Avoir un hobby rend plus productif au travail

 |   |  349  mots
Les arts, la musique, toute autre activité en-dehors du travail qui se révèle être créative, pousse à être plus productif, et est même encouragé dans certaines entreprises.
Les arts, la musique, toute autre activité en-dehors du travail qui se révèle être créative, pousse à être plus productif, et est même encouragé dans certaines entreprises. (Crédits : Reuters)
D'après une étude menée par quatre universitaires américains, les personnes qui s'engagent dans un hobby créatif ont une productivité au travail de 15 à 30% supérieure à celles qui n'ont pas de passe-temps en-dehors du travail, ou qui y consacrent peu de temps.

Figurants aimant se déguiser en soldats, rockeurs, peintres, écrivains du dimanche, vos violons d'Ingres vous rendent plus productifs... au travail.

C'est ce qui ressort d'une étude menée par quatre Américains, professeurs de psychologie -deux d'entre eux enseignent à l'université d'État de San Francisco-, sur le rôle des hobbys sur la productivité, à paraître dans l'édition de septembre du Journal of Occupational and Organizational Psychology et repérée par le quotidien italien Il Sole 24 Ore.

La créativité dans un hobby, source de perfectionnisme

Pour Kevin Eschelman, professeur assistant de psychologie à l'université d'État de San Francisco et principal auteur de l'enquête faite sur 341 personnes:

"En général, plus vous vous engagez dans des activités créatives, plus vous serez bon."

Les auteurs de l'enquête ont conduit leurs études sur la relation entre la créativité dans une activité de loisirs, la récupération et les comportements liés à la performance au travail. Il en ressort, selon eux, qu'un employé ayant une activité créative en-dehors de son lieu de travail, a un meilleur contrôle de soi, et fournit un travail de meilleure qualité.

Les personnes engagées dans un loisir créatif fourniraient une performance professionnelle, - mesurée à partir du devoir de performance selon la description du poste occupé, l'effort fourni dans les tâches, la motivation, l'apprentissage sur le tas, la créativité au travail et la performance en-dehors de la description du poste -, de 15 à 30% supérieure à celles qui ne consacrent pas de temps, ou à l'occasion, à un passe-temps.

Un appel à la créativité

Les auteurs incitent ainsi les entreprises à développer la créativité de leurs employés, voire à en faire preuve au sein de l'entreprise. Par exemple, Zappos, spécialiste de la vente de chaussures en ligne, encourage ainsi ses salariés à apporter leurs œuvres d'art pour décorer leur lieu de travail.

Une entreprise pourrait aussi bien permettre à ses employés de s'inscrire à des ateliers de création littéraire, ou musicaux, à la suite de leurs heures de travail. Avis aux amateurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2014 à 0:41 :
" penser c'est déja commencé à désobéir" est une phrase attribuée au directeur général d'une grande entreprise française et effectivement , la mentalité française hiérarchisée ultra autoritaire , fonctionnarisée à outrance n'est pas vraiment adaptée au monde actuel réactif et concurrentiel . C'est d'ailleurs pour ça que la france va continuer à décliner dans les années à venir jusqu'à la remise en question puis le changement des élites du pays ...
a écrit le 08/09/2014 à 16:19 :
"La créativité dans un hobby, source de perfectionnisme" sera très mal vu dans une entreprise française où l'on doit pas penser ni créer (c'est une faute) , on exécute sans se poser de questions ou bien on ne doit pas en poser: "appliquez les procédures".
Réponse de le 14/09/2014 à 10:57 :
Comme je l’ai lu sur le site de La Tribune, dans les commentaires, « penser : c’est désobéir ». Il ne faut pas alors s’étonner du résultat dans certaines entreprises françaises où l’on va droit dans le mur au pas cadencé malgré les alertes de certains salariés qui pensent (un peu).
On s’en aperçoit trop tard alors il faut licencier et virer celles et ceux qui on eut un comportement qui a agacé en tirant de petites sonnettes d’alarme avant que le bateau coule.
C’est comme ça la vie en entreprise.
a écrit le 05/09/2014 à 14:30 :
"Une entreprise pourrait aussi bien permettre à ses employés de s'inscrire à des ateliers de création littéraire, ou musicaux, à la suite de leurs heures de travail".
en France, on est en avance. on a le DIF.
mais avec le DIF, on doit plutôt apprendre à faire des présentations Powerpoint créatives qui veulent rien dire, à animer des réunions théâtrales qui n'aboutissent à rien, à maîtriser l'art des belles formules pour discours langue de bois...
a écrit le 05/09/2014 à 12:35 :
Super article !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :