Virgin offre des congés illimités à ses salariés

 |   |  509  mots
Si cela se passe aussi bien que l'on s'y attend, nous encouragerons toutes nos filiales à suivre le même modèle, ce qui sera incroyablement excitant à observer, affirme Richard Branson.
"Si cela se passe aussi bien que l'on s'y attend, nous encouragerons toutes nos filiales à suivre le même modèle, ce qui sera incroyablement excitant à observer", affirme Richard Branson. (Crédits : Reuters)
Le patron du groupe britannique déclare dans son dernier livre avoir introduit, au profit des salariés des sociétés mères américaines et britanniques, une politique déjà adoptée par Netflix. Elle permet aux employés de s'absenter quand et aussi longtemps qu'ils le souhaitent.

"Le travail flexible a complètement modifié comment, où et quand chacun de nous travaille. Si travailler de 9h à 17h n'est donc plus d'actualité, alors pourquoi les congés annuels seraient toujours limités?"

C'est la question que se pose le célèbre patron de Virgin Richard Branson dans son dernier livre (The Virgin Way, duquel il publie un extrait sur son blog). Mais elle n'est que purement rhétorique, puisqu'il affirme y avoir déjà apporté sa réponse, en offrant des congés illimités aux salariés des sociétés mères du groupe Virgin basées aux États-Unis et au Royaume-Uni -pays où, note Richard Branson, "les règles en la matière peuvent être particulièrement draconiennes".

La patron de Virgin n'exclut d'ailleurs pas d'étendre ensuite l'initiative:

"Si cela se passe aussi bien que l'on s'y attend, nous encouragerons toutes nos filiales à suivre le même modèle, ce qui sera incroyablement excitant à observer", affirme-t-il.

Pas d'autorisation ni de trace

Concrètement, les salariés concernés pourront donc s'absenter "quand ils veulent et aussi longtemps qu'ils le souhaitent": quelques heures, une journée, une semaine, un mois... Il ne devront demander aucune autorisation et personne ne sera tenu de compter les journées non travaillées.

    Lire aussi >>: Le milliardaire Carlos Slim prône la semaine de trois jours

Seule condition: être sûrs à 100% de pouvoir néanmoins tenir les délais de leurs projets et de ne pas nuire par leur absence aux affaires, et donc à leur carrière.

Une voie tracée par Netflix

Richard Branson admet que l'idée n'est pas nouvelle. Au contraire, il déclare vouloir appliquer exactement la même politique déjà adoptée par Netflix, et dont il aurait appris l'existence grâce à un article du Telegraph qui lui aurait été envoyé par sa fille.

Chez Netflix, l'initiative avait été portée par un nombre croissant de salariés faisant observer que si la société ne tenait pas compte des heures travaillées sur leur temps libre par des employés de plus en plus connectés, elle n'aurait pas non plus dû comptabiliser leurs vacances, explique le Telegraph. Le site de streaming payant américain -qui vient de débarquer en France- avait accueilli positivement la remarque et changé de politique, sans que son succès commercial n'en souffre.

Une innovation aussi "intelligente" que "simple"

Dans un document de 128 pages publié en 2009 ("Reference Guide on our Freedom & Responsibility Culture"), elle expliquait:

"Nous devrions nous concentrer sur ce que les gens accomplissent, et non pas sur le nombre d'heures ou de jours travaillés. Comme nous n'appliquons pas des horaires 'de 9h à 17h', nous n'avons pas besoin de règles en matière de congés."

Une initiative qui, selon Richard Branson, est l'une des plus "intelligentes" et "simples" jamais adoptées: ce qui, à son sens, définit les meilleures innovations.

    Lire aussi >> La sieste au travail: 64% des directeurs administratifs et financiers sont désormais favorables

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2014 à 11:53 :
Ce que propose R. Branson n'est ni plus ni moins qu'une baisse du temps de travail sans baisse de salaire.

Cette mesure, intelligemment appliquée (donc pas comme les 35h), fait
exploser la productivité des salariés, l'expérience des 400 PME passées à
4 jours/semaine en France le prouve (loi De Robien juin 1996).

Nouvelle Donne
a écrit le 27/09/2014 à 9:51 :
Est si il fallait regarder tout simplement le "turn over" dans ces entreprises ?
Si il y en a beaucoup cela veut peut etre dire que les salariés ne s'y sentent pas bien !
Maintenant, si il est dans la norme, cela veut dire que les salariés y font carrière et donc que le système est bien !!!
Maintenant bon courage pour le mettre en place en France avec les syndicats d'arrière garde que nous avons !
Par contre, pas impossible que ce système soit testé en Allemagne et qu'une fois de plus ils prennent encore de l'avance sur nous...
a écrit le 26/09/2014 à 9:43 :
Une bonne partie des salariés français travaillent déjà gratuitement chez eux - exemple assis sur la cuvette le blackberry en main. Donc si en plus on peut éviter que la boite nous entube une demi-heure de congé parce qu'on est arrivé à 09.01 au bureau, je prends.
a écrit le 25/09/2014 à 17:37 :
Le seul bénéfice de ce système est pour les actionnaires.
Une compagnie qui compte les congés doit provisionner les vacances de ses salariés.
Lorsque les congés ne sont pas comptés, la société n'a pas besoin de les provisionner.
Le salarié est tributaire du bon vouloir de son manager pour les congés.
Aux états unis , le congés payés sont un avantage social donné par les entreprises à leurs salariés mais ça n'est pas une obligation.
En Europe les congés sont obligatoires et doivent être provisionnés.. pour le plus grand bien de tous...
Réponse de le 26/09/2014 à 14:54 :
une reponse tellement francaise ... obligation .. loi .. reglement .. actionaire ... tiens il manque aussi "ultra liberal " bizarre
Réponse de le 26/09/2014 à 16:44 :
Pourquoi tellement française? si être en congés engraisse encore plus les grands actionnaires/escrocs, hors de question
Réponse de le 06/10/2014 à 22:21 :
Si les congés ne sont pas provisionnés l'entreprise paye plus d'IS
Réponse de le 26/12/2014 à 23:03 :
Vous n'avez pas lu l'article : dans ce concept, pas besoin d'accord pour partir en vacances ! Sortez de votre petit esprit franco français et regardez plus loin !
a écrit le 25/09/2014 à 17:13 :
Dans la mesure ou c'est la décision du salarié pourquoi pas, mais naturellement on va voir tous les encartés crier au scandale du fait que c'est l'idée d'un patron.
a écrit le 25/09/2014 à 16:46 :
On peut parler en effet d'inovation. Mais vu par qui ce système est mis en place, je doute qu'il soit à l'avantage des salariés. L''objet principal de cette mesure est de camoufler la flexibilité du travail. et comme on n'attrappe pas les mouches avec du vinaigre, on emploie les mots "vacances" et et" illimitées". En effet ça sonne bien.
Réponse de le 06/10/2014 à 22:23 :
Décidément ce pays ne s'en sortira jamais avec des propos pareils.
a écrit le 25/09/2014 à 16:26 :
On revient discretos à l'esclavage mais avec du raffinement. Le salarié n'existe plus il est devenu une machine, un matricule. Il n'est plus rien
a écrit le 25/09/2014 à 16:09 :
Dans ces pays, quand un salarié n'obtient plus les résultats souhaités, il peut être licencié sur le champ, sans aucune explication. Donc cette méthode est utilisable. EN France, avec la lourdeur administrative, et la sur protection des salariés, encore un fois on restera au 19eme siècle...
Réponse de le 25/09/2014 à 17:00 :
Je suis bien d'accord avec vous.
a écrit le 25/09/2014 à 15:06 :
Cela peux peut étre marcher dans certain secteur technologique ou chez certains cadres mais dans l'industrie pure, ca peux ètre un peu génant...
Mais bonne initative et bonne avancée sociale dans ce système angle-saxons.
a écrit le 25/09/2014 à 13:25 :
il ne doit pas être copain avec Gattaz.
a écrit le 25/09/2014 à 13:21 :
Quoi de neuf ? Ca fait longtemps que ça fonctionne en France ! 50% des préfets sans affectation, 150 000 profs sans classe, 39 jours de maladie à Montpellier, il était grand temps que les anglo-saxons copient notre modèle qui conduit au bonheur et à la prospérité des masses...
Réponse de le 25/09/2014 à 14:53 :
Je serais ravi e connaître tes sources l'ami.
Je suis impatient de lire ton retour d'expérience à l’Éducation Nationale également, tu n'aurais pas confondu avec 150000 classes sans prof plutôt ? :D
Réponse de le 26/09/2014 à 15:05 :
Hervé

C'est pire que ça !!
300 000 profs sans élèves soit une académie !!!
a écrit le 25/09/2014 à 13:02 :
Ce qui revient à employer des gens à la pige, système qui permet de ne pas payer d'avantages sociaux... système qui fonctionne déjà très bvien dans les pays anglosaxons :-)
Réponse de le 25/09/2014 à 13:27 :
@Patrickb: Oui, sauf que là la "pige" est décidée par l'employé et ça fait toute la différence. Vous avez besoin de temps pour vous ? Prenez le ! (mais vous ne serez pas payé, c'est logique). Vous voulez un salaire "plein" ? Faites toutes vos heures. Vous voulez un salaire élargi ? Travaillez encore plus (heures supp'). Le tout, pour la première (et c'est ça qui est nouveau) à la discrétion du travailleur. Simple, efficace. Ca mériterait d'être testé chez nous.
Réponse de le 25/09/2014 à 16:01 :
@JeromeB: model non applicable en France car l'Etat subventionne les bas revenus et les mi-tps. Les gens choisiront donc de peu travailler et toucheront des aides sociales pour compenser leur manque de revenu, du coup c'est l'Etat qui va payer encore. C'est même déja le cas aujourd'hui où bcp prefere travailler que la moitié de l'année ou à tps partiel. Arretons le sociale parasite avant ou laissons tomber cette idée.
Réponse de le 25/09/2014 à 16:40 :
@JeromeB: sauf que tu connais pas bien le système de la pige. En traduction par exemple, on s'aligne actuellement sur le tarif chinois parce que c'est le plus bas. Le mandataire économise donc, mais le travailleur occidental est éliminé parce qu'il doit travailler 25 jours par semaine pour payer son loyer (avant même de payer autre chose). On se retrouve avec une qualité médiocre, mais on vient te dire que c'est pas important parce que tu comprends quand même (expérience personnelle). Résultat: on travaille plus, sans avantages sociaux et à des tarifs qui s'approchent de l'esclavage :-) L'hisoire du travailler plus pour gagner plus est magnifique sur le papier, mais la réalité est toute autre :-)
Réponse de le 26/09/2014 à 16:45 :
25 jours par semaine c'est beaucoup… et même par mois c'est beaucoup.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :