La Tribune

Evaluation de nombreuses universités françaises

latribune.fr  |   -  461  mots
Nous publions les indicateurs officiels révélant, pour la première fois, la liste d'une partie des meilleurs licences et masters, université par université, pour celles qui ont fait l'objet de cette première étude . Pour les universités expertisées, ces informations peuvent vous permettre de choisir où étudier de manière éclairée.

Fini de se perdre dans la jungle des facs, avec leurs intitulés biscornus. Fini de confondre une pépite avec une poubelle. Le palmarès des meilleures universités, que nous publions aujourd'hui, même s'il est encore assez partiel comme vos nombreux commentaires l'ont souligné, ce qui nous a amené à corriger en partie nos informations, car toutes les universités ne sont pas encore évaluées - va enfin permettre à tous les étudiants de choisir leur université en fonction de critères objectifs publiés dans des rapports officiels, en ignorant les on-dit et  les bruits de couloirs qui jusqu'alors présidaient à la décision. Vous pourrez ainsi vous inscrire dans les bons établissements et éviter les mauvais, et non plus simplement se diriger vers la fac la plus proche de votre domicile.

Jusqu'à aujourd'hui, les informations précises permettant de dire quelle était la meilleure université étaient soigneusement cachées afin de ne pas mettre en cause des situations acquises. Aujourd'hui, cette information existe. Nous la publions par des tableaux précis, université par université. Les plus fournis concernent les masters, les données pour les licences étant encore incomplètes.

Nous publions le "taux de qualité" pour chaque grande filière (Sciences dures, sciences du vivant, lettres, droit et sciences économiques, sciences humaines et sociales ...) dans chaque université étudiée. Pour la première fois, ce sont les formations qui sont notées et non pas les étudiants.

Ce taux de qualité permet de distinguer un Top cinq par filière. Ce ne sont pas forcément de grandes facs, localisées à Paris. Notre palmarès met en évidence quelques excellents établissements de province qui se hissent au top niveau, parce qu'ils ont élu un bon président et parce qu'ils attirent de bons profs dynamiques.

Ces tableaux, réalisés avec toute la rigueur possible par notre partenaire l'Agence éducation formation (AEF), synthétisent dans une forme directement utilisable par vous, internautes, les rapports d'évaluation d'un organisme officiel, l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES) qui signe avec chaque université évaluée un contrat. La qualité de chaque diplôme est mesurée en fonction de quelques critères essentiels : pilotage de l'université par le Président et les directeurs de diplômes, moyens dont dispose l'établissement, qualité de l'enseignement, insertion professionnelle des diplômés. Ce palmarès qui révèle les forces et les faiblesses de chaque université étudiée permet ainsi de bien préparer votre avenir.
 

Attention toutefois : rappelons que toutes les universités françaises n'ont pas encore été évaluées par l'AERES. Manquent à l'appel une trentaine sur la petite centaine d'universités françaises et plus que cela dans certaines filières.

Réagir

Commentaires

benoux59  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Il manque des universités : Lille 1,2,3 pour ne citer qu'elles !

Marc  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Encore une "enquête" manipulatrice, élaborée par une officine, financée par qui?
par ex Paris-XI-Orsay n'est pas mentionnée, alors que c'est probablement la meilleure,
surtout en "sciences dures". Facile dans ces conditions de mettre en vedette de universités de 3eme zone,
après avoir éliminé les meilleures.

berlin  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Vous seriez plus crédibles si vous ne présentiez pas que l'ile de France et le grand Est pour les licences.

Marc  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Ce classement ne me parait pas très sérieux et souffrir d'un manque de travail des journalistes, qui ont du oublier qu'avant l'AERES, il y avait la MSTP (dont certes les rapports et notes n'étaient pas publics). Comme l'évaluation tourne sur un cycle de 4 ans, toutes les universités n'ont pas encore été évaluées par l'AERES et ne peuvent donc figurer ici. Ou est par exemple l'Université Lille 1, qui se débrouille assez bien sur les licences ? Aucune licence en sciences dures ne figure au palmarès ? On croit rêver... Une enquête qui mérite C !!!

etudiante  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Vous ne présentez pas la totalité des universités françaises (il y en a 85). Que dire de celle qui ne sont pas représentées ?

Snok  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

J'ai bien fait de vérifier sur Internet avant d'aller acheter le journal.
Montpellier avec ses trois universités n'apparait même pas, que ce soit en bon ou en mauvais. Idem pour les universités de Toulouse.
Comment estimer la pertinence de ces analyses et procéder à un classement alors même qu'on occulte plusieurs universités qui représentent plusieurs dizaines de milliers d'étudiants?

Marc de Nantes  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Je pense que ce classement est une information précieuse. Un établissement porteur d'un seul master classé A (donc 100% de A) s'y trouve interclassé avec un établissement porteur de 20 masters, classés diversement.

Cet article pourrait s'appeler : "tableau de synthèse des évaluations AERES", évaluations qui sont directement accessibles sur internet. A ce que j'ai vu, et malgré les titres tapageurs, cela ressemble au résultat d'une semaine de travail de secrétariat muni d'un tableur Excel.

D'ailleurs la ligne de l'université où j'exerce semble erronnée.
Nantes 20 31 65% 60 115 0% 11

A moins que des 11 notes non disponibles vous conduisent à renoncer au calcul, ce qui est contradictoire avec l'interclassement évoqué plus haut.

Pasglop  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Paris XI, Paris V ? Les rapports AERES ne sont pas publiés, donc ces excellentes facs sont absentes du classement... A vouloir faire un bon coup media, on se ridiculise. Pas serieux ça !

etude ridicule  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Etude ridicule ! méthodologie foireuse... sans VALEUR !

john bronces  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

La mauvais qualité de cet article jette un profond discrédit sur le journal dans son ensemble.

Emmanuel  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Les universités présentées dans ce classement correspondent seulement à la deuxième tranche de l'AERES. Pourtant, les articles semblent dire qu'elles sont toutes présentes... C'est une tromperie flagrante sur l'information. Probablement causée par un manque de travail du (des) journaliste(s) qui n'ont pas assez creusé leur sujet.

Quant à "l'enquête" et "l'évaluation", elle a consisté à compter le nombre de 'A', de 'B' et de 'C' dans les documents de l'AERES... On croit rêver !!!

Quand ferez-vous du VRAI journalisme ???

Mme Durand  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Merci pour tous ces classements qui vont aider mes enfants à choisir en connaissance de cause. Notre choix premier est d'éviter qu'ils fréquentent une université où sévissent des enseignants-chercheurs
dont les valeurs ne sont pas conformes au meilleur que nous souhaitons pour nos enfants et qui se reposent, comme vous l'écrivez si bien, sur des situations acquises.

Bou  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Paris IX (Dauphine) , a ce que je sache, fait partie des meilleurs universités française en terme de gestion et finance.... or aucune trace dans ce classement!! étrange

Nicoparis  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

A tous ceux qui se plaignent que toutes les universités ne sont pas là et crient au scandale : lisez la méthodo !!! Les universités sont évaluées par vagues et pour l'instant, seules deux d'entre elels l'ont été. D'où un classement portant sur moins de la moitié des établissements. Avant de raler, lisez...

enseignant  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

l'évaluation des université est très importante voire primordiale, mais pas de cette manière. Laissez les spécialistes (universitaires ou pas) effectuer l'évaluation.
Prenant l'exemple des écoles de commerce, il n' y a pas de débat à ce niveau, tout simplement parce qu'il existe des organismes, reconnus par tous, qui se chargent de l'évaluation.

La Tribune  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Précisions de la Tribune ; les liens vers les rapports de l'AERES sont indiqués clairement en bas de chaque tableau.
Toutes les évaluations ont été réalisées par l'AERES (il ne s'agit pas seulement de la deuxième vague).
L'AERES n'évalue les universités qu'avec leur accord en vertu d'un contrat bilatéral. Celles qui ne figurent pas (une trentaine) dans ce classement n'ont pas voulu être évaluées. Cas à part : Dauphine dont l'évaluation a été trop tardive pour être prise en compte.

jm  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Amusant, en 2008, l?université Bordeaux 1 est le premier établissement français à figurer dans le classement thématique de l?université de Shanghai consacré aux sciences de l?ingénieur et de l?informatique mais elle n'apparait pas dans cette étude.... Celà laisse grandement présager du sérieux de l'affaire...

Etudiante de Paris  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Un classement qui ne cite même pas Paris Dauphine c'est n'importe quoi!

étudiant69  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Le fait qu'environ trente Universités ne soient pas évaluées (Saint Etienne, Chambéry, Lyon, Grenoble...) et tellement peu de Licences en général, enlève malheureusement toute valeur à ce classement, beaucoup de travail sans doute pour un résultat peu exploitable, c'est dommage...

Aurel  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Bou, apprenez à lire un article en entier. Il est stipulé que les données concernant Dauphine n'étaient pas disponibles...

kem  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Créer des Pôles Universitaires n'est ni plus ni moins qu'un moyen de dévaloriser les diplômes des petites universités de province.

On voit bien où le modèle américains a mené en la matière : des Harvard et autres Yales qui ont formé l'élite à l'origine de la crise financière actuelle, une éducation accessible qu'à une petite minorité fortunée, et enfin on s'étonne que le monde tourne mal...

Cet article grotesque ne présente pas le moindre intérêt, d'ailleurs ce système élitiste que La Tribune soutient depuis son origine n'est plus qu'un tas de braises fumantes et bientôt il n'en restera rien, au bonheur de ceux qui auront chercher à faire leur place dans cette société sans contraindre les autres. Bref, à ceux qui souhaitent vivre dans un monde plus humain, où la marchandisation n'est pas l'unique solution.

A bon entendeur... On s'retrouvera dans la rue.

Kem  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Quant au "fini de confondre une pépite avec une poubelle", je trouve ça d'un goût très douteux. Y'aurait-il des universités mauvaises à ce point ? En tout cas, ce n'est pas avec les moyens fournis par le gouvernement que ces universités "poubelles" vont s'en sortir.
Le dédain qui ressort de cet article prête à vomir.

Lecteur  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :


Des défauts de cet article ont été relevé dans d'autres commentaires. Au delà des erreurs factuelles importantes, l'article est profondément marqué par l'idéologie sarkozyste et c'est cela son seul objectif.

pfffff  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

si on peut encore dire que Dauphine est une université?!

pro  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Ce classement n'est pas objectif. Il n 'y a ni dauphine ni la sorbonne.
D ou viennent vos sources ????
Mais a qui voulez vous faire croire cela ?
Renseigner vous avant d'écrire des bêtises et moi qui pense que la tribune était un canard sérieux!!!!

Bravo  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Merci à la Tribune et à l'AERES pour cette étude utile pour orienter nos enfants, mais surtout très utiles aux universités qui souhaitent progresser. Celles qui ne souhaitent pas être évaluées ont tort de ce priver des recommandations de cet audit.

Orel de Bx  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Un joli ramassis de conneries cet article de journal... Ils manquent beaucoup de grandes universités, sans vouloir dénigrer les autres, tout simplement parce que ces dernières sont en cours d'évaluation... Je pourrais citer Bordeaux par exemple ! Alors qu'on nous fait croire ici qu'ils auraient renoncé à être évaluée parce qu'elles auraient "des choses à cacher". RIDICULE !!!! Je pense que le but journalistique doit être atteint faire vendre, peu importe les imprécisions... Pffff !!!!!!! Exaspérant.

Damien Tlse  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Les Universités toulousaines, dont l'Université de Toulouse 1 -Sciences sociales, sont totalement absentes de ce classement. Quelles explications fondées justifient cette enquête qui ne se base que sur un échantillon d'universités semble-t-il..

prof  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

L?aeres n?a pas terminé la dernière vague d?évaluation des universités.
Vous indiquez de manière fort erronée et trompeuse qu?une trentaine d?« universités françaises n'ont pas souhaité être évaluées par l'AERES » alors qu?il s?agit des universités qui appartiennent à la dernière vague d?évaluation en cours.
Votre article n?est pas sérieux

chef d'entreprise  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

ce pseudo palmares ne va pas me reconcilier avec une presse qui cherche desesperement le client ni avec des services etatiques visant le politiquement correct .
On ne peut pas à la fois etre juge et partie !
La rumeur est encore le meilleur des arbitres et quand bien meme polytechnique est relegué au 2 ou 3 rang dans les sondages , les 1ers aux concours d'entrée choisiront toujours l'X avant centrale et les mines !
Le niveau des fac baisse de plus en plus ainsi que le niveau de la recherche française .Je pense que les 2 sont liés.
Et seule une evaluation par les employeurs peut avoir une objectivité certaine car liée au resultat et non à la quantité de papier produite.

Jacques Dejean  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

C'est ahurissant ! Un palmares qui établit et publie des pourcentages à partir d'une seule réponse (exemple : une réponse A sur une seule réponse donne 100% de réponses A) !
Voilà qui en dit long sur la "rigueur" annoncée de ce document et sur le crédit qu'on peut lui accorder.
Et dire qu'il y a des gens qui appellent ça une évaluation !

avezvousvu  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Effectivement votre article ne fait pas l'unanimité... loin de là !
Mais au fait, au rythme ou le chomage s'accroit il faudra faire un master ou ecole d'ingénieur en chercheur d'emploi ??

Paul de Paris  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Un gros tiers des universités non notées... Donc ce classement est potentielement complétement faux! Mais pourquoi n'attendez vous pas d'avoir une étude complète avant de la publier? Je n'oserai jamais mettre sur le bureau de mon patron un travail à ce point inachevé (et incompréhensible). Apparement ça ne dérange pas la Tribune, c'est vraiment étonnant! Mais peut-être a t-on besoin de la publier parcequ'on rentre en période d'inscription à l'université et que ça va faire vendre des journaux?? Dans ce cas c'est un problème de déontologie journalistique.

un directeur de recherches en fin de carrière  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Espérons que la Tribune publiera bientôt une évaluation de l' AERES. Pour avoir vu des commissions AERES à l'oeuvre, ce n'est pas brillant !!

Le lecteur du soir  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :


Je souscris à tous les commentaires très défavorables qui accompagnent cet article. Malgré tout, bravo à La Tribune pour avoir accepté de les publier, c'est un signe de démocratie appréciable en ces temps...

Eric de Reims  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Cet article sent le troll a plein nez. Si la Tribune a vraiment voulu jeter un pavé dans la mare pour montrer que toutes ces pseudo-études étaient de la fumisterie, je dis chapeau

pro  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

merci quand de diffuser nos commentaires!!
Cependant a ton droit a des explications ou nous parlons dans le vide ?

Mariane  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

@chef d'entreprise qui a dit "seule une evaluation par les employeurs peut avoir une objectivité certaine car liée au resultat et non à la quantité de papier produite." Il ne faut pas confondre la recherche scientifique et les applications de cette recherche. Sans recherche fondamentale il y aura de moins en moins de nouvelles applications pratiques a decouvrir. Quand la science avance les applications suivent, si la science n'avance plus le progres s'arrete.

francois  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Sachez que l'aeres se contente d'une lecture des plaquettes de présentation des diplômes .... c'est encore plus réducteur que le classement SMBG !

Cambacérès  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Classement de peu d'intérêt
-Très peu d'universités sont notées
- Vous évaluez au niveau de l'université alors qu'il conviendrait d'évaluer également au niveau des facultés
- L'évaluation concerne les licences ou masters eux même il s'agit d'une évaluation plus administrative qu'universitaire et ce n'est donc pas une approche pertinente pour un étudiant.
- Trop d'universités et de facultés de premier plan sont absentes de l'évaluation, le classement actuel sera probablement bouleversé, dans ces conditions présenter un "TOP5" relève de la malhonnêteté intellectuelle

Enfin le seul critère valable pour évaluer une formation c'est le taux d'insertion professionnelle après l'obtention du diplôme. Il s'agit du SEUL critère à prendre en compte mais cela demanderait plus de travail qu'un banal "recopiage statistique"

mathématicien  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

C'est vraiment du n'importe quoi!
Top 5 des meilleurs masters en sciences dures:

1) Paris-VII
2) La Rochelle
3) Rennes-II Haute Bretagne
4) Paris IPGP
5) Poitiers

Où sont Orsay, Paris6, Grenoble, Strasbourg, Lyon, Rennes 1???

N'importe quoi! La Trubune a fait fort!!!

Wtailor  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Je reprends le message de Nicoparis, toutes les fac n'ont pas encore été évalué, c'est précisé sur la doc alors en effet arreter de raler!!!!

www.unistra.fr  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Venez faire un tour chez nous...
Offres de formation de l'Université de Strasbourg :
http://www.unistra.fr/index.php?id=175