chômeurs qui avait été ramenée de 32 mois maximum à 1 an maximum. Il veut s'attaquer aux contrats à durée déterminée, aux contrats courts, aux emplois considérés...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2017 à 10:56 :
Merkel a laissé entrer 1 million de migrants (en jouant hypocritement la généreuse) pour renforcer la compétitivité de l'industrie. Ils vont bientôt (après formation) travailler pour un salaire...de migrant, mais le peuple allemand n'est pas dupe. Ce n'est pas du changement, c'est de la pure logique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :