Les offres d'emploi pour les cadres en plein essor

 |   |  236  mots
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Entre mars 2010 et février 2011, plus de 382.400 offres d'emploi ont été publiées par l'Association pour l'emploi des cadres. La fonction informatique a le vent en poupe.

Mois après mois, l'emploi cadre continue de profiter à plein des premiers signes de la reprise économique. En février 2010, 40.200 offres d'emploi ont été confiées à l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), un nombre en hausse de 67 % par rapport à février 2010 (en données brutes et à nombre de jours ouvrables comparables). Sur les douze derniers mois, les offres d'emploi cadre ont progressé de 62 % (60 % en nombre de jours ouvrables). Au total, de mars 2010 à février 2011, plus de 382.400 offres d'emploi destinées aux cadres ont été publiées par l'Apec.

La progression des offres d'emploi est au plus haut dans la fonction commercial, marketing (76 % sur un an), tout comme dans la fonction informatique (74 % sur un an). Ces deux fonctions représentent à elles seules près de 60 % des offres d'emploi cadre (environ 220.000).

Si l'Apec note qu'au mois de février la fonction Études et Recherche & Développement a enregistré une forte hausse (70 % en février), elle constate également que sur un an, la progression a été moindre (44 %). Dans ce créneau professionnel, seules les études socio-économiques arrivent à tirer leur épingle du jeu et affichent un nombre de postes en hausse de 74 % sur un an (près de 2.500 offres d'emploi). Traditionnellement pourvoyeuse d'offres d'emploi (environ 10 % du total des offres cadres), la fonction Gestion, finance, administration enregistre, quant à elle ,une progression moyenne (47 % sur un an), excepté le contrôle de gestion et l'audit qui se porte plutôt bien (61 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2011 à 15:05 :
Bah, c'est du rattrapage à Y+1. A réétudier dans quelques mois. De toute façon pour suivre le marché, si les offres "reviennent", faut pas rêver : les salaires proposés restent en berne et les perspectives sur le long terme : nulle. Exemple, le marché informatique "euphorique" résonne en mode "projet" et donc assume toujours une forme de précarisation.
a écrit le 25/03/2011 à 23:39 :
Quel est l'intérêt de se vanter avec un titre aussi béat ?

Je suppose que la plupart des personnes savent faire la différence entre d'une part les mouvements de postes, et d'autre part les créations de postes.

Que représente 382.400 offres d'emplois ?

- Absolument rien, seuls les créations de postes comptent.
Réponse de le 26/03/2011 à 7:46 :
C'est votre commentaire qui est béat. Toute dynamique du marché de l'emploi est positive et mérite d'être soulignée. Par ailleurs, le "turn-over" est une vraie nécessité, notamment pour les cadres expérimentés dont je fais partie. A un certain niveau de carrière, il n'y a plus de création de poste mais simplement une mécanique de changement qui est encore bien rouillée aujourd'hui. Nous sommes quelques un à espérer que cela change, ce qui semble être le cas à la lecture de l'article.
Réponse de le 26/03/2011 à 10:43 :
Mon commentaire n'a rien de la béatitude, relisez-le.
Réponse de le 26/03/2011 à 10:58 :
Sans vouloir jouer les juges de paix, vos deux commentaires sont valables. Les mouvements de postes ne permettent pas de réduire le chômage. Par contre ca veut effectivement dire que le marché de l'emploi est moins sclérosé. Et quand les gens bougent, on peut espérer que les entreprises bougent, et au final qu'ensuite la dynamique se mette en marche et crée des emplois. Et puis le turn-over est aussi une manière de réduire le chômage de longue durée (même si ce n'est pas l'idéal, ça permet une rotation des gens en poste et évite la désocialisation. Plus d'un an de chômage, et vos chances de retrouver du travail sont nulles. C'est important)
Réponse de le 26/03/2011 à 12:36 :
Et il existe aussi des entreprises qui passent des annonces de recrutement alors qu'elles n'embauchent pas, mais parce que c'est de la pub à bon marché. Moi je dis: les chiffres s'en méfier...surtout quand on ne sait pas à quoi ils correspondent vraiment !!!
Réponse de le 27/03/2011 à 9:00 :
Un ami est cadre RH, pour debaucher un salarie chez un concurrent, il se doit de passer une annonce publique meme si il sait exactement qui il veut et comment le contacter directement. L'annonce publique est juste un alibi pour lui, il recevra 3 candidats sachant qu'il se fichera completement des 2 autres, juste 1 l'interesse depuis le debut. Je confirme aussi que publier des annonces est aussi une publicité pour les entreprises, pour valoriser leur image, il vaut mieux promettre des postes virtuels que d'annoncer des licenciements ou des stabilisations d'effectifs
Réponse de le 28/03/2011 à 7:41 :
Dire qu'après 1 an de chômage tout est perdu est scandaleux!
Réponse de le 29/03/2011 à 8:45 :
le CV est une partie infime de la valeur de la personne , le plus difficile est de convaincre pour un premier RDV.(ENSUITE SI OBTENTION de ce RDV avoir satisfaction de ce déclarer verbalement est un grand pied!!)mais les employeurs sont moins curieux que la bonne moyenne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :