De futurs ingénieurs plus humains que transhumanistes

 |   |  851  mots
« Leur métier n'est pas du côté du scientisme mais du côté de l'humain. »
« Leur métier n'est pas du côté du scientisme mais du côté de l'humain. » (Crédits : Décideurs en région)
À l’ESIEA, école d’ingénieurs du numérique, en plus des mathématiques, de la physique, de l’informatique, de l’électronique et des systèmes, on enseigne la relation à l’autre.

Les projets de formation humaine s'inscrivent dans la lignée des valeurs humanistes de Maurice Lafargue, fondateur de l'ESIEA. Qu'ils soient liés au sport, à la culture, à l'humanitaire ou autre, ils consistent pour les étudiants« à aller à la rencontre des personnes qui ne leur ressemblent pas »,explique Bruno Bisaro qui en est responsable au sein de l'école. Et pour « aller à la rencontre », il faut bouger, notamment les idées reçues que chacun trimballe dans son bagage personnel.

Quand on vient étudier l'informatique, plongé dans la culture geek comme peut l'être en 2016 tout passionné de numérique, quand on arrive avec des préjugés sur la façon de penser la science et la société, qui véhiculent l'idée qu'on vit dans un monde révolutionnaire parce que révolutionné par les « nouvelles » technologies, on ne s'attend pas forcément en effet à ce qu'un enseignant (lui-même issu d'une école de commerce et d'une formation de comédien), affirme tranquillement :

« L'Oculus Rift (ndlr : périphérique informatique de réalité virtuelle), sur le plan de la modernité, ce n'est pas un apport. »

Et de développer en s'appuyant sur l'histoire de la peinture, en un voyage dans le passé, du début XIVe siècle à la fin du XVIe, plutôt que dans le futur :

« La perspective existe depuis les peintres de la Renaissance, les technologies d'aujourd'hui ne sont pas des révolutions mais des choses qui s'ajoutent. »

« Leur métier n'est pas du côté du scientisme mais du côté de l'humain »

Il s'agit pour Bruno Bisaro de casser le culte du scientisme, d'expliquer ce qui sous-tend un discours auquel ces étudiants sont très sensibles, celui du transhumanisme :

« C'est un fascisme, les écoles d'ingénieurs ont tout à gagner à être très vigilantes pour ne pas laisser entrer ces foutaises dans leur enseignement. Je rappelle aux étudiants que leur métier n'est pas du côté du scientisme et du transhumanisme mais du côté de l'humain, je les incite à observer comment les hommes et les femmes vivent, leur quotidien. »

Puisque l'ingénieur.e est un homme ou une femme d'expérience, l'expérience doit être aussi humaine. Cette formation consiste donc à découvrir sur le terrain la réalité de la fracture numérique, ou celle de la grande précarité des femmes seules, leur fragilité face au chômage plus grande que celle des hommes, à s'interroger sur la façon d'intégrer les sujets du handicap dans l'élaboration de leur projet, à réfléchir aux façons dont l'innovation peut réduire les inégalités, rendre la culture plus accessible, etc.

« Des étudiants peuvent penser que le but des technologies est de se passer de l'humain, j'en entends parfois certains dire qu'ils vont proposer telle machine à l'entreprise, comme ça elle n'aura plus besoin de l'humain, alors je les pousse à réfléchir aux conséquences d'une innovation sur l'emploi. S'ils occultent la question de l'humain dans leur projet, celui-ci n'est pas valable », explique-t-il.

Au cas où ces étudiants l'oublieraient, le métier d'ingénieur est de faire en sorte que les hommes et les femmes vivent mieux grâce aux innovations, pas de s'enfermer dans la technique. L'éthique est un moyen de le leur rappeler. Au programme de cette formation, ni enfermement dans la technologie ni fascination pour elle donc mais des mises en perspective et quelques tirades iconoclastes que le professeur-comédien réserve à son public geek :

« Quand vous regardez un tableau, vous pouvez être dedans et dehors alors qu'avec des lunettes 3D vous êtes enfermés dans l'image. La révolution numérique n'a rien changé dans la perception du réel.»

Perplexité dans la salle. Bruno Bisaro explique :

« Les ingénieurs du numérique sont trop actuels et pas assez virtuels au sens de la scolastique du Moyen-Âge, il ne faut pas oublier que quelque chose existe virtuellement, c'est-à-dire en puissance, avant d'exister actuellement, c'est-à-dire de façon tangible. »

Silence de l'auditoire puis stupeur et tremblements. « Vous vous êtes vus, tous en tee-shirt ? On dirait des moines... »

Ses saillies visent à interpeller les étudiants tentés par la "religion" du tout numérique, à provoquer leur questionnement.

De futurs managers, responsables et citoyens

« On ne choisit pas n'importe comment ce métier qui bouleverse la vie des gens, il s'agit d'être responsable et citoyen, et c'est par l'expérience du terrain plus que par la théorie que cet apprentissage est possible », poursuit notre interlocuteur. Ces futurs ingénieurs sont de potentiels futurs managers qui seront confrontés à la question du pouvoir, ne serait-ce que celui qui permet de faire aboutir un projet en entreprise. La communication, c'est de la relation à l'autre, c'est aussi du pouvoir, une façon de l'exercer et il s'agit également de donner des outils aux ingénieurs pour mieux communiquer. Possible aussi que cette formation puisse « aider cette génération très courageuse, confrontée à des choses très rudes, à voir les choses autrement, à croire à nouveau en l'humain ».

>> Pour aller plus loin, retrouvez toutes nos offres d'emploi

 Boostez votre carrière

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2016 à 13:17 :
Stop arrêté de faire des études trop longues. Impôts, taxes diverses, perte d'aides à cause de plafond, etc....... vous attendent au tournant.
Attendez calmement que le salaire unique se mette en place.
Où alors quitter la France.
a écrit le 04/08/2016 à 9:39 :
Amusant de constater que les préjugés, les idées pré-conçues ne sont valables uniquement que lorsque celles-ci se trouvent chez des personnes en dehors de la pensée unique.
Amusant également le point godwin direct "fascisme", ce M. étant incapable de donner la vraie définition de ce terme. Encore un lieu commun dirons-nous.
Amusant également la critique sur la tenue vestimentaire. j'imagine que les hordes de clones en costume-cravate ne lui posent aucune problème.
Amusant aussi qu'il n'ait pas encore compris que le remplacement de l'être humain par la machine n'est que la conséquence ultime d'un système capitaliste, mais il est tellement plus facile de blâmer des jeunes gens.....
Le problème est également qu'avec l'automatisation, la robotisation.... l'ingénieur a perdu son réel savoir-faire et n'est souvent qu'un technicien amélioré, sans offenser cette catégorie bien sûr. l'ingénieur " vieille école" était en effet parfois un peu bourru, renfermé, mais possédait un savoir lui permettant de résoudre de très nombreuses situations inattendues dans le cadre de son métier. En perdant ce prestige symbolique, l'ingénieur doit désormais se soumettre aux nouvelles doxas professionnelles : le développement personnel, la relation à l'autre, le management et autres idéologies RH ne faisant pas partie a priori de son cœur de métier.

Il est enfin amusant de constater que la population "geek" , qu'il faudrait déjà définir précisément, a longtemps été mal considérée, raillée, parce qu'en dehors du carcan idéologique de notre "société" soi-disante ouverte, tolérante.... et que ce n'est que récemment (années 2000) qu'avec le succès économique des Jobs, gates et autres "geeks", que leur image s'est améliorée (articles dans la presse, séries TV comme Big bang theory....).
Les Nerds conservent ainsi une image plutôt négative, car ne n'inscrivant (pas encore ?) dans la rentabilisation absolue de l'espace dans lequel nous vivons et interagissons.
Réponse de le 05/08/2016 à 20:33 :
Je suis tout à fait d'accord avec ce commentaire et notamment le passage concernant la conséquence ultime du capitalisme... La formation humaine ne peut se définir pour moi ni comme discipline universitaire (les sciences humaines ayant évincé l'homme du sujet depuis belle lurette ou Michel Foucault), ni comme développement personnel (l'homme de sciences n'a pas attendu le développement personnel pour questionner sa propre subjectivité, ce serait mal le connaître et mal le comprendre et mal comprendre la science (!) et vous avez également raison alex 1737 lorsque vous évoquez l'ingénieur à l'ancienne). Cette formation peut être le lieu du projet (encore faudrait-il redonner du sens au mot projet tellement galvaudé et utile au capitalisme...). Le costume-cravate me dérange comme la chemise brune. C'est un point de vue personnel. L'important est de pouvoir concilier encore éthique et morale et d'envisager les lieux du savoir comme des lieux de vie et de résistance. Très amicalement, Bruno Bisaro

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :