Numérique : les métiers dont la rémunération va (fortement) grimper en 2018

 |   |  438  mots
À l'heure de la transformation numérique et de la dématérialisation et optimisation des données, certains profils sont particulièrement recherchés.
À l'heure de la transformation numérique et de la dématérialisation et optimisation des données, certains profils sont particulièrement recherchés. (Crédits : Statista*.)
À l'heure de la transformation numérique et de la dématérialisation et optimisation des données, quelques profils sont particulièrement recherchés. Ils devrait connaître l'an prochain d'importantes hausses de salaires, projette une étude du cabinet Robert Half.

Pour voir son salaire bondir, l'heure n'est plus à "l'informatique" mais au "numérique". Alors que 20% des salariés devraient bénéficier d'une augmentation en 2018, tous ne verront pas leur rémunération grimper de la même façon. Certains postes-clés dans le numérique (digital pour les anglophones) devraient connaître une forte hausse de leur salaire, d'après les projections du cabinet Robert Half, auteur d'une étude(**) de rémunération publiée chaque année.

À l'heure de la transformation numérique et de la dématérialisation et optimisation des données, quelques profils sont particulièrement recherchés. C'est le cas du manager SEO (Search Engine Optimization, soit la capacité à valoriser son site/produit dans les résultats d'une recherche), dont la rémunération moyenne pour les profils avec 5 à 10 ans d'expérience est attendue en hausse de 27%, pour une fourchette de salaire annuel brut entre 65.000 et 90.000 euros. Ceux débutant leur carrière ou avec moins de cinq années d'expérience n'ont néanmoins pas grand-chose à attendre (entre 0% et 2% d'augmentation).

Attirer des jeunes talents

Comptant parmi les emplois les plus sollicités, les data scientists travaillant dans l'e-marketing ont également leur carte à jouer dans les revendications salariales, d'autant plus qu'ils sont considérés parmi les plus à même de mener la transformation numérique d'une entreprise, derrière les chefs de projets web. Pour attirer les jeunes talents disposant de peu d'expérience, les rémunérations sont en nette hausse de 22% (45.000 à 55.000 euros). Les profils plus expérimentés sont également recherchés mais devraient connaître en comparaison une augmentation salariale moindre (+15%, entre 55.000 et 70.000 euros).

Suivant cette mouvance, les responsables médias sociaux en début de carrière (3 - 5 ans d'expérience) sont également favorisés dans les revalorisations salariales avec une rémunération projetée en hausse de 17% (entre 45.000 et 60.000), contre "seulement" 13% (60.000 à 75.000 euros) pour ceux totalisant jusqu'à 10 ans d'expérience).

Cette tendance de privilégier les profils en début de carrière ne se retrouve néanmoins pas à tous les postes : à mesure que les "nouveaux" métiers se répandent, la bataille de chiffres pour attirer les "meilleurs" profils reprend. Analystes web, gestionnaires de trafic et community managers devraient connaître, eux, une tendance inverse puisque l'étude projette une hausse des salaires plus fortes chez ceux ayant déjà connu la vie en entreprise.

___

(*) Un graphique de notre partenaire Statista.

(**) Les résultats sont basés sur des "enquêtes menées dans l'Hexagone en 2017, auprès de 200 directeurs ou responsables administratifs, 300 directeurs ou managers (tous secteurs confondus) et 200 directeurs ou responsables informatique".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2017 à 20:45 :
Les formations en informatiques ne sont pas ouvert à tous et dans toutes les villes; ces métiers restent pour des privilégiés , qui ont été soutenus par un système social et politique qui date depuis plus de 20 ans.
Beaucoup d’emplois ont été supprimés à cause de ce secteur : c’est pas normal qu’ils soient augmentés alors que la majorité des gens ont été mis au chômage à cause de la transition et que la précarité a doublé par trois sans que des solutions équitables n’ont été proposés sans parler de la spoliation des pensions de réversion et des levée de fond pour des start up qui ont fermé au bout de 3 ans....
a écrit le 11/10/2017 à 20:43 :
Généralement les métiers nouveaux n'ont qu'une seule trajectoire: des salaires très intéressants au début, puis la baisse du salaire au fur et à mesure que l'offre arrive.
La demande par exemple pour des data scientists existe depuis plus d'un an, donc un cycle d'ingénieur durant trois ans, on peut estimer que ce métier aura un niveau de rémunération divisé par 2 dans cinq ans.
a écrit le 11/10/2017 à 18:53 :
prenez les offres apec, monster, et consors, et faites nous un deuxieme topo...... puis une synthese qui risque de ne pas etre evidente!
bonne chance a vous!
je vous aide : ' pour ceux qui n'auront pas un stage ou ne seront pas remuneres a bac+5 niveau bac -2, les salaires progresseront de 20%'
quand on fait des etudes de marche, on se mefie du declaratif...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :