Pourquoi la hausse des embauches de cadres ne durera pas

 |   |  389  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La croissance "heurtée" et les investissements privilégiant la productivité devraient contribuer au ralentissement du nombre d'embauches de cadres d'ici 2015. En attendant, l'année 2011 s'annonce plutôt bonne puisque leur recrutement devrait progresser de 18% selon l'Association pour l'emploi des cadres.

L'embellie ne durera pas pour l'embauche des cadres. Si, en 2011, quelque 200.000 d'entre eux devraient trouver un emploi, cette situation ne devrait pas durer. L'Association pour l'emploi des cadres (Apec) prévoit un ralentissement graduel des recrutements des cadres. Le nombre de ces embauches ira jusqu'à décroître de 1% à l'horizon 2015 selon ces projections. Entre temps, le recrutements des cadres devrait progresser de 18% en 2011 par rapport à l'année précédente, puis de 8% en 2012, de 5% en 2013, de 6% en 2014.

Pourquoi ce pessimisme ? D'abord parce que l'organisme prévoit une croissance "heurtée". La hausse de la production prévue pour atteindre 2,1% en 2011 pourrait redescendre l'an prochain à 1,8% et osciller entre ces deux valeurs les années suivantes, selon des projections de l'Insee.

"Deux chocs 'possibles' l'un inflationniste et l'autre budgétaire seraient susceptibles, s'ils se réalisaient, d'avoir un impact négatif majeur", signalent ainsi les auteurs de cette étude. La hausse des prix des matières premières ainsi que les politiques budgétaires restrictives pourraient avoir des conséquences sur la consommation des ménages. Ces deux risques auraient pour conséquences de réduire les débouchés des investissements pour les entreprises et "ralentiraient la 'résorption' des surcapacités de production nées de la crise".

La productivité privilégiée

Ensuite, est c'est le principal enseignement de cette enquête de l'Apec, cette croissance risque d'être faiblement créatrice d'emplois pour les cadres. Faible, la rentabilité du capital n'inciterai donc pas les entreprises à se lancer dans des investissements importants et risqués, d'autant plus qu'elles pourront moins compter sur l'autofinancement. Du coup, c'est surtout les investissements de productivités qui seraient privilégiés.

Départs à la retraites retardés et non remplacements

Enfin, les législations sur la retraite et l'emploi des seniors risquent de constituer un autre facteur de ralentissement des embauches pour les cadres. Non seulement, depuis le 1er juillet, l'âge de départ à la retraite sera retardé de quatre mois par an, mais les cadres sont aussi incités à partir plus tard. Ainsi 69% d'entre eux retardent ce départ et cela devrait continuer selon des projections de la caisse des retraites des cadres, l'Agirc. Le non remplacement prévu de certains retraités entre aussi en ligne de compte dans la fin prévue des hausses d'embauches de cadres d'ici 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2011 à 9:57 :
Cadre, mon salaire n?augmente pas ou très peu par rapport à l?augmentation des prix. L?entreprise où je travaille diminue les budgets d?année en année. Moi j?épargne chaque année un peu plus pour espérer un jour acheter une maison qui coûte chaque année plus cher. C?est un constat tangible qui me fait dire que les beaux jours ne sont pas devant nous si la majorité des gens partagent ma situation. Je pense qu?à un moment cela va bloquer et la méthode Coué préconisée par Sarkozy n?y changera rien. J?aimerai voir arriver un candidat intelligent et honnête pour 2012. Il y en a marre des arrivistes. Pour Patrickb : les cadres ne servent à rien mais j?ai un collaborateur lui-même cadre qui ne prend aucune initiative quand il a du temps disponible donc ce n?est pas demain que les petits chefs vont disparaîte.
a écrit le 06/07/2011 à 13:01 :
La solution à la crise économique n'est pas les cadres qui ne sont souvent que des petits chefs qui ne servent paas à grand chose, mais la création d'un environnement proteur; c'est-à-dire de permettre de créer des entreprises (petites et moyennes) en arrêtant entre autres les subventions aux grandes entreprises (payées par le contribuable) qui empêchent ce développement.
a écrit le 06/07/2011 à 11:31 :
l'emploi des cadres....pff...
APEC = enfumage!

a écrit le 06/07/2011 à 7:59 :
Je ne sais pa avec quelle mentalité cet article a été écrit. Nous avons une augmentation cumulée de 37% (sans faire de composition qui augmentra ce pourcentage) sur quatre ans en partant d'une année correcte puis une perte de 1% et vous trouvez le moyen de mettre un titre tueur d'optimisme !!. D'où vient cette noirceur?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :