Comment réussir un entretien ou négocier une augmentation ?

 |   |  711  mots
D'après l'étude, la maîtrise d'une langue est une évidente valeur ajoutée. Mais à choisir, l'anglais est à privilégier, devant l'allemand, l'espagnol, le chinois, l'arabe et le russe.
D'après l'étude, la maîtrise d'une langue est une évidente valeur ajoutée. Mais à choisir, l'anglais est à privilégier, devant l'allemand, l'espagnol, le chinois, l'arabe et le russe. (Crédits : Reuters)
Le moteur de recherche Adzuna a identifié, dans une étude, les qualités et les compétences les plus recherchées dans les offres d'emploi ainsi que celles qui permettent de prétendre à un salaire élevé. Quelques observations à garder en mémoire.

Humilité, charisme, motivation... Quelles qualités permettent de décrocher un "bon" poste ? Le moteur de recherche d'offres d'emploi Adzuna a passé au peigne fin près de 600.000 annonces publiées sur son site en avril. Parmi celles proposant les salaires les plus élevés, certaines qualités et compétences reviennent régulièrement. Tour d'horizon.

  • Avoir l'étoffe d'un leader

Premier constat de l'étude : les candidats faisant preuve d'initiative, aptes à fédérer et à mener leur équipe, à savoir, les "leaders", percevraient les meilleurs salaires. Ils auraient en effet accès à des postes rémunérés à hauteur de 49.967 euros bruts par an, selon Adzuna.

Et quitte à se mettre en avant, mieux vaut faire preuve de leadership qu'être charismatique. Du moins, le charisme, serait, toujours selon cette enquête (cf schéma ci-dessous), une qualité moins valorisée que celle de "leader", avec une rémunération de 45.072 euros par an.

Lire : Vous voulez une promotion ? Habillez-vous comme votre patron !

Les compétences associées au meilleurs salaires, Adzuna

  • Maîtriser l'anglais

À défaut de posséder l'une de ces qualités, il faut alors parier sur l'anglais. La maîtrise de la langue de Shakespeare assurerait en effet une rémunération de 36.700 euros par an contre 31.200 euros pour la moyenne des salaires proposés sur le site. Cerise sur le gâteau : cette compétence est exigée dans 13% des offres d'emploi étudiées, ce qui en fait la troisième qualité la plus recherchée par les recruteurs.

La maîtrise d'une langue n'est donc pas à négliger. Cela dit, si certains professeurs d'allemand répètent à l'envi que la langue de Goethe aide à trouver un emploi, souvent bien payé, l'étude d'Adzuna n'apporte pas les mêmes conclusions. En effet, le salaire associé à un poste exigeant de parler allemand est en moyenne de 34.565 euros, soit moins que pour les emplois où la maîtrise de l'anglais est demandée, mais certes plus que ceux pour lesquels il faut parler espagnol, chinois, arabe ou russe.

Donc, en résumé, l'anglais est à privilégier, devant l'allemand, l'espagnol, le chinois, l'arabe et le russe.

  • Capitaliser sur l'expérience

Leadership ou pas, dans tous les cas, il faut miser sur l'expérience. C'est le sésame qui devrait permettre à n'importe quel salarié de gonfler sa fiche de paie. Car si ce dernier reste dans la même entreprise plus de 3 à 5 ans, sa rémunération risque d'augmenter moins vite que s'il en change, explique Adzuna.

Dans le premier cas, "un employé peut espérer toucher un salaire de 14,8% supérieur à son salaire à l'embauche au bout de cinq ans", observe l'auteur de l'étude, Hyacinthe Mutin, dans son analyse. Mais il a tout intérêt à changer d'entreprise : "les recruteurs seraient prêts à payer 38% de plus pour un candidat avec une expérience de cinq ans qu'en début de carrière". Pourquoi ? " Les employeurs doivent proposer des salaires suffisamment élevés pour inciter un candidat déjà en poste à prendre le risque de quitter son entreprise".

  • Être organisé

Adzuna complète d'ailleurs son analyse par une liste des caractéristiques les plus demandées par les recruteurs. La capacité à s'organiser est ainsi mentionnée dans 21% des offres d'emploi publiées sur le site, ce qui en fait la caractéristique la plus recherchée entre toutes. À en croire l'étude, l'organisation passe même avant la motivation ou les compétences en anglais.

Les compétences les plus demandées par les recruteurs en avril 2015

Un total de 588.125 offres d'emploi ont été analysées par Adzuna pour identifier les compétences les plus demandées par les employeurs. L'organisation et l'autonomie arrivent en tête. Crédits : Adzuna

Notons enfin que les qualités requises pour réussir un entretien ou négocier son salaire, diffèrent en fonction des pays. Ainsi, selon une enquête similaire réalisée par Adzuna en 2014 en Allemagne, la capacité à travailler en équipe et à être innovant apparaissaient plus souvent que toute autre compétence dans les annonces. Surtout, la notion de "fun" revenait régulièrement dans les offres allemandes et britanniques. En revanche, peu de traces de cette nécessité de "s'investir et s'épanouir au travail" ne ressortaient des offres examinées du côté de l'Hexagone.

Lire : Les moins bons salariés sont les plus heureux et... les plus motivés

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2015 à 19:59 :
Sauf que 1) leadership et humilité sont totalement incompatibles et 2) l'anglais est la langue prisée aujourd'hui, mais personnellement je privilégierai le chinois, l'espagnol, voire le russe pour les Européens, même si l'anglais restera important pendant quelques temps encore. En outre, il existe des grilles de salaires pour toutes les professions et je suis donc sceptique sur la possibilité de vraiment négocier pour les postes d'encadrement ordinaires :-)
Réponse de le 19/04/2015 à 22:59 :
Vous travaillez encore? Dans quel domaine?
a écrit le 18/04/2015 à 14:37 :
Cet article est le parfait reflet d'une gestion des ressources humaine complètement dépassée qui date du siècle passé. C'est ça le problème de la France. Seules les résultats de l'employé devrait suffire. Les profils des candidats sont des mirages : beaucoup de ceux qui correspondent aux profils sont en fait de véritables acteurs de théâtre, quand les profils dessinés par les DRH correspondent réellement au poste. On confie alors à ces acteurs des responsabilité qu'ils ne peuvent en réalité pas assumer et bloquent le fonctionnement de l'entreprise. Par exemple, les DRH recherchent des informaticiens ouverts et dynamiques. Hors un informaticien renfermé et rigoureux est une personne capable d'une grande concentration, ce qui est une grande qualité quand on doit travailler sur des projets complexes. Le recrutement par le tri des personnalités est une escroquerie qui mène la France dans le mur. Les récents grands échec de notre industrie le montre : projet informatiques d'état ruineux, construction de centrales nucléaire défaillantes, infrastructure de transport inadapté...
a écrit le 17/04/2015 à 19:42 :
Bof. Réussir l’entretien ou non donnera au final, au mieux, une augmentation famélique.
Le vrai problème est que les actionnaires spolient de plus en plus de valeur ajoutée tout en demandant de plus en plus de travail aux quelques salariés pas encore au chômage.
Tant que le rapport de force ne sera pas inversée, sauf pour quelques chanceux, les augmentations resteront aussi minables que les salaires.
Surtout quand on sait que le médian est à peine à 1600 € … les salaires indiqués dans cette étude sont sacrément bidons. Disons plutôt qu’ils ont bien sélectionné leur échantillon.
Réponse de le 18/04/2015 à 13:32 :
Commentaire judicieux, TH. Là, l'article parle du "middle-management". Soit, ceux qui sont entre le marteau (vrai dirigeant) et l'enclume (l'employé de base). Et il ne vous aura pas échappé que le karisme, jusqu'à peu indispensable, est en perte de vitesse face au leaderisme. Why, is'n it..?? Tout simplement parce que les salariés sont de moins en moins payés pour de plus en plus de boulot. Et pour les manager, faut de moins en moins les ménager. Soit, en retour, s'en prendre de plus en plus dans la cafetière. Et, juste pour l'exemple, j'ai leadé une équipe d'une vingtaine d'ingénieurs, et le nervous-breakdown, je me le suis frôlé à répétition...
a écrit le 17/04/2015 à 16:29 :
Vont aussi ensemble. Je ne pense pas que "foirer" un entretien va déboucher sur une augmentation. Ce qui pose souci, pour quelqu'un de compétent, c'est l'enveloppe plus ou moins épaisse dont dispose le boss pour augmenter son employé(e). Et s'il a une politique "égalitaire" : tout le monde pareil, ou une stratégie qui vise à promouvoir certains. Parfois, l'enveloppe disponible est extra plate....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :