La Tribune

Le "prêt'' de cadres seniors à des PME : quand le Cac 40 parraine de jeunes pousses

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Marina Torre  |   -  562  mots
Pendant quelques mois, des managers seniors de grandes entreprises mettent leur expérience au service d'une PME tout en continuant à être rémunérés par leur employeur d'origine. Un nouveau débouché en fin de carrière pour les uns, l'apport d'une expertise pour les autres...

D'un côté, des managers seniors salariés de grands groupes en panne d'inspiration pour les faire progresser dans leurs carrières. De l'autre, des PME qui souhaitent se développer rapidement sans forcément savoir comment. Pour tous, une solution se développe, consistant à apporter l'expertise du senior aux jeunes entreprises. Au-delà des conseils d'experts sur la stratégie que les "Business Angels" sont déjà nombreux à offrir aux jeunes pousses qu'ils soutiennent, d'autres projets vont plus loin. Pacte PME, association soutenue par l'Etat qui regroupe grandes entreprises, pôles de compétitivité et jeunes entreprises proposent par exemple à des cadres de grands groupes des mandats d'administrateurs dans des PME.

Aider la jeune entreprise à se développer

D'autres, comme le cabinet Alvic Consulting, proposent même des missions opérationnelles au sein de ces jeunes entreprises. Pendant trois mois à un an, des managers de plus de 45 ans issus de grands groupes, dûment "coachés" sont intégrés dans une PME. C'est l'entreprise qui rémunère le manager détaché auprès de la PME. Une partie des frais engagés par cette dernière pour ce service est ensuite reversée au groupe qui a envoyé son salarié en mission. Celui-ci prend en charge la gestion des affaires financières, les ressources humaines ou bien encore les achats, la logistique, le marketing... afin d'aider la jeune entreprise à se développer.

Des débouchés pour les seniors

Et "l'étape d'après", c'est également ce à quoi réfléchissent les cadres détachés par leur entreprises, explique Xavier Desport, gérant d'Alvic consulting. Il s'agit de proposer de nouveaux débouchés à "des seniors qui ont du ressort, de leur offrir une nouvelle vie professionnelle", explique-t-il. Alors que "moins de 40% des plus de 55 ans ont un emploi" et que "les grands groupes cherchent surtout à se débarrasser des seniors, il faut anticiper", plaide-t-il. Plutôt que de recruter des cadres "cassés" d'avoir été trop longtemps au chômage, la solution serait de les recruter alors qu'ils sont encore employés par de grandes entreprises tentés de s'en séparer. Pour l'heure pourtant, aucun cadre dépêché en mission n'a choisi de poursuivre sa carrière au sein de la PME dans lequel il effectue une mission, mais "certains y réfléchissent".

Un incubateur spécialisé

Poursuivant sur sa lancée, Xavier Desport prépare le lancement pour mi-novembre à Sèvres en région parisienne d'un incubateur appelé "Accélérateur de Croissance". Des grandes entreprises comme Alcatel, Sanofi ou Total mettront à disposition à temps partiel des managers qui reconstitueront toutes les fonctions "support" d'une entreprise (direction des affaires financières, DRH etc.) afin d'aider la vingtaines de PME accueillies dans les locaux.

Resserrer des liens commerciaux, trouver des investisseurs

Enfin autre avantage de ce type d'opération : resserrer des liens entre fournisseurs et acheteurs. Des clauses de confidentialité existent pour tenter d'éviter que des informations stratégiques ne soient volées, mais cela n'empêche pas de nouvelles relations commerciales, notamment lorsqu'il s'agit d'un directeur des achats qui est envoyé en mission. Le programme Pacte PME a d'ailleurs pour mission d'inciter les grandes entreprises à se tourner en priorité vers les jeunes entreprises innovantes françaises pour sous-traiter leur production. Pour les PME, cela peut en outre être l'occasion de trouver de nouveaux investisseurs.

Réagir

Commentaires

Mecatroid  a écrit le 09/11/2012 à 16:53 :

Voilà un cas bien typique de fausse bonne idée avec des incidences catastrophiques à venir. Les indépndants et petites société de conseil et de service vont donc voir se développer de la sorte une concurrence déloyale. Pourquoi déloyale ? Parce que les grandes sociétés du CAC40 ne payent que 12% d'impot contre 33% pour les structures de petites taille. Allons y gaiement, appuyons nous sur cette inégalité pour enfoncer encore plus les seules entreprises qui créent de l'emploi. Et puis cerise sur le gateau : Pour une grande entreprise du CAC40, pourquoi demander à ses senior d'essayer de développer l'entreprise à l'export et améliorer la balance commerciale française alors que l'on peut tout simplement faire de la concurrence franco française qui sera catastrophique pour notre balance ? Il y a vraiment des gens qui sont incapables de se poser les bonnes questions ...

étudiant  a écrit le 09/11/2012 à 16:02 :

Je félicité X. Desport pour ce vrai projet et au regard de l'immobilisme français à traiter la gestion des fins de carrière des seniors, je vous invite à prendre connaissance des résultats d'enquête sur le sujet : http://gestionpaiegrhquichoisir.com/2012/08/reforme-des-retraites-2010-quels-impacts-financiers-organisationnels-et-sur-les-politiques-rh/#axzz25fxWq1ua