La Tribune

La réussite, c'est quoi pour vous ?

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Sophie Péters  |   -  2577  mots
Existe-t-il une définition universelle de la réussite ? 3.000 entrepreneurs, cadres supérieurs, hommes et femmes, interrogés dans dix pays par l'Essec, la grande école de commerce, montrent que le sentiment de réussite est fondé sur des valeurs plus humaines que matérielles. Plus collectives qu'individuelles. Cette enquête menée par l'institut CSA semble sonner le glas d'une société individualiste, inscrite dans la performance. L'idéologie du succès recule. La "vie bonne" progresse.

"Amour, gloire et beauté" : le concept de la réussite en trois points a vécu. Désormais les actifs de la planète n'en garderont qu'un item : l'amour. Pour le reste, les priorités ont bien changé. Y compris celles de gagner beaucoup d'argent ou d'occuper un poste en vue. C'est, en résumé, ce que révèle une étude de l'Essec menée par l'institut CSA auprès de 3.000 actifs CSP+ de dix pays différents. Tous ont, globalement, à leur stade, le sentiment d'une vie réussie. « Quelle réussite si, avant la fin de sa vie, on ressemble, même de loin, à ce que l'on a toujours voulu être », disait Marcel Jouhandeau. Les Français - pas si dépressifs que cela - se placent en deuxième position, juste derrière les Indiens et devant les Américains, les Allemands et les Britanniques. Et c'est dans l'insertion harmonieuse au sein d'un cercle de proches (famille, amis, collègues) que cette impression se caractérise le mieux, et ce, de façon universelle - la famille étant le lieu de satisfaction maximale dans les dix pays confondus. En revanche, la réussite personnelle dans des domaines plus individuels, tels la vie amoureuse et la vie professionnelle, est moins revendiquée. Sans doute deux sphères où les enjeux sont forts et où le sentiment de plénitude reste incertain.

À bas le star système

Unanimement et étonnamment, la célébrité ne fait plus rêver. Dans neuf pays sur dix (sauf en Inde), elle arrive au dernier rang des objectifs à atteindre pour réussir sa vie. Fini les années frime. La télé-réalité et les déboires des stars dans la presse people ont terni les lauriers de la gloire. Les scandales des grands de ce monde aussi, illustrant magistralement le constat de l'écrivain Julien Green : « Rien ne ressemble plus à des vies ratées que certaines réussites. » La crise a laissé des traces. Pour preuve, aux États-Unis, le fait de vivre en conformité avec des principes moraux arrive en objectif numéro un pour 97 % des sondés, alors que seulement 20 % accordent crédit à la célébrité.

Le pouvoir est, lui aussi, totalement distancé par l'envie de se battre pour une grande cause humanitaire, de monter un projet ou de servir l'intérêt général. Et le narcissisme ambiant en prend pour son grade : laisser derrière soi une oeuvre n'est pas un objectif important et tient l'avant dernière place devant la célébrité.

On est loin des moteurs habituels attribués aux leaders. Arrivés à un certain niveau de réussite, les objectifs de ces sondés CSP+ ne sont donc plus, comme dans les années 1970 et 1980, d'aller vers le « toujours plus ». Faire une belle carrière professionnelle et gagner de l'argent sont moins satisfaisants à leurs yeux que d'avoir une famille heureuse (96 %), de vrais amis (95 %), du temps libre (93 %), et de vivre en conformité avec des principes moraux (91 %). Peut-être est-ce aussi ce qui manque le plus à ceux qui font déjà la course en tête ? Il n'y a qu'au Brésil et au Maroc où la carrière est signe d'une vie réussie, et en Inde où elle décroche la première place - « là où finalement les individus sont empêchés parfois de se réaliser professionnellement comme ils le souhaiteraient », relève Pierre Tapie, directeur général de l'Essec et président de la Conférence des grandes écoles. Et lorsqu'il est question de sacrifier quelque chose à sa vie professionnelle, on renoncera unanimement au temps libre, aux rêves, au plaisir au travail, mais certainement pas à la santé, aux principes moraux, et à la vie amoureuse ou familiale.

Ensemble, c'est mieux

À la lecture de ce sondage, se dessine donc, en creux, une certaine idée de la réussite. De fait, elle donne le « la » des aspirations des managers internationaux d'aujourd'hui. Et, avec elles, leurs priorités. Le sociologue François Dupuy se souvient d'une de ses études, parue en 1974, dans laquelle les trois quarts des cadres supérieurs plaçaient la vie professionnelle au summum de la réussite. Aujourd'hui, loin de s'enraciner dans un gros salaire ou une belle carte de visite, la réussite prend son sens dans les relations de travail. Interrogés sur ce qu'ils estiment avoir pour l'instant le mieux réussi dans leur vie professionnelle, les cadres de neuf des dix pays étudiés répondent unanimement : les relations avec les collègues.

Primordial désormais : s'entendre avec ses voisins de bureau, ses n+ et ses n-, tous ceux dont on partage le quotidien. Reflet d'une difficulté croissante à être bien ensemble ? Sentiment de consolation quand la pression est à son comble et que le monde des affaires est tendu comme une corde ? « C'est beaucoup plus que cela, estime Pierre Tapie. L'importance des relations entre collègues est à rapprocher des critères de décision lors des recrutements où la qualité de vie au travail prime désormais sur le salaire. »

Le niveau de responsabilité est lui aussi essentiel pour nourrir le sentiment de réussite - bien loin devant la reconnaissance, le niveau hiérarchique... et le salaire, domaine où le sentiment de réussite fait clairement défaut. C'est vrai aux États-Unis, au Brésil en Inde et au Maroc. Et, en Allemagne, en Russie et au Royaume-Uni, on s'estime davantage capable de se mettre en valeur individuellement alors que, en France, en Chine et à Singapour, on avoue moins bien réussir à sortir du lot.

En France les « Calimero » sévissent donc encore dans le monde professionnel. En témoignent les atouts que les Français accordent à la réussite ! Quand 8 pays sur 10 placent l'intelligence au sommet de la pyramide, les Français et les Chinois notent de leur côté « les relations et le réseau » comme élément stratégique pour réussir sa vie professionnelle. Ce qui, en Chine, s'explique par l'importance des « guanshi », passe, en France, pour une crainte de ne pas avoir assez de relations. Faisant écho à l'idée communément admise selon laquelle, sans réseau, on n'existe pas professionnellement. « Cela en dit long sur le désarroi de la méritocratie à la française », relève Julien Carette, directeur général adjoint d'Euro RSCG.

Signes extérieurs de réussite

Qu'on se rassure cependant : le Français se révèle somme toute assez généreux. Passionnante, la question qui oppose « créer et accumuler de la richesse » à « créer et distribuer de la richesse » dans les critères de réussite. Pour 59 % de ces Français CSP+, réussir sa vie professionnelle, c'est avant tout « créer et savoir distribuer ». Un avis partagé par les Anglais (50 %), les Américains (51 %), et les Allemands (51 %), dans une moindre mesure par les Indiens (42 %) mais encore mieux apprécié des Brésiliens (79 %) et des Marocains (83 %). Seuls les Chinois affirment à 79 % préférer « créer et accumuler de la richesse », quand la même proportion de Russes opte pour la redistribution des richesses comme critère de succès !

Mais c'est encore le rêve de devenir entrepreneur qui agite la plupart des managers des pays émergents. Ce qui n'est plus aussi désirable en Europe et aux États-Unis. Alors qu'on imagine souvent les Français adeptes de la création d'entreprise, ils sont 59 % à estimer que faire carrière dans une entreprise est plus un signe de réussite que de monter sa boîte.

Et ce n'est pas la carrière dans un grand groupe qui témoigne de ce succès : 62 % des Français interrogés placent la petite entreprise en tête de leurs aspirations. Comme 60 % des Américains, 57 % des Marocains et 55 % des Allemands. À l'opposé, 65 % des Indiens, 69 % des Russes et des Chinois portent le grand groupe au pinacle. Signe que, en France, la souffrance au travail dans les grands groupes est passée par là ? Signe aussi que les PME permettent plus aujourd'hui de réaliser le fameux équilibre vie privé/vie professionnelle qu'ils appellent de leurs voeux ? « Preuve, en tous cas, que les critères de réussite restent très individuels, alors même que les modèles de réussite communément admis continuent de faire valoir la performance et l'argent », note Julien Carette.

Un bémol toutefois : lorsqu'il s'agit de savoir s'il vaut mieux monter en responsabilité et progresser personnellement, ou déléguer et faire progresser les autres, la majorité vote pour le premier choix, accusant du même coup un individualisme encore vivace. Et ce, d'autant plus qu'il s'agit de managers et d'entrepreneurs. Autant d'éléments dont devront s'inspirer les directions d'entreprise pour faire évoluer leur gestion des ressources humaines. À commencer par un effort porté sur la revalorisation des fonctions managériales.

Et si Bill Gates apparaît spontanément dans tous les pays, en point d'orgue, comme la personnalité ayant le mieux réussi, c'est qu'il incarne cet entrepreneur complet ayant su faire de son entreprise un groupe mondial et performant tout en décidant, à partir d'un certain niveau de richesse, d'en redistribuer une partie. Consensus qui illustre à merveille à quel point les cadres ont à coeur de conjuguer la performance avec autre chose que la richesse matérielle, même si, en France, l'ambivalence reste reine et les repères brouillés - ainsi, des figures de la réussite où Zidane côtoie Steve Jobs, Strauss Kahn, Mark Zuckerberg, voire Gandhi !

Faut-il regarder ces résultats avec un certain optimisme ? Les CSP+ interrogés prouvent combien la crise a bousculé leurs repères. La prise en compte et l'acceptation de la pluralité dans les paramètres de la réussite dénotent une nouvelle forme de « sagesse ». Lorsqu'en 2002, le philosophe Luc Ferry, alors ministre de l'Education Nationale, s'interrogeait dans un livre « Qu'est-ce qu'une vie réussie ? », il tentait d'indiquer les raisons pour lesquelles une « vie bonne », réussie au sens philosophique, ne saurait se réduire à la réussite sociale... et suscitait un certain scepticisme. Les religions, mais aussi les grandes visions philosophiques du monde, sont en effet toujours parties de la conviction qu'une vie bonne ne se mesure pas à l'aune des seuls « succès » mais qu'elle doit être une vie accomplie, une vie qui a du sens. C'est justement cette quête-là qui semble émerger aujourd'hui de ce sondage. À l'entreprise et aux institutions d'y apporter désormais de nouvelles réponses. Sophie Péters

________

Pierre Tapie,
Directeur général de l'Essec et président de la Conférence des grandes écoles


"Cette étude va nous faire réfléchir longtemps"

La grande école de commerce internationale a souhaité engager, à travers ce questionnaire très complet, une exploration de la notion de réussite et de ses composantes à travers le monde.

Pourquoi une étude sur le thème de la réussite ?
À l'Essec, notre objectif est de développer chez nos étudiants leur singularité pour libérer leur potentiel. Le parcours pédagogique est personnalisé. Nous estimons que, dans un monde instable et volatil, ceux qui apporteront quelque chose à la société seront des gens dont le projet sera clair et qui auront été correctement accompagnés dans ce sens. Cette étude est pour nous un moyen de mieux comprendre les aspirations des 38 % de nos étudiants étrangers (1.600 sur 4.200) qui viennent de 85 pays différents pour saisir leurs contextes culturels ainsi que les invariants de la réussite. Nous allons ainsi augmenter la profondeur de certains champs et varier les modes d'éclairage sur d'autres. C'est une matière riche à réflexion.

Qu'est-ce qui vous frappe le plus dans ces résultats ?
Les dernières places occupées par la célébrité et le pouvoir dans les critères d'une vie réussie, et l'importance accordée au fait de défendre l'intérêt général ou de servir une grande cause. Les valeurs portées par une génération de 35-45 ans polarisés par l'argent et la réussite professionnelle sont en train d'être dépassées par celles de la suivante, qui recherche l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle, ainsi que par celles des jeunes diplômés que j'observe, très investis dans les questions publiques et l'entreprenariat social. Beaucoup de jeunes jouent collectif au sein de leur tribu, dans un désir de servir la collectivité. On cherche depuis longtemps à réconcilier l'économie avec le social à l'Essec et à trouver leur cohérence profonde avec les besoins du monde.

L'importance du réseau avant l'intelligence chez les Français, est-ce une critique du système élitiste des grandes écoles ?
On sait bien que les réseaux comptent plus aux États-Unis qu'en France, or ce critère arrive loin derrière l'intelligence chez les Américains. Regardez aussi la Russie, où l'intelligence sort avec 82 % et les relations 50 % ! Comme au Maroc. Ces réponses témoignent plus d'une perception du sujet que de la réalité. Même si l'on observe, comme ici, un certain nombre de croyances et de projections, les résultats sont proches de ce que je constate quotidiennement dans l'école. La planète ne va pas bien mais ces jeunes actifs, qui sont pour la plupart « en situation », ont l'air d'en avoir conscience et de vouloir se saisir du problème. Et c'est une bonne nouvelle.

Propos recueillis par Sophie Péters

________

L'avis du sociologue
François Dupuy, sociologue des organisations, auteur de "Lost in Management" (Seuil)

Le monde des gens installés face à celui des bâtisseurs
Quand, dans les pays émergents, plus de 80 % des CSP+ [catégories socioprofessionnelles supérieures, Ndlr] interviewés sont prêts à consentir à des sacrifices, contre à peine plus de la moitié dans la vieille Europe et aux États-Unis, on voit clairement s'affronter deux modèles. D'un côté, celui de l'Occident, avec des gens installés et une réussite déjà acquise qui les rend moins prompts à renoncer à quoi que ce soit. Et, de l'autre, celui des pays émergents, davantage prêts à s'oublier pour construire leur avenir. Cette situation est préoccupante pour les entreprises car toutes les études sociologiques montrent que ce n'est pas avec les gens bien installés que l'on fait bouger les choses, mais avec ceux qui sont au contraire prêts à tout bousculer.

Un retour vers le collectif, signe de protectionnisme
L'individualisme s'est toujours développé dans des phases de croissance. Dans les moments de crise ou les phases incertaines, les mêmes personnes ressentent tout d'un coup l'envie de se serrer les coudes et opèrent un retour vers des valeurs plus collectives. Il faut contextualiser ces résultats car ils sont très liés à l'incertitude du monde actuel et ils montrent que l'on va vers un basculement que l'on ne maîtrise pas. Ce qui est flagrant, c'est que « l'ère Bernard Tapie » est révolue ainsi que le « Me Myself and I ».

Bill Gates, icône de la réussite
Le fondateur de Microsoft est à la réussite économique ce que Dieu est à la vie spirituelle : une icône. C'est le premier homme d'affaires à incarner la réussite dans le monde économique. Son universalité est stupéfiante et montre que les progrès à accomplir se situeront dans la capacité des managers à faire travailler les hommes autrement, à croire en eux, en les débarrassant de ce qui favorise le cynisme et l'irresponsabilité.

Réagir

Commentaires

tindofui78  a écrit le 21/10/2014 à 20:31 :

ne soyez pas impressionne par monsieur Mark Zuckerberg et les autres entreprenseurs de sillikon et hollywood comme gates jobs et cameron s'il etaient t algeriens il creverais de fain il serait 30 ans apres les annees 80 reparateurs d'imprimantes ou vendeurs de cacawettes a medine jedida oran ou photographe pour les marriages pouri d'oran au lieu d'etre ce quil est plus important a lui seul une seule personne genie electronicien plus important que tous les industriels et promoteurs de tourisme l'industrie de la debauche algerienne et immobiler appartement a 3 milliards reunis cas les peuples nengeriens et france lignorent que le chiffre d'affaire d'un simple reparateur de television des annees 80 de sillikon deppassent de 1000 fois le chiffre daffaires de tous les hotels de luxe d'oran lhotel meridien sofitel ibis ect reunis que elgehele bensellel financent alors quil detruisent l'economie nationale et ne sert a rien pour cette economie et que votre bensellel marginalise par ordres aux banques algerienne bea cpa baraka et aussi etrangeres les entrepreneurs meme avec des contrat avec les plus importantes ecoles strategiques technologique de nengerie et meme sil sont que 3 ou 10 dans tous le pays et qu'aucun autres promoteurs locales ne peut honorer parmi les 37 millions ne soyez pas impressionne par marc car meme si vous regrouper tous les talents de ces colleges reunis a sillikon en plus des innovateurs vous serez a plus de 50 ans sans aucun forme de bien et vous aurez du mal des fois a assurer votre alimentation croyez mois!!!

JB38  a écrit le 30/04/2012 à 10:59 :

La réussite c'est d'avoir une Rolex à 40 ans. Séguela pourtant sera bientôt liquéfié comme tout le monde, un jour. La Rolex lui survivra, belle réussite.

tindofui  a répondu le 21/10/2014 à 20:32:

ne soyez pas impressionne par monsieur Mark Zuckerberg et les autres entreprenseurs de sillikon et hollywood comme gates jobs et cameron s'il etaient t algeriens il creverais de fain il serait 30 ans apres les annees 80 reparateurs d'imprimantes ou vendeurs de cacawettes a medine jedida oran ou photographe pour les marriages pouri d'oran au lieu d'etre ce quil est plus important a lui seul une seule personne genie electronicien plus important que tous les industriels et promoteurs de tourisme l'industrie de la debauche algerienne et immobiler appartement a 3 milliards reunis cas les peuples nengeriens et france lignorent que le chiffre d'affaire d'un simple reparateur de television des annees 80 de sillikon deppassent de 1000 fois le chiffre daffaires de tous les hotels de luxe d'oran lhotel meridien sofitel ibis ect reunis que elgehele bensellel financent alors quil detruisent l'economie nationale et ne sert a rien pour cette economie et que votre bensellel marginalise par ordres aux banques algerienne bea cpa baraka et aussi etrangeres les entrepreneurs meme avec des contrat avec les plus importantes ecoles strategiques technologique de nengerie et meme sil sont que 3 ou 10 dans tous le pays et qu'aucun autres promoteurs locales ne peut honorer parmi les 37 millions ne soyez pas impressionne par marc car meme si vous regrouper tous les talents de ces colleges reunis a sillikon en plus des innovateurs vous serez a plus de 50 ans sans aucun forme de bien et vous aurez du mal des fois a assurer votre alimentation croyez mois!!!

JB38  a écrit le 30/04/2012 à 10:59 :

La réussite c'est d'avoir une Rolex à 40 ans. Séguela pourtant sera bientôt liquéfié comme tout le monde, un jour. La Rolex lui survivra, belle réussite.

JB38  a écrit le 30/04/2012 à 10:53 :

Bill Gates le "redistributeur"...Totalement faux. Il ne redistribue que les éventuels bénéfices de sa "Fondation", les capitaux sont bien protégés, dans son intérêt.
Les "Fondation", le meilleur moyen d'échapper à l'impôt?

JB38  a écrit le 30/04/2012 à 10:49 :

La réussite, ça n'existe pas, trop de frustration . On peut réussir dans quelques activités, mais globalement, la réussite est inatteignable.

plop  a écrit le 20/02/2012 à 14:25 :

La réussite c'est de se rapprocher au plus du bonheur, c'est à la fois se contenter de ce qu'on a tout en sachant que ce n'est pas l'avoir qui nous rendre plus heureux, nous sommes insatiables de désir

jamesbond  a écrit le 02/11/2011 à 16:38 :

la reussite.... c'est d'avoir sa femme, ses enfants, son logement ...et etre heureux dans sa vie personnelle avant la professionnelle .... vient ensuite la resussite professionnelle , qui est a definir par chacun ...
soyez tous heureux , . . .

HDI  a écrit le 29/10/2011 à 10:25 :

La réussite c'est un retour à la sagesse et à l'humilité!

riche  a écrit le 28/10/2011 à 10:57 :

dominer le monde, et avoir le droit de frapper les pauvres

diode  a écrit le 26/10/2011 à 12:46 :

La réussite? C'est gagner suffisamment d'argent pour habiter la ou vivent ceux qui votent nos lois, loin de l'insécurité.

SARKOLAND  a écrit le 20/08/2011 à 11:23 :

TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS (chômeur en déprime)

lois pourries  a écrit le 06/04/2011 à 17:26 :

la réussite ?
pas de dette, à manger tous les jours mais pas trop, des vacances pas trop loin, plus de télé, une voiture pour faire les courses ou une petite ballade à la campane ou au bord de la mer , trois quatre euros dans la poche pour les donner aux sans abri, de l'air gratuite , de l'eau propre (pour l'eau c'est pas le cas , merci veolia...)
ne pas avoir la gerbe en se regardant dans le miroir le matin, avoir la conscience tranquille...

C'est déchapper à la rolex quand j'aurai 50 ans  a écrit le 05/04/2011 à 14:39 :

La réussite... c'est de ne pas se retrouver avec une Rolex au poignet à 50 ans.

manger une salade en randonnée à l'ombre d'un arbre, et changer de trottoir quand il y a un restaurant chic.

gerardc27  a écrit le 04/04/2011 à 13:25 :

On est toujours dans une dynamique de business men's pressés ,hyper actifs, hyper occupés,hyper tout. Tout ça c'est la peur du vide et de l'ennui qui nous guette.
Revenons aux vraies valeurs humanistes et altruites et prenons le temps.

allegra serendipité  a écrit le 28/03/2011 à 8:31 :

Il faut relativiser cette analyse qui est faite sur un panel de gens nantis. Si on faisait la méme étude sur des classes moyennes et des sans emploi du monde entier ou des pays industrialisés uniquement on aurait une tendance complètement différente. Nous les pauvres ont veut réussir et avoir de l'argent , ça va ensemble. c'est sûr que quand on en a on pense à la question : "mais comment et quand vais-je pouvoir le dépenser si je bosse tout le temps". on les voit ces businessmans qui bossent dans le métro (ouf ! non je me suis trompée), dans les avions, dans leurs voitures noires et chez la tour d'argent, pas 5 mn de plaisir simple!!! AH les pauvres quand même!

on s'en fout  a écrit le 12/03/2011 à 19:04 :

_encore du blabla auquel on ne peut répondre qu'avec de gentilles remarques niaises sinon censure.

Félicité  a écrit le 12/03/2011 à 13:28 :

Pour l'heure on ne cesse pas de détruire des emplois, même bardé de diplômes on ne propose (quand on en propose) que des emplois payés au smic voire moins, alors - LA REUSSITE c'est DE SURVIVRE - avec de maigres revenus et ESSAYER DE CROIRE EN UN AVENIR PLUS CLEMENT !
- quand va-t-on augmenter les salaires ?
- quand va-t-on augmenter les retraites ?
- quand va-t-on bénéficier d'un peu plus de pouvoir d'achat ?
- quand ???? quandddddd? c'est urgent !....
La réussite, la vraie, on en rêveeeeeeeeeeeeeeee

Happiness is simple  a écrit le 12/03/2011 à 7:28 :

Un boulot qui me plait dans lequel je m'epanouis, dans une belle ville de province, avec un salaire plutot bien, et voila. Le bonheur n'est pas aussi compliqué que le marketing qui nous tabasse quotidiennement l'esprit veut bien nous le faire croire (Ipad, ecran plat ....)

Tonio Delavega  a répondu le 12/03/2011 à 20:25:

"Un boulot qui me plait dans lequel je m'epanouis, dans une belle ville de province, avec un salaire plutot bien, et voila" , c'est tout a fait vrai même avec quelques i-bidules en plus ... mais surtout derrières les anciennes valeurs: performances, compétition, croissance , toujours plus, ... c'était une façon de mouler les citoyens dans le moule libéral-économique dont nous héritons actuellement ... espérons que le changement des mentalités remettra en question ce monde ...

JB38  a répondu le 30/04/2012 à 10:56:

C'est quoi un i-pad, pod?

Lennart  a écrit le 12/03/2011 à 5:54 :

L'épanouissement personnel à toujours été en tête et ce sont peut être les médias qui ont fait croire aux masses que l'épanouissement c'était la gloire, la fortune, le succès. Et oui sinon comment justifier les programmes ringards de télé réalité ou ne compte que le "m'as tu vu", les gagnants d'un jour en payant le prix fort jetés comme des produits de consommation périmés aussitôt que l'audimat baisse.

poule  a répondu le 15/03/2011 à 22:43:

c'est pas faux cela dit faut s'en détourner ! Ce ne serait pas du boycott, il faudrait que cela soit un bannissement.